ANALYSE

Réflexions Par | 07H30 | 04 septembre 2014

Régionales 2015 : qui sont les candidats les mieux placés ?

Les élections régionales sont dans plus d’un an, mais déjà les états-majors cogitent  sur le favori de leur camp. Qui serait le mieux placé ?  Qui en face ? Beaucoup de solutions dépendent de la fusion entre les deux régions* dont le projet a pris de court les stratèges locaux. Le rapprochement n’est certes pas encore acté. Une seule certitude, le Nord-Pas de Calais et la Picardie sont devenus des enjeux de taille. La bataille des investitures va pouvoir commencer. Poker menteur pour jokers. Candidats en présence les mieux placés pour gagner et potentiel.

pierre-de-saintignon

Pierre de Saintignon, le candidat officiel du PS pour le moment. Mais pas forcément le mieux placé… Capture d’écran Grand Lille TV.

Au PS

L’officiel : Pierre de Saintignon. Il a été désigné il y a trois ans par les militants du Nord après un duel remarqué avec Bernard Roman et dans le cadre de la fameuse alternance entre le Nord et le Pas de Calais. Mais si la fusion avec la Picardie devient opérationnelle, qu’en penseront les militants picards et même du Pas de Calais ? Atout: l’appui de Martine Aubry, ce qui n’est pas rien sur fond de gauche éclatée et de fronde à l’assemblée, et de Gilles Pargneaux, numéro un fédéral du Nord. D’ailleurs, les fédérations militantes n’ont pas dit leur dernier mot, surtout celle du Pas de Calais. Handicap : mal connu en Picardie, et son équation personnelle le rejette à la droite de la gauche, ce qui n’est pas l’idéal, surtout dans le Pas de Calais où l’on peut pressentir une “fédé” un peu tiède et qui a récemment renouvelé sa direction. Même raisonnement pour les alliances de second tour. Comment réagiront les écolos – toujours en ordre de bataille aux élections régionales – et les communistes, qui ont peu d’atomes crochus avec le bras – trop – droit de Martine Aubry promue recolleuse de morceaux de la gauche ?

L’officieux : Frédéric Cuvillier. Car le maire de Boulogne-sur-Mer qui s’est assez subtilement auto-exfiltré du gouvernement y pense pas seulement en se rasant. Ministre remarqué, il peut faire valoir sa connaissance du dossier Seine-Nord, véritable axe liant les deux régions (un peu comme le Nil ! ). Son profil non-Lillois peut aussi séduire dans une grande région où le lillocentrisme sera forcément en débat. Mais si la fusion ne se fait pas, on ne voit pas comment il pourrait faire valoir ses ambitions… sinon celle d’être le meilleur candidat contre Marine Le Pen.

Le ministre : Patrick Kanner. Sa nomination surprise à la Ville ne relèverait donc pas d’une stratégie personnelle ou d’une chamaillerie entre Madame Aubry et Monsieur Hollande. Ce dernier et le premier ministre Manuel Valls voudraient alors donner du poids à celui qui est aussi le poulain du président sortant Daniel Percheron pour sa succession, ce dernier adversaire intime de la maire de Lille. En quinze mois**, ce qui n’est pas une mince affaire, le président en partance du conseil général du Nord devrait se faire connaître au fin fond de la Picardie. En cas de non-fusion, sa candidature serait plus aléatoire.

La réserve ou ceux qui pourraient sortir du chapeau : Martine Aubry. La maire de Lille, de plus en plus en délicatesse avec la ligne gouvernementale, repousse l’idée de sa candidature même si elle est le plus bel espoir du PS contre Marine Le Pen, fusion ou pas. Une chose est sûre : elle tirera le maximum de ficelles pour imposer son bras droit de Saintignon si la fusion ne se fait pas. Pour contrecarrer Hollande et Valls dans le ping-pong à trois qu’ils se jouent depuis quelque temps. Pour montrer sa force, ensuite. C’est-à-dire revenir dans l’arène au plus haut niveau.

La réserve ou ceux qui pourraient sortir du chapeau (bis) : Bernard Roman. Le député de Lille, ex vice-président du conseil régional et redevenu simple conseiller,  peut jouer les atouts de rechange sur le mode de la revanche et du retour. En-a-t-il envie ? Pour l’instant, il reste lié par le vote des militants qui lui avaient préféré Pierre de Saintignon en Nord-Pas de Calais.

Le sortant socialiste de Picardie : Claude Gewerc. On aurait tort d’oublier les leaders régionaux picards et leurs appareils partisans (doit-on considérer l’Amiénois Emmanuel Macron, tout jeune ministre de l’Economie, mais jamais élu ? Ou Laurence Rossignol, au capital militant beaucoup plus consistant, étiquetée à la gauche du PS, actuelle secrétaire d’état à la famille, aux personnes handicapées et à l’autonomie, mais qui est sénatrice de l’Oise). Si la fusion se fait, l’actuel patron du conseil régional de Picardie, Claude Gewerc, lui aussi implanté dans l’Oise, n’aurait plus qu’à se faire connaître en Nord-Pas de Calais s’il veut avoir une chance. Une gageure.

Et le mieux placé est… Dans un contexte de grande région Nord – Pas-de-Calais/Picardie où l’aura nationale jouera forcément, c’est bien entendu Martine Aubry qui serait en pôle position chez les socialistes. Même si elle n’est pas candidate…elle sera sollicitée pour chauffer les salles et réveiller l’électeur. Frédéric Cuvillier, profil patelin et bonhomme, aura de ministre, apparaît comme un parfait deuxième homme. Pierre de Saintignon, candidat déclaré, est contraint au forcing et seule une région Nord – Pas-de-Calais qui resterait telle lui permettrait une certaine légitimité, mais sensiblement en-deçà des deux premiers. Patrick Kanner, quant à lui, devrait faire ses preuves en tant que ministre et l’on scrutera son parcours à la Ville. Claude Gewerc souffre du même désavantage que Pierre de Saintignon : inconnu en dehors de ses propres terres. Quant à Bernard Roman, mieux vaut qu’il ne nourrisse pas trop d’illusions, quel que soit la configuration.

Au FN

La patronne : Marine Le Pen . On ne voit pas pourquoi Marine Le Pen, en tête dans les deux régions aux européennes – qui ne sont cependant pas le même scrutin -, renoncerait à un tel tremplin vers l’Elysée. Et quel que soit l’issue de la réforme territoriale. Provoquer une telle alternance et prendre la tête d’une mega-region vaut brevet de capacité présidentielle deux ans avant l’échéance suprême. Mais la route est encore longue.

Le poulain : Steeve Briois. Au cas où MLP n’irait pas, Steeve Briois, nouveau maire FN d’Hénin-Beaumont, ferait un excellent second choix. S’il pouvait avoir un déficit de notoriété avant l’élection de mars, désormais, les Français ont imprimé son nom et la carte de visite “premier maire FN du Nord – Pas-de-Calais”.

 Et le mieux placé est… Marine Le Pen évidemment. Un épouvantail pour les autres partis, une figure nationale que ce soit dans un contexte de grande région ou de Nord – Pas-de-Calais en solitaire. On ne voit pas pourquoi elle se contenterait de jouer les anges gardiens. Si c’était le cas, Steeve Briois serait une bonne solution de recours… mais il devrait lâcher son poste à Hénin-Beaumont, qu’il a si ardemment convoité.

A l’UMP

Le poids lourd : Xavier Bertrand. Uniquement si la fusion se fait : il est député-maire de Saint Quentin en Picardie. L’ancien patron de l’UMP et ancien ministre plusieurs fois est le seul ténor de son camp qui dispose de la notoriété nécessaire sur les deux régions. Mais la guerre intestine de son parti peut étouffer dans l’oeuf toute velléité. Lui-même semble en réserve de son propre parti.

Les chevau-légers :  Thierry Lazaro. Le maire UMP de Phalempin a une revanche à prendre quand Valérie Létard l’avait bousculé pour l’investiture aux régionales de 2010 et contraint au renoncement. Sa candidature aurait du sens sur le Nord-Pas de Calais. Avec la Picardie en plus, c’est beaucoup moins évident.

Gérald Darmanin. Le député-maire de Tourcoing, par ailleurs engagé dans la conquête de l’UMP Nord, un atout certain en cas de victoire, lierait sa tactique à celle de Xavier Bertrand, dont il est proche.

Et le mieux placé est… Xavier Bertrand. Figure nationale, ancien ministre, il a la notoriété pour lui. Une région Nord – Pas-de-Calais/Picardie semble en revanche inadaptée pour Thierry Lazaro. Quant à Gérald Darmanin, on ne le voit pas quitter la mairie de Tourcoing ou la députation. On attend les déclarations et les positionnements de personnalités comme le député-maire du Touquet, Daniel Fasquelle, patron de l’UMP du Pas de Calais et qui a engrangé de précieux points avec l’université d’été de son camp dans sa ville ce week-end. Et de Marc-Philippe Daubresse, son homologue du Nord, député-maire de Lambersart, qui cherche à redresser la barre d’une mauvaise année électorale à titre personnel (réélection chahutée et de justesse dans sa commune et nouvelle défaite de la droite à la communauté urbaine de Lille Métropole).

A L’UDI

Le rescapé. Jean-Louis Borloo. L’éternelle énigme. Au delà de son état de santé, l’ancien ministre UDI pendant dix ans est spectaculairement revenu sur le devant la scène valenciennoise en sauvant une nouvelle fois son club de foot et en espérant faire s’évaporer l’odeur des affaires qui a monté cette année dans le Hainaut. Il est vrai que ballon rond et politique font bon ménage. Borloo Monte Cristo, connu et populaire, se lancera-t-il à nouveau à l’assaut de la région, fusionnée ou pas, avec l’appui de l’UMP ou pas ?

L'”ex”, Valérie Létard. Difficile d’imaginer la sénatrice UDI postuler sérieusement. Elle qui avait démissionné – en se déjugeant – une fois élue conseillère régionale du rang en 2010. Avec elle, tout dépend de Borloo.

Et le mieux placé est…. Idem que pour les autres partis. Pour emporter la région Nord – Pas-de-Calais/Picardie, une figure nationale s’impose. Jean-Louis Borloo est celle-ci. Derrière… ben, c’est un peu le désert. D’autant que même dans une région Nord – Pas-de-Calais qui resterait seule, Valérie Létard devrait déjà réussir à faire oublier sa désertion juste après les précédentes élections régionales. Autres jokers : Francis Vercamer, le député-maire d’Hem ou Frédéric Leturque, le maire d’Arras. Mais niveau notoriété, on est loin derrière Borloo.

* Le bruit court depuis quelque temps que l’entourage de Martine Aubry pousse à un rapprochement entre Nord-Pas de Calais, Picardie et les deux Normandie, selon l’idée de Laurent Fabius. Le lobby est actif au Sénat et au gouvernement et le deal se joue forcément au plus haut niveau. Bon. Si un tel big-bang éclatait, les cartes seraient une nouvelle fois rebattues. Sauf peut-être du côté du FN.

** On parle maintenant d’élections avancées avant l’été 2015. Ce qui hypothèque sensiblement l’hypothèse, par manque de temps.

3 Commentaires

  1. De Lille au Cotentin ? Ils ont bu du calva ?

  2. La fusion se fera sans la Normandie, ni l’Ile-de-France et encore moins avec le Grand-Est(Alsace et Lorraine-Champagne-Ardenne) . Le nom de la future Région doit être Flandres-Artois-Picardie .

  3. Madame, Monsieur,
    vous êtes candidat
    exposez votre intégrité et gagnez des voies sur http://bulletin2vierge​.free​.fr/

    salutations.

Réagir à cet article

La rédaction de DailyNord modère tous les commentaires, ce qui explique qu'ils n'apparaissent pas immédiatement (le délai peut être de quelques heures). Pour qu'un commentaire soit validé, nous vous rappelons qu'il doit être en corrélation avec le sujet, constructif et respectueux vis-à-vis des journalistes comme des précédents commentateurs. Tout commentaire qui ne respecterait pas ce cadre ne sera pas publié. Evidemment, DailyNord ne publiera aucun contenu illicite. N'hésitez pas à avertir la rédaction à info(at)dailynord.fr (remplacer le "at" par "@") si vous jugiez un propos ou contenu illicite, diffamatoire, injurieux, xénophobe, etc.

Les articles de DailyNord les...

Bienvenue dans la ville la plus étrange des Hauts-de-France

Elle pourrait loger 5 000 personnes, mais cette ville n'aura jamais d'habitants. Découvrez pourquoi.

Les vraies raisons de la baisse de fréquentation du Louvre-Lens

Baisse de fréquentation, impacts économiques limités sur le Lensois, DailyNord a enquêté sur le Louvre-Lens. Une enquête en trois volets à consommer sans modération.

Comment le Conseil régional compte affaiblir les associations écologistes

Baisse de subventions ou coupures sans préavis, DailyNord révèle comment le Conseil régional des Hauts-de-France a l'intention d'affaiblir les associations qui gravitent autour de l'écologie et de l'environnement. Retrouvez notre enquête.

Pour ne plus jamais louper un excellent article de DailyNord

L’unique et le seul dictionnaire officiel du Nord – Pas-de-Calais

Retrouvez toutes les définitions du Petit dico décalé du Nord - Pas-de-Calais

Les livres avec Eulalie

Mais qu’est-ce que vous êtes en train de lire ?

>>> Découvrez le DailyProjet

Partenaire