L'autre information du Nord – Pas-de-Calais

DESERTION

Restes de municipales (2) : la tranquillité retrouvée sur les marchés

Réalités Par | 17 avril 2014

Il est 9h, les premiers clients flânent dans les allées du marché de Wazemmes à Lille. Un coup d’œil vers l’horizon, pas de candidats, ni d’élus locaux en vue. Après écumé tous les marchés pour distribuer leurs tracts et leurs bonnes paroles, les commerçants nomades renouent avec la tranquillité. Reportage.

 

marche-wazemmes

Plus un candidat ni même un tract à l’horizon sur le marché de Wazemmes. Crédit photo Isabelle Torfs

Qu’est-ce qu’on a en a vu des images de candidats distribuant des tracts sur les marchés au cours de la campagne des municipales… Souvent suivis par une horde de journalistes, appareils photos ou caméras à la main. « Ils auraient pu se faire virer. Ils n’ont pas le droit, ils doivent rester autour », fait remarquer un commerçant avisé de Wazemmes. Ce qui est tout à fait vrai. L’interdiction a même été actée par une décision du conseil d’état du 17 avril 2012.

En même temps, il faut bien avouer que l’invasion de tracts en tout genre ne dure que quelques semaines dans l’année. Et encore, ce n’’est que tous les six ans pour les élections municipales. Sur le marché de Wazemmes, deux semaines après les élections, Dailynord a eu beau chercher. On n’a pas trouvé la moindre trace d’un candidat. Ahmed, commerçant fruits et légumes au marché de Wazemmes, finit d’exposer ses salades. Lui n’a pas vu grand-chose de cette campagne électorale. Il n’a même, à vrai dire, pas vraiment fait attention. Pour lui, c’est le même rituel à chaque campagne. “Ils se montrent et après les élections, on ne voit plus personne. Ils nous oublient.”

L’INTÉGRALITÉ DE NOTRE DOSSIER “RESTES DE CAMPAGNE”

Quel “après” psychologique pour les candidats ? Lire cet article

La tranquillité retrouvée des marchés. Lire ce reportage.

Et soudain la twittosphère est redevenue plus calme. Lire cet article.

Le business des locaux de campagne. Lire cette enquête.

Tous dans le même panier

Un peu plus loin, Djamel, 36 ans, tient un stand textile. « J’ai vu passer un candidat du Front National. Je me suis dit qu’il avait du culot de venir ici. Personne ne lui a fait de réflexion. Il ne faut pas rentrer dans leur jeu », confie-t-il inquiet de la montée de l’extrême-droite. Candidate sur la liste UMP-UDI au conseil municipal d’Halluin, Christine Ghesquière tient un stand-mercerie au milieu du marché. Elle constate « ras le bol général » vis-à-vis de ses candidats en campagne. « Maintenant plus rien, mais c’est comme toujours, on a l’habitude ».

Dans les halles couvertes, les deux comparses, Thadée à la fromagerie et Thierry à la Maison du Fruit, partagent le sentiment des autres commerçants. Un sourire au coin des lèvres, Thadée balaie les halles du regard. « Voyez par vous-même, pendant les municipales, ils viennent observer, promettre, et une fois qu’ils n’ont plus besoin de sortir de chez eux, on ne les revoit plus ». Il parle notamment d’émissaires envoyés par Martine Aubry pendant la campagne… dont les promesses ne sont jamais tenues par la suite.

« Certains sont des clients réguliers mais c’est rare, la plupart viennent juste pendant un mois et après on ne les voit plus », lâche Thierry, avec ses 30 ans de marché derrière lui. Un peu plus loin, même s’il n’a vu passer des candidats de gauche, Souhaïb préfère compter sur les résultats : « Peu importe ce qui se passe ici, ce qui importe, c’est que les villes avancent ». Et aussi que la tranquillité soit retrouvée. De toute façon, on vous le disait, les candidats ne peuvent plus tracter sur les marchés.

 

Ce contenu est © DailyNord. Si cet article vous intéresse, vous pouvez reprendre un extrait sur votre site (n’excédant pas la moitié de l’article) en citant bien évidemment la source. Si vous désirez publier l’intégralité de l’article, merci de nous contacter »

Réagir à cet article

La rédaction de DailyNord modère tous les commentaires, ce qui explique qu'ils n'apparaissent pas immédiatement (le délai peut être de quelques heures). Pour qu'un commentaire soit validé, nous vous rappelons qu'il doit être en corrélation avec le sujet, constructif et respectueux vis-à-vis des journalistes comme des précédents commentateurs. Tout commentaire qui ne respecterait pas ce cadre ne sera pas publié. Evidemment, DailyNord ne publiera aucun contenu illicite. N'hésitez pas à avertir la rédaction à info(at)dailynord.fr (remplacer le "at" par "@") si vous jugiez un propos ou contenu illicite, diffamatoire, injurieux, xénophobe, etc.

POLITIQUE

EN ROUTE VERS LES DÉPARTEMENTALES ET RÉGIONALES

INFORMATIONS ESSENTIELLES, ANECDOTIQUES, DÉCRYPTAGES, ENQUÊTES, RÉVÉLATIONS, INDISCRÉTIONS, REBONDS DÉCALÉS... TOUS NOS ARTICLES S'INTÉRESSANT AUX FUTURES RÉGIONALES ET DÉPARTEMENTALES 2021 SONT PAR ICI ! ACCÉDER AU DOSSIER

NEWSLETTER DAILYNORD

Bienvenue dans la ville la plus étrange des Hauts-de-France

Elle pourrait loger 5 000 personnes, mais cette ville n'aura jamais d'habitants. Découvrez pourquoi.

Les + lus