L'autre information du Nord – Pas-de-Calais

RC Lens : Vous voulez connaître le repreneur ? Jouez à pile ou face…

Basses Chroniques des Hauts de France Par | 18 mai 2013

… et vous aurez une chance sur deux de trouver la bonne réponse. Vendredi soir, la saison de Ligue 2 s’achevait (à domicile) pour le Racing club de Lens. La réception de Istres ne focalisait pas vraiment les attentions médiatiques puisque les enjeux de la rencontre étaient nuls, comme le résultat final (1-1). Non, le piment de cette soirée était ailleurs, quelque part dans les loges VIP du stade, et surtout dans l’intervention très attendue de Luc Dayan au sujet des fameux repreneurs du club. Bilan, si le rideau est quasiment baissé sur l’exercice sportif, le voile n’a été qu’à moitié levé s’agissant de celui qui remportera la mise (enfin, façon de parler). Les Basses Chroniques vous racontent les coulisses d’après match, comme si vous y étiez.

Gervais Martel, l'une des stars du soir. En attendant le repreneur. Dessin : Ray Clid (*)

Il y a une semaine, le RC Lens prenait la plus grosse branlée de son histoire en championnat à Guingamp (7-0). Éric Sikora a pris les mesures musclées qui s’imposent (revoir Punition à la lensoise) Luc Dayan, navré par la pitoyable raclée bretonne se dépéchant de jouer les pompiers de service en affirmant que cette déroute n’avait en rien contrarié les velléités des candidats-repreneurs. Ils seraient même présents lors de la dernière face à Istres. Au moins, le club peut chaleureusement remercier ses supporters, ils n’étaient pas moins de 26 717 à répondre présents pour un match entre le 12e et le 14e de L2 ! On ne sait s’il y a un équivalent en France, même à Marseille. En tout cas la plus-value de cette ferveur n’a pu échapper aux soupirants, un très bon point de marqué dans le temps aditionnel du dossier de reprise. Mais allez les dénicher au milieu de tout ce monde, à Monaco, c’est plus simple ! Coup de sifflet final, direction le rez-de-chaussée et la salle de presse. La chasse aux visages inconnus commence. Tiens, qui sont donc ces personnages… arborant une cravate sang et or ? Trop gros pour être crédible. On comprendra plus tard.

Gervais Martel toujours en course

Et ces deux magnifiques perroquets du Brésil (véridique !) descendant tout droit des restaurants du premier étage accrochés aux bras de leurs maîtres ? Super déguisement alors, mais non ils sont vrais. Fausse piste. Alleluia, Gervais Martel déboule, un sourire, plutôt une banane, qui en dit long, en tout cas qui réveille toutes les spéculations. Son plan combiné avec un richissime azéri et un financier londonien (voir sur l’Equipe) n’est donc pas aussi loufoque et exotique qu’il n’y paraît. Pas né de la dernière pluie, l’ex (futur?) président lensois se garde bien d’abattre son jeu. Mais savoure le plaisir de réveiller les attentions de la presse, au point que le passage de l’entraîneur istréen, José Pasqualetti, est loin de focaliser l’attention… Au tour d’Éric Sikora de passer sous le feu des questions. Hors le sujet sportif, l’entraîneur artésien n’a aucune réponse à apporter sur le dossier de reprise (en a-t-il d’ailleurs?). Ses soucis sont bien sûr axés sur les moyens dont bénéficiera le club la saison prochaine. Logique, légitime. Merci d’être venu.

Une convention en Catalan. Et en Ch’ti ?

Voici enfin, attendu tel le messie (non, pas le Jésus du Barça) Luc Dayan qui s’installe derrière le pupitre des interviews, accompagné d’une des cravates Sang et or dont on parlait plus haut. « Voilà, je vous présente le repreneur du Racing » et son hôte, badin, de sortir quelques centimes de sa poche et de lancer à la cantonnade « que nous avons racheté pour cette somme ». Bon, il s’agit en fait du président du club de rugby de l’USA Perpignan* (dont les couleurs sont celles de la Catalogne, ceci explique cela) qui vient de signer avec le Racing un partenariat d’échanges techniques et sportifs entre les deux clubs. Il y aura même un exemplaire de la convention rédigé en Catalan. Et donc un autre en Ch’ti dans ce cas ? Sourires, lol comme disent les djeun’s. Les joueurs artésiens ont déjà bien du souci avec le ballon rond ces derniers temps, si en plus on leur donne un ovale ! C’était une mise en bouche, Luc Dayan, sur sa lancée, invite au plat principal en lançant l’air de rien « bien sûr ce partenariat n’a pu se réaliser qu’avec l’accord des candidats à la reprise du club ». Ça y est, la chasse au dahut est ouverte, taïaut ! taïaut ! C’est la cérémonie de clôture du Festival de Cannes : « and the winner is… ».

On saura dans une semaine, quinze jours… enfin on espère !

À l’instar de son arrivée au LOSC début 2000, Luc Dayan ne se dépareille jamais de son élégante décontraction qui n’a d’égale que sa dégaine. Il est d’ailleurs toujours indéfectiblement avenant rassurant, réconfortant. Ce médecin de formation serait parfait pour accompagner les patients en fin de vie… sauf qu’il inverse les rôles pour le RCL ! Bon allez, pas la peine de faire chauffer la cocotte plus longtemps, il y deux plans de reprise sur la ligne de départ dont celui de Gervais Martel. Et l’autre ? « C’est un groupe identifiable. » Les Beatles ? Non ils sont presque tous morts. Marcel et son orchestre ? Non plus, ils sont séparés. Trève de plaisanterie, cela reste secret-défense. Même pour la nationalité ; Espagnole ? Burkinabée ? De Mongolie intérieure ? Inutile, Dayan n’est pas le perdreau de l’année. On en saura plus dans une semaine, quinze jours, enfin si tout va bien… Parce qu’il y a le passage très proche du club devant la DNCG, l’accord des collectivités (ben tiens!), l’optique de devoir jouer deux ans à domicile… à l’extérieur, le temps de la réfection du stade pour l’Euro 2016… Bref, le jour de l’annonce de l’officialisation du mariage pour tous par le Conseil constitutionnel, on ne connait toujours pas la future promise du club lensois. Caramba, encore raté ! Fin de la conférence et que le dernier journaliste à sortir n’oublie pas d’éteindre la lumière. Pour le peu qu’elle a été allumée. Résumons, vous avez le choix entre pince-mi et Gervais pince-moi. Alors, pile ou face ? File ou passe ?

* Il nous a au moins appris qu’il existait un pinard du Languedoc-Roussillon baptisé « Sang et or ». À vos tire-bouchons !

Pour nos fidèles lecteurs fans de foot (oui, il y en a), voici le moyen d’assouvir votre faim de ballon rond dans les salles obscures pendant la trève. C’est tout nouveau tout beau, ça se passe pas loin de chez nous, c’est l’histoire d’un fou du Standard de Liège. C’est l’histoire délirante (mais peut-être pas tant que ça)d’un « footballique ». Prometteur. Un film de Riton Liebman, avec Léa Drucker et Samir Guesmi, au cinéma le 29 mai. Bande annonce.

 

(*) Crédit dessin : Ray Clid

Ce contenu est © DailyNord. Si cet article vous intéresse, vous pouvez reprendre un extrait sur votre site (n’excédant pas la moitié de l’article) en citant bien évidemment la source. Si vous désirez publier l’intégralité de l’article, merci de nous contacter »

Réagir à cet article

La rédaction de DailyNord modère tous les commentaires, ce qui explique qu'ils n'apparaissent pas immédiatement (le délai peut être de quelques heures). Pour qu'un commentaire soit validé, nous vous rappelons qu'il doit être en corrélation avec le sujet, constructif et respectueux vis-à-vis des journalistes comme des précédents commentateurs. Tout commentaire qui ne respecterait pas ce cadre ne sera pas publié. Evidemment, DailyNord ne publiera aucun contenu illicite. N'hésitez pas à avertir la rédaction à info(at)dailynord.fr (remplacer le "at" par "@") si vous jugiez un propos ou contenu illicite, diffamatoire, injurieux, xénophobe, etc.

POLITIQUE

EN ROUTE VERS LES DÉPARTEMENTALES ET RÉGIONALES

INFORMATIONS ESSENTIELLES, ANECDOTIQUES, DÉCRYPTAGES, ENQUÊTES, RÉVÉLATIONS, INDISCRÉTIONS, REBONDS DÉCALÉS... TOUS NOS ARTICLES S'INTÉRESSANT AUX FUTURES RÉGIONALES ET DÉPARTEMENTALES 2021 SONT PAR ICI ! ACCÉDER AU DOSSIER

NEWSLETTER DAILYNORD

Bienvenue dans la ville la plus étrange des Hauts-de-France

Elle pourrait loger 5 000 personnes, mais cette ville n'aura jamais d'habitants. Découvrez pourquoi.

Les + lus