FIN DE SÉRIE

Petite histoire Par | 08H00 | 27 août 2014

Les grandes batailles du Nord – Pas-de-Calais (8/8) : La bataille de Dunkerque, du 26 mai au 4 juin 1940

Fin de notre série estivale sur les grandes batailles du Nord – Pas-de-Calais. On termine par 1940 et la bataille de Dunkerque, pendant la Seconde guerre mondiale.

Mai 1940. En Europe continentale, les Allemands marquent des coups décisifs en Hollande, au Luxembourg et en Belgique. Les troupes alliées se replient alors sur les rives de la Meuse ainsi que dans le nord du pays, ce qui va donner lieu à la fin du mois à la bataille de Dunkerque et l’Opération Dynamo (de Dynamo Room du château de Douvres, lieu où l’organisateur du rembarquement des troupes alliées, le vice-amiral Ramsay, a établi son QG).

Le Nord encerclés par les Nazis

En dépit de leur résistance, les Alliés risquent de se retrouver pris au piège. Ils ne peuvent, sur terre, briser l’encerclement de l’armée de Hitler. Jugeant la bataille perdue d’avance, l’Angleterre ordonne à ses troupes de se replier vers Dunkerque. Il s’agit alors d’organiser dans l’urgence la retraite de plusieurs centaines de milliers d’hommes, britanniques, belges et français, au Royaume-Uni, dans un étroit corridor d’une centaine de kilomètres.

Siégeant quelques jours sur les rives de La Manche, les blindés allemands se manifestent et avancent en direction de Dunkerque. Pendant ce temps, leurs avions soumettent la ville à leurs bombardements. Toutefois le 24 mai, alors que l’avant-garde allemande n’était qu’à 15 km de Dunkerque, Hitler ainsi que Von Rundstedt ordonnent à Guderian de stopper sa progression pendant 48 heures.

L’heure est au rembarquement

Pendant ce temps, le général Gort, le chef du corps expéditionnaire britannique, prépare l’embarquement de ses troupes sans plus attendre. Les Alliés tiennent une poche étroite et organisent un corridor pour l’évacuation. Le 26 mai, environ 7 500 hommes gagnent l’Angleterre. Près de 18 000 le lendemain, 47 000 le 28 mai et 54 000 le 29 mai. Les premiers jours, le général Gort privilégiait le rembarquement des soldats britanniques. Mais Churchill a ordonné, le 31 mai, à la Royal Navy d’être plus équitable.

Sous des attaques aériennes continuelles, plus de 340 000 soldats alliés, dont 120 000 soldats français et quelques milliers de soldats belges, peuvent être évacués par Dunkerque avant sa chute, dont près d’un tiers par les plages. Laissant derrière eux tout leur matériel lourd, soit près de 2 000 canons, 60 000 véhicules, ainsi que des tonnes de munitions, de carburant et de ravitaillement. Le 4 juin au matin, les forces allemandes s’emparent de Dunkerque et font au moins 35 000 prisonniers, presque tous des Français. Le drapeau nazi flotte sur la cité de Jean Bart ou plutôt ce qu’il en reste. Bombardée durant plus d’une semaine, Dunkerque est en grande partie détruite. Cependant, si l’aviation allemande ne peut empêcher l’évacuation, les pertes alliées sont tout aussi importantes. On compte près de 150 à 200 embarcations de toutes sortes et presque autant d’avions détruits et les pertes humaines en mer sont de 4 000 à 5 000 hommes.

L’« Opération Dynamo », échec ou réussite ?

Selon Onno Ottevanger, de l’office de Tourisme et des Congrès de Dunkerque, l’opération reste une réussite : « C’est un événement majeur de l’histoire de l’Europe. Le succès de l’évacuation de 338 000 hommes de la poche de Dunkerque a été un premier revers sérieux pour l’Allemagne.»

Aujourd’hui, Le Mémorial du Souvenir, ouvert depuis 2000, est pour 80% dédié à la bataille de Dunkerque et à l’Opération Dynamo (avec une petite partie est consacrée à la Première guerre mondiale). « Il a été ouvert parce que les bénévoles estiment qu’il est important de se souvenir de ces événements douloureux et du sacrifice de milliers d’hommes qui ont donné leur vie pour que nous puissions vivre en paix » explique Onno Ottevanger. Il répond aussi à une demande britannique : « Chaque année, des Anglais viennent à Dunkerque pour découvrir un site où s’est déroulé une incroyable bataille. »

Retrouvez tous les épisodes de notre séries Les Grandes batailles du Nord – Pas-de-Calais.

Un peu plus de DailyNord ?

Réagir à cet article

La rédaction de DailyNord modère tous les commentaires, ce qui explique qu'ils n'apparaissent pas immédiatement (le délai peut être de quelques heures). Pour qu'un commentaire soit validé, nous vous rappelons qu'il doit être en corrélation avec le sujet, constructif et respectueux vis-à-vis des journalistes comme des précédents commentateurs. Tout commentaire qui ne respecterait pas ce cadre ne sera pas publié. Evidemment, DailyNord ne publiera aucun contenu illicite. N'hésitez pas à avertir la rédaction à info(at)dailynord.fr (remplacer le "at" par "@") si vous jugiez un propos ou contenu illicite, diffamatoire, injurieux, xénophobe, etc.

Les articles de DailyNord les...

Bienvenue dans la ville la plus étrange des Hauts-de-France

Elle pourrait loger 5 000 personnes, mais cette ville n'aura jamais d'habitants. Découvrez pourquoi.

Les vraies raisons de la baisse de fréquentation du Louvre-Lens

Baisse de fréquentation, impacts économiques limités sur le Lensois, DailyNord a enquêté sur le Louvre-Lens. Une enquête en trois volets à consommer sans modération.

Comment le Conseil régional compte affaiblir les associations écologistes

Baisse de subventions ou coupures sans préavis, DailyNord révèle comment le Conseil régional des Hauts-de-France a l'intention d'affaiblir les associations qui gravitent autour de l'écologie et de l'environnement. Retrouvez notre enquête.

Pour ne plus jamais louper un excellent article de DailyNord

L’unique et le seul dictionnaire officiel du Nord – Pas-de-Calais

Retrouvez toutes les définitions du Petit dico décalé du Nord - Pas-de-Calais

Les livres avec Eulalie

Mais qu’est-ce que vous êtes en train de lire ?

>>> Découvrez le DailyProjet

Partenaire