SILENCE, ÇA POUSSE

Réflexions Par | 07H00 | 20 mai 2014

Après-municipales : une recomposition du paysage entre vieux chênes et jeunes pousses

Les Municipales sont terminées depuis près de deux mois, le troisième tour s’est achevé la semaine dernière avec l’élection des vice-présidents de LMCU. Après s’être penché sur l’avenir de Martine Aubry, DailyNord a voulu faire le point sur la recomposition du paysage politique régional à la suite de cette séquence électorale, alors que se profilent les régionales. Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il risque d’y avoir du sport !

Photo : Baziz Chibane.

Gérald Darmanin, l’un des nouveaux hommes forts de la droite régionale, briguera-t-il la présidence de la Fédération ? Il est en tout cas légitime. Photo : Baziz Chibane.

Grosses manoeuvres à l’UMP

Si l’on en croit certains, l’UMP Nord pourrait être le théâtre d’une guéguérre de générations à l’occasion du renouvellement de ses instances. Les anciens contre les modernes. Dans le Nord, la gouvernance Gérard et Daubresse, les deux chefs du parti dans le département, a lassé les jeunes quadras – et maires – Leprêtre, Delbar et Darmanin (31 ans) qui piaffent de leur succéder pour renouveler les équipes, surtout ce dernier qui affiche un gros appétit de responsabilités. Le reproche principal est bien sûr cette communauté urbaine de Lille qui a encore échappé à la droite et obligé au compromis que l’on sait. Un peu comme si les cadets morigènaient leurs aînés sur le thème : “si nous avons gagné nos villes c’est grâce à nous. Si nous n’avons pas gagné LMCU, c’est à cause de vous“. Enjeu :  l’UMP bien sûr, violemment secoué par une actualité judiciaire au niveau national, mais surtout les régionales, dont on ne connait encore ni la physionomie ni le calendrier, mais dont il s’agira de dresser la liste électorale, et les arrières-cuisines des états-majors seront à la fête. On ne connaît pas encore les intentions de Thierry Lazaro, le député-maire de Phalempin, mais on peut parier que les jeunes, vainqueurs légitimes dans les urnes, ne s’en laisseront pas conter. Recomposition en vue.

Situation plus calme dans le Pas-de-Calais où Daniel Fasquelle et Philippe Rapeneau tiennent la fédération et se félicitent des alternances provoquées à Béthune, Berck et Saint-Omer, notamment, grâce à des accords passés avec l’UDI, et le statu quo enregistré dans le Calaisis. Mais les prochains trains d’élections contiennent leur lot de frictions et de rebondissements à l’UMP sur fond de nouvelle génération aux manettes.

A l’UDI, l’après-Borloo est compliqué

A l’UDI, on digère la retraite de Borloo, ancien maire de Valenciennes, la figure fondatrice et charismatique de celui qui a organisé le centre au niveau national. Une séquence d’autant plus délicate que l’UDI a sensiblement avancé ses pions cette année après des municipales plutôt réussies (gain de Maubeuge avec Arnaud Decagny, de Saint-Omer avec François Decoster, et maintien de Valenciennes et d’Arras). On notera la montée en puissance de Laurent Degallaix, le maire de Valenciennes réélu cette année, candidat à la succession de Jean-Louis Borloo sur la circonscription de ce dernier devenue vacante. S’il transforme l’essai, il se hissera au même niveau que Valérie Létard, sa meilleure ennemie, sénatrice et patronne de l’agglo Valenciennes Métropole. Précision : ils sont tous les deux à l’UDI….

Premier rendez-vous après les municipales de mars pour cette formation de taille intermédiaire qui compte ses voix comme l’écureuil ses grains, les européennes de dimanche. Le tandem formé avec le MoDem de François Bayrou est à géométrie variable en fonction de l’état des forces sur le plan local et des ambitions personnelles. Exemples : à Arras et Béthune, alliance avec l’UMP, à Lille avec le PS.

Que fera le FN de son triomphe annoncé ?

Emmené par Marine Le Pen pour la région Nord-Ouest, le Front national devrait arriver en tête dimanche que ce soit dans la région ou en France si l’on en croit les sondages. Confirmant ainsi ses bascules spectaculaires d’Hénin-Beaumont – avec Steeve Briois, par ailleurs secrétaire national du parti – ou de Villers-Cotterêts en mars. Là aussi, les régionales sont désormais dans la ligne de mire de la fille de Jean-Marie Le Pen. Avec quelque chance d’emporter la décision, surtout si Nord-Pas de Calais et Picardie fusionnent…car une figure nationale – et le raisonnement vaut pour tout l’échiquier politique – semble seule en mesure de tirer son épingle d’un jeu annoncé serré dans un tel espace régional ainsi agrandi. En tout cas, le projet de réforme territoriale tel qu’il est proposé ressemble presque à une prime à Marine le  Pen ! Si le projet aboutit, naturellement.

Les (très) basses eaux du PS

On se penche bien sûr sur la fédération du Pas-de-Calais dont la tutelle de Solférino vient d’être levée et qui va devoir se désigner une nouvelle équipe. Il faudra encore longtemps pour digérer les graves événements qui ont défrayé la chronique : Dalongeville, Kucheida,…et parfois ont entraîné la chute de communes que l’on croyait acquises au PS comme Béthune (ou Saint-Omer). Situation plus “douce” dans le Nord où le PS ne doit affronter que des échecs électoraux…Roubaix, Tourcoing, Maubeuge, et dans un cas de figure différent, Dunkerque.

Difficile de considérer l’avenir du socialisme dit municipal sous un jour radieux alors que des bastions historiques sont tombés. Lots de consolations : Wattrelos, Lille, Douai. Les jeunes pousses ou nouveaux venus du parti confirment leur potentiel avant de s’affirmer, les députés Yann Capet à Calais, qui prend date, et Nicolas Bays sur la 21 ème circonscription (Liévin/Wingles), Sylvain Robert à Lens, Laurent Duporge à Liévin, ceci dans le sillage du boulonnais Frédéric Cuvillier, l’autre homme fort du PS dans le département avec Dominique Dupilet, patron du département et sourcilleux sur l’importance de l’outil social de son institution (sans oublier Vincent Léna ou Jean-Louis Cottigny). Le nom du futur premier fédéral de ce département est probablement parmi ceux-là.

Au PS, on comptera les voix des européennes après celles des municipales pour préparer les régionales et s’attendre à perdre le Sénat…Quelques répercussions sont  à prévoir dans les fédérations et instances politiques si les résultats sont si mauvais qu’on le redoute. D’autant plus que les cinglantes défaites de Roubaix, Maubeuge et Tourcoing – sans oublier Arras, où l’alliance entre PS et EE-LV aboutit au désastre – ne sont pas encore soldées au niveau fédéral.

Parmi les noms qu’il faut suivre, Martine Aubry bien sûr qui a géré “sa” succession à la communauté urbaine de Lille Métropole malgré un résultat bien compliqué sinon fragile au vu de l’exécutif multicartes, Gilles Pargneaux, le patron de la fédé, qui va se succéder à lui-même à Strasbourg, et les deux éternels espoirs Pierre de Saintignon, vice-président du conseil régional et Audrey Linkenheld, député de Lille auxquels il faut ajouter un Benjamin Saint-Huile à Jeumont, proche du PS, qui est devenu à 29 ans l’homme fort de Maubeuge-Val de Sambre en prenant la tête de l’agglomération. On surveillera les itinéraires d’un Frédéric Chéreau nouveau – et jeune – maire de Douai, et de Dominique Baert, le pugnace député-maire de Wattrelos, qui avait bravé les instances de son parti aux dernières législatives mais qui tient son fief on ne peut mieux. Et du sénateur Daniel Percheron, patron du conseil régional, dont l’implication partisane reste redoutée. Comment réglera-t-il sa propre dévolution et aura-t-il les moyens de le faire?

Le ressac du Front de Gauche et d’Europe Ecologie-Les Verts

L’emprise communiste sur la région appartient désormais à l’histoire, même s’il subsiste quelques bastions (Saint-Amand, Marquillies, Seclin, certains pans de l’ex-bassin minier, ou Calais) grâce à la personnalité d’élus solidement implantés. A Lille, le Front de Gauche aura du mal à se faire entendre, puisqu’il a été évincé de la scène municipale et qu’il se retrouve dans une majorité fabriquée à LMCU. Et le syndrome Mélenchon, c’est-à-dire la rupture annoncée sinon consommée avec celui qui fit un tour de manège aux législatives à Hénin-Beaumont risque de faire encore des dégâts localement. Et pousser encore un peu plus l’ancien PC dans les bras du PS si le premier veut conserver une chance de survie et quelques positions locales.

Côté écologiste, malgré un bon score à Lille, l’échec de la bataille d’Arras  – 16 % dans une alliance PS/EELV -, la perte de Roubaix après un imbroglio préjudiciable à l’unité de la gauche, celle de Tourcoing où une offre unie n’a pas suffi et le reflux constaté dans de nombreux secteurs, comme Villeneuve d’Ascq, dévaluent le parti vert. Qui ne peut espérer faire mieux aux européennes de dimanche. C’est la tactique de l’union de la gauche qui est en questions.

L’électron libre dunkerquois

Après le coup de tonnerre de Dunkerque et l’élimination d’un Michel Delebarre, c’est la trajectoire de Patrice Vergriete, le nouvel homme fort des Flandres maritimes, qui concentre les observations, ainsi que l’évolution du paysage sur le littoral dunkerquois. Ce dernier, qui s’est déjà imposé dans les esprits (voir l’abandon de l’Arena voté par les maires de la communauté urbaine… qui avaient pourtant soutenu le projet), cultivera-t-il une posture d’électron libre sans étiquette ou, au contraire, rejoindra-t-il l’un ou l’autre camp au gré des vents politiques ou de ses propres convictions ?  En tout cas, le parallèle avec le Borloo de 1989 – avec quelques nuances, évidemment – saute aux yeux. Mais les états-majors, en premier lieu le PS dont le nouveau maire avait démissionné, ne peuvent faire l’économie de la nouvelle donne surgie à Dunkerque cette année.

A lire ou relire sur DailyNord 

Martine Aubry, déclin programmé ou ultime recours de la gauche régionale ?

Un peu plus de DailyNord ?

Réagir à cet article

La rédaction de DailyNord modère tous les commentaires, ce qui explique qu'ils n'apparaissent pas immédiatement (le délai peut être de quelques heures). Pour qu'un commentaire soit validé, nous vous rappelons qu'il doit être en corrélation avec le sujet, constructif et respectueux vis-à-vis des journalistes comme des précédents commentateurs. Tout commentaire qui ne respecterait pas ce cadre ne sera pas publié. Evidemment, DailyNord ne publiera aucun contenu illicite. N'hésitez pas à avertir la rédaction à info(at)dailynord.fr (remplacer le "at" par "@") si vous jugiez un propos ou contenu illicite, diffamatoire, injurieux, xénophobe, etc.

Les articles de DailyNord les...

Bienvenue dans la ville la plus étrange des Hauts-de-France

Elle pourrait loger 5 000 personnes, mais cette ville n'aura jamais d'habitants. Découvrez pourquoi.

Les vraies raisons de la baisse de fréquentation du Louvre-Lens

Baisse de fréquentation, impacts économiques limités sur le Lensois, DailyNord a enquêté sur le Louvre-Lens. Une enquête en trois volets à consommer sans modération.

Comment le Conseil régional compte affaiblir les associations écologistes

Baisse de subventions ou coupures sans préavis, DailyNord révèle comment le Conseil régional des Hauts-de-France a l'intention d'affaiblir les associations qui gravitent autour de l'écologie et de l'environnement. Retrouvez notre enquête.

Pour ne plus jamais louper un excellent article de DailyNord

L’unique et le seul dictionnaire officiel du Nord – Pas-de-Calais

Retrouvez toutes les définitions du Petit dico décalé du Nord - Pas-de-Calais

Les livres avec Eulalie

Mais qu’est-ce que vous êtes en train de lire ?

>>> Découvrez le DailyProjet

Partenaire