L'autre information du Nord – Pas-de-Calais

DECRYPTAGE

Les médias nationaux sont-ils clichés sur le Nord-Pas-de-Calais ? Le cas des journaux télévisés (4)

Réflexions Par | 13 mars 2014

Les journaux télévisés sont souvent en ligne de mire de la chasse aux clichés. Combien de fois peut-on leur reprocher de toujours s’intéresser à des thématiques éculées qui véhiculent une bien piètre image de la région Nord-Pas-de-Calais ? Suite à nos analyses sur la presse écrite et la radio, au tour des journaux télévisés. Les JT de TF1, France 2, France 3, M6 ainsi que des émissions de reportage 66 minutes, Envoyé Spécial, Capital, Zone Interdite ont ainsi été décortiqués du 8 janvier au 8 février. Y ont été soulignés les sujets sur la région, comparativement à ceux de Rhône-Alpes et Provence-Alpes-Côte d’Azur. Le résultat est bien loin de ce que l’on aurait pu imaginer.

M6-JT

Le 12/45 de M6. Malgré la perte de décrochages locaux, M6 maintient sa présence en région.

On a échappé au pire. Non, le petit écran n’a pas spécialement mis en lumière les « cas soc’ », l’accent ch’ti ou la tartine de Maroilles dans le café. On peut même le dire : nous avons été quelque peu surpris de ne pas retrouver tant de clichés que ça à la télé concernant le Nord – Pas-de-Calais. “Nous portons une attention toute particulière lors de nos tournages pour ne pas véhiculer de clichés : nous veillons à ne pas diffuser à l’antenne un accent trop prononcé ou à ne pas filmer une maison particulièrement en désordre. Nous prenons du temps sur le terrain pour rassurer les personnes, les mettre en confiance. Nous cherchons avant tout à protéger l’image des interviewés et en filigrane de la région Nord-Pas-de-Calais”, souligne Barbara Six, journaliste du bureau de France 2 à Lille, couvrant le Nord-Pas-de-Calais, la Picardie et la Belgique. Pas de clichés donc, à une exception près : le ministre de l’Intérieur Manuel Valls, lors de sa visite à Hénin-Beaumont, reprenant les paroles de la chanson d’Enrico Macias « les gens du Nord ont dans le cœur bla-bla ». Et si finalement, le cliché ne venait pas des journalistes, mais des politiques ? On vous en avait déjà donné la preuve avec cette sortie de l’ancien ministre de la Justice, Pascal Clément.

Du fait-divers, du social, de la météo, des grands classiques… et c’est partout pareil

Bien sûr, la région a fait l’objet de toutes les attentions quand il s’est agi de suivre les suppressions de postes à La Redoute,  les violents coups de vents sur le Nord – Pas-de-Calais, le procès d’Alain Pénin à Douai, etc. “Le bureau de Lille est aussi force de propositions. Il est là pour attirer l’attention de la rédaction en chef à Paris sur des évènements ayant un retentissement national“, explique Marianne Mas, chef du bureau de France 2 à Lille. C’est de bonne guerre : la région Rhône-Alpes a eu son lot de sujets sur l’accident du pilote de Formule 1 Schumacher, les bébés morts dans une maternité de Chambéry, l’agression d’un handicapé en Isère. Quant à la région Provence-Alpes Côte d’Azur, ses inondations et éboulements spectaculaires lui ont valu d’inaugurer à plusieurs reprises des éditions, voire  de les monopoliser avec les intempéries de la fin janvier, tout comme ses règlements de compte.  Bilan fait-diversier/social : grosso modo, pas de différence de traitement entre les trois régions et surtout aucune raison de crier au scandale. Les histoires insolites font aussi les choux gras de nos journaux. Dans le Nord, on a par exemple eu le droit à l’enfant laissé seul à Arras (M6), la maison occupée illégalement à Lens (TF1), le panneau “Roulez plus vite, il reste des enfants et des chiens à écraser” à Arnèke (France 2).

ET LES ÉMISSIONS DE REPORTAGES?Nous avons évidemment jeté un coup d’oeil aux émissions de reportages. D’ailleurs, notre comparatif commençait au moment même où le titre d’un reportage d’Envoyé Spécial à Roubaix faisait débat. Deux journalistes avaient passé trois semaines à la CAF de Roubaix, pour comprendre pourquoi le climat entre usagers et guichetiers devient parfois si pesant. Pourquoi Roubaix ? Parce qu’il y a évidemment plus de bénéficiaires. “Aussi parce que l’on sait que les gens du Nord ouvrent plus facilement les portes, qu’ils se livrent plus facilement“, glisse un journaliste reporter d’images.

Dans les émissions Zone Interdite, Capital, Envoyé Spécial, 66 Minutes, Complément d’enquête, encore une fois, rien de bien cliché sur le mois étudié.  Finalement, le Nord – Pas-de-Calais est même cette fois-ci passé pour autre chose. M6 qui diffusait un document sur la France est-elle corrompue a consacré deux reportages en deux heures à notre région : à Avesnes-sur-Helpe pour le prof racketteur,  à Dunkerque, pour les turpitudes de l’AAE, association d’action éducative qui a connu des dérives financières. La preuve que dans le Nord, on sait aussi être malin ?

Une région plébiscitée pour l’illustration

Reste qu’en général, la télé aime bien illustrer les sujets économiques (et notamment les annonces politiques) dans la région. TF1 est allé du côté de Valenciennes pour faire parler un chef d’entreprise sur le pacte de responsabilité des entreprises proposé par François Hollande. France 2 a pris la courbe du chômage à contrepied pour aller interviewer le chef d’une entreprise de diagnostics énergétiques qui embauche à La Chapelle d’Armentières. “La région est très réputée pour son tissu économique et associatif. Lorsqu’on nous commande des sujets sur ces thématiques, c’est parce qu’ici, nous trouverons plus facilement de quoi les alimenter“, explique Marianne Mas.

Pour les marronniers, le Nord reste également une terre de prédilection. TF1 a par exemple traité des soldes dans les magasins d’usine à Roubaix (France 2 ayant réalisé le même sujet en banlieue parisienne), France 3 s’est rendue à Valenciennes en axant sur l’ambiance. Si France 2 reste largement plus orientée sur les sujets nationaux transversaux et surtout l’international, la première et la sixième chaine enregistrent finalement des records de reportages à travers la France. « M6 a toujours eu une forte présence au coeur des régions. Sur 60-70 journalistes de la rédaction, la moitié travaillent en province, confirme Samuel Duhamel, journaliste à Lille pour M6 depuis 2008. Un sujet national va donc se décliner en Nord-Pas-de-Calais peut-être parce qu’on a plus de moyens humains : on tourne davantage que d’autres régions. Même si on ne va pas souvent très loin par manque de temps. Quand les sujets sont commandés la veille ou le matin, on va plus facilement illustrer un sujet tendance ou un micro trottoir à Lille. »

Des réflexes clichés qui disparaissent et des correspondants qui ont un rôle à jouer

Alors, pour les JT, c’en est donc fini des clichés ?  “A une époque, Paris nous sollicitait systématiquement pour des sujets de folklore local“, se souvient Marianne Mas. “Aujourd’hui, on a moins le réflexe d’appeler Lille pour des sujets sur le SAMU social, les SDF ou le RSA. Les journalistes sur place, à force de proposer des sujets avec des angles de vue différents sur les initiatives régionales, ont certainement aidé à faire évoluer l’image de la région“. Certains sujets “magazine” ont laissé une belle place au Port de Calais par exemple, avec un grand format diffusé sur TF1, au Carnaval de Dunkerque sur France 2 ou à la côte d’Opale sur Thalassa à France 3.

Dans le domaine des clichés, il convient aussi de souligner le rôle des correspondants locaux : “Si on nous appelle pour illustrer pour la cinquième fois un sujet comme les Restos du coeur dans la région en cinq ans, c’est aussi notre rôle de dire au rédacteur en chef : “Attention, on l’a déjà fait”, note Samuel Duhamel. Et c’est normal : en région, on sait bien sûr les sujets que l’on a fait l’année d’avant. Depuis Paris, le rédacteur en chef ne s’en rappelle pas forcément.

Enfin, comme dans les autres familles de médias, une analyse attentive permet aussi de se rendre compte de l’importance de nos people sur le plan médiatique national : exit encore une fois les politiques régionaux, dont on ne parle pour ainsi dire jamais (à part Borloo mais en tant que président de l’UDI), le footballeur Franck Ribéry reste encore sur la période le plus cité (notamment avec l’actualité de la remise du Ballon d’Or), ainsi que désormais l’incontournable Florence Cassez qui a fait la tournée des plateaux pour son ouvrage. Deux personnages auxquels on pourrait rajouter Dany Boon que l’on a beaucoup vu sur les plateaux ces derniers temps, promo de son dernier film oblige.

 Tous les articles de ce dossier sont sur cette page.

Prochaine étape d’ici quelques semaines avec la presse web.

Ce contenu est © DailyNord. Si cet article vous intéresse, vous pouvez reprendre un extrait sur votre site (n’excédant pas la moitié de l’article) en citant bien évidemment la source. Si vous désirez publier l’intégralité de l’article, merci de nous contacter »

1 Commentaire

  1. “Nous portons une attention toute particulière lors de nos tournages pour ne pas véhiculer de clichés : nous veillons à ne pas diffuser à l’antenne un accent trop prononcé ou à ne pas filmer une maison particulièrement en désordre.”
    => c’est pas déjà cliché que de sortir ça ?!

Réagir à cet article

La rédaction de DailyNord modère tous les commentaires, ce qui explique qu'ils n'apparaissent pas immédiatement (le délai peut être de quelques heures). Pour qu'un commentaire soit validé, nous vous rappelons qu'il doit être en corrélation avec le sujet, constructif et respectueux vis-à-vis des journalistes comme des précédents commentateurs. Tout commentaire qui ne respecterait pas ce cadre ne sera pas publié. Evidemment, DailyNord ne publiera aucun contenu illicite. N'hésitez pas à avertir la rédaction à info(at)dailynord.fr (remplacer le "at" par "@") si vous jugiez un propos ou contenu illicite, diffamatoire, injurieux, xénophobe, etc.

POLITIQUE

EN ROUTE VERS LES DÉPARTEMENTALES ET RÉGIONALES

INFORMATIONS ESSENTIELLES, ANECDOTIQUES, DÉCRYPTAGES, ENQUÊTES, RÉVÉLATIONS, INDISCRÉTIONS, REBONDS DÉCALÉS... TOUS NOS ARTICLES S'INTÉRESSANT AUX FUTURES RÉGIONALES ET DÉPARTEMENTALES 2021 SONT PAR ICI ! ACCÉDER AU DOSSIER

NEWSLETTER DAILY NORD

Bienvenue dans la ville la plus étrange des Hauts-de-France

Elle pourrait loger 5 000 personnes, mais cette ville n'aura jamais d'habitants. Découvrez pourquoi.

Les tops DailyNord

Les Livres avec Eulalie

AR2L - Agence Régionale du Livre et de la Lecture