L'autre information du Nord – Pas-de-Calais

ANALYSE

Les médias nationaux sont-ils clichés sur le Nord – Pas-de-Calais ? Le cas de la presse écrite (1)

Réflexions Par | 12 novembre 2013

C’est un reproche souvent fait aux médias nationaux, quand on les regarde depuis le prisme régional. Le Nord-Pas-de-Calais y serait particulièrement mal traité, en étant une usine à clichés. Fantasme ou réalité ? Pendant les prochains mois, DailyNord va tenter de répondre à cette question en se penchant sur les différentes familles de presse (écrite, radio, télé, internet). Première étape avec la presse papier. Quatre quotidiens (Libération, Le Figaro, Le Monde, Le Parisien/Aujourd’hui en France) et trois hebdomadaires (Le Nouvel Observateur, Le Point et L’Express), ont été épluchés du 19 septembre au 20 octobre. Les journalistes ont comparé le traitement de l’actualité de trois régions, de taille similaire : Rhône-Alpes, Provence-Alpes-Côte d’Azur et Nord-Pas-de-Calais.

Qu’ont donc dit ces journaux sur notre région ?

 On s’attendait à pire. Finalement, on n’a pas trouvé tant de clichés que ça sur la région. Bien sûr, le Nord-Pas-de-Calais est souvent associé aux Roms (reportage à Villeneuve d’Ascq sur “Croix, ville salie par son maire” dans Libération ou encore “Ceux dont personne ne veut” dans le Nouvel Observateur), mais l’actualité était chargée sur le sujet et le Nord particulièrement bien placé. Autre association également récurrente : Nord – Pas-de-Calais et Front National, avec plusieurs articles où ressortaient des références à la région et au parti de Marine Le Pen, comme dans Le Monde et l’article « Municipales, le FN en panne de candidats sauf dans le NPDC et le sud-est ». Même si pour la période observée, les élections cantonales à Brignoles en région PACA tenaient largement le haut du pavé.

La Vie d’Adèle, le football

Actualité oblige, les pleins phares médiatiques ont été braqués sur le film La Vie d’Adèle : toute la presse étudiée a au moins consacré quelques papiers sur les conditions de tournage en Nord-Pas-de-Calais dénoncées par les actrices elles-mêmes. On a aussi soupé pas mal de football avec le licenciement de Sanchez à Valenciennes et son remplacement… Et on a eu droit à un peu de Rifkin, économiste américain venu proposer un master plan pour que la région entre de plein pied dans la troisième révolution industrielle ! Une bonne nouvelle : au moins, faire venir Rifkin permet de faire parler de nous.

Ça et là, on parle aussi du Nord-Pas-de-Calais pour illustrer les nouveaux rythmes scolaires (à Roubaix pour Libération), pour ces entreprises qui vont bien ou mal (Camaieu qui embauche pour Le Monde, Arc International en chômage technique pour Le Figaro, l’investissement d’Arcelor-Mittal à Dunkerque pour tout le monde). Quand il y a une journée des sourds ou des aveugles, Aujourd’hui en France vient chez nous, par exemple. Car c’est le quotidien du groupe Amaury qui parle au final le plus de notre région. Deux raisons principales : une ligne éditoriale qui laisse la part belle aux faits-divers et une vocation un peu plus régionale avec une double page minimum consacrée aux régions chaque jour. A contrario, dans Le Nouvel Observateur, la région Nord-Pas-de-Calais est quasiment absente, sauf lorsqu’il s’agit de faire un palmarès des maladies par région (les news mag ne parlent d’ailleurs que peu du Nord – Pas-de-Calais).

Un prisme parisien

Globalement, à travers cette lecture attentive de la presse nationale, on se rend bien compte que la plupart des sujets sont vus par le prisme parisien et que l’on dépasse très peu les limites du périph’, même pour illustrer des sujets (ou alors, on va dans l’Essonne). Le traitement de la culture, à ce titre, est intéressant : dans Le Monde, notamment, elle est vue depuis la capitale. On trouve quelques références sur les programmations à Lyon et Marseille mais quasiment rien dans le Nord, si ce ne sont deux-trois questions sur le Louvre-Lens… Petite note positive : l’arrivée de la galerie (parisienne) Perrotin dans le cadre d’une exposition au Tri Postal à Lille a reçu les louanges de la presse, avec notamment un beau quatre pages dans Libération, intitulé « Perrotin amuse la galerie » dans l’édition du 28 septembre et un dossier très fouillé dans Le Figaro, « Emmanuel Perrotin, l’art-fairiste ».

Même constatation au niveau du traitement des personnalités : peu de références à Frédéric Cuvillier, pourtant ministre, sur cette période. Les plus présents sont Jean-Louis Borloo (pour le rapprochement avec François Bayrou notamment) et Marine Le Pen pour les municipales dès que l’on parle de l’extrême-droite, etc. Martine Aubry suit de très loin… essentiellement sur les Roms. Hors politique, les personnalités qui reviennent le plus sont Dany Boon et Franck Ribéry, mais elles ont depuis bien longtemps quitté le giron régional.

Plus de papiers en PACA que dans le Nord – Pas-de-Calais

Mais alors, quelle région gagne au final la palme du nombre de papiers sur la période observée ? Sans conteste, la région Provence-Alpes-Côte d’Azur remporte haut la main sur le nombre d’occurrences : il faut dire qu’entre l’Olympique de Marseille, la campagne municipale à Marseille, l’élection cantonale remportée par le FN à Brignoles ou les scandales des politiques ou judiciaires, il y avait de quoi faire… Sans oublier les pages tourisme, qui vont laisser la part belle aux régions Rhône-Alpes et PACA. Non mais c’est vrai : à Paris, qui aurait l’idée de passer ces week-ends en Nord-Pas-de-Calais ?

Les clichés, c’est pour qui ?

Enfin, revenons à notre question de départ : peut-on donc réellement parler d’un traitement cliché de la région dans la presse nationale ? Non, rien de spécial à en dire : on y traite des faits-divers bien entendu, mais la région est aussi une terre de faits-divers vu sa densité de population. Rien donc de bien choquant… et ils ne sont pas pires qu’ailleurs. Et franchement, si une région devait se plaindre, ce serait bien la région PACA : entre les règlements de compte, les affaires politico-judiciaires, etc, qui remontent dans la presse parisienne, ça ne donne pas franchement envie d’y mettre les pieds…

Tous les articles de ce dossier sont sur cette page.

Ce contenu est © DailyNord. Si cet article vous intéresse, vous pouvez reprendre un extrait sur votre site (n’excédant pas la moitié de l’article) en citant bien évidemment la source. Si vous désirez publier l’intégralité de l’article, merci de nous contacter »

3 Commentaires

  1. Les informations concernant le Nord-Pas-de-Calais sont pas pire que celles sur les autres régions – pas mieux non plus. Tout simplement nulles. Paris se sert des régions pour remplir les pages de faits divers, et c’est tout. C’est le degrés zéro de l’information, et heureusement il y a le net, seul endroit où on trouve vraiment de l’information sur la vie économique et culturelle des régions. Et si la presse quotidienne (au niveau national) essaie encore de préserver un certain niveau, ce que l’on trouve dans la presse hebdomadaire a atteint un niveau désolent. Personnellement, j’ai arrêté d’en acheter: ça n’a plus aucun intérêt!

  2. Bonjour,

    Il faudrait peut-être commencer par donner un nom plus valorisant à notre belle région.
    La Flandre et l’Artois sont les deux principales provinces historiques qui la composent.
    “Région Flandre Artois”, ça aurait de l’allure…
    Hélas, j’ai bien conscience que ce n’est pas vraiment un sujet, que par politiquement correct et méconnaissance, nos élus ne vont pas s’emparer de cette question…

    Nos départements ont été affublés lors de la Révolution de deux noms particulièrement malheureux et artificiels (…). En même temps c’était logique puisqu’il s’agissait de faire table rase du passé. C’était aussi l’expression du nationalisme français dans ce qu’il a de plus radical et centralisateur. Il s’agissait d’éviter absolument tout autre attachement que celui à la France.

    Notre fantastique région porte donc un ‘non nom’; l’addition d’un bras de mer (pas d’calais) et d’un point cardinal froid… Quand on connaît et qu’on aime notre patrimoine et notre histoire (commune avec la Belgique), celle des Pays-Bas du Sud, et qu’on voit comment nos contemporains désignent ce territoire aujourd’hui, c’est à pleurer…

    Lors de la création des conseils régionaux il y a 30 ans, on a loupé l’occasion de donner un nom historique à notre région. En Bretagne, ils ont choisi…Bretagne. Même chose en Alsace.
    Tandis que nous on se complaît dans la laideur; on a additionné les deux moches noms de nos départements!!

    Nord Pas d’calais, ça ne se prononce même pas bien… Quelle horreur ce nom quand même… Le pire c’est que chez nous beaucoup ont fini par s’y habituer. Pourtant hors de la région il est très mal connoté (…).

    Ce site est à cet égard un bel exemple. L’équipe de Daily Nord utilise ce nom à tout va…

    Déjà “Nord de la France” ou “Nord de France” ce serait moins pire… Ce n’est sans doute pas par hasard si nombre d’institutions et d’entreprises préfèrent ce nom (crédit agricole Nord de France, CCI Région Nord de France, Université Lille nord de France, etc.).

    Daily Nord avait lancé le débat il y a quelques années. Ce serait chouette de recommencer…

Réagir à cet article

La rédaction de DailyNord modère tous les commentaires, ce qui explique qu'ils n'apparaissent pas immédiatement (le délai peut être de quelques heures). Pour qu'un commentaire soit validé, nous vous rappelons qu'il doit être en corrélation avec le sujet, constructif et respectueux vis-à-vis des journalistes comme des précédents commentateurs. Tout commentaire qui ne respecterait pas ce cadre ne sera pas publié. Evidemment, DailyNord ne publiera aucun contenu illicite. N'hésitez pas à avertir la rédaction à info(at)dailynord.fr (remplacer le "at" par "@") si vous jugiez un propos ou contenu illicite, diffamatoire, injurieux, xénophobe, etc.

POLITIQUE

EN ROUTE VERS LES DÉPARTEMENTALES ET RÉGIONALES

INFORMATIONS ESSENTIELLES, ANECDOTIQUES, DÉCRYPTAGES, ENQUÊTES, RÉVÉLATIONS, INDISCRÉTIONS, REBONDS DÉCALÉS... TOUS NOS ARTICLES S'INTÉRESSANT AUX FUTURES RÉGIONALES ET DÉPARTEMENTALES 2021 SONT PAR ICI ! ACCÉDER AU DOSSIER

NEWSLETTER DAILYNORD

Bienvenue dans la ville la plus étrange des Hauts-de-France

Elle pourrait loger 5 000 personnes, mais cette ville n'aura jamais d'habitants. Découvrez pourquoi.

Les + lus