RETOUR VERS LE PASSÉ

Petite histoire Par | 07H00 | 24 juin 2014

Ça se passait en juin 1914 dans le Nord-Pas-de-Calais

DailyNord continue son exploration des archives de l’Echo du Nord en 1914. Place aux actualités de juin, entre un homme du Nord pour sauver l’Elysée, un maire de Lille démissionnaire et réélu et une tarte à la crème mortelle. Alors que le 30 juin, on apprenait la mort de l’archiduc héritier d’Autriche et sa femme à Sarajevo, un événement qui allait à jamais changer la face du monde et du Nord – Pas-de-Calais.

L'…cho du Nord (soir)

Une de L’Écho du Nord en juin 1914. Le journal nordiste se félicite de l’arrivée d’Alexandre Ribot, de Saint-Omer, à la tête de l’Etat. Son gouvernement ne durera que… quelques jours !

Un homme du Nord pour sauver la France ?

L’Écho du Nord a beau faire sa une avec l’actualité nationale et internationale, le journal ne perd jamais une occasion de vanter la région. En juin 1914, en France, la grande crise ministérielle préoccupe les Français : depuis les législatives, tout fout le camp ! Le gouvernement Doumergue démissionne le 2, il faut en constituer un nouveau de toute urgence, et composer avec la majorité de sièges socialistes. Mais qui va s’y coller ? Viviani, Delcassé, Deschanelet et Peytral : ils sont nombreux à échouer. Finalement, le 9 juin, L’Echo du Nord est fier, très fier, puisque c’est à un Nordiste que le président Poincaré fait appel : l’ancien ministre et « éminent sénateur du Pas-de-Calais » Alexandre Ribot. Pour le journal, très objectivement, « M. Ribot est au parlement l’orateur le plus écouté, parce qu’il est le mieux informé, le plus méthodique et le plus clair… et que l’on soit de son avis ou qu’on en diffère, tout le monde rend hommage à son courage civique et à son éloquence ! » Mais plus important : c’est un homme du Nord… et les hommes du Nord, c’est rare au gouvernement. Après les échecs successifs, « c’est lorsqu’il faut appeler au service du pays l’expérience, la sagesse, la science politique dans ce qu’elle a de plus noble et de plus sûr, qu’on se souvient que le Nord existe. » On rappelle encore que la région est une « réserve de bon sens, de pondération et de richesse nationale».  Rien que ça ! L’homme forme un gouvernement : « Ribot au pouvoir ! » titre  L’Echo du Nord, les articles sur le personnage se multiplient, on parle de ses petites habitudes, de sa vie dans sa bonne ville natale de Saint-Omer. Mais voilà, quelques jours plus tard, c’est déjà fini, le sauveur providentiel démissionne. Et m…

 À Lille, le feuilleton des irrégularités électorales continue… mais le maire démissionnaire est réélu

Suite au fiasco des législatives, le juge d’instruction Gobert se retrouve avec la tâche fastidieuse d’éplucher les listes électorales pour repérer les électeurs fictifs et ensuite procéder à des interrogatoires (voir le précédent volet de notre série, consacré à mai 1914). Le journal Le Réveil du Nord publie des noms d’électeurs “inconnus”. Et reçoit en échange des dizaines de réclamations d’électeurs bien réels qui ne comptent pas se laisser accuser… L’affaire se complique de jour en jour. Finalement, Henry Ghesquière, député du Nord, se constitue partie civile lors du procès des deux frères Gallet et De Cloedt et des ouvriers Kain et Vilain, tous sont accusés d’avoir voté plusieurs fois avec de faux papiers. Ils sont condamnés respectivement à deux et trois mois de prison, assortis d’une lourde amende. L’homme à l’origine de la fraude, le religieux frère Cyrille, Lesage de son vrai nom, est également condamné… Il avait, entre autres, fourni les cartes d’électeurs illicites.  À la fin du mois, c’est monsieur Billiaert, sous-chef de bureau du service des élections qui est inculpé de fraude électorale même s’il clame son innocence… L’adjoint au maire, Florent Binauld, en prend aussi pour son grade et perd sa place au conseil municipal, qui rappelons-le, n’a plus de maire depuis mai. Le 26 juin, le conseil municipal se réunit… et c’est finalement le démissionnaire Charles Delesalle qui est réélu à la quasi unanimité. Politique, ton univers impitoyable.

Quand les « gracieuses téléphonistes lilloises » avaient la migraine

Dans la région, en 1914, les standardistes de la compagnie de téléphone se plaignaient de devoir porter un casque trop lourd à longueur de journée et réclamaient le droit de porter un modèle plus récent et léger. Le 3 juin, L’Echo du Nord annonce qu’elles ont enfin eu gain de cause. « Elles pourront avant peu coiffer le casque élégant de leurs collègues parisiennes. » L’occasion aussi pour le journal d’expliquer au public à quoi ressemble un casque téléphonique : « un serre tête, lourd, encombrant et incommode qui serre littéralement la tête comme un étau ».

L’année 1914 à travers les archives de L’Echo du Nord

Retrouvez les autres épisodes de notre série “Ça se passait dans le Nord – Pas-de-Calais en 1914”.

Mortelle tarte à la crème

En juin 1914, le hameau de Sanghem, près de Licques, est en émoi : c’est une histoire digne d’un vieux polar qui tombe sur une famille vraiment malchanceuse. Les Butor viennent tout juste de perdre leur maison dans un incendie, mère et enfants se réfugient à Sanghem. Et là, étrange, un beau matin, elle trouve sur le pas de sa porte deux mystérieuses tartes à la crème qui lui sont adressées. A l’époque, se faire des petits cadeaux entre voisins était courant. On ne s’est pas posé trop de questions avant de déguster l’une des tartes. Sidonie Butor remarque bien « un goût piquant » mais bon, pas de quoi s’alarmer… Bilan ? Tous ceux qui y ont gouté se mettent à vomir. C’est seulement après avoir tué son chien, deux chats et deux poules en leur donnant de la tarte que le voisin, venu à la rescousse, admet qu’il s’agit bien de poison et appelle le médecin.

L’affaire se solde par la mort d’un des enfants, tandis que la mère et les deux autres se remettent péniblement. Mais qui est donc le coupable ? Le mari, porté sur la bouteille et disposant d’arsenic sur son lieu de travail, est rapidement placé en détention mais il a un alibi. Finalement, la police se met à envisager un lien avec l’incendie du domicile familial : cette maison était au cœur d’une guerre de succession entre le père Butor et sa sœur. La tante aurait-elle voulu se venger des héritiers légitimes de ce bien, à savoir ses propres neveux ? Sordide.

En 1914, il y avait déjà des sous-doués du banditisme

Du côté de Tourcoing, on n’est pas peu fiers d’annoncer la capture « d’une bande de malfaiteurs internationaux »! L’aspect « international » laisse toutefois perplexe : c’est juste que l’affaire se passe entre Mouscron et Tourcoing ! Les bandits chevronnés venaient de faire un gros coup avec le cambriolage d’une fabrique de chaussures  où ils avaient trouvé argent, pièces d’or et bijoux. Les voleurs se prenaient pour des pros : une jeune femme avait repéré les lieux pour qu’ensuite la bande puisse entrer avec une faussé clé. Cela dit, ce sont des erreurs plus grosses qu’eux qui les ont fait plonger : un mécontent qui n’avait pas reçu sa part du butin s’est mis à se vanter de ses méfaits après quelques verres. La rumeur publique n’avait plus qu’à mener la police jusqu’à lui. La complice féminine, quant à elle, s’était rapidement débarrassée de son revolver… dans le jardin d’un représentant des forces de l’ordre ! Comble du ridicule, elle était venue le réclamer le lendemain matin, donnant, qui plus est, le même nom que lors de son repérage à la fabrique de chaussures.

Quand on vient expliquer au Nord qu’il faut repeupler la France !

Une grande réunion légèrement alarmiste à lieu à Lille puis au “Casino Palace” de Roubaix : une brochette de conférenciers, dont « M. Rossignol, apôtre de la repopulation » est venue expliquer aux Nordistes que la France est « un pays de célibataires et de fils uniques ! » « Le fait dominant du vingtième siècle sera la disparition de la France » prédit-on à l’époque… Comment enrayer le phénomène ? Pourquoi pas le « vote plural »? C’est à dire, pour un homme, avoir autant de voix que d’enfants… Original.

Petites scènes de vie ordinaires

À Berck-sur-Mer, on est particulièrement fier, car une toile du peintre Francis Tattegrain va sans doute être achetée par la ville de Paris. Elle représente  “Marie la Boulonnaise” dans l’exercice de ses fonctions. Ben oui, “la grosse Marie”, tout le monde à Berck la connait : c’est la poissonnière.

A Lille, la mairie rappelle à l’ordre les cavaliers, automobiles et autres vélocipèdes qui se garent vraiment n’importe où pendant les courses hippiques à l’Hippodrome de Lambersart.

En toute fin de mois, les commémoration des 700 ans de la bataille de Bouvines débutent avec une retraite au flambeau à laquelle participent 50 000 lillois… On veut se rappeler comment “l’envahisseur Germain fût rejeté ” par une “France obstinée à demeurer latine“… Une résonance particulière quelques semaines avant le début de la guerre. D’ailleurs, le 30 juin, à la une de L’Echo du Nord, il y a LA nouvelle : « L’archiduc héritier d’Autriche et sa femme tués à Sarajevo ». L’histoire est en marche. Et on vous donne rendez-vous le mois prochain.

Un peu plus de DailyNord ?

Réagir à cet article

La rédaction de DailyNord modère tous les commentaires, ce qui explique qu'ils n'apparaissent pas immédiatement (le délai peut être de quelques heures). Pour qu'un commentaire soit validé, nous vous rappelons qu'il doit être en corrélation avec le sujet, constructif et respectueux vis-à-vis des journalistes comme des précédents commentateurs. Tout commentaire qui ne respecterait pas ce cadre ne sera pas publié. Evidemment, DailyNord ne publiera aucun contenu illicite. N'hésitez pas à avertir la rédaction à info(at)dailynord.fr (remplacer le "at" par "@") si vous jugiez un propos ou contenu illicite, diffamatoire, injurieux, xénophobe, etc.

Les articles de DailyNord les...

Bienvenue dans la ville la plus étrange des Hauts-de-France

Elle pourrait loger 5 000 personnes, mais cette ville n'aura jamais d'habitants. Découvrez pourquoi.

Les vraies raisons de la baisse de fréquentation du Louvre-Lens

Baisse de fréquentation, impacts économiques limités sur le Lensois, DailyNord a enquêté sur le Louvre-Lens. Une enquête en trois volets à consommer sans modération.

Comment le Conseil régional compte affaiblir les associations écologistes

Baisse de subventions ou coupures sans préavis, DailyNord révèle comment le Conseil régional des Hauts-de-France a l'intention d'affaiblir les associations qui gravitent autour de l'écologie et de l'environnement. Retrouvez notre enquête.

Pour ne plus jamais louper un excellent article de DailyNord

L’unique et le seul dictionnaire officiel du Nord – Pas-de-Calais

Retrouvez toutes les définitions du Petit dico décalé du Nord - Pas-de-Calais

Les livres avec Eulalie

Mais qu’est-ce que vous êtes en train de lire ?

>>> Découvrez le DailyProjet

Partenaire