L'autre information du Nord – Pas-de-Calais

Européennes : Le débriefing, FN, UMP, PS, Nord-Pas de Calais

Petit théâtre de Martine Aubry | Région Par | 26 mai 2014

Coup de fil d’un copain,

Alors le Marco, qu’est-ce que tu en penses de ces européennes ?

– Ce qui m’étonne c’est que cette nouvelle percée du FN était écrite depuis 2012 et peu de gens l’ont lue. Election du socialiste Hollande pur produit de l’establishment avec ses alliés écolos-bobos après le quinquennat bling-bling de Sarkozy et ses excès, une crise financière, une Europe technocratique, une fiscalité explosive perçue injuste, tout ce que le FN aime détester et faire détester et tout ce que ses électeurs craignent. Ajoute une UMP en pleines affaires, un centre orphelin, un PS inaudible et battu, une gauche de la gauche peu crédible, un gouvernement taxé d’incompétence, et un FN en ordre de bataille qui ramasse la mise…Concours de circonstances ? Pour le PS, on prépare maintenant la défaite du Sénat en septembre prochain, qui va sûrement rebasculer à droite ( Larcher ? Raffarin ? ) et l’ami Jean-Pierre Bel, le président socialiste, qui ne veut pas se faire battre a déjà annoncé son forfait depuis longtemps comme si il avait tout anticipé. Le FN est dans les startings-blocks pour les régionales. En tout cas il n’y aura pas de dissolution. Trop aventureux à cause du FN justement, avec lequel l’UMP, en pleine guerre des chefs une fois de plus, pourrait passer des alliances. Et ce ne serait pas très sérieux avec le tout frais gouvernement Valls. Et puis Hollande ne peut infliger une nouvelle cohabitation au pays. Autrement dit, ajouter un risque de crise institutionnelle à la crise économique et sociale. Et risque de crise politique quand on voit la fronde qui gronde vis à vis des élites, il ne manquerait plus qu’une grève générale !  De plus, il ne pourrait pas faire passer son projet de redécoupage territorial par exemple, qui peut apporter un ballon d’oxygène en cas de réussite. En cas de réussite…

Et la droite modérée ?

On va peut-être assister à la mise au point d’une plate-forme commune jusque probablement le principe de la liste commune avec les centristes UDI-MoDem pour les régionales par exemple. Ce serait assez naturel dans le cadre d’un scrutin de liste. Je ne crois pas à la résurrection du mythe du grand parti à droite. C’est ce que l’on disait en 2002 quand l’UMP a été formée. Ce qui est sûr c’est que plus l’UMP s’enfoncera dans la crise – les déclarations de Pierre Lellouche sont justes, et pendant que nous parlons des perquisitions ont lieu à l’UMP, sans oublier la pitoyable opération d’un Jérôme Lavrilleux en tête de liste UMP alors que ce directeur de l’UMP est en première ligne dans l’affaire Bygmalion que l’on dit nucléaire -, plus le FN maintiendra sa pression en vue de 2017, plus pour les législatives que pour la présidentielle, d’ailleurs. Pression pour continuer à encercler l’UMP avant d’ouvrir les digues et de la digérer. Ces derniers ont intérêt à sortir vite de leurs problèmes. Et à élire un nouveau chef.

Qui ?

Il y en a trop, c’est leur problème. De Fillon à Sarkozy en passant par les outsiders style Wauquiez, Le Maire, Didier ou NKM, ou les anciens comme Juppé ou Raffarin. Si on se réfère aux “courants” qui ont émergé pendant leurs dernières élections, la droite forte – Didier/Peltier – aurait un avantage en plus de pouvoir acclimater certains thèmes du FN, et, point non négligeable, afficher une certaine capacité à fédérer d’autres courants. Et il n’est pas dans la nature de Copé de jeter l’éponge. Il sait qu’il n’est pas populaire en dehors de Meaux et qu’il n’a que le parti pour exister sur la scène nationale. Pour accrocher Matignon, par exemple. Mais qui à l’Elysée ? On peut poser la question ainsi : en cas d’explosion de l’UMP après un long blocage et une destitution de Copé (après un coup de force, pourquoi pas?) resterait-t-il assez de temps pour recomposer la droite avec un FN si puissant sur sa droite qui n’aura de cesse de le harceler ? Et organiser des primaires – opération à risques à droite – pour adouber le candidat.

Et dans le Nord-Pas de Calais ?

Avec une Marine Le Pen à 35 %…si les élections régionales avaient lieu la semaine prochaine, elle aurait toutes ses chances. Même quand on additionne UDI-MoDem et UMP, le chiffre est en dessous du score de Marine Le Pen dans la région ! Reste la solution du front républicain dont on mesure les limites après certaines municipales cette année, mais il y a trop de différences entre la droite et la gauche dans la région, différences creusées par l’histoire et l’idéologie. Et le “tout sauf MLP” exciterait encore plus l’opinion qui n’y verrait qu’un subterfuge de plus. Tu te souviens ce que j’ai dit il y a quelques semaines, ce fameux troc possible entre UMP et FN pour PACA et Nord-Pas de Calais, sur fond de désistement par exemple, et ce n’est qu’une solution parmi d’autres : la première à l’UMP, la seconde au FN. Tout dépend bien sûr de ce qui va se passer à l’UMP.

Hollande peut-il remonter la pente ?

Son problème : il sera fort probablement lesté de quatre défaites ( municipales, européenne, Sénat, régionales) en tant que président de la république avant de se représenter pour 2017. Une tunique de looser. Car on voit mal le PS et la gauche ne pas perdre le Sénat et une longue liste de régions, et personne ne peut dire avec précision l’impact de l’éventuelle réforme territoriale sur le scrutin. Certains disent qu’il est déjà cramé. Un scénario est déjà à l’oeuvre dans les têtes et dans son propre camp, qu’il ne se représente pas et que les primaires – qui n’avaient aucune raison d’être puisque le quinquennat et la tradition de la V ème obligent presque le sortant à se représenter – désignent le candidat socialiste. Alors qui peut sauver la gauche dans le pays ? Valls, le socialiste new look ? Cela ressemble à une mission impossible, premier ministre, donc punching-ball national et refaire la gauche pour 2017, c’est le parcours du combattant plus le noeud gordien.  Fabius, super-ministre, le sage et le compétent à la fois ? Il ne pense qu’à succéder à Jean-Louis Debré au conseil constitutionnel. Aubry ? La fille de son père…qui avait renoncé fin 1994, l’argument ne tient plus vraiment puisqu’elle avait tenté le sort des primaires contre un certain Hollande. Mais la maire de Lille aurait des choses à dire, sinon à envisager, elle n’est pas aux affaires nationales et reste un repère dans son camp. Les prochains sondages le montreront sûrement. En tout cas, les 41 socialistes à l’Assemblée nationale qui n’ont pas voté le programme gouvernemental il y a quelques jours – auxquels il faut ajouter les compagnons de route à la gauche du parti et les indécis qui ne demandent qu’à franchir le Rubicon, une centaine voire plus, dont des “aubrystes”, tiens donc – apparaissent de plus en plus comme une troupe organisée – le vote du prochain budget va être sportif – à laquelle il faut donner un projet et qui ne demande qu’à grossir. Avant de devenir une garde rapprochée ? Et de qui ?

 

 

Ce contenu est © DailyNord. Si cet article vous intéresse, vous pouvez reprendre un extrait sur votre site (n’excédant pas la moitié de l’article) en citant bien évidemment la source. Si vous désirez publier l’intégralité de l’article, merci de nous contacter »

Réagir à cet article

La rédaction de DailyNord modère tous les commentaires, ce qui explique qu'ils n'apparaissent pas immédiatement (le délai peut être de quelques heures). Pour qu'un commentaire soit validé, nous vous rappelons qu'il doit être en corrélation avec le sujet, constructif et respectueux vis-à-vis des journalistes comme des précédents commentateurs. Tout commentaire qui ne respecterait pas ce cadre ne sera pas publié. Evidemment, DailyNord ne publiera aucun contenu illicite. N'hésitez pas à avertir la rédaction à info(at)dailynord.fr (remplacer le "at" par "@") si vous jugiez un propos ou contenu illicite, diffamatoire, injurieux, xénophobe, etc.

Casting

Bienvenue sur Le Petit Théâtre de Martine Aubry et Xavier Bertrand, associé au pure-player d’informations DailyNord. Tenu par le journaliste Marc Prévost, et dans le prolongement du livre le Petit Théâtre de Pierre Mauroy, il décrypte  et éclaire les coulisses de la vie politique locale et nationale et parfois aussi d’autres choses. C’est son choix ! Voir Ma Bio & my Way,

A lire sur DailyNord

Me contacter

Pour toute remarque, question, vous pouvez me contacter en laissant un message par là .