ILLUSTRATION

Les livres avec Eulalie Par | 08H00 | 14 octobre 2014

Sylvain Dubrunfaut, du selfie à l’oeuvre d’art

 

dubrunfaut

La peinture de Sylvain Dubrunfaut est faite de visages, de regards. À 34 ans, il se consacre depuis presque dix ans au portrait, en témoignent les individus colorés qui peuplent sont atelier, chez lui, à Ronchin. Pourtant, il a fallu au peintre passionné vagabonder pour se construire en tant que tel. Après le lycée, il entreprend des études d’arts appliqués (ESAAT) qui le destinent plutôt à la scénographie, puis étudie le théâtre à l’université. De sa formation en arts appliqués, il retient la rigueur de l’enseignement technique, très présente dans sa peinture aujourd’hui, un langage subtil « qu’il faut savoir dépasser bien sûr, mais qui est nécessaire pour s’exprimer ». Longtemps « dans le flou », l’artiste enchaîne les projets : il organise des festivals, travaille pour le cinéma. Et vers 25 ans, il décide de s’assumer en tant que peintre. Aujourd’hui, lorsqu’il quitte ses pinceaux, c’est pour donner des cours d’arts plastiques, activité « alimentaire » qui lui permet de garder assez de temps pour la peinture, pour avancer comme il le souhaite.

Épris du portrait, Sylvain Dubrunfaut rend hommage à l’individu dans chacun de ses tableaux : « C’est plus fort que moi. Peindre des gens, c’est ce qui m’émeut. Ce qui m’anime le plus sont les émotions humaines », confie-t-il. A travers ses tableaux réalistes, il questionne le portrait en exploitant les codes de la photographie et de la vidéo. « On pourrait appeler mes portraits des images peintes, explique-t-il. Ce sont des portraits saisis, spontanés. » Au-delà des visages, l’artiste s’intéresse particulièrement aux adolescents, à leur image et à leurs contradictions : « A cet âge, le corps est à la fois tellement important et fragile… Il n’est pas encore développé, il peut être maladroit, c’est un corps en devenir. » Connecté aux âmes adolescentes, le peintre a d’ailleurs beaucoup utilisé Internet et ses banques de données d’images pour s’inspirer. « Des jeunes se prennent en photo et mettent en ligne ces images. J’essaye de prendre de la distance par rapport au cliché de départ, en recadrant par exemple sur une partie du corps. » Les séries de tableaux de Sylvain Dubrunfaut ont de fait quelque chose du témoignage, de la restitution d’un regard adolescent porté sur soi.

Si le peintre a fait des jeunes sont sujet de prédilection, il ne se contente pas de les observer de loin puisque pour la deuxième fois, il travaille avec des élèves de la région sur un projet artistique. En 2012, il a recréé avec des lycéens et un vidéaste des « tableaux vivants » à partir de toiles déjà existantes. Sa démarche est d’ailleurs fortement imprégnée par sa culture du spectacle vivant : « La dimension théâtrale va et vient dans ma peinture. Dans le théâtre comme dans la peinture, il y a quelque chose d’artificiel, un mélange entre réalité et fiction. On trouve également l’idée de composition, un dialogue entre l’espace vide et l’espace occupé dans le tableau. » Cette année il s’investit dans une résidence à la MAC (maison de l’art et de la communication) de Sallaumines et travaille depuis septembre avec des collégiens qui deviendront les sujets de futurs tableaux. Dans la démarche du peintre, quelque chose de pédagogique sans doute : «  Je veux faire prendre conscience aux adolescents qu’être peint aujourd’hui n’est pas quelque chose de commun, alors même que nous sommes submergés par des images éphémères. »

http://dubrunfaut.info

Paru dans le n° 15 de la revue Eulalie, revue du Centre Régional des Lettres et du Livre en Nord – Pas de Calais.

Réagir à cet article

La rédaction de DailyNord modère tous les commentaires, ce qui explique qu'ils n'apparaissent pas immédiatement (le délai peut être de quelques heures). Pour qu'un commentaire soit validé, nous vous rappelons qu'il doit être en corrélation avec le sujet, constructif et respectueux vis-à-vis des journalistes comme des précédents commentateurs. Tout commentaire qui ne respecterait pas ce cadre ne sera pas publié. Evidemment, DailyNord ne publiera aucun contenu illicite. N'hésitez pas à avertir la rédaction à info(at)dailynord.fr (remplacer le "at" par "@") si vous jugiez un propos ou contenu illicite, diffamatoire, injurieux, xénophobe, etc.

Les livres avec Eulalie

Bienvenue sur la page Les livres avec Eulalie, hébergée par DailyNord.

L'AR2L est une agence de coopération interprofessionnelle dédiée à la filière du livre, à la valorisation et au soutien à la création littéraire, ainsi qu'à la production éditoriale, à l'échelle régionale, nationale et internationale, dans la région Hauts-de-France. Plus d'infos sur Eulalie.fr, ar2l-hdf.fr , la page Facebook , le compte Twitter @ar2l

La page d'accueil des Livres avec Eulalie

A lire sur DailyNord

Un quinquennat à Denain et Saint-Omer

Découvrez le projet

L’unique et le seul dictionnaire officiel du Nord – Pas-de-Calais

Retrouvez toutes les définitions du petit dico décalé du Nord - Pas-De-Calais

Le long de nos frontières disparues

Retrouvez le très très grand format de DailyNord

Commémorations de 14-18 : en fait-on trop ?

14-18 SE CONJUGUE À TOUTES LES SAUCES CES TEMPS-CI. RETROUVEZ NOTRE ENQUÊTE.

“Une métropole forte n’existe pas sans une région”

RETROUVEZ NOTRE INTERVIEW DE PHILIPPE VASSEUR, PRÉSIDENT DE LA CCI NORD DE FRANCE

Pour ne plus jamais louper un excellent article de DailyNord

Lire les articles précédents :
Tourisme de mémoire : Vimy, taille patron

Le Mémorial canadien de Vimy, la Carrière Wellington d'Arras, le cimetière d'Etaples. Voici le trio gagnant des sites de mémoire...

Fermer