COUAC

Humeur Par | 09H00 | 27 juin 2014

Le VAFC dégringole, merci pour le stade du Hainaut !

Le couperet est donc tombé : sans surprise, le VAFC évoluera – au mieux – en National l’an prochain (parce que ça pourrait être pire). L’histoire d’une chute sportive vertigineuse pour celui qu’on appelait parfois le Barça du Nord,  qui appelle à d’autres questions : les collectivités devaient-elles financer un stade à 75 millions d’euros, qui sera désormais vide ?

Stade_du_Hainaut_inauguration

Le Stade du Hainaut, lors de son inauguration. Photo : Liondartois sur Commons Wikimedias.

Vous n’avez peut-être pas encore lu la meilleure. L’agglomération de Valenciennes, présidée par une sénatrice, ancienne secrétaire d’Etat, n’avait pas étudié dans son contrat avec le délégataire du service public la possibilité d’une descente en National du club local de Valenciennes au moment de signer… La pire option possible, envisagée par la communauté d’agglomération, était, selon La Voix du Nord, une seizième place en Ligue 1…

Le Mans, Grenoble, et maintenant Valenciennes. Le club du Nord – Pas-de-Calais fait désormais partie de la famille des clubs qui sont relégués administrativement à cause d’un déficit trop important. Trois clubs avec un triste point commun : un nouveau stade construit les dernières années, censé porter le club au firmament. On voit le résultat : cherchez Le Mans et Grenoble sur le site de la LFP…

A quoi va servir ce stade désormais ?

Le nouveau cas de Valenciennes appelle en tout cas une question, particulièrement dans la région. Quand arrêtera-t-on de faire des équipements sportifs démesurés/coûteux/inutiles au nom de la beauté du sport et d’un – fumeux – concept de développement du territoire ? A Valenciennes, Valérie Létard a beau parler maintenant de coût maîtrisé (“le modèle économique permet d’assumer et d’absorber sans risque les aléas liés à la réalité sportive“, La Voix du Nord), ce sont quand même 75 millions d’euros qui ont été dépensés pour un stade, qui n’a jamais sonné bien plein. A Lille, la folie des grandeurs conduit à de premières mises en examen. A Lens, on rénove pour la troisième fois en trente ans Bollaert à grands frais d’argent public (une rénovation a minima entend-t-on déjà, ce qui laisse en présager une autre dans le futur ?). Lens,  peut-être le sauveur de Valenciennes sur ce coup-là : il faudra bien occuper et rentabiliser un peu le stade du Hainaut l’an prochain, alors que les Artésiens sont privés de Bollaert-Delelis.

En espérant que ça serve de leçon ? Pas si sûr…

7 Commentaires

  1. Reste à faire la recension des louangeurs de ce stade et de ce club car la presse, prompte à chanter la gloire du foot et des clubs n’a pas fait son boulot d’investigation au moment où il le fallait càd en 2007 avant que ce projet soit lancé. Car quelle entreprise financerait un investissement de 75 M€ + intérêts et frais financiers avec un club de foot dans un milieu des plus douteux?

  2. Article à charge et qui passe sous silence le fait que d’une part, les stades doivent être aux normes de sécurité et de confort exigées par la LFP, et d’autre part que, comme toutes les infrastructures et équipements d’intérêt collectif, ils servent le développement économique, la promotion et l’attractivité résidentielle, touristique et évènementielle des territoires. Outre les rencontres sportives de tous ordres (foot, rugby), peuvent s’y dérouler des grands événements tels des concerts, ce qui sert l’image du territoire et joue sur son attractivité résidentielle auprès des entreprises et des cadres.

    Par ailleurs, la venue au Stade du Hainaut du RC Lens – qui a mis les pouvoirs publics de la région et ses clubs de foot voisins devant le fait accompli avec ses travaux et la fermeture de Bollaert pendant 18 mois – n’aidera en rien le VAFC puisque le Stade du Hainaut est la propriété de l’Agglomération Valenciennes Métropole, qui en a délégué la gestion à Vert Marine par DSP. La redevance d’occupation sera donc perçue par le délégataire pour l’Agglomération, et rien n’ira dans les caisses du VAFC. Petite précision nécessaire me semble t-il.

  3. Mais comment vous pouvez raconter des conneries sur la base de conneries de La Voix du Nord ? Le pire scenario était la 16e place de L2, de toute façon après c’est le niveau amateur.

    À Valenciennes, le dernier stade avait 81 ans, il était peut être temps de le changer ? Il n’a pas servi tout le temps le Nungesser ? N’est-ce pas ? Le stade fait 25.000 places, il sera aussi le socle d’un nouveau club.

    Arrêtez avec cette démagogie qui ne sert que le Front National …

    Valenciennes était-il condamné a gardé un stade de 81 ans ???

  4. http://www.lavoixdunord.fr/Locales/Valenciennes/actualite/Valenciennes/2011/04/15/article_apres-la-patinoire-val-metropole-confie.shtml

    Plusieurs scénarios ont été envisagés (lire par ailleurs) : selon le plus optimiste (VA finit 6e ou 7e de L1, aux portes de la Ligue Europa), Valenciennes Métropole peut espérer encaisser au minimum 695 000 E et même s’il prenait l’idée saugrenue au club de tomber en Ligue 2 (et d’y finir de surcroît 15e ou 16e), l’agglo toucherait un petit quelque chose (20 000 E minimum). Le scénario catastrophe, genre accident industriel (descente en National), n’ayant pas été envisagé, il faudrait en revanche tout renégocier dans l’hypothèse où il se produirait.

  5. VAFC, stade du Hainaut , un gâchis prévisible qu’il faut analyser avec du reculn et un regard neuf.

    Il existait dès le départ un lien malsain entre ce stade à faire comme une grosse boulette à commettre, un truc qui vous brûle l’esprit et les doigts, une patate chaude, et la situation réelle d’un club pro qui luttait constamment d’abord pour ne pas descendre de division.

    Car il ne suffit pas en foot pro d’avoir juste l’argent nécessaire à la saison qui vient, dettes à éponger comprises, mais des reins financiers solides sur plusieurs années, un tissu d’entreprises et de partenaires constant qui vous accompagne sur une décennie, un vrai projet de club à 10 ans, un centre de formation costaud et avoir un tableau de bord. C’est d’ailleurs cela que les magistrats de la DNCG prennent en considération. Et surtout il faut éviter que son sort dépende des subventions et copinages de réseaux néo-politiques à la petite semaine. Bref , virer les politiques « prêts à vous aider » du style Borloo qui quitte subitement sa golden riad de Marrakech pour donner à tous ceux qui sont dans la m… les bons conseils du genre union sacrée et tout le bataclan. En posant des bases précipitées, fugaces, bling-bling, bref feu de paille, au retour d’un club pro à Valenciennes dans le haut niveau, il préparait l’inévitable chute. Elle est là, et lui il est parti se reposer…

    VAFC est bien plus devant son manque de projet avec un grand « P » que face à des dettes. Avec le premier, il aurait pu régler les secondes. Il n’est tout simplement pas crédible et ses amis politiques non plus, le Borloïsme s’achève au tribunal de Commerce, pas très glorieux comme raccourci très symbolique. Hélas prévisible, souvenez-vous de Roger Rocher à Saint-Etienne.

    L’Histoire représente toujours les mêmes plats à son banquet .

    L’argent public n’a rien à faire dans le sport pro , les politiques non plus. C’est cela la grande leçon de VAFC’s story. Halte aux bouées trouées lancées depuis les balcons dorés parisiens !

    Autre chose d’encore plus grave. Les élus valenciennois savaient TOUS que ça pouvait mal finir – ils en parlaient entre eux- et que ce montage était branlant. Mais les politiques lensois qui ont fait plonger le RC Lens, les politiques lillois qui flirtent aujourd’hui avec la taule et ont un déficit chronique de 12 Me s’en remettant aux finances du gropupe Seydoux qui commence à la trouver longue, les politiques valenciennois qui regonflent leurs bouées de sauvetage et rebranchent la machine à excuses, vivent tous sciemment assis sur une équation déjà dénoncée par JP Sarte , Albert Camus ou Raymond Aaron: « ma fonction+mon intérêt personnel+ mon pouvoir = les prochaines élections à gagner par n’importe quel moyen et surtout pas l’honnêteté intellectuelle », cette dernière « peu rentable électoralement » comme le rappelait Edgar Faure.

    Que les jeunes socialistes valenciennois s’étonnent de ce que la Droite a fait (avec l’aide des élus de gauche au sein de l’Agglo, quand-même hein ?) dans ce dossier sportif est comique, carrément naïf ou – je préfère- très calculé.

    Regardons deux minutes ailleurs…A quelques km de Valenciennes, des socialistes viennent lundi dernier d’en faire une bien belle eux-aussi en arrêtant tous les chantiers de leur territoire en raison d’une dette de 20 M€ en cours. Ca partait de loin pourtant cette histoire…Ils avaient augmenté des commandes de construction entre 2009 et 2013 de 9 M€ à 46M€, ils découvrent en 2014 un trou de 20M€, très discrètement mais assez piteusement sentant le clash arriver l’ancien président d’agglo Rémi Pauvros avait commencé à alerter les débiteurs (des communes), ils leur faudrait rembourser à l’Agglo les 14 M€ de dettes, et évaluer maintenant le montant de ces travaux stoppés et le coût des dédits, est hors de portée puisque dedans il y a notamment un ANRU…

    Quel rapport avec VAFC ? Que tout cela n’est pas une question de PS ou UDI ou UMP, mais d’une fonction politique française structurellement et intellectuellement incapable de gérer par incompétence et recherche systématique de son profit personnel, de telles entreprises et situations.

    Où est la voie ? Dans un contrôle systématique des projets (pas des décisions mais des projets) des politiques et les mettre au placard tant que les conséquences n’ont pas été simulées et déclarées d’utilité publique réelle. Les contrôles de légalité sont une vaste blague et d’ailleurs ils ne se font quasiment plus…ils ne suffisent pas à prouver qu’un stade est nécessaire à une ville ! Cette procédure préalable se fait en Allemagne depuis les années 70, l’administratif contrôle et valide le politique dans un cadre régional et non national. Il n’y aurait pas eu d’affaire VAFC en Allemagne où tous les clubs sont 100% privés grâce à leurs sponsors, il n’y a pas de ministre des sports en Allemagne. Seule la France a conservé de tels liens entre les politiques et le sport pro. Mais qui s décidé de ça en France ? Les politiques bien sûr.

    Que l’argent public ne serve qu’à la cause publique, le foot pro n’en est pas une et au moment, encore à Valenciennes, où de nombreux scandales mettent cette ville à la Une d’une presse friande de sensationnel – mais le sensationnel est doublement gênant quand il ne fait que relater la vérité – (le SIA par exemple et sa plantureuse station d’épuration « propre » qui a coûté 9 M€ rien qu’en études préliminaires…), l’Agglo continue de creuser sa dette en rachetant rubis sur l’ongle (7 M€ environ) et dans la précipitation d’un Titanic qui coule, un Centre de formation qui n’attirera plus les futurs talents puisqu’on ne prépare pas sa carrière dans un club de National…Ce n’est pas de replâtrage qu’il s’agit à Valenciennes mais de changer radicalement de chantier et de couler une dalle neuve avec un édifice repensé, des financements raisonnables à 10 ans assurés et garantis par des gens sérieux dont c’est le métier et comme disent les banquiers qui examinent un business-plan : « ôtez-moi de ça ces promesses de subventions s’il vous plaît ! »

  6. Le départ de Borloo a créé un appel d’air dans lequel certains ont voulu s’engouffrer pour renverser la Citadelle. Or l’actualité récente montre que les Valenciennois sont attachés au Borlooïsme, n’ont pas la mémoire courte et ne se sont pas laissés bernés par les poujadistes. D’affaires, il n’en n’est pas question, la justice n’a encore rien ouvert, et je pense que c’est surtout va-infos qui va morflé suite à leurs allégations.

    Des dossiers bien pourris qui ont fait chuté des citadelles, j’en connais que deux : le MegaloZoo de Rémi Pauvros qui l’a fait chuter, et la MegaArena de Dunkerque qui a plombé Michel Delebarre. De l’argent public pour des projets inutiles, on a les deux meilleurs exemples.

    Concernant le Stade de Lille, le montage juridique PPP est bien plus dangereux pour les deniers publics et les contribuables que celui de Valenciennes. Dans le cas d’un scénario valenciennois, on va le payer longtemps le grand stade. Par ailleurs, le différentiel entre Nordpac et Effage, qui intéresse la justice, est plus important que le seul prix du Stade du Hainaut : 100M€ contre 75M€. Et tout le monde oublie les 30M€ engloutis dans le dossier Grimponprez Jooris 2 par Martine Aubry.

  7. Rien a rajouter au discours plein de bon sens d’Urbain

Réagir à cet article

La rédaction de DailyNord modère tous les commentaires, ce qui explique qu'ils n'apparaissent pas immédiatement (le délai peut être de quelques heures). Pour qu'un commentaire soit validé, nous vous rappelons qu'il doit être en corrélation avec le sujet, constructif et respectueux vis-à-vis des journalistes comme des précédents commentateurs. Tout commentaire qui ne respecterait pas ce cadre ne sera pas publié. Evidemment, DailyNord ne publiera aucun contenu illicite. N'hésitez pas à avertir la rédaction à info(at)dailynord.fr (remplacer le "at" par "@") si vous jugiez un propos ou contenu illicite, diffamatoire, injurieux, xénophobe, etc.

Les articles de DailyNord les...

Bienvenue dans la ville la plus étrange des Hauts-de-France

Elle pourrait loger 5 000 personnes, mais cette ville n'aura jamais d'habitants. Découvrez pourquoi.

Les vraies raisons de la baisse de fréquentation du Louvre-Lens

Baisse de fréquentation, impacts économiques limités sur le Lensois, DailyNord a enquêté sur le Louvre-Lens. Une enquête en trois volets à consommer sans modération.

Comment le Conseil régional compte affaiblir les associations écologistes

Baisse de subventions ou coupures sans préavis, DailyNord révèle comment le Conseil régional des Hauts-de-France a l'intention d'affaiblir les associations qui gravitent autour de l'écologie et de l'environnement. Retrouvez notre enquête.

Pour ne plus jamais louper un excellent article de DailyNord

L’unique et le seul dictionnaire officiel du Nord – Pas-de-Calais

Retrouvez toutes les définitions du Petit dico décalé du Nord - Pas-de-Calais

Les livres avec Eulalie

Mais qu’est-ce que vous êtes en train de lire ?

>>> Découvrez le DailyProjet

Partenaire