L'autre information du Nord – Pas-de-Calais

Le long de nos frontières disparues (13/20) : A Piene, clichés intérieurs d’une douane abandonnée

Réalités Par | 06 juin 2013

REPORTAGE. Dans les Alpes comme ailleurs, les douaniers ne courent plus les frontières. Et leurs anciennes bâtisses tombent en ruine. Inexorablement. En descendant vers la Méditerranée, à quelques encablures de Menton sur la route de Vintimille, le poste de douane de Piene est le témoin d’une époque révolue devant laquelle les voitures ne s’arrêtent même plus. Nous avons poussé la porte pour une visite unique en son genre. Diaporama. 

Tous les reportages sont disponibles sur la page “Le long de nos frontières disparues”

Photos : Stéphane Dubromel.

Un fronton “Bureau des douanes françaises”. Une porte qui ne semble pas tout à fait fermée. Le photographe la pousse. Elle s’ouvre. Alors que les véhicules bien du vingt-et-unième siècle défilent dehors, l’intérieur semble de la douane semble figé au vingtième. Comme si les lieux, sur trois étages, avaient été abandonnés précipitamment. Derrière les portes brinquebalantes et devant les peintures écaillées, on pourrait presque encore imaginer quelques fonctionnaires de l’Etat au travail. Au rez-de-chaussée, il reste du mobilier dans les bureaux. Des chaises, un canapé défoncé, quelques bureaux, des armoires, certaines renversées. Un coffre-fort Fichet également. Fermé. Dans l’une des pièces, dont les dernières occupantes vivantes sont les araignées tissant leurs toiles, le sol est jonché de déclarations de douanes, de demandes de congés de douaniers. A côté, des cassettes vidéos et des journaux d’époque. Au fond d’un casier, c’est un magazine pornographique qui a été délaissé par son propriétaire.

On explore les autres niveaux : au premier, ce sont les chambres et les toilettes des occupants de de la douane. Drôle d’impression avec les papiers peints d’époque qui se détachent par lambeaux et un capot de voiture, objet incongru dans ce lieu déserté. Au sous-sol, dans la pénombre, ce sont les geôles. Aujourd’hui ouvertes. Dans l’une d’elles, il reste un sommier. Pas de fantôme. On s’apprête à ressortir. Un dernier coup d’oeil au rez-de-chaussée. Un panneau plein d’ironie est posé là, par terre, entre les déclarations de douanes. Son message ? « Fermeture temporaire ».

Tous les reportages sont disponibles sur la page “Le long de nos frontières disparues”

Suivre les différentes étapes via la carte


Afficher De borne en borne, road movie le long de nos frontières disparues sur une carte plus grande

Ce contenu est © DailyNord. Si cet article vous intéresse, vous pouvez reprendre un extrait sur votre site (n’excédant pas la moitié de l’article) en citant bien évidemment la source. Si vous désirez publier l’intégralité de l’article, merci de nous contacter »

Réagir à cet article

La rédaction de DailyNord modère tous les commentaires, ce qui explique qu'ils n'apparaissent pas immédiatement (le délai peut être de quelques heures). Pour qu'un commentaire soit validé, nous vous rappelons qu'il doit être en corrélation avec le sujet, constructif et respectueux vis-à-vis des journalistes comme des précédents commentateurs. Tout commentaire qui ne respecterait pas ce cadre ne sera pas publié. Evidemment, DailyNord ne publiera aucun contenu illicite. N'hésitez pas à avertir la rédaction à info(at)dailynord.fr (remplacer le "at" par "@") si vous jugiez un propos ou contenu illicite, diffamatoire, injurieux, xénophobe, etc.

POLITIQUE

EN ROUTE VERS LES MUNICIPALES 2020

INFORMATIONS ESSENTIELLES, ANECDOTIQUES, DÉCRYPTAGES, ENQUÊTES, RÉVÉLATIONS, INDISCRÉTIONS, REBONDS DÉCALÉS... TOUS NOS ARTICLES S'INTÉRESSANT AUX MUNICIPALES 2020 SONT PAR ICI ! ACCÉDER AU DOSSIER

Abonnez-vous à notre newsletter

Bienvenue dans la ville la plus étrange des Hauts-de-France

Elle pourrait loger 5 000 personnes, mais cette ville n'aura jamais d'habitants. Découvrez pourquoi.

Les tops DailyNord

Les Livres avec Eulalie