REMANIEMENT

Réflexions Par | 10H30 | 27 août 2014

Sorti des Transports, Frédéric Cuvillier rentre en poids lourd

Deux ans et demi et puis s’en va. L’un des fidèles hollandais (à une époque où DSK était encore favori) quitte le navire : Frédéric Cuvillier, secrétaire d’État chargé des Transports, de la Mer et de la Pêche. Pour rentrer dans la région avec une nouvelle stature. Et des ambitions à l’approche des régionales ?

Dommage pour DailyNord : il y a quelques jours, nous avions entrepris de vous compiler sur une carte les déplacements du Secrétaire d’Etat aux Transports. Quelles étaient ses destinations favorites selon ses déplacements officiels, son compte Twitter, etc ? Rien n’était fini, mais une première tendance se dégageait : un ministre des Transports ne voyage pas tant que ça… et c’est à Paris que ça se passe.

Ce sera désormais à Boulogne-sur-Mer. Mardi soir, on a appris que Frédéric Cuvillier ne serait pas du second gouvernement Valls. Ah, pas sur le perron de l’Elysée par la voix de Jean-Pierre Jouyet, non. Un peu avant, car pour une fois, le secrétaire d’Etat a grillé la politesse à François Hollande et Manuel Valls, comme la plupart des partants d’ailleurs. A 18h10, dans les boîtes mails des rédactions, tombait ce message :

« Je tiens à exprimer au Président de la République et au Premier ministre toute ma gratitude pour la confiance renouvelée qu’ils me témoignent en me proposant de poursuivre ma mission, en qualité de secrétaire d’Etat au sein du nouveau Gouvernement.

Si cette proposition témoigne d’une reconnaissance pour le travail effectué dans les domaines des transports, de la mer et de la pêche, je n’ai cependant pas pu lui réserver une réponse favorable.

En effet, les infrastructures, les transports et la mer doivent être la clé de voûte du pacte de solidarité décidé par le Président de la République.

(…)

Dans la configuration qui m’a été proposée, j’estime ne pas disposer de cette capacité d’action et de l’autonomie nécessaire à la réussite d’une politique cohérente porteuse d’espoir pour nos territoires et nos concitoyens, confrontés à une crise profonde.

Le bilan du travail accompli depuis près de deux ans et demi dans les domaines dont j’ai eu la charge honore, je crois, les différents Gouvernements auxquels j’ai appartenu.

(…)

J’adresse au Premier ministre, et à son Gouvernement, tous mes vœux de réussite pour que notre pays puisse surmonter les difficultés auxquelles il se trouve confronté et l’assure de mon soutien dans cette difficile tâche. »

Que retenir de ce départ ? Il y a le côté humain d’abord. La fonction de Secrétaire d’Etat, fusse-t-elle aux Transports, est fatigante, usante. Comparez une vidéo de Frédéric Cuvillier en 2012 à son entrée au gouvernement et une vidéo récente (on vous en a mis deux ci-dessous) : le ministre de tous les sinistres, l’appelait joliment La Nouvelle République, a pris quelques années. Cet été, d’ailleurs, dans La Semaine du Boulonnais, il soulignait la difficulté d’enchaîner les drames humains inhérents à sa fonction.

Tous nos articles concernant le remaniement et ses conséquences régionales

Sorti des Transports, Frédéric Cuvillier rentre en poids lourd

Mais qui est Patrick Kanner, le nouveau ministre de la Ville, de la Jeunesse et des Sports ?

Les mauvais tweets de Patrick Kanner, nouveau ministre

Le Nord – Pas-de-Calais donne à la Ville

Conseil Général du Nord : trois noms pour un fauteuil

Régionales 2015 : les jokers du PS

Longévité des ministres nordistes : les bons et les moins bons élèves

 

Premier Hollandais

Il y a le côté symbolique ensuite, qui désavoue quelque peu la politique menée par François Hollande. Frédéric Cuvilier n’a jamais été un poids-lourd du gouvernement à la Sapin ou Montebourg, voire Valls sous Ayrault. N’empêche, il était l’un des premiers fidèles. Celui qui, alors que DSK faisait la course en tête avant de s’empêtrer dans les draps du Sofitel et du Carlton, soutenait Monsieur 3% envers et contre tous. Il avait misé sur le bon cheval, et assez logiquement, avait été promu dans le premier gouvernement Ayrault ministre, avant de continuer sous Valls I. Son départ marque une fracture, même si, en plus des divergences politiques (hier, sur Itélé, il a critiqué une politique qui n’était pas audible, voir la vidéo ci-dessous), il ne faut pas oublier les jeux d’ego et d’ambition. La position du secrétaire d’Etat sous la tutelle de Ségolène Royal n’était pas forcément la plus enviable.

Reste le bilan à faire de ces deux ans et demi dans un gouvernement (un temps assez faible comparé à la longévité de certains ministres nordistes, mais l’époque n’est plus la même avec le quinquennat). Pas mauvais, pas mirobolant non plus. Frédéric de Boulogne a fait le job : SNCM, réforme ferroviaire, pêche, volonté d’expérimenter l’indemnité kilométrique à vélo, on vous promet de lui poser  la question un de ces jours, une fois l’expérience digérée. En attendant, il a fonctionné sans jamais faire de grands coups d’éclats, jamais de couacs non plus, à la différence de ses collègues. Dans un contexte de politique-spectacle permanente, ce n’est pas plus mal.

Le profil idéal pour les régionales ?

Et maintenant ? Ce retour dans le Nord – Pas-de-Calais est loin d’être un échec. En prenant les devants via un communiqué, Frédéric Cuvillier a aussi protégé son avenir politique. Le message sous-entendu : « C’est moi qui part et décide de revenir sur mes terres ». Où il est en droit de reprendre petit à petit ses mandats : député (sa suppléante, Thérèse Guilbert devrait se retirer), président de la Communauté d’agglomération du Boulonnais. Mon tout en plus du poste de maire de Boulogne-sur-Mer, qu’il avait gardé depuis mars, une exception dans le paysage politique ministériel qui n’avait pas manqué d’interroger sur son avenir à plus ou moins long terme.

Aujourd’hui, l’ex Secrétaire d’Etat aux Transports, quasiment inconnu en France il y a deux ans (et pas beaucoup plus dans le Nord – Pas-de-Calais, hors du littoral), rentre en poids lourd dans la région. Son aura d’ex-ministre n’est pas rien. Surtout dans la perspective qui s’annonce : les régionales. Qui pour contrer Marine Le Pen dans une perspective de grande région Nord – Pas-de-Calais/Picardie ? Aubry prendra-t-elle le risque ? Kanner le Lillois, nouveau ministre, ne sera-t-il justement pas trop lillois ? Cuvillier, pour le PS, a finalement un profil idéal : élu du Pas-de-Calais – bien pour lutter contre le lillocentrisme -, trait d’union entre les deux régions, encore jeune, finalement pas plus marqué que ça par la politique de François Hollande (les transports et affaires maritimes sont un secteur particulier).

D’ailleurs, la fin de son communiqué hier entrouvrait déjà quelques portes : « Je souhaite désormais consacrer toute mon énergie à une ville et à une région objets de mes passions. »

 Quand Frédéric Cuvillier est devenu ministre (2012)…


Frédéric Cuvillier après sa nomination au… par France3Nord-Pas-de-Calais

… quand Frédéric Cuvillier a laissé tomber son poste de Secrétaire d’Etat (2014)

Un peu plus de DailyNord ?

Réagir à cet article

La rédaction de DailyNord modère tous les commentaires, ce qui explique qu'ils n'apparaissent pas immédiatement (le délai peut être de quelques heures). Pour qu'un commentaire soit validé, nous vous rappelons qu'il doit être en corrélation avec le sujet, constructif et respectueux vis-à-vis des journalistes comme des précédents commentateurs. Tout commentaire qui ne respecterait pas ce cadre ne sera pas publié. Evidemment, DailyNord ne publiera aucun contenu illicite. N'hésitez pas à avertir la rédaction à info(at)dailynord.fr (remplacer le "at" par "@") si vous jugiez un propos ou contenu illicite, diffamatoire, injurieux, xénophobe, etc.

Les articles de DailyNord les...

Bienvenue dans la ville la plus étrange des Hauts-de-France

Elle pourrait loger 5 000 personnes, mais cette ville n'aura jamais d'habitants. Découvrez pourquoi.

Les vraies raisons de la baisse de fréquentation du Louvre-Lens

Baisse de fréquentation, impacts économiques limités sur le Lensois, DailyNord a enquêté sur le Louvre-Lens. Une enquête en trois volets à consommer sans modération.

Comment le Conseil régional compte affaiblir les associations écologistes

Baisse de subventions ou coupures sans préavis, DailyNord révèle comment le Conseil régional des Hauts-de-France a l'intention d'affaiblir les associations qui gravitent autour de l'écologie et de l'environnement. Retrouvez notre enquête.

Pour ne plus jamais louper un excellent article de DailyNord

L’unique et le seul dictionnaire officiel du Nord – Pas-de-Calais

Retrouvez toutes les définitions du Petit dico décalé du Nord - Pas-de-Calais

Les livres avec Eulalie

Mais qu’est-ce que vous êtes en train de lire ?

>>> Découvrez le DailyProjet

Partenaire