PICARDIE/NPDC EN FUSION

Petite histoire Par | 07H45 | 22 octobre 2014

Ces hommes et femmes politiques picards qu’il faudra apprendre à connaître

Eh oui, la Picardie a aussi des élus. Et pas des moindres. La proximité de Paris mais aussi bon nombre d’enjeux partagés, comme le canal Seine-Nord, font du personnel politique de ces trois départements une recrue de choix dans les grands débats. Avec la fusion – en cours – du Nord-Pas de Calais et de la Picardie, c’est un gros contingent de représentants des électeurs qui va oeuvrer au bien commun. Un atout pour la future grande région. Et les élus du Nord et du Pas de Calais feraient bien de compter avec leurs collègues “du sud”, souvent personnalités affirmées. Revue des troupes picardes.

Cet article fait partie de notre dossier Picardie/Nord-Pas-de-Calais en fusion. Retrouvez les autres volets par ici.

Emmanuel Macron, un Picard qu’il faudra apprendre à connaître… en cas de fusion. Capture d’écran : LCP.

Caroline Cayeux, UMP. La sénatrice-maire de Beauvais avait emmené son camp à l’assaut du conseil régional en 2010. Fillonniste, elle a dû batailler – avec Olivier Dassault par exemple – pour s’imposer dans la ville de Jeanne Hachette.

Olivier Dassault, UMP. Impossible de ne pas considérer l’autre représentant d’une des plus célèbres dynasties industrielles. Son père Serge est sénateur depuis 2004 après la mairie de Corbeil-Essonnes et fait souvent parler de lui à la rubrique judiciaire. Lui est inamovible député de l’Oise.

Dosière, l’empêcheur des gaspillages

René Dosière, PS. Grand pourfendeur de gaspillages et chasseur de gabegies, le député de l’Aisne, esprit indépendant et volontiers frondeur, aura-t-il matière à débusquer ses proies favorites. Dans les assemblées de Nord-Pas de Calais/Picardie ?

Brigitte Fouré, UDI maire d’Amiens. La capitale de la Picardie est donc une ville à bascule, puisque la juriste Brigitte Fouré succède cette année au socialiste Gilles Demailly. Gros challenge que de lui faire jouer le rôle qui lui revient dans une future grande région dominée par une Lille que l’on espère pas dominatrice…

Alain Gest, UMP. Même constat pour le député et patron de l’agglo amiénoise, Amiens Métropole.

Jean-François Mancel, UMP. Député toujours sur la brèche, – il était déjà conseiller municipal de Beauvais en 1971, même si son limogeage de numéro 2 du RPR après les législatives de 1997 – la dissolution, vous vous souvenez ? – et ses déboires judiciaires ont laissé des traces. La plupart se sont soldés par des non-lieux. A parfois regardé du côté du FN quand l’électeur hésitait.

Philippe Marini, UMP. Vieux routier du Sénat, qu’il voudrait bien présider un jour (il vient d’échouer pour la seconde fois), membre de la droite populaire, spécialiste reconnu des questions financières, le maire de Compiègne est le plus parisien des picards, pardon des nordisto-pasdecalaisiens-picards.

Marie-Françoise Bechtel, MRC. L’ancienne directrice de l’ENA, élue du Soissonnais, n’est pas la représentante d’une espèce en voie de disparition, les chevènementistes. Mais au contraire la porte-parole d’une certaine idée de la gauche. Nous aurons ainsi deux héritiers du “Che” à l’AN avec Christian Hutin, député-maire de Saint-Pol-sur-mer.

Macron-Bertrand-Pompili, les poids-lourds

Emmanuel Macron, PS. Pas encore élu, le nouveau ministre de l’Economie, né à Amiens. Pas encore.

Eric Woerth, UMP. Maire de Chantilly, l’ancien ministre du Budget de François Fillon, toujours dans la main de la justice, roule pour Sarkozy 2017 et préserve son avenir. Joue les opposants caustiques à l’AN. Et ne verrait pas d’un mauvais oeil le rattachement de l’Oise à la région Ile-de-France.

Barbara Pompili, EELV. Co-présidente du groupe EELV au Palais-Bourbon, la native de l’ex-bassin minier du Pas de Calais ne reste pas inaperçue comme députée de la Somme, élue sur le contingent formé par l’accord PS/EELV, ainsi son opposition au canal Seine-Nord. Objectif : durer dans un monde changeant à la vitesse d’un TGV…on pense évidemment à la gauche pour 2017 ! Son compagnon, Christophe Porquier, est vice-président écolo du conseil régional.

Laurence Rossignol, PS. Barrée sur une circonscription de l’Oise, cette ancienne fabiusienne, en pointe sur les questions féministes, s’est faufilée au Sénat, au conseil régional puis dans le gouvernement Valls où elle est secrétaire d’état à la famille, aux personnes âgées et à l’autonomie.

Xavier Bertrand, UMP. Un des poids lourds dans la région et en France. Le député-maire de Saint Quentin, ancien patron de l’UMP, qui fut plusieurs fois ministre, devrait faire parler de lui dans les années qui viennent. Au moins au sein de sa famille politique comme de la future grande région. Candidat à la présidentielle de 2017.

Claude Gewerc, PS. Le président du conseil régional, ancien maire de Clermont, va probablement devoir céder son fauteuil à contrecoeur. Ca tombe bien, il n’était pas contre la fusion. Ni vraiment pour d’ailleurs. Il préférait un rapprochement avec les deux Normandie et repoussait comme la peste une fusion avec Champagne-Ardenne.

Briffaut, le maire FN

Franck Briffaut, FN. Nouveau maire de Villers-Cotterêts. A 52 ans, déjà conseiller régional, il fait partie de la nouvelle garde du Front national cuvée 2014. A droite de Marine Le Pen.

Maxime Gremetz, PC. Un communiste au sang chaud qui fonçait même sur le gendarme qui l’empêchait d’entrer aux meetings de ses adversaires…d’ailleurs, Maxime d’Amiens aura maille à partir avec la justice pour comportement, comment dire…, extrême ? La politique à coups de marteau. Conseiller régional.

Les Anciens qu’il ne faudra pas oublier

Charles Baur, UDF. Industriel heureux (les colles Uhu, le bonhomme qui colle au plafond, ça vous dit ? ben c’était lui…accessoirement, il a des intérêts dans Lafuma et Guy Degrenne aussi), longtemps maire de Villers-Cotterêts, il ne pourra se défaire d’une sale réputation de devoir son fauteuil de président du conseil régional à des voix FN en 1998. Ce qui lui collera à la peau.

Gilles de Robien, UDF. En ravissant Amiens aux communistes en 1989, le giscardien Gilles de Robien, proche de François Bayrou, avait gagné ses futurs galons de ministre – Equipement, transports, Education nationale,…) dans les gouvernements Raffarin. Il se fera remarquer à la fin des années 90 en déchirant sa carte de l’UDF pour se désolidariser de ses coreligionnaires qui pactisaient avec le FN (Charles Baur et Jacques Blanc en Languedoc-Roussillon, entre autres). Monsieur le comte met le pied à l’étrier à une miss France, Elodie Gossuin, actuelle conseillère régionale UMP.

Emmanuelle Bouquillon, UDF. Ou Cendrillon foudroyée. L’ex-maire de Soissons, née à Roubaix, et qui fut la benjamine de l’AN, jettera l’éponge après avoir provoqué un grave accident de voiture (1999). Elle aussi fut blessée mais à cause de la bronca qui s’était levée dans son propre camp.

Paul Girod, UMP. Ancien président du conseil général de l’Aisne et sénateur pendant 30 ans. Ancien vice-président de l’assemblée du “seigle et de la châtaigne”.

Jean-Pierre Balligand, PS. Conseiller général depuis 1979, il devient patron de son département de l’Aisne en 1999, pour trois années. Elu député avec la vague rose de 1981. Abandonne son mandat de maire de Vervins en 2013. Mais reste conseiller général.

Un peu plus de DailyNord ?

4 Commentaires

  1. ça promet bien du plaisir et de l’animation…

  2. Nous avons déjà du mal à connaitre les politiques de l’autre département, voilà qu’il faudra se tenir au courant d’élus aux portes de Paris jusqu’à la mer du Nord. Je sens que nous sommes occupés de faire pire que mieux avec cette réforme.

  3. Concernant Emmanuel Macron, ce n’est pas un secret, il est marié avec Brigitte Trogneux, son ancienne prof de français au lycée à Amiens. Trogneux…des chocolats Trogneux d’Amiens (dont on trouve aussi des boutiques à Arras et Lille). Ce qui est moins connu c’est qu’ils ont une maison au Touquet. Donc Emmanuel Macron est vraiment lié à notre région… si tant est qu’on puisse considérer Paris-Plage comme une ville de chez nous, et pas comme un ovni posé sur notre littoral (…).

  4. @ l’inconnu: c’est bien vous connaissez tous vos élus de votre département 🙂 Sincèrement je connais mon maire, le président de ma communauté d’agglo, mon député de nom et je sais pas qui est mon sénateur. Si vous vous fixez d’apprendre tous les politiques de la nouvelle région , bon courage! Moi j’ai autre chose à foutre…

Réagir à cet article

La rédaction de DailyNord modère tous les commentaires, ce qui explique qu'ils n'apparaissent pas immédiatement (le délai peut être de quelques heures). Pour qu'un commentaire soit validé, nous vous rappelons qu'il doit être en corrélation avec le sujet, constructif et respectueux vis-à-vis des journalistes comme des précédents commentateurs. Tout commentaire qui ne respecterait pas ce cadre ne sera pas publié. Evidemment, DailyNord ne publiera aucun contenu illicite. N'hésitez pas à avertir la rédaction à info(at)dailynord.fr (remplacer le "at" par "@") si vous jugiez un propos ou contenu illicite, diffamatoire, injurieux, xénophobe, etc.

Les articles de DailyNord les...

Bienvenue dans la ville la plus étrange des Hauts-de-France

Elle pourrait loger 5 000 personnes, mais cette ville n'aura jamais d'habitants. Découvrez pourquoi.

Les vraies raisons de la baisse de fréquentation du Louvre-Lens

Baisse de fréquentation, impacts économiques limités sur le Lensois, DailyNord a enquêté sur le Louvre-Lens. Une enquête en trois volets à consommer sans modération.

Comment le Conseil régional compte affaiblir les associations écologistes

Baisse de subventions ou coupures sans préavis, DailyNord révèle comment le Conseil régional des Hauts-de-France a l'intention d'affaiblir les associations qui gravitent autour de l'écologie et de l'environnement. Retrouvez notre enquête.

Pour ne plus jamais louper un excellent article de DailyNord

L’unique et le seul dictionnaire officiel du Nord – Pas-de-Calais

Retrouvez toutes les définitions du Petit dico décalé du Nord - Pas-de-Calais

Les livres avec Eulalie

Mais qu’est-ce que vous êtes en train de lire ?

>>> Découvrez le DailyProjet

Partenaire