VENI, VIDI, VINCHY

Petite histoire Par | 10H10 | 08 juillet 2014

Les grandes batailles du Nord – Pas-de-Calais (2/8) : Vinchy, 717 ap. J-C

Deuxième épisode de notre série sur les Grandes Batailles du Nord – Pas-de-Calais. Enfin, celles que nous avons sélectionnées pour vous. Après Sabis, voici Vinchy avec Charles Martel. Ben oui, le bonhomme ne s’est pas occupé que de Poitiers.

Route de Cambrai, aujourd'hui. A l'époque de la bataille de Vinchy, Cambrai était une ville particulièrement disputée. Crédit photo Mo sur FlickR

Route de Cambrai, aujourd’hui. A l’époque de la bataille de Vinchy, Cambrai était une ville particulièrement disputée. Crédit photo Mo sur FlickR

Ne cherchez pas Vinchy sur une carte du Nord – Pas-de-Calais : il n’y a pas de commune de ce nom. C’est pourtant sur ce territoire, dans le Cambrésis, qu’a eu lieu, le 21 mars 717, une bataille importante pour l’histoire de France avec le début de la transition entre dynastie mérovingienne et carolingienne.

Cette bataille est encore moins documentée que celle du Sabis (à relire par ici) : « On ne sait même pas comment ça s’est passé ! Il y a juste deux lignes dans une chronique en latin, Le livre de l’histoire des Francs, écrit vers 730 et qui mentionne que Charles Martel, avec les Austrasiens, a battu le maire du palais neustrien : Raganfred » explique Charles Mériaux, maître de conférence en histoire du Moyen-Age à l’université de Lille 3. « On en parle parce que c’est un moment fondateur mais on ne peut pas en dire plus, il faut broder » rajoute t-il.

La cause ? Une succession houleuse

Malgré ces maigres sources, le “pourquoi” est bien connu : tout est parti d’une querelle de succession ordinaire pour l’époque. « Au début du VIIIe siècle, le roi des Francs n’est pas le roi de la France, rappelle Charles Mériaux. Il y a deux royaumes : la Neustrie, qui occupe, la région parisienne, l’Oise, la Normandie et une partie de la Loire… Et l’Austrasie, avec le Nord de la France, la Belgique et une partie de l’Allemagne. Le cœur politique du royaume des Francs se situe d’ailleurs entre Seine et Rhin. À la fin du VIIe siècle, l’avantage avait été pris par l’Austrasie avec Pépin II, à sa mort, il y a une vacance du pouvoir et la Neustrie veut reprendre son indépendance ». Nous sommes à l’époque des ” rois fainéants”, ces souverains mérovingiens qui n’ont plus de roi que le nom et ont laissé filé le pouvoir à l’aristocratie. Le maire du palais est le plus haut dignitaire, à l’origine intendant du roi, sa charge s’est accrue jusqu’à en faire un véritable gouverneur du royaume… En bref, c’est lui qui tire les ficelles.

Du côté Austrasien, Charles Martel est le fils de l’ancien maire du palais Pépin II dit “de Herstal” et aurait donc pu, naturellement, hériter de la charge… Mais voilà, il est né de la seconde épouse de son père et la première, une dénommée Plectrude fait tout ce qu’elle peut pour l’écarter du pouvoir. Elle compte assurer la régence en attendant que son petit fils Théodebald soit en âge de régner et fait donc emprisonner son rival. Alors que des révoltes commencent à éclater ça et là, Raganfred, maire du palais de Neustrie et ses troupes battent l’armée de Plectrude en 715 du côté de Compiègne… La situation bascule lorsque Charles Martel parvient à s’échapper de sa geôle et prend la tête des rebelles austrasiens pour mener le combat, préserver l’unité des royaumes et surtout prouver à tous qu’il est digne de gouverner. « Il s’est aussi battu contre sa famille pour prendre l’ascendant et montrer à l’Austrasie que c’était lui le plus à même de devenir maire du Palais » raconte encore Charles Mériaux. Le surnom de « Martel » viendrait d’ailleurs du mot « marteau » et ferait référence à sa force de frappe durant les combats. S’est-il particulièrement illustré à Vinchy ? Le mystère demeure…

Pour le champ de bataille, il faudra encore chercher…

« Les documents anciens disent que ça s’est passé près de Cambrai mais c’est tout, le lieu exact reste hypothétique » nous apprend Charles Mériaux. Vinchy est une ancienne structure intercommunale qui fait aujourd’hui partie de la communauté d’agglomération de Cambrai… Reste de nos jours “la vallée de Vinchy”, avec notamment la commune des Rues-des-Vignes où les fouilles archéologiques ont livrées des vestiges gallo-romains et mérovingiens… mais toujours aucune trace de la bataille.

« Toutefois, précise Charles Mériaux, le lieu n’est pas un hasard. Ce n’est pas anecodtique, les deux armées se rencontrent à cet endroit car l’une marchait vers la Neustrie et l’autre vers l’Austrasie. La région de Vinchy était une voie de passage importante entre les deux royaumes. Aujourd’hui on pourrait se demander ce qu’ils faisaient dans ce coin-là mais Cambrai était un territoire très disputé à l’époque ! »

 Vinchy et l’avenir du royaume des Francs

Après avoir repoussé les neustriens sur leurs terres, Charles Martel prend finalement la route de Cologne, où Plectrude est bien obligé de lui remettre le pouvoir. Vinchy est un pari réussi pour Martel, qui change ainsi son destin et celui du futur royaume de France. « C’est la bataille qui va lui permettre de se faire reconnaître comme maire du Palais dans l’ensemble du royaume des Francs », explique Charles Mériaux. C’est l’occasion pour le nouveau maire du palais de rester l’homme fort du royaume… Il place sur le trône des rois fantoches et se permet même de ne pas faire remplacer le dernier, Thierry IV, afin de rester véritablement le seul maître à bord pendant les dernières années de sa vie. « Toutefois, il n’a jamais cherché à prendre le titre de roi, c’est son fils, Pépin le Bref, qui deviendra plus tard roi par coup d’état ( inaugurant ainsi l’aire carolingienne ). Lui se contente de prendre le titre de “Prince des Francs” termine Charles Mériaux.

À Vinchy, dans le Nord-pas-de-Calais, on a donc assisté à un moment fondateur de l’histoire de France… Moment qui risque pourtant de tomber peu à peu dans l’oubli, puisqu’en l’absence de textes plus détaillés et de vestiges, chercheurs et étudiants s’en détournent. Ni thèse, ni spécialiste, ni musée… seulement quelques lignes venues du passé.

Retrouvez tous les épisodes de notre séries Les Grandes batailles du Nord – Pas-de-Calais.

4 Commentaires

  1. Voilà une histoire qui manque un peu “d’ère”.

  2. Vinchy = ancien nom de les Rues-des-Vignes (à l’époque mérovingienne justement).
    Le village de Crèvecoeur aurait de plus été rebaptisé à la suite de cette bataille tant elle fut sanglante. Les villages de Crèvecoeur et des Rues-des-Vignes étant quasiment collés on peut supposer que la bataille a eu lieu non loin de là.
    S’il y a un lieu où on s’intéresse à cette bataille c’est bien à l’archéo’site de les Rues des Vignes, avec notamment un projet de reconstitution de cette bataille.

    Signé : un étudiant en archéologie à Cambrai !

  3. Bonjour,

    Je suis directeur de l’Archéo’site de Les Rues des Vignes et j’ai publié dans la revue “Cambrésis Terre d’Histoire” n°30 (2001), dont je suis également responsable, un article bien documenté de 10 pages sur la bataille de Vinchy. Comme l’a indiqué Geoffrey Bricout, l’Archéo’site a un projet de manifestation en 2017 à l’occasion du 1300ème anniversaire de la bataille de Vinchy. Toutes les personnes susceptibles de nous épauler dans ce projet seront les bienvenues.

  4. Pour en savoir plus sur cette bataille et nous aider à la faire revivre : https://fr.ulule.com/reconstitution-de-la-bataille-de-vinchy-717-2017/

Réagir à cet article

La rédaction de DailyNord modère tous les commentaires, ce qui explique qu'ils n'apparaissent pas immédiatement (le délai peut être de quelques heures). Pour qu'un commentaire soit validé, nous vous rappelons qu'il doit être en corrélation avec le sujet, constructif et respectueux vis-à-vis des journalistes comme des précédents commentateurs. Tout commentaire qui ne respecterait pas ce cadre ne sera pas publié. Evidemment, DailyNord ne publiera aucun contenu illicite. N'hésitez pas à avertir la rédaction à info(at)dailynord.fr (remplacer le "at" par "@") si vous jugiez un propos ou contenu illicite, diffamatoire, injurieux, xénophobe, etc.

Les articles de DailyNord les...

Bienvenue dans la ville la plus étrange des Hauts-de-France

Elle pourrait loger 5 000 personnes, mais cette ville n'aura jamais d'habitants. Découvrez pourquoi.

Les vraies raisons de la baisse de fréquentation du Louvre-Lens

Baisse de fréquentation, impacts économiques limités sur le Lensois, DailyNord a enquêté sur le Louvre-Lens. Une enquête en trois volets à consommer sans modération.

Comment le Conseil régional compte affaiblir les associations écologistes

Baisse de subventions ou coupures sans préavis, DailyNord révèle comment le Conseil régional des Hauts-de-France a l'intention d'affaiblir les associations qui gravitent autour de l'écologie et de l'environnement. Retrouvez notre enquête.

Pour ne plus jamais louper un excellent article de DailyNord

L’unique et le seul dictionnaire officiel du Nord – Pas-de-Calais

Retrouvez toutes les définitions du Petit dico décalé du Nord - Pas-de-Calais

Les livres avec Eulalie

Mais qu’est-ce que vous êtes en train de lire ?

>>> Découvrez le DailyProjet

Partenaire