TOUR D'HORIZON

Réflexions Par | 07H00 | 18 avril 2014

Ce que les nouveaux drives sont capables de vendre dans la région

On connaissait déjà les drives de supermarché et de fast-food. Mais dans le Nord-Pas-de-Calais, on sait innover avec des drives pour la ferme, les médicaments, les fleurs, etc. Vous ne soupçonnez pas tout ce que les drives peuvent faire pour vous.

Les pharmacies nordistes se mettent au drive. Crédit Daniel Stockman via Wikimedia Commons

Les pharmacies nordistes ne se cantonnent plus à leurs officines : elles aussi se mettent au drive. Crédit Daniel Stockman via Wikimedia Commons

En 2009 à Douchy-les-Mines, un drive a entamé une révolution dans le Valenciennois. En pleine zone franche, un pharmacien profite d’une extension de son commerce pour créer un drive. Le professionnel pense aux “enfants malades, aux femmes enceintes, aux personnes âgées ayant des difficultés à se déplacer ou encore aux personnes qui recherchent de la confidentialité pour des produits comme le Subutex ou le Viagra”, expliquait-il dans La Voix du Nord. Et encore, il était loin d’être le premier à avoir eu l’idée. Avant lui, d’autres en avaient ouvert à Douai ou à Rang-du-Fliers.

Le dernier “pharma-drive” de la région ? Il a ouvert en janvier 2013 à Villeneuve-d’Ascq. Le client arrive avec son ordonnance et réceptionne ses précieux médicaments par la fenêtre de son véhicule. Il est même possible de commander ses médicaments à l’avance par téléphone, mail ou sur application mobile.  Ce service sonnerait-il le glas du sacro-saint conseil personnalisé ? “Il n’y a pas de service au rabais”, se défend Emmanuelle Sauthier, responsable de la pharmacie. On peut discuter et conseiller au drive, d’autant que nous sommes là pour accompagner les parents avec de jeunes enfants malades.” Le Pharma Drive est bien sûr accolé à une pharmacie traditionnelle, formule de loin préférée par les personnes âgées. Même si ces dernières ne boudent pas complètement les services offerts par le drive. Et les tarifs dans tout ça ? “Nous proposons une politique de prix ajustés”, déclare la responsable. Nous ne sommes pas une pharmacie discount mais nous affichons des prix attractifs. »

A l’autre bout de la métropole lilloise, à Houplines, pas de médicaments au drive mais des plantes et des fleurs. Le service a été ouvert il y a un peu plus d’un an par la jardinerie Promesse des Fleurs, 60 ans d’existence. L’enseigne proposait déjà une vente à distance via catalogue puis sur internet. Après avoir commandé arbustes, bulbes en ligne, deux heures plus tard, les clients n’ont plus qu’à suivre un parcours fléché. Ici, pas de guichet, on vient charger directement le paquet dans le coffre, économisant au passage 6,90 euros de frais de port. L’argument massue de Pascal Griot, le responsable, n’est pas seulement qu’économique : la qualité des plantes proposée est telle qu’il n’y a plus qu’à les planter. Pas besoin donc pour le consommateur averti de voir avant d’acheter.”En plus d’être simple et pratique”, glisse le chef d’entreprise.

Bilan mitigé

Certes, ce concept de drive, c’est pratique mais est-ce que ça marche ? ” Nous avons constaté que 80 à 90% de nos clients actuels plébiscitent désormais le drive car c’est beaucoup plus rapide”, affirme la responsable du Pharma Drive. Quid des autres drives ? “Les commandes par internet sont entrées dans les moeurs désormais”, constate Ludivine Debailleul, responsable de la Halte Farbusienne à Arras, qui “drive” des produits fermiers en moins de 4 heures (viandes, produits laitiers, produits régionaux, fruits, légumes, etc.). Reste qu’à la Ferme des Saules à Bailleul, qui vend aussi des produits fermiers (les deux enseignes appartenant en réalité au même réseau, le drive des épouvantails”), on est plus mitigé sur ce bilan. “Les clients d’une certaine génération préfèrent venir choisir leurs produits en boutique, ils privilégient le contact”, précise Isabelle Notteau, responsable de la ferme des Saules de Bailleul. La clientèle des drives, elle est “plus jeune” et qu’elle vient “parfois de loin” comme Grande-Synthe ou Strazeele. “C’est un véritable gain de temps pour nos clients.”

Si ces nouveaux genres de drives se développent et rencontrent un certain succès, c’est aussi parce qu’ils proposent un concept relativement hors normes. Comme cet improbable drive dédié aux bricoleurs, celui de Gédimat, basé à Fourmies.” C’est un prolongement du site  e-commerce que nous avons ouvert en 2010″ explique Stéphane Imbert, responsable de quatre Gédimat dans la région. Concrètement, le site national propose un service de géolocalisation pour rediriger vers les magasins les plus proches en fonction des articles disponibles. Lors de la commande, le client peut convenir d’une date pour être livré à domicile ou dans le magasin le plus proche, en 24h ou 48h. Malgré tout, ce drive n’est pas un franc succès (on est bien encore dans un service au volant). ” Beaucoup de clients visitent le site, mais préfèrent quand même venir en boutique pour être rassurés, conseillés”, constate Stéphane Imbert. Les vrais bricoleurs, ceux qui s’y connaissent, passent directement par la livraison, ce qui ne représente que “quelques ventes par semaine”. Comme quoi l’innovation n’a pas toujours que du bon.

Un peu plus de DailyNord ?

2 Commentaires

  1. Je constate erreur dans votre article. Le drive de la pharmacie de villeneuve d’ascq est ouvert depuis janvier 2013. Et la responsable s’appelle Emmanuelle Sauthier

  2. C’est corrigé , merci !

Réagir à cet article

La rédaction de DailyNord modère tous les commentaires, ce qui explique qu'ils n'apparaissent pas immédiatement (le délai peut être de quelques heures). Pour qu'un commentaire soit validé, nous vous rappelons qu'il doit être en corrélation avec le sujet, constructif et respectueux vis-à-vis des journalistes comme des précédents commentateurs. Tout commentaire qui ne respecterait pas ce cadre ne sera pas publié. Evidemment, DailyNord ne publiera aucun contenu illicite. N'hésitez pas à avertir la rédaction à info(at)dailynord.fr (remplacer le "at" par "@") si vous jugiez un propos ou contenu illicite, diffamatoire, injurieux, xénophobe, etc.

Les articles de DailyNord les...

Bienvenue dans la ville la plus étrange des Hauts-de-France

Elle pourrait loger 5 000 personnes, mais cette ville n'aura jamais d'habitants. Découvrez pourquoi.

Les vraies raisons de la baisse de fréquentation du Louvre-Lens

Baisse de fréquentation, impacts économiques limités sur le Lensois, DailyNord a enquêté sur le Louvre-Lens. Une enquête en trois volets à consommer sans modération.

Comment le Conseil régional compte affaiblir les associations écologistes

Baisse de subventions ou coupures sans préavis, DailyNord révèle comment le Conseil régional des Hauts-de-France a l'intention d'affaiblir les associations qui gravitent autour de l'écologie et de l'environnement. Retrouvez notre enquête.

Pour ne plus jamais louper un excellent article de DailyNord

L’unique et le seul dictionnaire officiel du Nord – Pas-de-Calais

Retrouvez toutes les définitions du Petit dico décalé du Nord - Pas-de-Calais

Les livres avec Eulalie

Mais qu’est-ce que vous êtes en train de lire ?

>>> Découvrez le DailyProjet

Partenaire