L'autre information du Nord – Pas-de-Calais

Régionales 2015 : Pourquoi l’affaire du grand stade peut faire gagner Marine Le Pen

Petit théâtre de Martine Aubry | Région Par | 14 juin 2014

Résumons. Une Marine le Pen à 35 % dans la région aux dernières européennes. Un PS dont les militants tiédissent à mesure que les affaires déciment leur camp, une UMP qui n’en finit pas de régler ses comptes sur fond d’autres affaires, plus nationales celles-là, une démocratie partisane en berne à gauche comme à droite, un électorat lassé ou exaspéré et dont une partie se réfugie dans le vote extrême. L’affaire du grand stade a ceci de particulier qu’elle réunit les deux camps dans le même péché, celui d’un marché public opaque et dans lequel arrangements entre amis et combinazione ont attiré l’oeil des juges. Ajoutez une bonne dose de pognon à hauteur de centaines de millions d’euros, des multinationales du bâtiment, de la fiscalité himalayesque, des mega subventions pour participer à la construction- 45 millions d’euros – accordées par le…conseil régional…Tout ce que le vote FN aime détester et sanctionner, et je ne parle même pas du vieil antagonisme métropole lilloise/reste de la région. Pauvre gauche qui dépense l’argent public pour s’attirer l’opinion avec un super stade de foot et se rabibocher avec ses électeurs et qui se retrouve dans les rêts de la justice…au moment de la coupe du monde de football. On voudrait en faire un épouvantail UMP/PS que l’on ne s’y prendrait pas autrement ! On voudrait nourrir le discours électoral de Marine Le Pen qu’on agirait pas autrement ! Un vrai chiffon rouge agité devant le taureau ! Mais là c’est le taureau qui mène la danse. Une corrida inversée mère de tous les dangers pour les pouvoirs sortants*.

Et en premier celui du conseil régional, dont ce blog traite régulièrement quant à la dévolution du président socialiste sortant, Daniel Percheron. Dans l’affaire du grand stade, deux premiers noms viennent d’être livrés**. Il s’agit de fonctionnaires de LMCU. Mais comme on pouvait le subodorer (voir billet du 4 juin : Grand Stade : il manque un paratonnerre), les recherches s’orientent maintenant du côté des élus. Si Martine Aubry, qui fut présidente de LMCU de 2008 à 2014 et actuellement deuxième vice-présidente, est mise en cause***, c’en sera fini de l’éventuelle hypothèse d’une candidature de la maire de Lille au conseil régional l’année prochaine pour tenter de sauver un bastion historique de la gauche et qu’elle a toujours occupé. Hypothèse à peine en gestation, j’en conviens. Ajoutons que l’ancienne directrice du travail n’en a pas fini avec sa mise en cause dans l’affaire de l’amiante. Théoriquement, tous les membres du bureau de la communauté urbaine de l’époque peuvent avoir à répondre dans le bureau d’un juge. Ainsi, Pierre de Saintignon, pressenti depuis deux ans pour aller au feu des élections régionales et choisi par les instances fédérales. D’autres possibilités s’offrent au PS et à l’UMP (pour le premier : Bernard Roman, Patrick Kanner,…). Nous les avons déjà analysées et nous aurons l’occasion d’en reparler. Mais PS et UMP partiraient lestés du même handicap, une affaire à tiroirs qui sera de plus en plus lourde à porter devant l’opinion des électeurs. Le choix d’une tête de liste pour les régionales, comme de la liste elle-même, est toujours une bataille d’ego sanglante où prospèrent rancune et détestation. Pour l’année prochaine, c’est le juge lui-même qui élaguera et choisira. A gauche comme à droite. Mais pas au FN.

* Et juste après la “défiançailles” du Nord-Pas de Calais avec la Picardie, rapprochement dont je pensais qu’il s’agissait d’une vraie prime à Marine le Pen (voir billet du 20 mai, Après municipales), qui, forte d’une super-région, avait toutes les chances de son côté dans le cadre d’une triangulaire par exemple. Mais comment déminer le terrain désormais ?

** Par le site Atlantico, puis par la Voix du Nord. J’ajoute qu’il s’agit de fait présumés et que la présomption d’innocence s’applique bien évidemment.

*** Comme l’évoque le P.V de police du 10 décembre 2013, repris par Atlantico, qui cite également la sénatrice communiste Michelle Demessine, ex-présidente de la commission “grand stade”. Et évoque même de possibles faits de favoritisme qui restent à prouver,

Ce contenu est © DailyNord. Si cet article vous intéresse, vous pouvez reprendre un extrait sur votre site (n’excédant pas la moitié de l’article) en citant bien évidemment la source. Si vous désirez publier l’intégralité de l’article, merci de nous contacter »

3 Commentaires

  1. Bien vu Marc et tu ne sais encore pas tout surement

  2. Ceux qui professionnellement ont eu à repondre à des marchés publics savent que chaque candidat evincé lors d’un appel d’offres peut deposer un, recours au tribunal administratif. Il dispose pour cela d’un délai de deux mois pour bâtir sa requête. Plus le montant du marché est important, plus il est utile d’en deposer un… D’autant plus que la procedure du contrat de partenariat public privé diminue considerablenent la concurrence à ceux qui peuvent assurer la totalité d’un projet, fût ce celui d’un stade. Rater un marché quand il y a 20 candidats, c’est bisquant. Quand il y en a 3 seulement, c’est rageant. Pire, quand depuis des semaines, la PRM la personne responsable du marché, – dans le cas présent P Mauroy – utilise la prétérition, sa figure de style préférée, pour vous designer à mots couverts dans les media comme le putatif laureat, c’est outrageant…

  3. Bouygues évincé, les fonctionnaires et les experts s’attendaient à un ou des recours de la part de ce candidat au PPP – le DGS l’indique dans ce fameux PV accessible depuis le site de VDN –mais rien, pas un mot, pas un commentaire, pas un communiqué. Stupefiant si on se souvient que Bouygyes respectait parfaitement l’epure financière imposée.Ce qui etonne parce qu’un tel contrat avec une collectivité pendant 30 ans, c’est de l’or en barres. On peut donc imaginer que Bouygues ait été « désinteressé « pour qu’Eiffage soit sûr que cette société ne depose pas le recours juridique qui s’imposait. Comment et par qui .. ? Selon toute logique, il y a un volet LMCU à cette affaire mais aussi un volet Eiffage dont l’actualité «  People « lilloise a revélé les pratiques curieuses pour obtenir des contrats.

Réagir à cet article

La rédaction de DailyNord modère tous les commentaires, ce qui explique qu'ils n'apparaissent pas immédiatement (le délai peut être de quelques heures). Pour qu'un commentaire soit validé, nous vous rappelons qu'il doit être en corrélation avec le sujet, constructif et respectueux vis-à-vis des journalistes comme des précédents commentateurs. Tout commentaire qui ne respecterait pas ce cadre ne sera pas publié. Evidemment, DailyNord ne publiera aucun contenu illicite. N'hésitez pas à avertir la rédaction à info(at)dailynord.fr (remplacer le "at" par "@") si vous jugiez un propos ou contenu illicite, diffamatoire, injurieux, xénophobe, etc.

Casting

Bienvenue sur Le Petit Théâtre de Martine Aubry et Xavier Bertrand, associé au pure-player d’informations DailyNord. Tenu par le journaliste Marc Prévost, et dans le prolongement du livre le Petit Théâtre de Pierre Mauroy, il décrypte  et éclaire les coulisses de la vie politique locale et nationale et parfois aussi d’autres choses. C’est son choix !

A lire sur DailyNord

Me contacter

Pour toute remarque, question, vous pouvez me contacter en laissant un message par là .