L'autre information du Nord – Pas-de-Calais

ÇA APPROCHE

Municipales : point d’étape dans les grandes villes régionales

Réflexions Par | 26 novembre 2013

Les Municipales approchent. Et si certaines villes ne semblent pour le moment pas devoir changer de maire, à quatre mois des élections, le but est de montrer les dents. Pour vous garder au parfum, DailyNord fait le point sur ce qu’il s’est passé ces dernières semaines dans les grandes villes régionales. Un rendez-vous qui va devenir mensuel, puis hebdomadaire à l’approche des élections.

La mairie de Lens semble particulièrement convoitée ces temps-ci. Capture d’écran : Google Street View.

A Lille, Martine retrouve le sourire

Finie l’inquiétude du sondage fantôme ? Un sondage autrement plus favorable vient rassurer Martine Aubry en cette fin novembre : la maire de Lille regrouperait 41% des intentions de vote au premier tour, 61% au second. Seuls deux de ses challengers se qualifieraient pour le second round : Jean-René Lecerf (UMP-UDI) et Eric Dillies (FN). Dans une campagne pour le moment plutôt calme, l’un des plus remuants semble être l’ex-PRG, Jacques Mutez. Car comme vous le révélait Le Petit Théâtre de Martine Aubry, ses critiques envers la majorité en place lui ont causé quelques inimités au sein de son mouvement, au point d’en être mis à l’écart. Pas sûr que ça suffise. Plus que la réélection de Martine Aubry, l’enjeu semble se situer au niveau de la communauté urbaine, présidée par la maire de Lille. Sujet dont nous aurons l’occasion de reparler d’ici quelques jours.

A Roubaix, trahisons et mouvements

Il avait promis à son adjoint qu’il le laisserait sur la liste pour les prochaines municipales s’il ne lui en contestait pas la tête. Renaud Tardy avait cédé devant le maire, Pierre Dubois. En guise de renvoi d’ascenseur, le premier édile vient d’informer son premier adjoint qu’il ne sera pas reconduit. Risque de liste socialiste dissidente ? A suivre… De quoi avantager la droite via Guillaume Delbar ? A voir. D’autant que le candidat UDI-UMP peut profiter d’une nouvelle défection, cette fois-ci à sa droite. Françoise Coolzaet, tête de liste FN, se retire. Agenda professionnel trop chargé, elle est remplacée par Luc Van Engelandt, figure de l’extrême-droite locale.

A Lambersart, ça déglingue dans tous les sens

Le pouvoir s’use même si l’on ne s’en sert pas…C’est un peu la situation d’un Marc-Philippe Daubresse, député-maire UMP de Lambersart depuis Mathusalem (1988, en vérité). Contesté de toutes parts y compris dans l’opinion, pour cause de népotisme et de parisianisme, l’ancien ministre du logement est régulièrement stigmatisé pour son train de vie – il habite dans unes des plus belles demeures de la ville -, et doit cette fois faire face à une fronde d’adjoints et d’anciens colistiers en passe de se regrouper pour l’empêcher d’être réélu au premier tour. Ce qui pourrait hypothèquer son éventuelle candidature à la présidence de la communauté urbaine. Même s’il semble démonétisé, il reste favori. Lire également sur le sujet Le Petit Théâtre de Martine Aubry.

A Douai, les déçus du système Vernier tentent de s’organiser

Même cas de figure qu’à Lambersart, sauf qu’ici, Jacques Vernier a su dételer et éviter le combat de trop. Et lancer une nouvelle personnalité. C’est Françoise Prouvot qui tentera de prendre le relais mais là aussi, la contestation gronde. Et les déçus du “système Vernier” s’essaient à la fédération des mécontents pour espérer peser dans le débat. A l’extrême-droite, un FN opportuniste en la personne de Guy Cannie. De quoi faire les affaires de Frédéric Chéreau le challenger socialiste ? Trop tôt pour le dire, mais la Cité de Gayant retient son souffle. Lire également sur le sujet  Le Petit Théâtre de Martine Aubry.

A Valenciennes, sous l’oeil de Jean-Louis Borloo

Le maire sortant Laurent Degallaix, élu il y a un an en successeur de Dominique Riquet, partira fort probablement au combat : il ne l’a toujours pas confirmé.  Sur sa droite, un Front national fort et sur sa gauche, des dissidents offensifs, tel Didier Legrand. Derrière les élections municipales, se profile l’autre enjeu de la communauté d’agglomération. Le tout sous l’oeil attentif de Jean-Louis Borloo l’ancien maire redresseur de la ville, qui suit de près la trajectoire de ses “rejetons”.

A Lens, préparez-vous à compter les morts ?

Ah, la campagne lensoise. Plutôt amusante. Guy Delcourt pensait avoir fait le plus dur en démissionnant pour imposer son poulain, Sylvain Robert. Sauf que ce n’est pas si simple : Arnaud Sanchez, jeune secrétaire de section, lui a contesté l’investiture jusqu’au bout, n’hésitant d’ailleurs pas à mettre la main à l’ouvrage pour participer au dépôt de plainte contre le maire en place (dans l’affaire des affranchissements, révélée ici-même). Sans succès jusqu’alors – il envisage du coup de monter une liste dissidente – , mais cela témoigne des dissensions du PS local. Pendant ce temps, dans cette ville qui avait eu l’honneur de compter cinq listes au second tour en 2008, un autre candidat se mêle à la fête : Sébastien Plociniczak, ancien bras droit de Kucheida (candidature révélée ici-même tant qu’à faire).

A Boulogne-sur-Mer, qui ira verra ?

Sur le littoral, loin de la métropole lilloise, Boulogne-sur-Mer retient son souffle. Si on ne doute presque pas qu’elle restera socialiste à l’issue du scrutin, avec quelle tête de liste ? Aucun candidat ne s’est encore déclaré au PS… suspendu aux bonnes grâces du ministre Cuvillier, qui a décidé d’attendre (et comme l’écrit justement La Voix du Nord…  la Fédé du Pas-de-Calais ne peut pas contredire un ministre…). Résultat : Boulogne est la seule ville du département qui a obtenu un report du dépôt de la tête de liste. Que l’on aura en cadeau de Noël ?

A Hénin-Beaumont, Steeve Briois attend son heure

Objectif affiché du FN aux Municipales ? Hénin-Beaumont. La ville semble désormais promise à Steeve Briois et à ses acolytes. D’autant qu’à gauche, on ne fait pas d’effort pour que ça s’arrange : plusieurs listes semblent prêtes à se lancer.

A Bapaume, l’UMP adoube le PS

Ok, Bapaume n’est pas à proprement parler une grande ville. Mais ce gros bourg au sud de la région (4000 habitants) s’est distingué dans l’actualité des Municipales : l’ancien ministre et maire actuel, Jean-Paul Delevoye, a adoubé comme successeur, Jean-Jacques Cottel, député socialiste. Qui a dit que les Municipales n’étaient pas une histoire d’amour ?

A Dunkerque, l’UMP n’a peut-être pas l’intention de gagner

On vous en parlait en septembre : on n’a rien contre Antoine Diers, jeune candidat UMP à la mairie de Dunkerque, mais pas sûr que son peu d’ancrage local dans la ville (il vient de démissionner de son mandat de conseiller municipal à Lambersart) lui fasse réussir un gros coup dans la cité de Jean-Bart. D’ailleurs,  la rumeur maritime souffle qu’il aurait déjà des envies d’ailleurs, ce qu’il dément.

Et aussi… ces dernières semaines :

Michel-François Delannoy est officiellement candidat à Tourcoing, à Cambrai, la campagne a commencé par des courriers anonymes (voir ici), Rémi Pauvros rempile à Maubeuge (et la loi contre le cumul des mandats attendra), à Arras, si Antoine Détourné a été désigné comme chef de file du PS, les discussions sont toujours en cours avec les autres forces de gauche (voir là), Gérard Vignoble, maire de Wasquehal, attend la décision du tribunal concernant ses présumés détournements de fonds, etc. On en a certainement oublié, mais nous ne doutons pas que vous allez nous le rappeler dans les commentaires !

Tous nos articles sur les Municipales sur cette page.

Ce contenu est © DailyNord. Si cet article vous intéresse, vous pouvez reprendre un extrait sur votre site (n’excédant pas la moitié de l’article) en citant bien évidemment la source. Si vous désirez publier l’intégralité de l’article, merci de nous contacter »

2 Commentaires

  1. A Lens, préparez-vous à compter les morts ?

    La ville Lens est en perdition. Tous les indicateurs sont au rouge! chômage, sécurité, endettement, fermeture de commerce, hausses des impôts locaux…..

    Même les 200 millions € investis pour le Louvres Lens ne permettent pas (encore) de redresser l’économie de notre ville. A croire qu’ils ont amorcés à tout va et oubliés l’appât.

    Les responsables de la municipalité veulent nous faire croire le contraire en masquant la réalité par des “ravalements de façade” ici ou là.

    J’ai clairement la conviction d’un pilotage à vue.

    Je suis fatigué de piétiner contrairement à ce que pensent nos dirigeants régionaux. Cela fait plus de 30 ans que cela dure.

    Et pendant ce temps, les uns et les autres continuent de nous écrire les mêmes refrains.

    Le temps est venu de respecter ses engagements et obtenir des résultats ÉCONOMIQUES ou de partir !

    Je vous serai très reconnaissant de rendre de libérer:

    – la prise d’initiative,
    – la créativité,

    en vue développer une ville attractive.

    A défaut, nous compterons les morts…..

    Ces propos n’engagent que moi, simple Lensois depuis 56 ans

    Bien à vous
    JMO

  2. Et bien mr d. Prend peur. C’est la confusion à la mairie. C’est l’heure du changement. Bravo monsieur Cousin.!!!!! Rendons le maire à sa mairie

Réagir à cet article

La rédaction de DailyNord modère tous les commentaires, ce qui explique qu'ils n'apparaissent pas immédiatement (le délai peut être de quelques heures). Pour qu'un commentaire soit validé, nous vous rappelons qu'il doit être en corrélation avec le sujet, constructif et respectueux vis-à-vis des journalistes comme des précédents commentateurs. Tout commentaire qui ne respecterait pas ce cadre ne sera pas publié. Evidemment, DailyNord ne publiera aucun contenu illicite. N'hésitez pas à avertir la rédaction à info(at)dailynord.fr (remplacer le "at" par "@") si vous jugiez un propos ou contenu illicite, diffamatoire, injurieux, xénophobe, etc.

POLITIQUE

EN ROUTE VERS LES DÉPARTEMENTALES ET RÉGIONALES

INFORMATIONS ESSENTIELLES, ANECDOTIQUES, DÉCRYPTAGES, ENQUÊTES, RÉVÉLATIONS, INDISCRÉTIONS, REBONDS DÉCALÉS... TOUS NOS ARTICLES S'INTÉRESSANT AUX FUTURES RÉGIONALES ET DÉPARTEMENTALES 2021 SONT PAR ICI ! ACCÉDER AU DOSSIER

NEWSLETTER DAILYNORD

Bienvenue dans la ville la plus étrange des Hauts-de-France

Elle pourrait loger 5 000 personnes, mais cette ville n'aura jamais d'habitants. Découvrez pourquoi.

Les + lus