L'autre information du Nord – Pas-de-Calais

Quand Eric Césari déminait la droite nordiste

Petit théâtre de Martine Aubry | Région Par | 04 octobre 2014

L’ex-directeur général de l’UMP, Eric Césari, vient d’être mis en examen pour des faits présumés de faux, usage de faux et abus de confiance dans le cadre du système de fausses factures de Bygmalion. Avant d’arriver à ce poste le “corse” de Copé et Sarkozy, qui fut également conseiller régional en Haute Normandie et adjoint au maire à Rouen, a été pendant quelques années le bras droit de Charles Pasqua. C’était à la fin des années 90 quand l’ex-ministre de l’intérieur se pensait un destin présidentiel et s’était mis à son compte sur une ligne sécuritaire et souverainiste comme l’indiquait l’intitulé du rassemblement pour la France (RPF), le parti qu’il avait fondé quelques années après la présidentielle de 1995 remportée par Jacques Chirac avec lequel il avait ensuite rompu les ponts – pour cause de soutien à Balladur, surtout. Dans le Nord, à l’occasion de la préparation des municipales de 2001, la droite grenouille et vit un de ces psychodrames dont elle a le secret. Car, malgré les nuages noirs des affaires qui s’amoncelaient, la cote de Pasqua a monté depuis ces européennes de 1999 pendant lesquelles, associé à Philippe de Villiers, il avait devancé le candidat du RPR, un certain Nicolas Sarkozy, et se sentait pousser des ailes  présidentielles pour l’année suivante*…

Les ambitieux de la droite métropolitaine sont aux aguets et se disputent le “label Pasqua”, qui pour conquérir une place, qui pour éloigner le spectre de la défaite. Ils s’appuient sur la base militante et songent même à renverser la table – tels Alain Bienvenu à Lille, dont la candidature doublonnera avec celle du RPR Christian Decocq – et sont cornaqués par Jean-Christophe Canter, responsable RPF au Nord de Paris et qui sera plus tard maire UMP de Senlis entre 2008 et 2011. D’autres restent sur une posture légitimiste, tels ces élus et candidats du RPR version dure que l’on peut étiqueter de notables – et qui entretenaient toujours de bonnes relations avec Pasqua, presque leur parrain quand il était au RPR – comme Jacques Donnay, ancien président du conseil général du Nord. Comment profiter de la comète Pasqua sans s’aliéner les appareils ni insulter l’avenir ? Ainsi le grand gagnant de ce bouillonnement de marigot politique, Christian Vanneste, qui décrochera l’investiture des partis de droite pour les municipales à Tourcoing en 2001 – il échouera face  au socialiste sortant Jean-Pierre Balduyck – et annula la menace d’une candidature analogue à la sienne qui aurait pu le gêner sur sa circonscription et la suite de sa carrière. Le tout contre la promesse de soutenir Pasqua à la présidentielle de 2002 et de lui apporter les paraphes de candidat. Même opération de déminage à Dunkerque avec le libéral pasquaïen Franck Dhersin, la bête noire du socialiste Michel Delebarre, qui avait vu une dissidence se dresser contre lui. Et le démineur s’appelait Eric Césari, appelé à la rescousse pour remettre de l’ordre et préparer les futures échéances.

* Evidemment, rien se passa comme prévu et, cerné par plusieurs affaires, par ailleurs la cible de l’ostracisme organisé, selon lui, par le clan Chirac, Charles Pasqua ne put réunir les 500 signatures nécessaires à sa candidature. Il est vrai que la droite compliquée était passée par là. Y compris par le Nord.

Ce contenu est © DailyNord. Si cet article vous intéresse, vous pouvez reprendre un extrait sur votre site (n’excédant pas la moitié de l’article) en citant bien évidemment la source. Si vous désirez publier l’intégralité de l’article, merci de nous contacter »

Réagir à cet article

La rédaction de DailyNord modère tous les commentaires, ce qui explique qu'ils n'apparaissent pas immédiatement (le délai peut être de quelques heures). Pour qu'un commentaire soit validé, nous vous rappelons qu'il doit être en corrélation avec le sujet, constructif et respectueux vis-à-vis des journalistes comme des précédents commentateurs. Tout commentaire qui ne respecterait pas ce cadre ne sera pas publié. Evidemment, DailyNord ne publiera aucun contenu illicite. N'hésitez pas à avertir la rédaction à info(at)dailynord.fr (remplacer le "at" par "@") si vous jugiez un propos ou contenu illicite, diffamatoire, injurieux, xénophobe, etc.

Casting

Bienvenue sur Le Petit Théâtre de Martine Aubry et Xavier Bertrand, associé au pure-player d’informations DailyNord.

Tenu par le journaliste Marc Prévost, et dans le prolongement du livre le Petit Théâtre de Pierre Mauroy, il décrypte et éclaire les coulisses de la vie politique locale et nationale et parfois aussi d’autres choses. C’est son choix !

Voir la bio de Marc Prévost : Ma Bio & my Way

Contacter Marc Prévost

Pour toute remarque, question, vous pouvez contacter l'auteur du Petit Théâtre de Martine Aubry en laissant un message par là .

LES + LUS