L'autre information du Nord – Pas-de-Calais

Trois questions autour de Jean-Louis Borloo et de la stratégie de l’UDI

Réflexions Par | 19 juin 2013

ANALYSE. Et l’UDI vient de s’auto-créer un shadow cabinet, soit un contre-gouvernement ou gouvernement virtuel. Depuis plusieurs mois, Jean-Louis Borloo met ses troupes en ordre de marche pour affronter les prochaines échéances électorales. Quelques questions pour comprendre la stratégie du Valenciennois d’adoption au niveau régional et national.

Jean-Louis Borloo

Jean-Louis Borloo, cette fois prêt à aller au bout ? Crédit photo : Wikimedias Commons

Au niveau national, que cherche Jean-Louis Borloo ?

L’Union des Indépendants (UDI) se met en ordre de marche avant l’année 2014 qui doit, selon l’ambition de ses dirigeants, lui apporter positions locales et mandats politiques. Bref, engranger succès et perspectives pour 2017, sa présidentielle et ses législatives. Depuis plusieurs mois, le président de l’UDI, Jean-Louis Borloo, confirme à chacune de ses déclarations son positionnement à droite dans l’optique d’occuper le leadership de ce côté de la vie politique hexagonale, si l’UMP se réduit comme peau de chagrin sous l’effet de la guerre des chefs et si le FN continue sur sa lancée. Car il vaut mieux avoir deux fers au feu. Après les municipales et les européennes, François Hollande sera au pied du mur. Et, selon les circonstances, donnera un coup de barre à droite…ou ne le donnera pas. Dans le premier cas, les centristes auront une carte à jouer pour entrer dans un gouvernement “recentré”. Le Valenciennois d’adoption veut ainsi devenir le meilleur allié d’un Hollande coincé entre sa gauche mélenchonienne et une gauche du parti qui le presse d’infléchir sa politique. Le shadow cabinet des pontes de l’UDI est le marqueur de cette volonté d’entrer dans le jeu et de ne pas rester dans le rôle d’opposant, toujours stérilisant à long terme.

Comment cela s’organise-t-il au niveau régional et quelles perspectives ?

Dans l’organigramme virtuel du shadow cabinet, on remarquera la place d’une Valérie Létard aux Affaires  sociales. L’ancienne secrétaire d’Etat aux personnes âgées du gouvernement Fillon et présidente de la communauté d’agglomération de Valenciennes vient également de prendre la responsabilité du parti centriste dans le Nord. Avec son homologue Frédéric Leturque, le maire d’Arras, désormais patron du Pas de Calais, l’UDI se met en ordre de bataille dans la région. Et montre les dents, notamment pour les régionales/territoriales. Objectif : devenir la première force politique à droite et au centre et remiser l’UMP régionale travaillée par des failles au rang des accessoires. Mais avec qui ? Ce ne devrait pas être Valérie Létard en tête de liste puisqu’à peine élue en 2010 après un mano a mano avec Thierry Lazaro pour l’investiture, cette dernière avait démissionné sans gloire, s’attirant les foudres de sa propre famille. Désormais dépositaire du back office, la sénatrice sera plutôt aux fourneaux de combats électoraux dont le chef cuisinier reste à définir. Borloo lui-même ? La succession de Percheron étant ouverte, il y a – peut-être – un coup à jouer.

L’homme Jean-Louis Borloo ira-t-il au bout ?

Ça énerve les centristes, mais la question mérite d’être posée. Et si, encore une fois, Jean-Louis Borloo n’allait pas au bout ? On l’a déjà écrit et commenté sur DailyNord : le député valenciennois a comme un problème pour franchir la dernière marche. Les rumeurs le propulsent souvent aux plus hautes destinées… et puis patatras, Jean-Louis Borloo recule  ou se fait éjecter. Souvenez-vous quand il s’agissait de remplacer François Fillon à Matignon. Souvenez-vous encore de la séquence présidentielle : tout portait à croire que l’ex avocat allait “y aller”… Sauf qu’il s’est retiré au dernier moment. La mairie de Paris en décembre dernier ? Idem. Des valses ajoutées à d’autres (son positionnement politique fluctuant par exemple), qui pourraient encore le desservir. Tout comme, même s’il s’est racheté une fibre sociale avec son épopée valenciennoise, son passé d’avocat d’affaires surfant sur les dépôts de bilan des entreprises dans les années 80 ou ses “amitiés” qui pourraient devenir encombrantes, comme celle avec Bernard Tapie.

A lire ou relire à propos de Jean-Louis Borloo.

Conseil en recrutement : quelques noms pour que Jean-Louis Borloo renforce l’UDI

Jean-Louis Borloo y croit, ses militants jusqu’à quand ?

Les valses de Borloo

Dernière valse de Borloo : le Nord – Pas-de-Calais déplumé de Présidentiables ?

Ce contenu est © DailyNord. Si cet article vous intéresse, vous pouvez reprendre un extrait sur votre site (n’excédant pas la moitié de l’article) en citant bien évidemment la source. Si vous désirez publier l’intégralité de l’article, merci de nous contacter »

2 Commentaires

  1. Quelque précisions :

    – Quel boulot en 1 an pour l’UDI parti de rien, d’un centre éclaté … !
    – Borloo prouve qu’il avait raison sur la dissolution de l’AN. Dans 3 voix, on y a droit. Et ce sera une Cohabitation et non un virage d’Hollande
    – Borloo prouve que sa non participation à l’élection présidentielle était un choix judicieux (Il aurait été le Chevenement de Droite)
    – Borloo n’a jamais été candidat à la Mairie de Paris, ni pour l’instant à la Région, ce sont des tierces personnes qui font acte de candidature à sa place …
    – Chacun s’accorde à dire que l’arrivée avortée par les UMP de Borloo à Matignon a précipité la chute de Sarkozy
    – L’UDI est aujourd’hui à la tête de Sous Péfecture de la Région : Arras, Valenciennes, Cambrai et demain Saint Omer
    – L’UDI peut prendre le leadership de la “droite” sur la Région, ce qu’a du mal a accepté l’UMP, cf Lazaro, qui cultive surtout des bastions
    – Si Létard a démissionné de la Région c’est en raison du cumul des mandats et de l’investissement “sans faille” des UMP dans sa campagne. Sa réélection sur une liste indépendante avec Lecerf aux Sénatoriales prouve qu’elle n’a fâché personne dans sa famille. Quand on voit le résultat de la liste officielle de l’UMP aux Sénatoriales …
    – L’axe fort en région est donc plus du côté de UDI-Fillon, Letard-Lecerf, futur candidat à Lille, que du côté UMP-Copé façon Daubresse-Gérard
    – Borloo est le seul qui fasse peur aux barons du PS, et on sait pourquoi …

  2. Merci pour vos commentaires, d’accord sur la “répartition” des forces à droite,
    “sur une liste indépendante avec Lecerf aux Sénatoriales prouve qu’elle n’a fâché personne dans sa famille”. Sa famille ? le centre ou la droite ?
    Cohabitation, vous y allez fort, il ne vous pas échappé que les écolos étaient au gouvernement, encore pour combien de temps ? de là à imaginer que les élus Fdg et communistes soutiendraient un gouvernement de droite…

Réagir à cet article

La rédaction de DailyNord modère tous les commentaires, ce qui explique qu'ils n'apparaissent pas immédiatement (le délai peut être de quelques heures). Pour qu'un commentaire soit validé, nous vous rappelons qu'il doit être en corrélation avec le sujet, constructif et respectueux vis-à-vis des journalistes comme des précédents commentateurs. Tout commentaire qui ne respecterait pas ce cadre ne sera pas publié. Evidemment, DailyNord ne publiera aucun contenu illicite. N'hésitez pas à avertir la rédaction à info(at)dailynord.fr (remplacer le "at" par "@") si vous jugiez un propos ou contenu illicite, diffamatoire, injurieux, xénophobe, etc.

POLITIQUE

EN ROUTE VERS LES MUNICIPALES 2020

INFORMATIONS ESSENTIELLES, ANECDOTIQUES, DÉCRYPTAGES, ENQUÊTES, RÉVÉLATIONS, INDISCRÉTIONS, REBONDS DÉCALÉS... TOUS NOS ARTICLES S'INTÉRESSANT AUX MUNICIPALES 2020 SONT PAR ICI ! ACCÉDER AU DOSSIER

Abonnez-vous à notre newsletter

Bienvenue dans la ville la plus étrange des Hauts-de-France

Elle pourrait loger 5 000 personnes, mais cette ville n'aura jamais d'habitants. Découvrez pourquoi.

Les tops DailyNord

Les Livres avec Eulalie