L'autre information du Nord – Pas-de-Calais

MUNICIPALES 2014

Quelques conseils à la droite pour gagner des villes (et à la gauche pour ne pas en perdre)

Rebrousse-poil Par | 13 février 2014

Bon, vous le savez forcément, on entre dans la dernière ligne droite des Municipales (dans un peu plus d’un mois). Tout le monde rêve d’être calife à la place du calife, la droite de prendre des villes nordistes à la gauche, la gauche de ne pas les perdre. Du coup, DailyNord, consultant exclusif, donne à tout ce beau monde quelques conseils (qui peuvent pour la plupart s’appliquer à n’importe quelle configuration d’ailleurs).

Vous rêvez de prendre le beffroi ? Ou de le conserver ? Suivez nos conseils avisés. Photo : Stéphane Dubromel.

 

Quelques conseils à la droite pour prendre des villes régionales

– Tapez sur le gouvernement : c’est facile, la popularité de François Hollande est en chute libre, comme celle du gouvernement. Les chiffres du chômage sont mauvais, les entreprises font la tronche, bref, tout ça c’est du pain béni. Expliquez que tout est de la faute de la gauche, en faisant surtout mine d’oublier que l’UMP était au pouvoir pendant les dix précédentes années.

– Recrutez des militants : Tout le monde le sait. A droite, dans la région, l’un des gros problèmes en période de campagne, ce sont les militants. Bien moins nombreux qu’à gauche. Mais comment convaincre le Nordiste lambda de militer pour vous et d’aller se peler dehors ? DailyNord a une idée. Payez des coups à boire dans les cafés plein de chômeurs qui dépensent leurs allocations en bibine (non, c’est pas cliché).

– Balancez des rumeurs sur vos adversaires : racontez que l’un est un ancien proche de DSK et que bon, on l’aurait vu au Carlton, mais c’est-une-rumeur-hein-tu-comprends. Que l’autre a des moeurs un peu discutables. Qu’un sondage montre que le socialiste va perdre, etc. Mais attention, ne le racontez pas directement, vous perdriez de votre crédibilité. D’où l’intérêt de recruter des piliers de bistrot (voir le point précédent). Etre malin, c’est la clé.

– Utilisez de faux chiffres, de fausses données : balancez qu’il y a 35% de chômeurs, que la ville est hyperendettée, que les contribuables fuient la ville. Et allez-y gaiement : de toute façon, qui ira vérifier ce que vous racontez ? Ah si, faites gaffe : les journalistes sont désormais incités à faire du fact checking. Fact checking ? Du journalisme en fait…

– Victimisez-vous : faites savoir sur les réseaux sociaux que la presse régionale n’a pas votre oreille, qu’elle ne parle que du maire en place, que ce n’est pas normal. Dénoncez le complot médiatico-gauchiste, mais sans trop en faire : vous pourriez défintivement perdre l’amitié de gratte-papiers.

Quelques conseils à la gauche pour ne pas perdre de villes en région

– Faites venir des ministres : pas trop non plus, et veillez à ce qu’ils soient plutôt populaires, comme Manuel Valls à Hénin-Beaumont. Affichez-vous bien avec lui, montrez que vous êtes proches, que vous êtes un homme important (ou une femme importante) qui a l’écoute des grands de ce monde (même si vos collaborateurs savent que ce n’est pas vrai, mais ça, c’est pas grave, ils ont tellement envie de conserver un poste à vos côtés qu’ils ne diront rien).

– Baissez les impôts locaux : comme ça, là au dernier moment, pendant les derniers conseils municipaux. Expliquez que c’était prévu depuis longtemps, que ça prouve que la ville est bien gérée. On vous accusera de visée électoraliste. Démentez fermement.

– Faites du clientélisme : Vous êtes maire depuis douze ans. En plus, vous présidez aux destinées de la communauté d’agglomération. Vous avez quatre-cinq mandats en plus (25 pour Michel Delebarre, mais c’est une exception) : président du centre hospitalier, administrateur de l’association d’insertion communale, vice-président du club de football local. Pour rester maire, en période de campagne, n’hésitez pas à user de votre pouvoir : une promotion par ci, une augmentation par là, une promesse d’embauche pour le fils de la voisine. Ça rend l’électeur redevable et ça vous permettra de passer l’hiver au chaud.

– Faites pression sur les soutiens de vos adversaires : Le beau fils du président du club de foot qui clique « J’aime » sur la page Facebook de votre adversaire ? Faites-lui comprendre – mais pas directement, soyez malin nom de Dieu ! – qu’il devrait faire attention. Que ce n’est pas bon pour la famille… Après tout ce que vous avez fait pour lui…

– Restez tranquille : en fait, qui croit sérieusement au raz-de-marée de la droite dans notre région ?

Un conseil pour tous

– Surfez sur l’actualité :  car le journaliste est votre ami. En cas de fait divers sordide, pour la droite, prenez cause pour le rétablissement de la peine de mort, ou indignez-vous et « condamnez fermement ». Un succès industriel d’une entreprise privée dans votre ville devient VOTRE succès. Bref, récupérez.

Ce contenu est © DailyNord. Si cet article vous intéresse, vous pouvez reprendre un extrait sur votre site (n’excédant pas la moitié de l’article) en citant bien évidemment la source. Si vous désirez publier l’intégralité de l’article, merci de nous contacter »

2 Commentaires

  1. Bonjour,

    Votre article caricatural m’a séduit.; voilà bien le reflet de notre société française.

    J’ai un rêve (pieux): Unir les Français dans une dynamique positive de créativité, de prise d’initiative et de liberté.

    C’est dans ce cadre que je me suis engagé sur une liste municipale.

    Par ailleurs, notre république devrait être repensée pour offrir, enfin, une vrai démocratie.

    Enfin, sachez tout de même, Messieurs les journalistes, qu’il y a encore une partie de la population qui œuvre, tapis dans l’ombre, à ces desseins.

    Bien à vous
    JEAN-MARC

  2. Autres moyens -toutes tendances confondues ou alors devinez- pour pourrir ou vicier les débats:
    – Rumeurs bis. Du projet de la partie adverse d’implanter un camp de Roms, une mosquée, une porcherie industrielle ou encore une usine de traitement des eaux usées. Bordel assuré.
    – Puisque les maires en places ne peuvent mettre en évidence leurs brillantes gouvernances pendant cette période post-électorale, il existe d’autres subterfuges. Le classique: on restaure à tour de bras des rues jusqu’alors défoncées depuis des plombes. Vous n’aviez pas remarqué? Il y a aussi l’émergence d’associations qui ne vous veulent que du bien et que ne manque pas de faire mousser la presse locale (style une asso venue d’on ne sait où mais dont les réunions se tiennent en mairie pour économiser l’énergie par exemple. Du vécu).
    Enfin, une question se pose avec la nouvelle donne: sera-ce le maire élu ou les sont-ce les conseillers d’agglo ou de métropole qui auront vraiment la clef des décisions. La proximité c’est comme l’écologie, plus on en parle moins il y en a.

Réagir à cet article

La rédaction de DailyNord modère tous les commentaires, ce qui explique qu'ils n'apparaissent pas immédiatement (le délai peut être de quelques heures). Pour qu'un commentaire soit validé, nous vous rappelons qu'il doit être en corrélation avec le sujet, constructif et respectueux vis-à-vis des journalistes comme des précédents commentateurs. Tout commentaire qui ne respecterait pas ce cadre ne sera pas publié. Evidemment, DailyNord ne publiera aucun contenu illicite. N'hésitez pas à avertir la rédaction à info(at)dailynord.fr (remplacer le "at" par "@") si vous jugiez un propos ou contenu illicite, diffamatoire, injurieux, xénophobe, etc.

POLITIQUE

EN ROUTE VERS LES LÉGISLATIVES

INFORMATIONS ESSENTIELLES, ANECDOTIQUES, DÉCRYPTAGES, ENQUÊTES, RÉVÉLATIONS, INDISCRÉTIONS, REBONDS DÉCALÉS... TOUS NOS ARTICLES S'INTÉRESSANT AUX FUTURES LÉGISLATIVES 2022 SONT PAR ICI ! ACCÉDER AU DOSSIER

NEWSLETTER DAILYNORD

Bienvenue dans la ville la plus étrange des Hauts-de-France

Elle pourrait loger 5 000 personnes, mais cette ville n'aura jamais d'habitants. Découvrez pourquoi.

Les + lus