AFFAIRE LMCU/GRAND STADE

Réflexions Par | 12H45 | 14 juin 2014

Grand stade : dernières peccadilles et vilaines manies de toujours à Lille Métropole

Ce n’est pas la première fois que la communauté urbaine de Lille Métropole est sur le devant de la scène politico-judiciaire. Et l’affaire du Grand Stade – on parle de nouvelles mises en examen – risque de ressembler à un chemin de croix pour l’institution et ses élus. Retour sur quelques “péchés”, dérapages et autres sorties de route de LMCU. 

Le Grand Stade – ou stade Pierre-Mauroy – est la dernière affaire touchant LMCU. Photo : Stéphane Dubromel.

Pierre Mauroy et l’emploi fictif

C’est l’affaire la plus spectaculaire. Parce qu’elle mettait en cause directement l’ancien président Pierre Mauroy, condamné par le tribunal de Lille pour avoir accordé en 1992 un emploi fictif à la communauté urbaine à une collaboratrice qui exerça moultes fonctions dans le sillage de l’ancien premier ministre. L’affaire sera définitivement jugée* presque vingt ans plus tard après rebondissements de procédure pendant onze ans. Un scenario digne d’un roman d’Agatha Christie d’autant que le spectre de la machination politique pointa son museau, la titulaire du contrat étant par la suite une élue de Paris ferraillant contre un certain Jean Tibéri, l’ancien maire RPR de la capitale. Il aura fallu la ténacité d’un Eric Darques, le Bob Morane régional à la source de plusieurs affaires brûlantes dans la région, pour voir aboutir ce qui aurait pu s’enliser dans les sables mouvants d’une justice ankylosée. Pas de quoi rouvrir Alcatraz, m’enfin, bon…Quand on questionnait les fonctionnaires de LMCU sur le sujet, ils répondaient d’un air discrètement narquois : “un seul emploi bidon ? “.

La chambre régionale des comptes se pencha bien à plusieurs reprises sur le gloubi-boulga de certains contrats de travail approximativement rédigés sur fond de statuts flous et de fonctions mal définies. En question les privilèges et cumuls d’avantages, le plus souvent passés à la trappe après observations officielles mais que personne ne songeait à remettre en cause. On retiendra que vers la fin des années 90, pas moins de cinq magistrats spécialisés passèrent presque trois années à disséquer contrats et actes administratifs pour tenter de séparer le normal de l’anormal…A l’automne 2000, une fournée de contrats de travail passent à la moulinette de la CRC qui relève alors que “leurs activités ne présentaient pas toutes un intérêt communautaire“. Des critiques mais pas de blâme comme le relève Nord Eclair (11 octobre 2000). De même, l’agence d’urbanisme et de développement, qui avait porté avec un certain succès la candidature de Lille au J.O de 2004, et qui était directement adossée à la communauté urbaine, sera passée au tamis des limiers de la chambre des comptes. Qui dressèrent une liste de reproches techniques portant sur certains avantages octroyés et autres contrats de travail nébuleux et dont l’effet sur Pierre Mauroy sera d’ordre tellurique. Et Jupiter de déchaîner ses foudres en pleine séance plénière sur ces chenapans de magistrats ” Je n’accepte pas ces observations. La fonction publique – NDLR : les juges –  ne voit pas les grands mouvements internationaux“. Pas étonnant que l’ancien maire de Lille restât longtemps dans la ligne de mire de la justice. De même, le drame d’un Jean-Claude Sabre, directeur de Triselec, organisme de valorisation des déchets adossé à la communauté urbaine, est-il éloquent. Discret, ce proche du député socialiste Bernard Roman a été trésorier des campagnes municipales lilloises. Mais son salaire “extravagant ” et sa gestion dispendieuse ont été pointées du doigt en 2012 et jetés sur la place publique. Poussé à la démission, il mit fin à ses jours.

L’eau qui coule

Une grande affaire. Parce qu’elle concerne des sommes importantes qui touchent directement le porte-monnaie du contribuable consommateur. Les accords qui lient la métropole avec Suez-Véolia-Eaux du Nord pour la distribution et l’assainissement de l’eau datent de 1985. La multinationale se taille la part du lion. L’établissement laisse couler. Parmi les questions toujours posées : Où sont passés les quelque 160 millions d’euros censés entretenir le réseau de distribution ? Un reliquat de provisions qui attise la curiosité des juges. Le dossier est complexe et il y a de quoi se noyer. Y compris le poisson ?

Arthur Notebart, l’art de la poignée de main

Le deuxième président de la communauté urbaine de Lille, autocrate parfois inspiré, souvent solitaire, toujours craint, était un adepte du management oral et de la diplomatie secrète. Entendez par là que le formalisme administratif se réduisait à une poignée de main et des promesses verbales à géométrie variable. Et la décentralisation parfois anarchique des années 80 n’arrangeait rien. Une mauvaise habitude et des vilaines petites manies dont on paie encore les conséquences. Anecdote : Pierre Mauroy, qui venait de succéder à Notebart en 1989, avait demandé à Gilles Johanet, ancien de son cabinet de Matignon, de prendre la direction générale des services de l’établissement. Après un rapide tour du propriétaire pour évaluer la tâche, le haut fonctionnaire déclina l’invitation.

Bernard Flotin entre corruption passive et trafic d’influence

Le sieur Bernard Flotin, aujourd’hui disparu, était sur la sellette judiciaire pour corruption passive, trafic d’influence et autres peccadilles alors qu’il était un des secrétaires généraux adjoints de la communauté urbaine de Lille. Il sera détenu à la maison d’arrêt de Compiègne et l’histoire déclencha une petite tempête dans le landerneau lillois au tournant du millénaire, surtout côté socialiste. Précisons que les faits incriminés concernaient ses activités quand il était en poste à la…mairie de Lille. De toute façon, c’était le même patron, Pierre Mauroy qui aura beau jeu de souligner ” ...qu’il y a des limites qui ne doivent absolument pas être dépassées“. Pierre Dac n’aurait pas dit mieux. En l’occurrence, l’exfiltré ne passa pas entre les mailles du filet.

Grand Stade, le Viêt-Nam de Martine Aubry

Votre serviteur avait écrit il y a quelques années (dans le vilain petit canard anar La Brique) que le grand stade serait le Viêt-Nam de Martine Aubry, à la tête de LMCU dès 2008, juste après le psychodrame de l’attribution contestée du chantier, dernier acte de la présidence Mauroy. Et puis plus rien. La maire de Lille a perdu la présidence de LMCU en mars dernier mais pas les commandes. La plupart des élus de l’assemblée de l’époque ont voté pour et beaucoup sont concernés par les négociations et les coulisses d’une décision dont on ne sait pas encore le fin mot, et nombre d’entre eux siégent encore dans l’hémicycle communautaire. Et voilà que la justice joue les snipers avec la mise en examen surprise de deux fonctionnaires (pour faux en écriture présumés – voir La Voix du Nord, Atlantico ). C’est cela la guerilla. Avant la guerre civile ?

* Le Figaro du 15 décembre 2011, la cour d’appel confirmant le volet civil le jugement du tribunal correctionnel du 4 février (Libération et Le Figaro du 5 février 2011, le parquet avait alors requis le non-lieu),

Un peu plus de DailyNord ?

2 Commentaires

  1. Et après on se plaint d’abstention, de scission entre la et le politique et le citoyen, de notre democratie representative qui s’affaiblit… Pas etonnant! Et malheureusement il n’y a pas que LMCU, ce serait plutot l’exemple qui confirme la regle.

  2. La grand stade une “peccadille” alors que la facture s’alourdit de plus en plus et que commencent les mises en examen ? Et ce timing ! Le rideau se dechire juste après les municipales… Dèjà que dans la brochure electorale de Martine Aubry,la photo du machin etait absente tandis que les mots Stade PIerre Mauroy n’apparaissaient qu’une fois en bas d’une colonne et en petits caractères.

Réagir à cet article

La rédaction de DailyNord modère tous les commentaires, ce qui explique qu'ils n'apparaissent pas immédiatement (le délai peut être de quelques heures). Pour qu'un commentaire soit validé, nous vous rappelons qu'il doit être en corrélation avec le sujet, constructif et respectueux vis-à-vis des journalistes comme des précédents commentateurs. Tout commentaire qui ne respecterait pas ce cadre ne sera pas publié. Evidemment, DailyNord ne publiera aucun contenu illicite. N'hésitez pas à avertir la rédaction à info(at)dailynord.fr (remplacer le "at" par "@") si vous jugiez un propos ou contenu illicite, diffamatoire, injurieux, xénophobe, etc.

Les articles de DailyNord les...

Bienvenue dans la ville la plus étrange des Hauts-de-France

Elle pourrait loger 5 000 personnes, mais cette ville n'aura jamais d'habitants. Découvrez pourquoi.

Les vraies raisons de la baisse de fréquentation du Louvre-Lens

Baisse de fréquentation, impacts économiques limités sur le Lensois, DailyNord a enquêté sur le Louvre-Lens. Une enquête en trois volets à consommer sans modération.

Comment le Conseil régional compte affaiblir les associations écologistes

Baisse de subventions ou coupures sans préavis, DailyNord révèle comment le Conseil régional des Hauts-de-France a l'intention d'affaiblir les associations qui gravitent autour de l'écologie et de l'environnement. Retrouvez notre enquête.

Pour ne plus jamais louper un excellent article de DailyNord

L’unique et le seul dictionnaire officiel du Nord – Pas-de-Calais

Retrouvez toutes les définitions du Petit dico décalé du Nord - Pas-de-Calais

Les livres avec Eulalie

Mais qu’est-ce que vous êtes en train de lire ?

>>> Découvrez le DailyProjet

Partenaire