L'autre information du Nord – Pas-de-Calais

Le long de nos frontières disparues (5/20) : à Schengen, au coeur du sentiment européen

DailyUne | Réalités Par | 11 avril 2013

REPORTAGE. Suite de notre très très grand format le long de nos frontières disparues. L’occasion de découvrir une nouvelle frontière : celle qui sépare la France du Luxembourg. Ce n’est pas la plus longue (seulement 73 kilomètres), mais c’est certainement elle qui a le village le plus connu d’Europe : Schengen. 

Casquettes de douaniers au Musée Européen.Dans le café voisin, l'ex-bourgmestre s'amuse de sa célébrité. Photo : Stéphane Dubromel.

Sur la vidéo, une cinquantaine de personnes se succèdent. De tous les âges, de toutes les nationalités, chacune prononce le même mot avec l’accent de sa langue maternelle. Le mot en question ? « Schengen ». Schengen, ce tout petit bourg du Luxembourg que nous découvrons en fin de matinée. Car la célébrité universelle des lieux est inversement proportionnelle à sa taille : le charmant village surmonté par les vignes des blancs locaux ne compte en fait que 560 habitants ! C’est pourtant là qu’est née l’Europe d’aujourd’hui, celle où l’on a basculé d’une idée d’un territoire de libre-échange économique à un ensemble où les citoyens sont libres de circuler. C’était en 1985, il y a vingt-huit ans. Cinq membres de la Communauté européenne d’alors (l’Allemagne de l’Ouest, la France, la Belgique, les Pays-Bas, le Luxembourg) signaient cet accord fondateur dans ce lieu symbolique, situé sur le tripoint séparant Allemagne, France et Luxembourg.  Les accords seront officiellement appliqués dix ans plus tard et élargis petit à petit à vingt-six pays de ce qui est devenu entre temps l’Union Européenne, nous rappelle-t-on dans le Musée européen, inauguré pour le vingt-cinquième anniversaire de la signature, en 2010. Ici, l’Europe,  à la complexité administrative parfois si agaçante, se veut simple, explicative et interactive. On y trouve également des souvenirs de douanes révolus, comme des képis derrière une vitrine. A ses côtés, une phrase de Bronislaw Geremek, ancien président polonais de la Fondation Jean-Monnet pour l’Europe, se détache en lettres blanches : « La suppression des frontières internes de l’UE, c’est la marque de reconnaissance que tous les citoyens des Etats concernés appartiennent au même espace et qu’ils partagent une identité commune.»

Première vraie bouffée d’air européenne

Est-ce le fait d’être à Schengen ? Est-ce ce Musée européen ? Est-ce ce reportage sur les frontières qui commence à nous monter à la tête ? Est-ce le bout du Mur de Berlin qui se dresse en bordure de Moselle ? En y repensant à la fin du parcours, c’est bien dans ce village, alors qu’il pluviotait sur les trois frontières, que nous nous serons le plus sentis européens. Peut-être parce que l’on y touche des choses un peu plus concrètes, comme dans le Musée Européen, qui accueille l’un des Centres d’information Europe Direct du continent et délivre ainsi des informations sur les politiques européennes dans la vie de tous les jours. Les locaux participent aussi forcément à ce sentiment européen. Sans pour autant en surjouer. Juste naturellement. Au bord de la Moselle, David, un jeune homme de 28 ans, est en train de taquiner le poisson, à quelques mètres de son beau-père. On s’approche discrètement et on engage la conversation. Il pêche de ce côté, car a priori, son permis n’est pas valable pour la France, à quelques mètres. “Mais bon, je ne fais pas attention à la nationalité du poisson !” Luxembourgeois, il se sent européen avant tout. Il vit au Luxembourg bien sûr, mais passe régulièrement la frontière. Notamment pour aller au LIDL en Allemagne. Ou en France pour d’autres marchandises. L’Europe, version pratique.

Le charmant village de Schengen, centre d'Europe. Photo : Stéphane Dubromel.

Roger Weber, star planétaire de l’Europe de Schengen

Le sentiment est semblable dans le café qui jouxte le Musée européen. Prévenu de la visite impromptue de deux journalistes, Roger Weber nous a rejoint dans l’établissement quasiment désert, en nous invitant à goûter le vin blanc local. A l’époque, il est encore le bourgmestre de Schengen (son mandat a pris fin en 2012, à la suite d’une fusion des communes). « Je me sens Luxembourgeois et Européen. Dans cette Europe sans frontières.» Pendant ses fonctions de bourgmestre, qu’il a occupé douze années, Roger Weber en a justement passé des frontières de par le monde. Invité en tant que maire de Schengen, il a rencontré les plus hautes autorités polonaises, mongoles, indonésiennes. « Parfois, j’arrive dans des villes de 20 millions d’habitants et quand je parle de Schengen, j’ai presque honte de dire que c’est un aussi petit village ! Les gens pensent d’ailleurs que c’est en Irlande ! » Non, c’est bien ici, au Luxembourg, que se rendent chaque année des milliers de visiteurs (30 000 comptabilisés par le Musée pour la première année d’exercice, entre 2010 et 2011), de tous les pays du monde. Des Européens bien sûr, mais aussi des Asiatiques, des Américains, qui se prennent régulièrement en photo devant le panneau d’entrée de la ville. La preuve que Schengen, parfois accusé de tous les maux à l’intérieur même de l’Europe, a une vraie signification au-delà de nos propres frontières, là où leur abolition n’est qu’une chimère.

Tous les reportages sont disponibles sur la page “Le long de nos frontières disparues”

Suivre les différentes étapes via la carte


Afficher De borne en borne, road movie le long de nos frontières disparues sur une carte plus grande

Ce contenu est © DailyNord. Si cet article vous intéresse, vous pouvez reprendre un extrait sur votre site (n’excédant pas la moitié de l’article) en citant bien évidemment la source. Si vous désirez publier l’intégralité de l’article, merci de nous contacter »

Réagir à cet article

La rédaction de DailyNord modère tous les commentaires, ce qui explique qu'ils n'apparaissent pas immédiatement (le délai peut être de quelques heures). Pour qu'un commentaire soit validé, nous vous rappelons qu'il doit être en corrélation avec le sujet, constructif et respectueux vis-à-vis des journalistes comme des précédents commentateurs. Tout commentaire qui ne respecterait pas ce cadre ne sera pas publié. Evidemment, DailyNord ne publiera aucun contenu illicite. N'hésitez pas à avertir la rédaction à info(at)dailynord.fr (remplacer le "at" par "@") si vous jugiez un propos ou contenu illicite, diffamatoire, injurieux, xénophobe, etc.

POLITIQUE

EN ROUTE VERS LES MUNICIPALES 2020

INFORMATIONS ESSENTIELLES, ANECDOTIQUES, DÉCRYPTAGES, ENQUÊTES, RÉVÉLATIONS, INDISCRÉTIONS, REBONDS DÉCALÉS... TOUS NOS ARTICLES S'INTÉRESSANT AUX MUNICIPALES 2020 SONT PAR ICI ! ACCÉDER AU DOSSIER

Abonnez-vous à notre newsletter

Bienvenue dans la ville la plus étrange des Hauts-de-France

Elle pourrait loger 5 000 personnes, mais cette ville n'aura jamais d'habitants. Découvrez pourquoi.

Les tops DailyNord

Les Livres avec Eulalie