Réflexions Par | 07H10 | 24 juin 2013

Le Grand Stade baptisé Stade Pierre-Mauroy à coups de millions d’euros : faut-il en rire ou en pleurer ?

REBOND. Baptiser le Grand Stade en Stade Pierre-Mauroy. Si à vrai dire, on s’en doutait, les élus de LMCU ont osé le faire… Avec la participation du Conseil Général du Nord et de la Région pour couvrir les millions d’euros promis qui s’envolent. De quoi donner envie de rire jaune… ou plutôt de pleurer. A vous de choisir.

Le Grand Stade a un nouveau nom. Et que ça coûte cher… Photo : Stéphane Dubromel.

On peut en rire…

Qui avait écrit le dimanche 9 juin, soit tout juste deux jours après le décès de Pierre Mauroy ?

« On peut d’ailleurs gager que Pierre Mauroy donnera bientôt son nom à plusieurs rues du Nord – Pas-de-Calais, tout comme à une station du métro lillois, qui, il est vrai, a bien besoin d’un lifting lexical.

Osera-t-on donner son patronyme au dispendieux Grand Stade, rappelons-le, son dernier fait d’armes et cadeau à la métropole en tant que Président de LMCU ? Ça reste à voir : il ne faudrait quand même pas se priver d’une opportunité de naming lucrative, promise depuis des lustres par celle qui a pris sa place à Lille et dans la métropole, Martine Aubry.»

Votre serviteur, DailyNord, bien sûr, dans Le Petit Dico Décalé consacré à l’occasion à Pierre Mauroy. Des prédictions que nous attendions voir réalisées assez rapidement pour les rues, les places, voire les stations de métro. Un peu moins pour le Grand Stade même si ce n’est pas à proprement parler une grande surprise…

Le choix d’attribuer le nom du stade à Pierre Mauroy peut en tout cas faire sourire. Elle est même croquignolesque quand on connaît les rapports entretenus par l’ancien maire de Lille avec le LOSC et le sport en général : Pierre Mauroy n’était ni fan du sport, ni du club de la métropole, qu’il avait même enjoint à marquer des buts… pendant qu’il en avait marre de signer des chèques (relire nos anecdotes sur Pierre Mauroy). Quant au choix d’Eiffage pour le Grand Stade, il n’en fut jamais vraiment convaincu… même si cela restera son dernier acte politique. Bref, c’est un peu comme si Daniel Percheron décidait de renommer une salle du Conseil Régional, Martine Aubry…

Il a osé le dire

“Quand on a la possibilité d’honorer une personnalité aussi importante, qui a été Premier ministre de la France, on ne fait pas de comparaison avec des choses monnayables.”

Michel Seydoux, président du LOSC qui est justement en train de monnayer tous ses joueurs, dans La Voix du Nord.

On rira bien quand les turpitudes du stade seront à jamais associées à Pierre Mauroy

On peut aussi se gausser d’avance par rapport à la suite. Que penserait Pierre Mauroy de voir son nom associé à un équipement qui fait l’objet depuis le début de l’année de l’ouverture d’une information judiciaire (suite à l’entêtement d’Eric Darques, le même qui l’avait fait condamner voici un an pour emploi fictif) et qui est entaché de soupçons – fondés ou non – depuis la décision de sa construction ?

…mais on peut surtout en pleurer

Vendredi après-midi, seuls quelques élus verts et un délégué UMP n’ont pas voté en faveur de cette délibération « surprise» à LMCU. Petit commentaire d’Eric Quiquet, chef de file des Verts/Europe Ecologie : « «L’émotion et le respect n’empêchent pas la lucidité». Sèche réplique de la présidente Martine Aubry, rapportée par La Voix du Nord : «Il y a des moments où il faut prendre un peu plus de hauteur ». On cherche toujours la hauteur d’Aubry dans cette histoire, elle qui en manque singulièrement ces dernières semaines (relire les différents épisodes de l’histoire des TGV Lille-Paris à 20 euros), ce à quoi elle ne nous avait pas habitué. Car est-ce de la hauteur de prendre une telle décision seulement deux semaines après le décès du Premier Ministre, en évitant tout débat ?

Et surtout, il apparaît difficile de prendre de la hauteur quand on voit les incidences économiques d’un tel vote quasi-unanime (et dire que dans quelques semaines, tous les votants de vendredi vont s’affronter lors de campagnes municipales en nous parlant de crise, d’économies d’argent public, etc.). Rappel des faits, ça ne fait pas de mal dans le dossier du Grand Stade : le naming date de l’origine du projet, ce qui permettait d’alléger la – déjà – coûteuse facture de l’équipement villeneuvois. Au début du contrat, note Marig Doucy, dans Grand Stade de Lille, l’enquête (Les Lumières de Lille), Michel Seydoux, président du LOSC avait des partenaires pour 2 millions d’euros par an. LMCU avait dessaisi le club nordiste arguant qu’elle pouvait trouver mieux, à 3 millions d’euros (on avait même parlé un temps d’un partenaire à plus de 4 millions d’euros !).

Les années ont passé, toujours pas de partenaire naming malgré l’appel à une agence de marketing, en 2010, placée en liquidation judiciaire un an plus tard.En 2012, Pierre de Saintignon, fidèle lieutenant d’Aubry et grand spécialiste du naming, refusait la proposition des casinos Partouche… Isidore, le patriarche, ne proposait que 2,5 millions d’euros, pour un contrat de 10 ans. Soit 25 millions. LMCU en voulait encore plus (entre 3,3 et 3,8 millions d’euros) et Partouche, pourtant actionnaire du LOSC, ne correspondait pas exactement aux valeurs véhiculées par le Grand Stade…

Une facture pour le contribuable au nom de la mémoire

Un an plus tard, vu que la situation économique mondiale s’est arrangée (si, si regardez autour de vous, la Française de Mécaniques de Douvrin embauche 800 personnes, le Brésil célèbre ses stades et son football…), on s’asseoit donc sur ces quelques millions d’euros au nom de la mémoire… On s’y asseoit surtout parce que ce naming est mal ficelé depuis le départ et que le décès de Pierre Mauroy permet une porte de sortie honorable «moralement», car “on salue la mémoire d’un grand homme“. Honorable en apparence seulement : car 3,3 millions d’euros multiplié par 27 ans (si l’on considère ce qu’il reste de l’ensemble du contrat de Partenariat Public Privé), c’était censé représenter une centaine de millions d’euros, qui ne sortaient pas de la poche des collectivités. Plus que la rénovation estimée de Grimonprez-Jooris II en 2005 (80 millions d’euros). Ou un peu moins qu’un demi Louvre-Lens. Ou encore 4 constructions de collèges… Mais, attention, avertit Martine Aubry : d’autres espaces de visibilité vont être vendus aux partenaires à l’intérieur du stade ; et puis je négocie sans cesse avec Elisa pour faire baisser la facture… En la remontant d’un autre côté au nom de la mémoire… en faisant en plus appel au Conseil Général du Nord et au Conseil Régional ! Au final, ce ne sont donc pas les entreprises privées qui vont payer le naming et alléger la facture de l’équipement… mais bel et bien le contribuable, ce que rappelle Eric Quiquet dans une interview à France 3 Nord – Pas-de-Calais, samedi.

Populisme ? Peut-être. En fait, ça nous fait bien plus pleurer que rire cette histoire. Parce que des équipements qui auraient pu prendre – gratuitement et justement – le nom de Pierre Mauroy, il n’en manque pas à Lille et dans la métropole. Mais ce n’est qu’un élément de plus dans l’histoire chahutée d’élus qui avaient un jour décidé que la collectivité financerait un stade hors de prix.

A relire sur DailyNord sur le naming du Grand Stade :

Grand Stade : Partouche au naming !

On a lu “Grand Stade de Lille, l’enquête” : ce qu’il faut en retenir

Grand Stade de Lille : un équipement uniquement fascinant, vraiment ?

Le Grand Stade toujours sans nom : DailyNord et ses lecteurs ont des idées

Stade Pierre-Mauroy : Gros stade pour Grand Quinquin!

Un peu plus de DailyNord ?

10 Commentaires

  1. il faut en pleurer ou alors rire nerveusement…. l’ argent public n’ a t il donc aucun prix, ni aucune valeur pour les politiques de nos trois collectivités dont au moins deux sont inutiles? Ces collectivités en triple emploi ne servent qu’ à assurer un revenu confortable à des élus (qui ne le sont pas toujours) qui cumulent en nous demandant à nous de faire des efforts? Je vais quand même rire un peu…quand Michel Seydoux, ou son successeur, demanderont à Martine Aubry de respecter le contrat de partenariat Losc-LMCU et de lui reverser, comme c’ est écrit, 20% du naming…. soit au minimum 600.000 euros….Je rappelle que toujours par contrat, Le Losc devait donner son accord sur le choix du namer. A t il donné cet accord? Je laisse le journaliste de Dailynord enquêter… finalement je crois que nous allons bien rire…. alors rions au moins ça ne nous coûte rien…. rien encore !!!!

  2. ….quand Michel Seydoux, demandera à Martine Aubry de respecter le contrat de partenariat Losc-LMCU et de lui reverser, comme c’ est écrit, 20% du naming…. soit au minimum 600.000 euros….par an !!!!!

  3. voici le contrat de partenariat : http://www.lillemetropole.fr/gallery_files/site/91/151669.PDF

    article 14 : LMCU se réserve, sur la toiture et sur l’enveloppe extérieure de l’Enceinte (aux
    points quatre points cardinaux) des espaces qu’elle commercialisera directement à
    un annonceur unique appelé “Sponsor Naming”. Ce “Sponsor Naming” sera
    également visuellement présent en quadrichromie dans l’Enceinte, sur la dernière
    couronne des tribunes, aux points cardinaux.

    article 15-1 : Conditions financières
    Les ressources du naming reviennent intégralement à LMCU qui en dispose sans
    restriction.
    Le LOSC bénéficiera d’un intéressement de 20% du chiffre d’affaires réalisé par LMCU
    avec les contrats qu’elle aura passé directement avec les “Grands Partenaires Officiel du
    Grand Stade”. Ces règlements s’effectueront au rythme des règlements de l’annonceur
    prévus dans son contrat avec LMCU.

    article 15-3 …. LMCU ne pourra contracter avec un “Grand Partenaire Officiel du Grand Stade” sans
    l’accord explicite du LOSC.

    bon il est certain que LMCU a laissé dépsser le délai pour trouver le sponsor naming…. 3 ans de retard quelles ont été les Contreparties?

  4. pour promouvoir ses produits dérivés le lox a prévu de faire réaliser un mannequin gonflable de 5 metres de haut à l’éffigie de Pierre Mauroy qui arborera les couleurs du club…. C’est sûr que ca va faire vendre des maillots et tailler des shorts à Martine

  5. Je suis tenté d’en pleuré , un homme politique sur le fronton d ‘un stade . Alors que de grands sportifs méritaient d’y étre apposé , Valenciennes s ‘est mieux comporté pour le sien en réunissant toute sa région en nommant son stade du Hainaut . Mais Martine profita de l ‘émotion de chacun pour mettre en avant le nom de celui qui lui mit le pied a l ‘étrier pour le grand Lille . Mais comme dit l ‘adage ” quand aime on ne compte pas ” elle lui devait bien ça , et puis le contribuable se chargera du reste . J ‘eus préféré le Flandre Aréna ,pour rester neutre et associer tous ceux de la Région . Mais voila le politique s’en méle .

  6. Bien vu Martin !
    LMCU ne sait ni lire un contrat ni preparer un dossier de permis de construire un stade.
    On se souviendra que lors de l’affaire du stade sur le site de la citadelle de Lille, 2002-2005, ‘une des raisons de l’annulation du permis de construire – que le maire de Lille s’etait signée à elle même – par la Cour d’appel de Douai se basait sur la violation de la hauteur limite des constructions sur le site soit 14 m de haut selon le POS de l’epoque.

    C’est à peine croyable mais la camarilla de La maire de Lille ( Saintignon, Germain) n ‘avait même pas verifié la hauteur limite ( 14m) indiquée par le règlement du POS avant de lancer le projet de stadeGJ1 à 29 m de haut… Ce qui en dit long sur le serieux de ces gens là Plus insensé, le maire de Lille avait signé les marchés avec les entreprises – sans attendre la decision des juges (!!) – persuadée que l’affaire etait dans le sac . Ce qui l’obligera à dedommager les entreprises des marchés qu’elle avait imprudemment signés.

    C’est que les chercheurs de Sauvons le site de la citadelle de Lille, très organisés, avaient exhumé des archives municipales la violation ( encore ! ) du POS de 1973 lors de la construction du 1er stade grimonprez Jooris recemment detruit. A cette date, la hauteur limite etait de 7 m de haut pour des constructions légères.Mais Mauroy , très pressé de construire un stade ( il ne voulait pas du stadium vu ses relations avec notebart) construira le stade à 14 m de haut puis a posteriori, modifiera ce fameux reglement du Pos à cette hauteur. Rien ne devait arrêter le putatif geant que decrit VDN. 30 ans plus tard, les admirateurs de Vauban decouvriront aussi une lettre de l’architecte des Monuments historiques de l’epoque , M Houviez, qui avait très fermement prevenu le maire de Lille,P Mauroy, à cette date qu’il violait la loi avec ce premier projet de stade. Conclusion imparable des juges : P Mauroy s’etait assis sur les lois en 73 et Martine Aubry s’apprêtait à faire de même en 2005. P Mauroy et Martine Aubry n’avaient pas pensé que les opposants retrouveraient ces documents pour prouver aux juges les très mauvaises habitudes dejà acquises par le poulain d’Augustin Laurent.

  7. PARDON !!

    UNE FACTURE POUR LE CONTRIBUABLE AU NOM DE LA MÉMOIRE

    Un an plus tard, vu que la situation économique mondiale s’est arrangée (si, si regardez autour de vous, la Française des Mécaniques de Douvrin embauche 800 personnes

    Mr, vos renseignements sont incorrects ! veuillez bien vous renseigner avant d’écrire de tel bêtises !!
    Je suis employer a la Francaise DE Mécanique ! et non pas DES Mécaniques !! et si 800 embauches on eu lieu alors nous ne parlons de la même entreprise !

    Parler du stade est une chose mais parler d’un sujet que vous ne métrisez pas en est une autre !!
    Salutations !

  8. @jerem : ok pour “Française de”. En revanche, vous devriez relire la phrase : c’est tout à fait ironique…

  9. Martine Aubry, ce jour là, n’avait pas entendu les cris des manifestants bresiliens bastonnés par la Carioca Police Dept qui hurlaient qu’ils en avaient assez du foot business des nababs de l’UEFA et qu’ils voulaient des livres et des ecoles. Comment la famille Mauroy a-t-elle autorisé cette mascarade ou l’on voit le parti de gauche ( Bocquet, onctueux, Demessine et sa voix de crecelle) vanter le refus d’une recette importante pour faire plaisir à la vizire de la rue du Ballon ?

  10. Au final, ce ne sont donc pas les entreprises privées qui vont payer le naming et alléger la facture de l’équipement… mais bel et bien le contribuable !

Réagir à cet article

La rédaction de DailyNord modère tous les commentaires, ce qui explique qu'ils n'apparaissent pas immédiatement (le délai peut être de quelques heures). Pour qu'un commentaire soit validé, nous vous rappelons qu'il doit être en corrélation avec le sujet, constructif et respectueux vis-à-vis des journalistes comme des précédents commentateurs. Tout commentaire qui ne respecterait pas ce cadre ne sera pas publié. Evidemment, DailyNord ne publiera aucun contenu illicite. N'hésitez pas à avertir la rédaction à info(at)dailynord.fr (remplacer le "at" par "@") si vous jugiez un propos ou contenu illicite, diffamatoire, injurieux, xénophobe, etc.

Les articles de DailyNord les...

Bienvenue dans la ville la plus étrange des Hauts-de-France

Elle pourrait loger 5 000 personnes, mais cette ville n'aura jamais d'habitants. Découvrez pourquoi.

Les vraies raisons de la baisse de fréquentation du Louvre-Lens

Baisse de fréquentation, impacts économiques limités sur le Lensois, DailyNord a enquêté sur le Louvre-Lens. Une enquête en trois volets à consommer sans modération.

Comment le Conseil régional compte affaiblir les associations écologistes

Baisse de subventions ou coupures sans préavis, DailyNord révèle comment le Conseil régional des Hauts-de-France a l'intention d'affaiblir les associations qui gravitent autour de l'écologie et de l'environnement. Retrouvez notre enquête.

Pour ne plus jamais louper un excellent article de DailyNord

L’unique et le seul dictionnaire officiel du Nord – Pas-de-Calais

Retrouvez toutes les définitions du Petit dico décalé du Nord - Pas-de-Calais

Les livres avec Eulalie

Mais qu’est-ce que vous êtes en train de lire ?

>>> Découvrez le DailyProjet

Partenaire