L'autre information du Nord – Pas-de-Calais

Régionales 2015 : Marine Le Pen en tête au premier tour ? Et derrière elle ?

Petit théâtre de Martine Aubry | Région Par | 09 septembre 2014

La prédiction du politologue Thomas Guénolé résonne dans le microcosme politique des régions. En Nord-Pas de Calais et en Picardie, notamment. Puisqu’un score de 36 % au premier tour, chiffre estimé par lui, place Marine Le Pen en tête sur un tel périmètre. Donc qualifiée pour le second tour. Une triangulaire  – ou une quadrangulaire – ne viderait pas la querelle et annoncerait alors une victoire sans coup férir pour MLP – la liste arrivée en tête avec plus de 34 % engrange la moitié des sièges. La question est donc : qui contre elle en finale ? Question complémentaire : comment le challenger désigné et arrivé en seconde position peut-il aimanter les voix des suivants du premier tour dans le cadre d’une grande alliance? Problème, même additionnées entr’ elles, les voix PS et UMP, si l’on se base sur les résultats des européennes et les extrapolations du politologue, n’atteignent pas les 30%*. Même soudée, la gauche ne fait pas mieux. UDI + UMP+ Dupont-Aignan, idem. Pour les candidats quels qu’ils soient, l’objectif est donc d’arriver second au premier tour, derrière MLP, en tête d’un groupe voué à la galvanisation ou à …l’éparpillement. Les choses s’avèrent compliquées. Il s’agit alors de trouver d’autres dynamiques. Pas simple.

La réponse diffère selon le profil, les résultats et…la chapelle politique de l’heureux élu. Problème de tactique et d’offre à gauche, question de personnes et de capacités à droite.

1. Un socialiste pourrait-il attirer des voix du centre-droit ? A condition de les appeler clairement et définitivement et pas seulement entre les deux tours, mais pendant une longue campagne. Autant dire, briser les tabous habituels. Quand on se penche sur l’histoire politique et idéologique de la gauche, le grand écart est tangible et risqué. De quoi démotiver un électeur de gauche, voire le détourner vers…Marine Le Pen, phénomène connu. Au mieux l’abstention, au pire un bulletin MLP. C’est l’arithmétique du diable. Où perd-t-on le moins de voix ? Et avec qui ? Pierre de Saintignon ? Frédéric Cuvillier ? Les deux ont des atouts et des handicaps – voir les billets précédents -.  PdS, qui vient de se déclarer hier avec des accents volontaristes, peut s’enorgueillir de son expérience régionale mais son équation grandie dans l’ombre de Martine Aubry le dessert. L’ex-secrétaire d’état jouera le renouvellement et un profil lui aussi recentré et il doit confirmer son statut d’espoir de son camp. Dans les deux cas, la campagne sera compliquée et les impétrants devront manier avec subtilité une dialectique qu’ils savent casse-gueule. “Je respecte la tradition socialiste des régions Nord-Pas de Calais et Picardie, et leurs valeurs politiques, mais je suis prêt à passer alliance avec la droite modérée et en appeler à ses électeurs…“. On a fait plus simple.

2.  Une personnalité de droite peut-elle dépasser le clivage marmoréen entre son camp et celui d’en face ? Pas évident de s’adresser à un électeur progressiste et lui proposer de voter pour quelqu’un qui personnifie, à ses yeux, le patronat, le grand capital, et l’écrasement des acquis sociaux. Sans compter que l’ombre de Sarkozy, revenant ou pas, à la tête de l’UMP ou pas, planera sur le scrutin, et on sait que les voix modérées lui ont manqué en 2012. Comment l’électeur régional réagira-t-il devant l’offre d’un camp à nouveau sous emprise sarkozienne **? Marine Le Pen au second tour, pas question de s’ouvrir sur sa droite. Il s’agira de contenir la déferlante MLP sur un électorat chauffé par la perspective de la défaite de la gauche donc se contenter d’une stratégie défensive. Sur la gauche, le jeu est plus ouvert. L’électorat du centre  – et ses abstentionnistes – sera, une fois de plus, âprement disputé. Ainsi, on ne voit guère qu’une figure réputée centriste pour tenter de résoudre une telle équation. l’UDI Borloo a le profil ad hoc, mais on ignore ses intentions. L’UMP Xavier Bertrand peut songer à un destin mais pense surtout à sa primaire présidentielle et cherchera forcément à articuler les deux défis pour mieux les enchaîner. Se décidera-t-il ? Gérald Darmanin, le jeune maire UMP de Tourcoing, disciple du précédent, incarne la jeune génération et peut parler avec tout le monde dans son camp. Francis Vercamer, Philippe Rapeneau, Valérie Létard ou Marc-Philippe Daubresse, parmi les noms prononçés, sont des barons enracinés dans leur fief et peu bankable au delà. Les deux premiers à Hem et Arras, malgré de réelles qualités, n’ont pas prouvé la pugnacité nécessaire, la troisième à Valenciennes affiche une envergure un peu juste et le dernier à Lambersart, sarko-copéiste affiché, traîne quelques échecs mémorables.

3. Election idéologisée donc à forte prégnance partisane, sous emprise de l’actualité nationale et internationale et de leurs contextes, les régionales sont souvent le théâtre de coulisses agitées. Car la présidentielle surplombera le scrutin et les choix opérés pendant ce dernier détermineront la stratégie de 2017, autant pour les formations que pour les personnalités. Imagine-t-on l’UDI et le centre passer un accord de second tour avec les socialistes emmenés par Pierre de Saintignon ou Frédéric Cuvillier , voire le président sortant de Picardie Claude Gewerc, et qui aurait recollé les morceaux avec leur propre gauche, écolo et communistes ?  Peut-on croire l’UMP séduisante pour des électeurs de gauche modérée – on dira sur la ligne Hollande/Valls, en tout cas celle de 2012 – quand on sait  la violence des attaques dans la presse d’un camp contre l’autre au gré des scoops tonitruants et des unes ravageuses? Encore une fois c’est un Jean-Louis Borloo qui présente le profil le plus rassembleur, donc avec lequel il y aurait le moins de déperditions. Parce que situé au centre de l’échiquier politique, donc en capacité d’ouverture, parce que affichant notoriété et popularité.

4. Reste la vieille lune du front républicain anti-FN. C’est-à-dire l’appel à l’électeur sans user de la médiation du parti. Gageure, certes, tant les candidats entrent alors dans l’inconnu. Le dispositif semble affaibli après quelques ratés dans des élections partielles. Ainsi pour donner un peu d’épaisseur à un camp ou l’autre, les têtes de liste auront intérêt à se rassembler, Verts et communistes du FdG, d’un côté et UMP et UDI et MoDem de l’autre, et ce bien avant le premier tour, pour accréditer l’idée du rassemblement et clarifier l’offre, ce dont l’électeur a bien besoin. Une solution : pour faire barrage d’entrée de jeu à MLP, on peut songer à une coalition PS/centre/UDI/UMP…on se rapprocherait – voire on dépasserait – alors le bloc FN. Mais le second tour serait totalement aléatoire, avec une chasse aux abstentionnistes féroce. Du jamais vu. Pas sûr que l’idée prospère.

* Les deux scrutins présentent des similitudes : proportionnelle, périmètres élargis, fort contenus idéologiques ou partisans, par ailleurs lisibles dans la constitution et le contenu des listes, et…dimension de vote-sanction par rapport aux pouvoirs en place dans la capitale, parlement et exécutif. Or, le cours de l’actualité  – économie et social, affaires, défiance vis-à-vis des partis traditionnels, à un point jamais encore atteint…- confirme les motivations du vote FN. Thomas Guénolé souligne la surmobilisation de l’électorat FN, désormais décomplexé et porteur d’une ambition à gouverner. Son étude indique les chances du FN de remporter le Nord-Pas de Calais/Picardie et PACA.

** Il apparaît évident que Sarkozy, de nouveau sur une trajectoire ascendante, ne pourra plus refaire le coup de 2007, coaguler les droites et faire ses emplettes sur le FN. La crise de 2008, les affaires, la défaite de 2012 et la déliquescence de l’UMP sont passés par là. Son influence sur le scrutin régional, à droite mais aussi à gauche, en sera ainsi modifiée.

Ce contenu est © DailyNord. Si cet article vous intéresse, vous pouvez reprendre un extrait sur votre site (n’excédant pas la moitié de l’article) en citant bien évidemment la source. Si vous désirez publier l’intégralité de l’article, merci de nous contacter »

6 Commentaires

  1. C’est dans l’air et sur Dailynord…

  2. Non, c’est dans Dailynord PUIS dans l’air,

  3. notons la jolie formule ” coaguler les Droites” .. On pense au sang de(s) Droite(s) de differents groupes mélangés par erreur et qui coagule… Finalement, c’est bien ce qui semble se passer à l’UMP puisqu’il qu’il n’ y a pas de groupe universel pouvant se melanger à tous les autres . Perso, au plan electoral nationale, MLP aura du mal à décider un corps electoral national à qui elle fait peur, corps electoral marri de l’excitation permanente de Sarkozy puis desenchanté par F Hollande qui zigzague sur l’actualité. Juppé, parti enseigner dans le pays des arpents de neige est bien devenu le St Sebastien de Chirac, ce qui l’a grandi dans l’opinion. Il manipule le verbe mieux que Fillon et surtout que Sarkozy. Après l’opérette permanente donnée au pays par les maitresses successives des 2 derniers presidents de la Republique, les electeurs ont besoin de souffler. Juppé, mis à part son appartement à pas cher à Paris, une peccadille au vu des autres affaires, pourrait bien seduire, s’il est rassembleur, beaucoup de monde à droite et à gauche.

  4. L’homme rassembleur de centre droit qui est à l’origine, avec M.PERCHERON, de la Troisième Révolution Industrielle (projet de développement durable de la région) s’appelle Philippe VASSEUR. Il est connu dans le Nord, le Pas de Calais et la Picardie. Il a une expérience de ministre. Je ne vois personne d’autre qui pourrait faire obstacle à Mme LE PEN. Nan ?

  5. Si c’est comme ça y’a plein d’ump qui vont aller voir le FN ! Vous croyez pas ? Le Pen sera heureuse de les accueillir !

  6. les francais on un complexe pour que une femme gouverne voter marine le pen c est voter la liberte de la femmes en france

Réagir à cet article

La rédaction de DailyNord modère tous les commentaires, ce qui explique qu'ils n'apparaissent pas immédiatement (le délai peut être de quelques heures). Pour qu'un commentaire soit validé, nous vous rappelons qu'il doit être en corrélation avec le sujet, constructif et respectueux vis-à-vis des journalistes comme des précédents commentateurs. Tout commentaire qui ne respecterait pas ce cadre ne sera pas publié. Evidemment, DailyNord ne publiera aucun contenu illicite. N'hésitez pas à avertir la rédaction à info(at)dailynord.fr (remplacer le "at" par "@") si vous jugiez un propos ou contenu illicite, diffamatoire, injurieux, xénophobe, etc.

Casting

Bienvenue sur Le Petit Théâtre de Martine Aubry et Xavier Bertrand, associé au pure-player d’informations DailyNord. Tenu par le journaliste Marc Prévost, et dans le prolongement du livre le Petit Théâtre de Pierre Mauroy, il décrypte  et éclaire les coulisses de la vie politique locale et nationale et parfois aussi d’autres choses. C’est son choix ! Voir Ma Bio & my Way,

A lire sur DailyNord

Me contacter

Pour toute remarque, question, vous pouvez me contacter en laissant un message par là .