POINTS DE VUE

Réflexions Par | 07H30 | 21 mai 2014

Les Européennes (3) : quel regard portent les candidats sur le Nord-Pas-de-Calais et ses dossiers ?

Agriculture, pêche, mesures pour l’emploi, politique économique, environnement, subventions européennes, etc. : à cinq jours du scrutin, DailyNord a souhaité recueillir le sentiment des candidats à l’euro-députation de la circonscription Nord-Ouest sur la région Nord-Pas-de-Calais et ses dossiers.

 

europeennes

Débat sur les Européennes à Lille. Photo : David Pauwels.

Un port de pêche à Boulogne-sur-Mer, une centrale nucléaire à Gravelines, un taux de chômage des jeunes de plus de 25%, une industrie souvent exsangue, l’immigration grandissante à Calais, une antenne du Louvre à Lens, bientôt peut-être un Canal Seine-Nord… Derrière des sujets aussi divers se cachent souvent une question européenne.

Premier des chevaux de bataille des eurodéputés sortants : les fameuses aides financières européennes (dont nous vous parlions la semaine dernière). Pour le socialiste Gilles Pargneaux, tête de liste du Groupe de l’Alliance Progressiste des Socialistes et Démocrates de la circonscription Nord-Ouest, « nous avons bataillé dur pour que le Nord-Pas-de-Calais continue de recevoir des financements européens, en négociant le statut de région en transition ». Les élargissements successifs de l’Union de 6 à 28 membres ont en effet changé les règles du jeu des attributions financières. Le statut de « région en transition » contourne justement le problème. Résultat, le Nord-Pas-de-Calais continue de recevoir des subsides au titre des FSE et du FEDER (relire ici notre bilan des aides perçues).

Jackpot pour les jeunes… chômeurs

Le Nord-Pas-de-Calais est aussi la seule région en France, avec le Languedoc-Roussillon, à pouvoir bénéficier de 22 millions d’euros au titre de la garantie pour la jeunesse (plus de 25% des jeunes étant touchés par le chômage). Jackpot pour les chômeurs. « Ce statut des régions en transition est effectivement un premier combat gagné », confirme Dominique Riquet (UDI), tête de liste du Parti Populaire Européen. Qui estime que l’Europe a fait également beaucoup pour l’agriculture nordiste. « Dans la région, la politique agricole commune a aussi permis de défendre nos filières de betteraves (avec la prolongation des quotas d’importation de sucre), de pommes de terre et de produits herbagers », explique le député sortant, précisant par ailleurs que le nouveau système d’aide à l’hectare votée en mars dernier a rendu le système plus équitable. Le discours diffère chez les « petits » candidats, comme Tristan Duval de la liste Europe Décroissance Nord-Ouest. Il critique les subventions européennes versées à l’agriculture intensive, dans « notre région qui est l’une possédant le plus petit nombre d’exploitations bio alors qu’elle fait partie des plus peuplées », assure-t-il.

Industrie, je t’aime moi non plus

Côté économique, pour les élus, c’est je t’aime, moi non plus. Gilles Pargneaux, met en avant deux exemples illustrant la politique industrielle de l’Europe en région. A Jeumont, dans le Val de Sambre, l’entreprise Jeumont Electric, fabriquant par exemple des moteurs à propulsion de sous-marins nucléaires, a bénéficié de « plusieurs millions d’euros de fonds européen pour obtenir des débouchés internationaux ». Le député calcule que l’entreprise passera ainsi de 350 emplois en 2007 à 500 en 2014. Le député a également rendu visite à Gravelines à l’entreprise BEFESA VALERA, spécialisée dans le traitement des déchets industriels qui a perçu près de 300 000 euros d’aide de l’Europe. « Ces deux exemples montrent que l’Europe soutient activement l’industrie, en apportant des fonds qui font un effet levier ».

Petit point de méthode

Difficile pour la petite rédaction de DailyNord de traiter les 22 listes candidates à ces élections européennes. Nous avons donc décidé de solliciter des interviews auprès de tous les grands courants politiques représentés à l’Assemblée nationale. Si le PS, l’UDI et le Front de Gauche ont répondu présent, aucun signe de vie du côté de Jérôme Lavrilleux (UMP). Au Front National, « personne ne s’est précipité pour faire une interview », a précisé à la journaliste par SMS Bruno Bilde, directeur de la communication de Marine Le Pen. Quant à Karima Delli, Europe-Ecologie les Verts, DailyNord a laissé filer dix petites minutes sur l’horaire convenu pour l’interview téléphonique. « Trop tard, le créneau est dépassé », nous a-t-on répondu (c’est dire le temps qu’on souhaitait nous accorder…). Impossible de coincer la candidate écolo, même en proposant de se rendre disponible le week-end, tôt le matin, tard le soir. Et même en envoyant les questions par mail !

Quant aux « petits candidats », nous leur avons fait parvenir les questions par mail. Seuls quatre d’entre eux (sur seize) nous ont répondu. Pour une fois qu’ils avaient l’occasion de parler d’Europe, pourtant…

Jacky Hénin, du Front de Gauche, tête de liste du Groupe confédéral de la Gauche unitaire européenne, n’est pas du tout d’accord avec cette vision. « L’Europe finance de nombreux projets en Nord-Pas-de-Calais mais elle ne fait surtout que nous rendre notre argent », explique le député sortant qui énumère une « industrie mise à mal », une « mise en difficulté des collectivités territoriales », une « mise en concurrence catastrophique des salariés ». En profitant pour accuser les socialistes de « n’avoir jamais essayé de construire l’Europe sociale : ils ont justement voté toutes les lois qui tapent aujourd’hui sur les habitants du Nord-Pas-de-Calais. » L’élu fait référence notamment aux mesures économiques votées pour faire face à la crise et baptisées “six pack” et “two pack”. Bref, trop de packs tueraient le pack.

 

Lutter contre la déloyauté de l’emploi et des transports de marchandises

Concernant le domaine de l’industrie et de l’emploi, pour Gilles Pargneaux du PS, l’Europe doit aller encore plus loin, en combattant la concurrence déloyale qui s’illustre notamment à travers le chantier du méthanier de Dunkerque (relire notre Zapping à propos de l’article du Monde Diplomatique), opter pour une harmonisation fiscale qui lutterait contre l’évasion. « D’accord Amazon a créé beaucoup d’emplois à Douai mais est-ce normal que le siège de la société soit basé dans le paradis fiscal du Luxembourg ? » questionne-t-il. Et Jean-Philippe Tanguy, de Debout la France d’aller dans le même sens. « L’Europe parle de concurrence libre et non faussée, avec pourtant des aides publiques à l’installation, comme pour Amazon à Lauwin-Planque ». Seul Dominique Riquet rappelle le parlement européen a adopté une nouvelle directive concernant le travail détaché, « donnant plus de moyens aux Etats pour lutter contre les fraudes et le dumping social ».

A lire ou relire au sujet des Européennes

Encore un milliard d’euros à dépenser dans le Nord – Pas-de-Calais.

Les Européennes, c’est le 25 mai : trois questions simples… mais essentielles

Le député UDI sortant, spécialiste du transport de marchandises, va même plus loin en prônant « l’arrêt de la libération du cabotage », c’est-à-dire la possibilité pour un transporteur européen d’effectuer une livraison entre deux villes d’un pays membre dans lequel il n’est pas installé. « J’ai justement rencontré Sim Kallas, commissaire européen chargé des transports à ce sujet ». Pour Jean-Philippe Tanguy, de Debout la France, la directive cabotage doit également être annulée. Ce qui pourrait sérieusement changer la donne dans un Nord-Pas-de-Calais, carrefour européen par excellence et touchée de plein fouet par ce phénomène. « L’Union Européenne a exposé notre industrie à la concurrence sans donner les moyens pour former les habitants et créer de nouvelles filières industrielles », conclut-il.

Sur le littoral entre pêche aux canards et migrants en déshérence

Et du côté de Boulogne-sur-Mer ? Quid des politiques de la pêche, qui impactent directement l’activité du premier port de pêche français en tonnage, devenu « le » centre européen de transformation de poisson ? « Les quotas de pêche préservent l’activité, estime Gilles Pargneaux. Sans cette politique, les pêcheurs ne pourraient pêcher que dans les eaux territoriales. » Jacky Hénin n’est pas du même avis : « L’effet négatif est tel que le jeu consiste aujourd’hui à s’échanger des quotas, à tel point que certains pêcheurs de la région n’ont juste désormais plus le droit que de pêcher moins de poissons ». Jean-Philippe Tanguy, tête de Liste Debout la France, est encore plus catégorique. « L’Union Européenne a sacrifié nos quotas de pêche, et donc nos pêcheurs pour d’autres intérêts commerciaux, notamment la Norvège et son pétrole. On a payé des marins pour détruire leur bateau alors qu’on importe massivement du poisson, c’est inacceptable !»

Toujours sur la Côte d’Opale, quelle position adopter sur la situation des migrants à Calais ? « Les Etats-Membres restent souverains sur la politique de contrôle aux frontières », rappelle Dominique Riquet. L’Europe n’a donc ni de moyens et encore moins de compétences, si ce n’est que l’organisation générale du système d’asile et la politique migratoire. « D’où la distorsion catastrophique entre les pays du Sud qui n’ont que peu de moyens et ceux qui Nord qui sont organisés », note l’ancien maire de Valenciennes. Le contrôle aux frontières à Calais fait en effet l’objet d’accords franco-britanniques. « Si l’Europe contrôlait les frontières, la situation à Calais n’aurait plus lieu d’être ».

Et la palme du plus beau projet revient à..

Sans vouloir faire festival de Cannes même si c’est d’actu, quel serait « LE » projet phare auquel a contribué l’Europe en région, selon nos interlocuteurs ? Pour Gilles Pargneaux, la première réponse, c’est le Louvre-Lens avec ses « 39 millions d’euros de fonds européens ». Pour Dominique Riquet, ce pourrait être le futur canal Seine-Nord… s’il voit le jour. « Il est inscrit parmi les cinq grands projets prioritaires d’infrastructures européennes, bénéficiant de plus de 40% de fonds européens, soit 2 milliards d’euros. »

Damien Courcoux, tête de liste de Radicalement Citoyen (sans étiquette), cite également dans la liste le Louvre-Lens, tout en y ajoutant le tunnel sous la Manche, « contribuant à faire de notre région un carrefour à dimension européenne, voire internationale. » Et Jean-Philippe Tanguy, issu de Debout la république, le parti de Dupont-Aignan et devenu tête de Liste Debout la France, de rectifier : « Contrairement aux idées reçues, il ne s’agit nullement d’un projet de l’Union Européenne mais de coopération libre entre plusieurs pays sans que la Commission soit venue s’en mêler ». Et bim !

Tristan Duval de la liste Europe Décroissance estime lui que « la mise en concurrence des territoires a entrainé une surenchère de grands projets inutiles, comme le grand stade (Pierre Mauroy), le centre commercial Lillenium, la ligne à très haute tension Avelin-Gavrelle, et même le Louvre-Lens. En matière énergétique, la région est menacée par l’exploitation des gaz de houille et par la centrale nucléaire de Gravelines. » D’ailleurs, concernant la question de l’énergie, parmi les candidats interrogés, un seul est allé à contre–courant : « Gravelines est un joyau industriel qui offre une énergie sûre et bon marché aux habitants et aux industries, énonce Jean-Philippe Tanguy. Je regrette qu’il n’y ait si peu d’hommes politiques pour défendre le nucléaire, tous terrorisés par les mensonges des Verts. »

Pourrait mieux faire…

Les eurodéputés auront donc encore pas mal de travail devant eux. Philippe Tanguy, de Debout la France, en profite pour critiquer le bilan des députés sortants, dont il ne fait pas partie : « Trop peu de députés travaillent en lien avec leur territoire. D’ailleurs, personne ne les connait même si certains travaillent sérieusement. Résultat, les élus sortants n’ont porté aucun projet concret pour la région. » Il en profite aussi pour balancer sur le candidat de l’UMP, Jérôme Lavrilleux, conseiller général de l’Aisne « qui affiche l’un des plus forts taux d’absentéisme de France ! Cela ne présage rien de bon. ». Du côté des électeurs, face à l’abstention record prévue, Sophie Alligier, tête de liste des Citoyens du Vote Blanc, espère simplement que « les habitants du Nord-Pas-de-Calais sauront contribuer à notre initiative, en particulier en imprimant et apportant à leur mairie des bulletins de vote CVB plutôt que de ne pas venir voter. »

Un peu plus de DailyNord ?

3 Commentaires

  1. Pouvez-vous parler des “petits”partis ? Les Pirates dont je suis…

Réagir à cet article

La rédaction de DailyNord modère tous les commentaires, ce qui explique qu'ils n'apparaissent pas immédiatement (le délai peut être de quelques heures). Pour qu'un commentaire soit validé, nous vous rappelons qu'il doit être en corrélation avec le sujet, constructif et respectueux vis-à-vis des journalistes comme des précédents commentateurs. Tout commentaire qui ne respecterait pas ce cadre ne sera pas publié. Evidemment, DailyNord ne publiera aucun contenu illicite. N'hésitez pas à avertir la rédaction à info(at)dailynord.fr (remplacer le "at" par "@") si vous jugiez un propos ou contenu illicite, diffamatoire, injurieux, xénophobe, etc.

Les articles de DailyNord les...

Bienvenue dans la ville la plus étrange des Hauts-de-France

Elle pourrait loger 5 000 personnes, mais cette ville n'aura jamais d'habitants. Découvrez pourquoi.

Les vraies raisons de la baisse de fréquentation du Louvre-Lens

Baisse de fréquentation, impacts économiques limités sur le Lensois, DailyNord a enquêté sur le Louvre-Lens. Une enquête en trois volets à consommer sans modération.

Comment le Conseil régional compte affaiblir les associations écologistes

Baisse de subventions ou coupures sans préavis, DailyNord révèle comment le Conseil régional des Hauts-de-France a l'intention d'affaiblir les associations qui gravitent autour de l'écologie et de l'environnement. Retrouvez notre enquête.

Pour ne plus jamais louper un excellent article de DailyNord

L’unique et le seul dictionnaire officiel du Nord – Pas-de-Calais

Retrouvez toutes les définitions du Petit dico décalé du Nord - Pas-de-Calais

Les livres avec Eulalie

Mais qu’est-ce que vous êtes en train de lire ?

>>> Découvrez le DailyProjet

Partenaire