PROFILAGE

Réflexions Par | 15H13 | 31 mars 2014

Portrait-robot du maire : à quoi ressemble l’élu de 2014?

Les municipales ont livré leur verdict. Ces derniers mois, DailyNord s’était amusé à tirer le portrait robot du maire régional, dans les 80 villes de plus de 10 000 habitants de la région (*). Au lendemain du scrutin, voyons ce qui a changé.

municipales

On a le portrait robot du maire de 2014. Lui ressemblez-vous ? Photo : David Pauwels.

En mars 2014, pour être élu maire en Nord-Pas-de-Calais, il fallait donc avoir : 53 ans, être un homme, être carté au PS (et oui, quand même !) et s’appeler Bernard. Voilà les enseignements à tirer de notre analyse des maires élus dans les villes de plus de 10 000 habitants.

La moyenne d’âge des grandes villes du Nord chute

Entrons dans le détail, d’abord avec l’âge. 52,6 ans est donc l’âge moyen, on arrondira donc à 53, le Pas-de-Calais (51,8) étant un plus jeune que le Nord (53,5). Quelles différences avec les précédents maires ? Pas grand chose, le maire de 2008 avait entre 53 et 54 ans. En revanche, la moyenne chute grandement dans les plus grandes villes du Nord (plus de 30 000 habitants) où les élections cumulées de Patrice Vergriete (45 ans), Guillaume Delbar (42), Arnaud Decagny (41 ans) et Gérald Darmanin (31) changent les choses : 50,8. En 2008, nous étions aux alentours de 55 ans. Si l’on délaisse les moyennes, trompeuses dans le calcul, on remarquera que les quadragénaires sont ceux qui sont le plus maires dans nos villes, suivis de peu par les sexagénaires et les quinquagénaires (c’était déjà peu ou prou le cas en 2008). Loin derrière, à moins de 10 représentants, les trentenaires et les septuagénaires. A ce propos, qui sont nos vieux ? Thérèse Guilbert à Outreau, Guy Bricout à Caudry, Jean-Marie Barbier à Longuenesse et Cécile Gallez à Saint-Saulve ont dépassé les 70 ans. Dans le courant du mandat, Gérard Caudron (Villeneuve-d’Ascq) et Alain Bocquet (Saint-Amand-les-Eaux) les rejoindront.

Où sont les femmes ? Aux postes d’adjointes, pardi !

Pas de révolution en revanche au niveau de sexes. Les femmes ne sont maires que dans huit villes de plus de 10 000 habitants (sur les 79). Elles étaient sept l’an dernier. Où se situent les changements ? A Boulogne-sur-Mer, Frédéric Cuvillier reprend le trône qu’il avait laissé à Mireille Hingrez-Cereda (avant de lui redonner en cas de confirmation au gouvernement ?), à Lys-les-Lannoy, Josiane Willoqueaux n’est plus maire. Stéphanie Ducret (Wasquehal), Anne Voituriez (Loos-les-Lille) et Sylvia Duhamel (Bruay-sur-Escaut) font leur entrée. Malgré l’apparente façade de la parité affichée – obligatoirement – sur les listes, on est donc encore loin du compte. C’est comme avec les prénoms qui peuvent laisser présager d’une immigration de première, deuxième ou troisième génération en provenance d’Asie ou d’Afrique : on reste à zéro.

Les différentes étapes de notre portrait-robot du maire

Les droites cumulées remontent au niveau du PS

Etre PS était encore (et jusqu’à quand ?) une condition favorable pour gagner une ville. Un peu plus d’un tiers des cités peuvent se parer de la rose socialiste. Mais elle en perd : elles ne sont plus qu’une trentaine contre dix de plus avant les municipales. Mécaniquement, les UDI-UMP-Divers droite remontent donc à leur niveau, toutes sensibilités de droite cumulées. Le Parti Communiste passe en revanche sous la barre des 10 (9 aujourd’hui contre 11 hier), tandis que le FN fait son entrée remarquée à Hénin-Beaumont, une ville que tout le monde connaît désormais. Concernant les partis, il est intéressant de focaliser sur les grandes villes de plus de 30 000 habitants : le PS en a perdu quatre (Roubaix, Tourcoing, Maubeuge et Dunkerque, même si Patrice Vergriete est plutôt divers gauche) pour une seule gagnée (Douai).

Bernard, c’est mieux qu’Alain. Mais Frédéric ?

Quel prénom fallait-il donc avoir pour devenir maire ? Nous avions parié sur les « Alain ». On y était presque, ils arrivent deuxième dans le classement (quatre occurrences). Ce sont les Bernard qui emportent la mise (six occurrences), tandis que les Frédéric se placent en troisième position (trois maires).

Des entrants aux professions autres qu’enseignant

Il faudra l’étudier certainement plus en détail, mais parmi les nouveaux élus au poste de maire, les professions libérales, chefs d’entreprises et collaborateurs d’élus sont majoritaires, au détriment de l’enseignement. La preuve d’un changement de génération et d’un effritement du PS, qui trouvait ses militants dans les rangs de l’éducation ?

Un mandat moyen de…

Un dernier petit mot sur la durée du mandat moyen, parmi les maires qui ont été réélus. Dans le Nord, la moyenne est de 13 ans, tandis que dans le Pas-de-Calais, elle est actuellement de 9,4 années. Soit en cumulé 11,2 années.

 (*) Nous avons repris les villes étudiées lors de nos précédents portraits-robots, dont le qualificatif de plus de 10 000 habitants était basé sur les chiffres de population disponibles en 2013.

Réagir à cet article

La rédaction de DailyNord modère tous les commentaires, ce qui explique qu'ils n'apparaissent pas immédiatement (le délai peut être de quelques heures). Pour qu'un commentaire soit validé, nous vous rappelons qu'il doit être en corrélation avec le sujet, constructif et respectueux vis-à-vis des journalistes comme des précédents commentateurs. Tout commentaire qui ne respecterait pas ce cadre ne sera pas publié. Evidemment, DailyNord ne publiera aucun contenu illicite. N'hésitez pas à avertir la rédaction à info(at)dailynord.fr (remplacer le "at" par "@") si vous jugiez un propos ou contenu illicite, diffamatoire, injurieux, xénophobe, etc.

Les articles de DailyNord les...

Bienvenue dans la ville la plus étrange des Hauts-de-France

Elle pourrait loger 5 000 personnes, mais cette ville n'aura jamais d'habitants. Découvrez pourquoi.

Les vraies raisons de la baisse de fréquentation du Louvre-Lens

Baisse de fréquentation, impacts économiques limités sur le Lensois, DailyNord a enquêté sur le Louvre-Lens. Une enquête en trois volets à consommer sans modération.

Comment le Conseil régional compte affaiblir les associations écologistes

Baisse de subventions ou coupures sans préavis, DailyNord révèle comment le Conseil régional des Hauts-de-France a l'intention d'affaiblir les associations qui gravitent autour de l'écologie et de l'environnement. Retrouvez notre enquête.

Pour ne plus jamais louper un excellent article de DailyNord

L’unique et le seul dictionnaire officiel du Nord – Pas-de-Calais

Retrouvez toutes les définitions du Petit dico décalé du Nord - Pas-de-Calais

Les livres avec Eulalie

Mais qu’est-ce que vous êtes en train de lire ?

>>> Découvrez le DailyProjet

Partenaire