REBOND DU SAMEDI

Petite histoire Par | 08H28 | 11 octobre 2014

Après les 1000 vaches, on met les poules au pot

Cela va devenir une Somme record ! Après le projet de ferme des 1000 vaches près d’Abbeville, voici celui d’une ferme-usine de 250 000 (!) poules qui émerge du côté de Doullens, à deux pas de nos limites régionales. Étrangement, c’est le Journal du Dimanche, puis Le Parisien qui ont mis cette affaire sur le devant de la scène. Le Courrier Picard  n’a pas tardé à embrayer. Mais chez nous, si proches voisins et peut-être futurs colocataires, rien, que dalle, nada. Alors on s’est sacrifiés, chers DailyNautes, pour vous informer, quitte à se faire voler dans les plumes.

Dans le cas présent, l’expression « ne pas mettre ses œufs dans le même panier » passe pour une blague de cour d’école : à plein régime, ce ne sont pas moins de 70 millions d’œufs (selon Le Courrier Picard, le Parisien avançant le chiffre de …. 400 millions!) qui sortiraient chaque année de cette usine à croupions. Sacré omelette en perspective si une météorite avait la mauvaise idée de tomber dessus. Trêve de plaisanterie, les produits picards (pas les surgelés) sont ils voués à devenir industriels comme aux Pays-Bas ou en Allemagne (ce sont les initiateurs des projets qui se flattent de ces références) ? Promoteur du projet, Pascal Lemaire s’explique – non sans une certaine bonhomie – dans le reportage ci-dessous.


Après les 1.000 vaches, les 250.000 poules par lejdd

Des poules comme des coqs en pâte

À noter qu’après avoir répondu sans complexe au JDD, Pascal Lemaire s’est refusé à toute interview au Courrier Picard. Cette timidité face à un média de proximité est touchante. Et le fait de lui dire d’aller se faire cuire un œuf est plutôt cavalier.

Le mieux, si l’on peut dire – mettez vos bretelles et accrochez-vous au clavier – c’est que le projet est supposé créer le chiffre astronomique de… six emplois plus une vingtaine indirects. Poser la question de savoir combien cela provoquerait de pertes d’emplois , d’entreprises d’élevage mettant la clef sous la porte relèverait-il du diffamatoire, de l’inconscience dans une région en souffrance économique comme ailleurs ? Autre question, quand on est déjà la tête d’un élevage de 18000 poules (et ce doit être déjà très dur de toutes les connaître par leurs petits noms) pourquoi ce besoin irrépressible de vouloir passer du stade de la Licorne à celui de Wembley ? La folie des grandeurs serait-elle devenue celle de nos éleveurs ? Allez, faisons nous l’avocat du diable : après tout, 70 millions d’œufs (tranche basse) ne constituent jamais qu’à peine plus d’un œuf par Français et par an. C’est une façon de voir…

Mais que les poules syndiquées se rassurent, tout est fait pour rendre leur séjour des plus exemplaire. Effectivement dans les deux bâtiments de trois étages prévus sur les plans, chaque niveau aura une fonction : un pour vivre (y aura internet ?), un pour se nourrir (y aura des frites ?), un pour pondre (faut bien bosser quand même !). Et puis de quoi se plaint-on ? Le JDD révèle qu’à Missé (Deux-Sèvres), la préfecture a donné en juillet son feu vert à un poulailler de 350.000 volailles. Il reste encore de la marge. Alors comme il vaut mieux en rire qu’en pleurer, on se dit que Chicken run n’était finalement pas si éloigné de la plaque.

Pour élargir le traitement de ce sujet sur la toile, c’est ici.

Pour la ferme des 1000 vaches, vous pouvez encore traire ce délicieux et toujours frais article de DailyNord, ou vous rendre sur le site de l’association Novissen qui attend fiévreusement la tenue d’un procès le 28 octobre prochain à Amiens.

Photo de Une :  Aleks sur Commons Wikimedias.

2 Commentaires

  1. Dans les departements septentrionaux, plus c’est gros plus ça plaît :Grand stade, tunnel sous la Manche, canal Seine Nord ( le plus grand trou depuis celui du Diplodocus à Lille il y a 40 ans). Et toujours “unique au monde ” ( le cornet de frites, le monument de ND de Lorette, la plus longue echarpe et tous autres machins les plus absurdes. Les Anglais de la bière Guinness, toujours plus astucieux faisant payer plusieurs milliers £ pour imprimer le machin dans un livre etc… Pourquoi faut il dans cette region toujours mettre un grand chapeau, des hauts talons pour faire du bruit à propos de son projet ?

  2. Après les 250 000 poules,…Les 1000 vaches…de Ramery,entreprise de BTP,..faut pas oublier,non plus les projets d’extension de Ramery Environnement,stockages de déchets de bâtiments au Pont d’Ardres,- Bois en Ardres..sur l’ancien site de la sucrerie….Un amas de déchets de plus en plus volumineux,source de pollution pour les habitants très proches..dont ledit Ramery n’aurait pas ” encore ” respecté les obligations de confinements et évacuations imposées par injonctions officielles Avec objectif de stocker les déchets amiantés..très volatils dans notre région,malgré les obligatoires mesures de confinement…Les blocages des associations locales sont en cours,..
    Je suggère que Ramery ( dechets Pont – d’Ardres) déménage son site de polution sur celui de Ramery 1000 vaches,..La famille serait réunie..

Réagir à cet article

La rédaction de DailyNord modère tous les commentaires, ce qui explique qu'ils n'apparaissent pas immédiatement (le délai peut être de quelques heures). Pour qu'un commentaire soit validé, nous vous rappelons qu'il doit être en corrélation avec le sujet, constructif et respectueux vis-à-vis des journalistes comme des précédents commentateurs. Tout commentaire qui ne respecterait pas ce cadre ne sera pas publié. Evidemment, DailyNord ne publiera aucun contenu illicite. N'hésitez pas à avertir la rédaction à info(at)dailynord.fr (remplacer le "at" par "@") si vous jugiez un propos ou contenu illicite, diffamatoire, injurieux, xénophobe, etc.

Bienvenue dans la ville la plus étrange des Hauts-de-France

Elle pourrait loger 5 000 personnes, mais cette ville n'aura jamais d'habitants. Découvrez pourquoi.

Les vraies raisons de la baisse de fréquentation du Louvre-Lens

Baisse de fréquentation, impacts économiques limités sur le Lensois, DailyNord a enquêté sur le Louvre-Lens. Une enquête en trois volets à consommer sans modération.

Comment le Conseil régional compte affaiblir les associations écologistes

Baisse de subventions ou coupures sans préavis, DailyNord révèle comment le Conseil régional des Hauts-de-France a l'intention d'affaiblir les associations qui gravitent autour de l'écologie et de l'environnement. Retrouvez notre enquête.

Pour ne plus jamais louper un excellent article de DailyNord

L’unique et le seul dictionnaire officiel du Nord – Pas-de-Calais

Retrouvez toutes les définitions du Petit dico décalé du Nord - Pas-de-Calais

Les livres avec Eulalie

Mais qu’est-ce que vous êtes en train de lire ?

>>> Découvrez le DailyProjet

Partenaire