L'autre information du Nord – Pas-de-Calais

Les quatre mythes de Nicolas Sarkozy

Le monde selon moi | Petit théâtre de Martine Aubry Par | 20 septembre 2014

Le sauveur. Indiscutablement, Nicolas Sarkozy peut user de la ficelle du sauveur et de l’homme providentiel, infatigable moteur de notre vie politique, plus encore peut-être à droite. Les calamités qui pleuvent sur le couple Hollande-Valls et la catastrophique séquence du mi-mandat accréditent un tel positionnement. Voilà le plus facile, car en ces temps de politique 2.0, plus que jamais, il n’est question que de symbole et d’image, de timing et de langage. Et ça il sait faire, l'”ex”.

L’unité. Ce à quoi il s’emploiera dans les semaines et mois à venir. Au sein de sa propre famille, comme il le précise franchement dans sa déclaration de retour. Les difficultés commencent. Certes balayer l’UMP – encore faudra-t-il ne pas se contenter de cacher la poussière et les affaires sous le tapis – est une première étape indispensable. Formater son camp à sa cause ensuite, c’est-à-dire rendre à la raison les audacieux qui prétendent le contester, lui le sauveur ! Autrement dit faire taire et rentrer dans le rang les Juppé, Bertrand, Fillon et consorts qui se sont déclarés pour 2017. Autant dire que les primaires à droite seront déterminantes. Obligé de reprendre en main une UMP à l’agonie -, Sarkozy ne veut pas d’une sorte de primaires à droite, pourtant actées par le parti qui résonnerait comme un avant-combat présidentiel où il n’a rien mais alors rien du tout à gagner et même plutôt à perdre beaucoup, c’est-à-dire apparaître comme une carte démonétisée en cas de score trop serré avec un Juppé par exemple. Il n’imagine même pas subir une défaite. Trop risqué. La question est alors comment apparaître comme le sauveur et imposer l’unité modèle 2007, quand les droites se sont rencontrées, sans passer par les primaires élargies à droite et faire rétro-pédaler son camp sur cette question ? La stratégie du sauveur, sans son corollaire du rassemblement, rocher de Sisyphe des leaders politiques, suffira-telle ? D’ailleurs, un chef de parti, soumis aux compromis et obligé à négocier pour rassembler, peut-il se poser en sauveur ? Puisqu’il s’agira de trouver les termes d’une plate-forme forcément électorale avec les centristes de l’UDI et François Bayrou et son MoDem. Histoire connue mais dont les variantes et interprétations peuvent à nouveau surprendre. Sans oublier l’inconnue – c’est une antiphrase, bien sûr – Marine Le Pen, qui sait que Sarkozy ne peut plus exploiter la ligne Buisson qui avait d’ailleurs mieux réussi à elle qu’à lui en 2012. Ce qui renchérit la valeur du centre pour un Sarkozy en quête de cette unité si cruciale.

La conspiration. Les juges et la presse. Ses ennemis irréductibles à gauche et à droite. A l’extrême-droite aussi. En termes de storytelling, on appelle ça l’auto-victimisation. D’ailleurs, un sauveur peut-il se poser en victime ? Problème : il ne maîtrisera pas ce genre de ficelles et il sait que les petits hommes en robe de magistrat l’attendent au tournant (Bygmalion,…) lui et ses proches. De même, les journalistes de gôche ne vont pas le ménager et lui resservirons la soupe à la grimace de son quinquennat sans oublier de saler le plat. Dès les prochains jours, le sarko-bashing prendra le relais du hollande-bashing…et le scrutin de 2017, c’est dans 35 mois. C’est long, et le mythe du complot  – le sauveur devenu héros triomphant du complot – risque de lui glisser entre les mains.

L’âge d’or. Trivialement et pour faire (très) court, “c’était mieux avant”. Mais quand ? De quelle période parle-t-on ? Sarkozy ne peut guère avancer que sa propre séquence présidentielle, ce quinquennat 2007/2012, et là ses opposants – et ses adversaires suscités – auront beau jeu de lui rappeler les scandales qui ont émaillé ces cinq années et ses promesses non tenues, au premier chef desquelles ce fameux “travailler plus pour gagner plus“…Là, Nicolas Sarkozy sera un peu court. Voire trop court.

 

Voilà un an que Raoul Girardet est mort. Il restera le théoricien magistral des mythes et mythologies politiques (titre d’un des ouvrages, Seuil – 1986). La lecture proposée ci-dessus et employée aux derniers événements de notre vie politique reste modeste en regard de la pertinence de sa grille d’analyse historique et philosophique et souffre le pragmatisme de l’actualité (on me pardonnera la liberté prise quant à l’ordre et l’enchaînement des mythes en question). La conspiration, c’est-à-dire le complot, donc la posture du seul contre tous, le sauveur, ou l’homme providentiel, le héros, bien sûr, les psychanalystes diraient le recours au père, l’âge d’or, ou l’éternelle quête du paradis terrestre, enfin l’unité, ou la communauté politique voire la société parfaite.” Les mythes politiques de nos sociétés contemporaines ne se différencient guère sur ce point des grands mythes sacrés des sociétés traditionnelles. La même et essentielle fluidité les caractérise en même temps que l’indécision de leurs contours respectifs. Ils se chevauchent, s’interpénètrent, se perdent parfois l’un dans l’autre.”

Ce contenu est © DailyNord. Si cet article vous intéresse, vous pouvez reprendre un extrait sur votre site (n’excédant pas la moitié de l’article) en citant bien évidemment la source. Si vous désirez publier l’intégralité de l’article, merci de nous contacter »

Réagir à cet article

La rédaction de DailyNord modère tous les commentaires, ce qui explique qu'ils n'apparaissent pas immédiatement (le délai peut être de quelques heures). Pour qu'un commentaire soit validé, nous vous rappelons qu'il doit être en corrélation avec le sujet, constructif et respectueux vis-à-vis des journalistes comme des précédents commentateurs. Tout commentaire qui ne respecterait pas ce cadre ne sera pas publié. Evidemment, DailyNord ne publiera aucun contenu illicite. N'hésitez pas à avertir la rédaction à info(at)dailynord.fr (remplacer le "at" par "@") si vous jugiez un propos ou contenu illicite, diffamatoire, injurieux, xénophobe, etc.

Casting

Bienvenue sur Le Petit Théâtre de Martine Aubry et Xavier Bertrand, associé au pure-player d’informations DailyNord.

Tenu par le journaliste Marc Prévost, et dans le prolongement du livre le Petit Théâtre de Pierre Mauroy, il décrypte et éclaire les coulisses de la vie politique locale et nationale et parfois aussi d’autres choses. C’est son choix !

Voir la bio de Marc Prévost : Ma Bio & my Way

Contacter Marc Prévost

Pour toute remarque, question, vous pouvez contacter l'auteur du Petit Théâtre de Martine Aubry en laissant un message par là .

LES + LUS