L'autre information du Nord – Pas-de-Calais

Municipales 2014 : Tourcoing, le désamour

Petit théâtre de Martine Aubry | Région Par | 24 mars 2014

C’est l’autre triangulaire qui fait parler. On attendait Michel-François Delannoy plus haut et Gérald Darmanin plus bas. Etonnant, ce ressac imprévu pour le maire socialiste élu au premier tour en 2008* qui dispose pourtant d’un réel bilan et surtout, pourrait-on dire, d’un appareil partisan et militant capable de renverser les situations compromises. Il en aura besoin s’il veut garder la cité des Broutteux à la gauche. Même si l’on surestime l’enjeu purement tourquennois sur les grands équilibres de la métropole lilloise et de la communauté urbaine, une alternance aurait l’effet d’un coup de tonnerre. Car son jeune challenger a enclenché une dynamique qui peut s’avérer fatale pour le pouvoir en place. Finalement, le meilleur ami de Delannoy reste le Front national et ses électeurs déçus et vindicatifs, ce fameux vote protestataire et populaire à la fois qui effraie tant les édiles installés. Car l’ancien sous-préfet Jean-François Bloc pourrait même tutoyer sinon dépasser la barre des 20 % dimanche soir prochain. Et mordre ainsi sur le versant électoral du jeune loup Darmanin. Pour barrer à ce dernier le chemin de l’hôtel de ville ?

Finalement, dans ce Tourcoing habitué aux triangulaires, aucun des trois prétendants n’a de réserves établies pour un second tour qui se jouera au laser et où les abstentionnistes seront courtisés. Grisé par la tactique gagnante de 2008, Delannoy a fait le plein au premier tour avec une liste de rassemblement, Darmanin a récolté les fruits de ses efforts et su trouver le bon modus operandi, à équidistance entre la ligne droite dure d’un Vanneste et le profil classique et notable d’un Patrick Delnatte, ancien candidat RPR à la mairie. Autre enseignement de ce premier tour, Tourcoing et quelques-uns des fiefs qui lui sont attachés, est une ville « à bascule », somme toute assez primesautière et qui surprend souvent ses prétendants. De Guy Chatiliez maire socialiste dans les années 70, à …(nom du maire de dimanche prochain), en passant par le giscardien Stéphane Dermaux, on l’avait oublié. Il fallait le socialisme recentré et débonnaire d’un Jean-Pierre Balduyck pour jouer le long terme.

* Contre Christian Vanneste, à l’époque épaulé par un certain Gérald Darmanin. Les deux hommes se sépareront ensuite sur le mode Brutus/César.

Ce contenu est © DailyNord. Si cet article vous intéresse, vous pouvez reprendre un extrait sur votre site (n’excédant pas la moitié de l’article) en citant bien évidemment la source. Si vous désirez publier l’intégralité de l’article, merci de nous contacter »

Réagir à cet article

La rédaction de DailyNord modère tous les commentaires, ce qui explique qu'ils n'apparaissent pas immédiatement (le délai peut être de quelques heures). Pour qu'un commentaire soit validé, nous vous rappelons qu'il doit être en corrélation avec le sujet, constructif et respectueux vis-à-vis des journalistes comme des précédents commentateurs. Tout commentaire qui ne respecterait pas ce cadre ne sera pas publié. Evidemment, DailyNord ne publiera aucun contenu illicite. N'hésitez pas à avertir la rédaction à info(at)dailynord.fr (remplacer le "at" par "@") si vous jugiez un propos ou contenu illicite, diffamatoire, injurieux, xénophobe, etc.

Casting

Bienvenue sur Le Petit Théâtre de Martine Aubry et Xavier Bertrand, associé au pure-player d’informations DailyNord.

Tenu par le journaliste Marc Prévost, et dans le prolongement du livre le Petit Théâtre de Pierre Mauroy, il décrypte et éclaire les coulisses de la vie politique locale et nationale et parfois aussi d’autres choses. C’est son choix !

Voir la bio de Marc Prévost : Ma Bio & my Way

Contacter Marc Prévost

Pour toute remarque, question, vous pouvez contacter l'auteur du Petit Théâtre de Martine Aubry en laissant un message par là .

LES + LUS