REPORTAGE AQUATIQUE

Réalités Par | 08H35 | 05 février 2014

Il est pas beau, mon château d’eau ?

Vous les voyez tous les jours. Surgissant au détour d’une maison, en rase campagne, en bordure des autoroutes. Ils font partie du paysage. Qu’ils soient moches ou jolis. De quoi s’agit-il ? Des châteaux d’eau, pardi. DailyNord, n’écoutant que son courage, est parti en prendre une sélection en photos, rien que pour vous !

 

122 marches, 20 mètres de hauteur, 8 000 boulons, 28 tonnes. Et une fois en haut, la ville de Calais qui se dévoile sous nos yeux. Une école primaire à nos pieds, un boulevard où filent les voitures en ce jeudi matin de janvier un peu plus loin, les maisonnées mitoyennes et les immeubles tout autour. Et quelques châteaux d’eaux à l’horizon. Bienvenue au belvédère du Channel de Calais, un ancien château d’eau transformé en lieu de promenade par Delarozière au début des années 2000, sur le site des anciens abattoirs. L’exemple – quasi unique – d’un réservoir d’eau qui a pris une autre fonction dans le Nord – Pas-de-Calais.

Il y a quelques semaines, DailyNord avait demandé aux lecteurs leurs bons plans de châteaux d’eau. Parce qu’on avait bien envie de faire un sujet sur ces drôles de bâtisses qui sont pour nous de formidables marqueurs de territoire, que l’on aperçoit – notamment en campagne – à des kilomètres à la ronde. Car le château d’eau pour le profane, peut-être plus qu’un réservoir d’eau, c’est un point de repère. Plutôt que de donner le nom d’une rue, en ville, par exemple, on vous dira peut-être “à gauche du château d’eau“. Ou le long d’une départementale interminable dans les campagnes, votre rendez-vous vous aura dit de tourner à droite, au moment où vous croisez le château d’eau.

Élancés, permettant d’annoncer une ville, doubles, polémiques, ou en forme de cornet de frites

Alors, bien sûr, ils sont loin de tous être beaux. Mais à parcourir la région en long en large et en travers pour vous sélectionner ceux qui nous paraissent parmi les plus marquants (*), si la base reste la même (bien souvent en béton, bien souvent très haut, on vous explique pourquoi ici), mine de rien, à bien y regarder, ils sont bien plus différents les uns des autres que l’on pouvait le croire avant le début du reportage. La preuve avec cette sélection photos. Vous avez les élancés, comme celui à rayures à Wimille. il y a celui qui profite de sa stature imposante pour servir  de panneau d’entrée de ville (à Liévin par exemple). D’autres ne ressemblent pas du tout à des châteaux d’eau, comme à Mouvaux, qui se distingue plus par sa longueur que par sa hauteur. Une poignée d’entre-eux font également coup double à Ebblinghem ou à Douai. Certains témoignent d’une industrie passée, comme le dernier château d’eau de l’ancienne fosse à Hersin-Coupigny ou de Hérin. En parlant mines, vous en avez même qui arrivent à créer des polémiques comme celui de Bruay-la-Buissière, surmonté d’un mémorial aux mineurs de fond, qui estimaient qu’ils méritaient un meilleur emplacement (plus d’infos ici). Sans oublier les inclassables ou particulièrement originaux comme celui d’Arques, en briques et en ardoise, ou celui de Noeux-les-Mines que l’on peut voir comme une forme futuriste (selon le rédacteur, dépourvu d’imagination) ou un cornet de frites géant (selon le photographe, qui devait avoir faim).

Tourcoing, un château d’eau de 1863

La plupart des châteaux d’eau croisés sur notre parcours datent de la seconde moitié du vingtième siècle, « au moment où les besoins en hygiène ont motivé les autorités à en construire », indique Christine Boutron, qui y a consacré un ouvrage. Mais certains sont bien plus vieux, parfois du milieu du XIXème siècle quand les riches propriétaires ou industries commencèrent à en édifier quelques-uns : parmi eux, celui de Tourcoing qui, avec ses références à l’architecture médiévale, fut l’un des tout premiers réservoirs d’eau de la métropole lilloise en 1863, rue de Lille. Un édifice remarquable, notamment par sa forme de “tour cylindrique maçonnée”, dixit un Itinéraire du patrimoine, édité par la DRAC. Pour voir des châteaux d’eau historiques remarquables, faites également un détour par Bailleul et son centre-ville (nous vous raconterons son histoire la semaine prochaine) ou par Valenciennes, place Verte, qui a été construit en béton armé, par la société Hennebique, du nom d’un ingénieur du Pas-de-Calais.

Peindre son château d’eau, c’est tendance !

Enfin, dans notre périple, n’oublions pas d’évoquer les châteaux d’eau peints. Car ça devient une vraie mode de décorer son château d’eau. On en a vu plusieurs dans la région : à Zuydcoote, à Calais, à Saint-Amand-les-Eaux, à Villeneuve-d’Ascq. Quelques-uns d’entre eux ont d’ailleurs été réalisés par la même personne, Paule Adeline, installée dans l’Eure, qui en a relooké plus de 150 ces dernières décennies à la demande des communes. Un long boulot : sur place, il faut au moins trois semaines. « Ce sont les communes qui me contactent : je n’interviens que quand il y a un ravalement et la remise en état de l’étanchéité. J’en profite ensuite pour peindre. Ils choisissent eux-mêmes les motifs. A Zuydcoote, ce sont par exemple des dessins d’enfants reproduits. » Paule Adeline, qui pratique une activité rare (il doit y avoir une dizaine d’entreprises qui font ça en France), reviendra même à plusieurs reprises dans la région en 2014 : le château d’eau de Saint-Michel-en-Thiérarche s’ornera d’un chêne ; celui de l’hippodrome d’Arras d’un… cheval ; celui d’Ibsergues de gouttes d’eau. Une customisation qui peut coûter de 5 à 30 000 euros.

Bref, avec ces quelques lignes, et surtout notre magnifique sélection de photos, vous vous rendrez donc compte que les châteaux d’eau sont bien plus différents qu’on ne les imagine au départ. Et peut-être bien que vous ne les regarderez plus comme avant…

(*) Nous proposons une sélection de 24 châteaux d’eau. Nous en avons pris plus. Nous en avons laissé de côté de nombreux. L’idée était aujourd’hui de vous présenter une sélection pertinente et originale.

A découvrir également sur DailyNord : la découverte de deux châteaux d’eau de l’intérieur, ainsi que quelques explications sur leur hauteur, notamment.

Le site Châteaux d’eau.free est une mine d’informations sur les châteaux d’eau du Nord – Pas-de-Calais et de l’Hexagone. Vous y trouverez les différentes classifications et de nombreuses photos. 

3 Commentaires

  1. Raïïïï chateaux d’eau staïïle! Made in Nord-Pas de Calais!
    Un grand merci à eux qui nous permettent d’avoir de l’eau! Pour la costumisation 30 000 euros ce n’est quand même pas donné!

  2. Certains sont même des oeuvres d’art méconnues comme celui de Petite-Synthe (Dunkerque) construit sur les plans de Lecorbusier, ou admirablement cachés comme à Bergues, edifié dans la tour carrée de l’abbaye st-Winoc, détruite à la Révolution, qui permet de garder son cachet ancien à la ville fortifiée

  3. Pour info, l’Inventaire du patrimoine (la DRAC) a eu l’idée insolite d’éditer un beau livret sur les châteaux d’eau du Nord il y a une dizaine d’années.

    On le trouve à 0,50 € au musée de Noordpeene…

    Vous trouvez une photo de la couverture avec ce lien:
    http://chateau.deau.free.fr/ZDesign/Medias/Livres/Livres.html

Réagir à cet article

La rédaction de DailyNord modère tous les commentaires, ce qui explique qu'ils n'apparaissent pas immédiatement (le délai peut être de quelques heures). Pour qu'un commentaire soit validé, nous vous rappelons qu'il doit être en corrélation avec le sujet, constructif et respectueux vis-à-vis des journalistes comme des précédents commentateurs. Tout commentaire qui ne respecterait pas ce cadre ne sera pas publié. Evidemment, DailyNord ne publiera aucun contenu illicite. N'hésitez pas à avertir la rédaction à info(at)dailynord.fr (remplacer le "at" par "@") si vous jugiez un propos ou contenu illicite, diffamatoire, injurieux, xénophobe, etc.

Abonnez-vous à notre newsletter

Bienvenue dans la ville la plus étrange des Hauts-de-France

Elle pourrait loger 5 000 personnes, mais cette ville n'aura jamais d'habitants. Découvrez pourquoi.

Les tops DailyNord

Les Livres avec Eulalie

Contacter la rédaction

Ça se passe par là