L'autre information du Nord – Pas-de-Calais

MUNICIPALES

Hénin-Beaumont pour le Front National, la surprise Dunkerque, notre point sur le premier tour

Réflexions Par | 24 mars 2014

Le premier tour, c’est terminé. Ce qu’il faut retenir dans le Nord – Pas-de-Calais qui a vu Hénin-Beaumont basculer sous le joug du Front National au premier tour, Michel Delebarre en difficulté à Dunkerque, Martine Aubry affaiblie à Lille, Roubaix plus ouverte que jamais… et Jacques Mellick en tête à Béthune.

HENIN-BEAUMONT : Steeve Briois elu maire au premier tour

Steeve Briois, nouveau maire d’Hénin-Beaumont, et dès le premier tour. Le fait majeur du premier dimanche de vote. Photos : Baziz Chibane.

Le fait majeur du premier tour : Hénin-Beaumont offerte à Steeve Brois

Aujourd’hui, nous n’avons pas le droit de décevoir les Héninois“. Dans les Salons de l’Atelier, où étaient réunis les militants frontistes à Hénin-Beaumont, hier soir, Laurent Brice, secrétaire départemental du FN, l’un des fidèles de Steeve Brois, se tient un peu en retrait. Sans s’empêcher de sourire : “Mais cette année est un excellent cru !“. Il aurait tort de s’en priver : Hénin-Beaumont est la première ville du Nord – Pas-de-Calais qui connaîtra un maire Front National, et qui plus est, dès le premier tour. Les raisons : l’implantation locale de Steeve Briois depuis 20 ans, les affaires Dalongeville, le discrédit jeté sur le PS 62, et on le sentait bien hier à la sortie des bureaux de vote, une volonté de changer : “ça ne pourra pas être pire“. En face, c’est la déconfiture, que ce soit chez Eugène Binaisse, le maire, ou chez Gérard Dalongeville, le revenant d’entre les morts qui rêvait d’un retour triomphant.

Pour les cadres locaux du FN, le plus dur commence : prouver qu’ils peuvent faire mieux et différemment des autres. Et sans perdre de temps car ils savent qu’ils seront attendus au tournant.

En parlant du Front National, toujours, la victoire d’Hénin-Beaumont valide aussi la stratégie d’implantation locale, impulsée par Steeve Briois. Dans la région, le FN se porte bien, très bien. Les triangulaires seront nombreuses avec des scores importants dans des villes comme Dunkerque (22%), Lille (17%), Tourcoing (17%), Wattrelos (25%), Bruay-la-Buissière (36%), Maubeuge (20%), Lens (20%). Et chez les jeunes candidats, l’une des démarches d’implantation de l’équipe Briois, les scores sont bons également : 12% pour Ludovic Pajot à Béthune, 20% à Harnes pour Antony Garenaux.

A lire également sur DailyNord : Une journée dans le barnum médiatique d’Hénin-Beaumont.

Les grosses surprises du premier tour : à Dunkerque, Delebarre dévisse

Dunkerque. C’est la grande surprise de ce scrutin. Le dissident Patrice Vergriete  – 36 % – devance le sénateur-maire socialiste sortant Michel Delebarre de plus de…sept points. Et le Front national Philippe Eymery dépasse les 22 % (il double son score par rapport à 2008. Premier tour au sabre d’abordage, second tour au couteau. Une surprise car nombre d’observateurs voyaient plutôt Patrice Vergriete prendre date pour 2020 (relire également notre interview du challenger). A la place, Michel Delebarre paie certainement une usure du pouvoir. A confirmer dimanche prochain. A noter l’UMP sous les 10% avec le jeune parachuté de Lambersart, Antoine Diers.

Béthune. De quoi en rester bouche bée. Le revenant et ancien maire Jacques Mellick vire en tête au premier tour devant le maire sortant Stéphane Saint-André et le MoDem Olivier Gacquerre, tous dans un mouchoir, devant l’UMP P-E Gibson. Le jeune Ludovic Pajot, du FN, est cinquième. Pour l’emporter, il faudra se rapprocher mais avec qui ? La tambouille béthunoise – sept listes et une histoire politique riches en rebondissements – est sur la table.

Calais. La sénatrice-maire sortante atteint les 39 % mais c’est l’ancien maire communiste Jacky Hénin – 22 % pour le Front de Gauche – qui devrait l’affronter au second tour avec le concours des voix socialistes de Yann Capet crédité de 19 %. Une petite surprise à gauche.

Roubaix. On savait que ce serait compliqué pour Roubaix. Les dissidents ont fait plus qu’écorner l’électorat du maire PS sortant Pierre Dubois qui se retrouve ainsi dépassé par Guillaume Delbar, le candidat UMP et talonné le FN. Difficile de prévoir l’avenir à Roubaix. D’autant plus que les dissidents réunis derrière un seul nom peuvent encore prétendre l’emporter. Quadrangulaire en vue ? Question : quelle légitimité pour un maire ainsi élu dans un contexte de vaste abstention ?

Tourcoing. Petite surprise avec un Gérald Darmanin (37%) qui talonne le maire sortant Michel-François Delannoy (39%), qui avait pourtant joué la carte d’une liste large pour rééditer son élection du premier tour de 2008. On s’achemine donc vers une triangulaire droite/gauche/FN, un cas de figure assez classique à Tourcoing. La question est : qui a les meilleures réserves pour le second tour ?

Saint-Omer. Surprise aussi à Saint-Omer, ville de notre projet Quinquennat, où l’on n’attendait pas un résultat aussi serré. François Decoster pour la droite vire en tête pour 65 petites voix, autant dire par grand chose (ce qui donne 43%). Le sortant, Bruno Magnier, pourra-t-il repasser ? Au FN, Quentin Bourgeois frôle les 15%.

Maubeuge. Pas facile, ce premier tour pour le député-maire Rémi Pauvros. Il devance de quelques voix seulement son challenger UMP Arnaud Decagny (32% contre 31%) tandis que le FN fait du 20%.

Wasquehal. C’est l’UDI Stéphanie Ducret qui dépasse d’une tête – 21 % –  le maire sortant – UDI, lui aussi – Gérard Vignoble, touché par l’usure du temps et comme Daubresse à Lambersart contraint à un second tour. Dissidents et candidats libres peuvent se maintenir. Les candidats de gauche sont distancés mais que feront-ils de leurs voix ? Deuxième tour en fusions. Ou pas ?

On s’en doutait (parfois qu’un peu), et ça s’est confirmé

Arras. On ne pariait pas sur une victoire au premier tour, mais on se doutait quand même qu’il n’était pas en difficulté. Election dans un fauteuil de premier tour pour Frédéric Leturque, le maire sortant, qui consacre la cité atrébate loin des combats de chiffonniers. Revers magistral pour la gauche dans la ville de Guy Mollet. L’écolo Hélène Flautre, proche d’Harlem Désir, avait reçu l’investiture du PS et fait un mauvais score (16%), la preuve que la soupe électorale ne fait pas tout. François Desmazière, ancien adjoint qui s’était lancé dans une croisade citoyenne, finit à 12,30% et aura trois élus au conseil municipal.

Lille. Score de 35 % un peu étriqué pour une Martine Aubry à la recherche d’un second souffle. D’autant que ses “alliés” écologistes et du Front de gauche ne sont pas non plus à la fête. Négociations houleuses en perspective pour fusionner les listes. Mais la surprise – en est-ce une ? – ce sont les 17 % d’Eric Dillies du Front national juste derrière les 23 % de l’UMP/UDI Jean-René Lecerf, par ailleurs violemment dénigré par la maire de Lille hier soir. Dans l’histoire, Martine Aubry perd tout de même 10 points par rapport à 2008. Paie-t-elle ses années d’absence ? Le contexte national ?

Lambersart. Sur le ring lambersartois, le maire UMP sortant Marc-Philippe Daubresse est contraint pour la première fois à un second tour et devra faire face à deux adversaires, le dissident Yvon Cousin et l’opposant Nicolas Bouche, obligés à faire liste commune – et à miser sur un report de voix impeccable – et déterminés à mettre un terme à un règne de 25 ans. Là encore, qui dispose de réserves suffisantes pour faire la différence ? L’attitude des candidats sous les 10 % sera prépondérante car le deuxième tour s’annonce ric-rac.

Douai. Vu les divisions de la droite, il fallait s’y attendre. Le socialiste Frédéric Chéreau arrive en tête dans la Cité de Gayant avec plus de 30%. Dans son sillage, La candidate UMP Françoise Prouvost, dauphine de l’ancien maire, Jacques Vernier, devra impérativement trouver un accord avec la dissidente Marie-Hélène Quatreboeufs-Niklikowski – 13,5 %- sur fond de triangulaire avec le FN Guy Cannie, 19%. Laquelle Marie-Hélène Quatreboeufs-Niklikowski avait déclaré dans DailyNord il y a quelques semaines qu’elle se maintiendrait en cas de telle situation…

Denain. A Denain, deuxième ville de notre projet quinquennat, c’est un triomphe pour Anne-Lise Dufour-Tonini. Avec 59%, elle est élue au premier tour.La principale liste concurrente est à 27%.

Lens. Ça cogne sec à Lens depuis des mois entre Sylvain Robert, le successeur de Guy Delcourt, et ses adversaires. Du coup, on s’attendait à un score serré. C’est le cas : le maire sortant est à 27%, talonné par le FN Hugues Sion (19,99 pour ne pas dire 20%), le dissident Arnaud Sanchez (18%), puis Sébastien Plociniczak (divers gauche, 12%) et Sophie Gauthy (UMP-UDI, 11%) en position de se maintenir. Comme en 2008, on peut donc s’attendre à cinq listes au second tour.

Boulogne-sur-Mer. Bien entendu, Frédéric Cuvillier, le ministre, n’est pas en danger dans sa ville de Boulogne-sur-Mer. Néanmoins, il perd 20 points par rapport à 2008 et est contraint au second tour pour 25 voix. Le FN est la deuxième force avec plus de 20%.

Cambrai. Le score est presque stalinien : 72% et une élection au premier tour pour François-Xavier Villain. La surprise vient du FN qui devient la deuxième force de Cambrai avec… 10% des voix. Le PS, qui est allé chercher un Roubaisien, Yves-Pascal Renouard, est balayé (8%).

Valenciennes. On n’en a plus l’habitude à Valenciennes, mais sans grande surprise, il faudra revoter au second tour. Trois listes peuvent se maintenir face à lui, dont le dissident Didier Legrand qui à 19%. Le PS, Jean-Luc Chagnon, ne passe pas le premier tour (8%).

Quelques réflexions en général

La dissidence est donc la tendance dans ce scrutin 2014. Certains flibustiers en rupture de ban municipal jouent leur va-tout, d’autres pèsent sur le vote, comme on le voit à Lambersart et à Dunkerque. Deuxième enseignement : le choc des générations. Les sexagénaires qui ont été ministres – Delebarre, Daubresse, dans une moindre mesure Aubry,…- ou ceux qui sont issus d’un sérail traditionnel – Delannoy, Vignoble, Dubois, Prouvost – se heurtent  à une adversité nouvelle souvent plus jeune  et impatiente qui conteste leur longévité, sinon leur emprise locale. Troisième phénomène avéré, la concrétisation de la montée du Front national dont la dédiabolisation est incarnée par la victoire de Steeve Briois à Hénin-Beaumont et qui s’enracine ailleurs pour jouer un rôle dans les conseils municipaux et les intercommunalités, comme les communautés urbaines. D’ailleurs, les états-majors considèrent forcément avec la plus grande attention ce fameux troisième tour des municipales.

Tous nos articles Municipales sur cette page.

Ce contenu est © DailyNord. Si cet article vous intéresse, vous pouvez reprendre un extrait sur votre site (n’excédant pas la moitié de l’article) en citant bien évidemment la source. Si vous désirez publier l’intégralité de l’article, merci de nous contacter »

4 Commentaires

  1. Dire que le score de Delebarre est une surprise ? peut être… peut être si vous aviez prévu qu’il serait troisième derrière Vergriete et le FN. Tous les observateurs que je connait avait mis Vergriette en tête. Changez d’observateurs qui connaissent vraiment le littoral et ne se contentent pas de regarder cela depuis Lille.

  2. @ G. François: donc vous saviez aussi que Jacques Mellick allait pointer en tête à Béthune? Non je ne pense pas parce que ce ne doit pas être votre coin. Pourtant pas plus à Lille qu’à Béthune – à ma connaissance – on a su établir un tel pronostic. Je vous l’accorde, il était moins périlleux d’affirmer qu’Hénin allait basculer. Et pourtant, même si cela semblait presque inéluctable, on cherche tous encore à comprendre (le basculement s’entend). La nature humaine est décidément bien étrange. Sa façon de répartir les suffrages encore plus.

  3. @GFrançois,

    Oui bon, c’est Delebarre qui est très bas aussi, conjugué au fait que Vergriete est costaud, la surprise c’est aussi la chute de MD entre 2008 et aujourd’hui, le combat de trop on ne le sent que rarement de la part d’ un candidat sortant, mais j’avoue humblement que la situation m’étonne, reste à analyser pourquoi et sans prosélytisme ou parti-pris, SVP,

  4. Je n’ai pas la prétention d’être un observateur régional de la politique, je suis simplement Dunkerquois (et donc je ne me suis pas intéressé à Béthune). Toutefois, il suffisait d’écouter ce qu’il se disait dans les couloirs du Conseil Régional Nord Pas de Calais et de constater sur le terrain que Vergriette réussissait à réunir très largement autour de lui (combien de membres dans son association ? il y a plus de 6 semaine les bruits disaient près de 1,000 personnes ; combien de soutiens de poids, etc…) pour donner foi aux sondages officieux qui donnaient Delebarre en grande difficulté et largement distancé.

    Certes c’est le mandat de trop, c’est aussi des erreurs flagrantes avec une Arena démesurée alors que le Kursaal n’est rempli que pour les bals de carnaval, c’est une désertification du centre ville. La dernière fois que j’y suis passé, j’ai eu l’impression de me retrouver à Denain deux ans après la fermeture des HF. Calais au contraire apparait pour le visiteur de passage que je suis, plus dynamique, etc… C’est aussi la chute d’un système concentré sur une personne ayant ces derniers mois fait l’objet d’une forte attention médiatique en tant que champion des cumulards.

    Il est d’ailleurs intéressant de remarquer que le parachuté de Lambersart, Monsieur DIERS (dont tout le monde aura oublié le nom dans quelques mois) à fait moins de 10 % alors qu’avant Michel DELEBARRE, Claude PROUVOYEUR était régulièrement réellu. Il arrive à M.D. la même chose qu’à C.P. en définitive. C’est donc la sanction pour un homme, un système et pas nécessairement pour une orientation politique (puisque si l’on ajoute les voix divers gauche, PS de vergriete et PS de delebarre l’on dépasse largement la majorité)…

Réagir à cet article

La rédaction de DailyNord modère tous les commentaires, ce qui explique qu'ils n'apparaissent pas immédiatement (le délai peut être de quelques heures). Pour qu'un commentaire soit validé, nous vous rappelons qu'il doit être en corrélation avec le sujet, constructif et respectueux vis-à-vis des journalistes comme des précédents commentateurs. Tout commentaire qui ne respecterait pas ce cadre ne sera pas publié. Evidemment, DailyNord ne publiera aucun contenu illicite. N'hésitez pas à avertir la rédaction à info(at)dailynord.fr (remplacer le "at" par "@") si vous jugiez un propos ou contenu illicite, diffamatoire, injurieux, xénophobe, etc.

POLITIQUE

EN ROUTE VERS LES MUNICIPALES 2020

INFORMATIONS ESSENTIELLES, ANECDOTIQUES, DÉCRYPTAGES, ENQUÊTES, RÉVÉLATIONS, INDISCRÉTIONS, REBONDS DÉCALÉS... TOUS NOS ARTICLES S'INTÉRESSANT AUX MUNICIPALES 2020 SONT PAR ICI ! ACCÉDER AU DOSSIER

Abonnez-vous à notre newsletter

Bienvenue dans la ville la plus étrange des Hauts-de-France

Elle pourrait loger 5 000 personnes, mais cette ville n'aura jamais d'habitants. Découvrez pourquoi.

Les tops DailyNord

Les Livres avec Eulalie