L'autre information du Nord – Pas-de-Calais

Affaire Cahuzac : y-a-t-il du remaniement dans l’air ?

Le monde selon moi | Petit théâtre de Martine Aubry Par | 02 avril 2013

Une sale affaire pour François Hollande et Jean-Marc Ayrault. Car le cas de Jérôme Cahuzac, qui était un des piliers du gouvernement au Budget, et qui, à ce titre, pouvait postuler la succession de l’ancien maire de Nantes, accusé, lui, d’immobilisme, entrave sérieusement l’action gouvernementale et au delà, ceci moins d’une année après la prise de fonction de l’équipe ministérielle. Ce sont les motifs de mise en examen qui sont dévastateurs pour la gauche morale et vertueuse comme pour la république exemplaire que François Hollande appelait de ses voeux : blanchiment de fraude fiscale – et pas une petite somme – dans une période cruciale pour le pays et de la part d’un ministre du budget qui demandait jusqu’à il y a peu aux Français de se serrer la ceinture et de payer ses impôts, chargé qui plus est de lutter contre…la fraude fiscale.

Voilà qui va faire jaser – et longtemps – sur les comptoirs des bistrots et dans les chaumières. On touche à l’argent. Et il est inutile de rappeler le rapport compliqué que notre vieille société paysanne et judéo-chrétienne entretient avec le veau d’or. Comme un air d’affaire DSK*, mais le fric pur a remplacé le sexe hard. C’est le premier gros couac – mais peut-on parler d’un couac ?  – du quinquennat Hollande. La droite n’en demandait pas tant. A un an des municipales, elle va pousser son avantage et remuer le fer dans la plaie. L’anti- Bettencourt/Sarkozy. La gauche pourra toujours essayer de se consoler en se disant qu’élire un maire n’est pas la même chose qu’un député ou un président. Et il est moins difficile de découpler une élection municipale de l’actualité. Certes.

Problème : c’est tout le gouvernement qui est frappé par la bombe Cahuzac. Personne n’oublie les dénégations catégoriques de Jérôme Cahuzac dans l’hémicycle du Palais-Bourbon – tout le gouvernement à ses côtés, principe de collégialité oblige -, ou ses explications “les yeux dans les yeux” au plus haut sommet de l’exécutif et sur les plateaux télé, une ribambelle de membres du gouvernement et de caciques du PS derrière lui. Aux Etats-Unis où l’on ne badine pas avec le fisc et le mensonge, et à l’heure qu’il est, il serait sûrement en prison. Dans l’opinion, les autres affaires – secondaires, a-t-on envie de dire, comme Guérini à Marseille – continuent leur travail de sape et achèvent de creuser le déficit d’image et de charger la barque des socialistes. Ces derniers ne pourront lâcher – encore moins lyncher leur coreligionnaire – pour refaire une virginité à leur camp. Ils sont trop dépendants les uns des autres, comme un sparadrap indécollable : l’argument d’un Cahuzac qui venait de démissionner apparaissant un peu court. Le remplacement de la brebis galeuse par Bernard Cazeneuve ressemble à un cataplasme sur une jambe de bois et il gronde dans les campagnes et les villes comme un vent de révolte fiscale. Alors ? Créer un choc dans l’opinion ? Engager au gouvernement une équipe d’incorruptibles pour tenter de remonter une pente ardue minée par le “tous pourris” ? On sait qu’un remaniement est un fusil à un coup, tant l’actualité du jour efface celle de la veille. Mais Hollande, qui vient de parler aux Français**, et voit encore ses marges de manoeuvre se rétrecir, n’a pas d’autres armes à sa disposition.

* Evidemment, personne ne souhaite que l’affaire Cahuzac ne finisse comme celle de Pierre Bérégovoy. La confession de l’ex-ministre du Budget, même contrainte, est respectable.

** Il est évident que François Hollande, dont les courbes de popularité sont au plus bas, a préféré s’adresser au pays quelques jours avant les aveux de son ex-ministre du Budget, plutôt que traiter le sujet à chaud, après que la justice démasque le filou : la chute de la maison Cahuzac ne doit pas en entraîner d’autres, municipales obligent. Preuve de la gravité de la situation.

Ce contenu est © DailyNord. Si cet article vous intéresse, vous pouvez reprendre un extrait sur votre site (n’excédant pas la moitié de l’article) en citant bien évidemment la source. Si vous désirez publier l’intégralité de l’article, merci de nous contacter »

Réagir à cet article

La rédaction de DailyNord modère tous les commentaires, ce qui explique qu'ils n'apparaissent pas immédiatement (le délai peut être de quelques heures). Pour qu'un commentaire soit validé, nous vous rappelons qu'il doit être en corrélation avec le sujet, constructif et respectueux vis-à-vis des journalistes comme des précédents commentateurs. Tout commentaire qui ne respecterait pas ce cadre ne sera pas publié. Evidemment, DailyNord ne publiera aucun contenu illicite. N'hésitez pas à avertir la rédaction à info(at)dailynord.fr (remplacer le "at" par "@") si vous jugiez un propos ou contenu illicite, diffamatoire, injurieux, xénophobe, etc.

Casting

Bienvenue sur Le Petit Théâtre de Martine Aubry et Xavier Bertrand, associé au pure-player d’informations DailyNord.

Tenu par le journaliste Marc Prévost, et dans le prolongement du livre le Petit Théâtre de Pierre Mauroy, il décrypte et éclaire les coulisses de la vie politique locale et nationale et parfois aussi d’autres choses. C’est son choix !

Voir la bio de Marc Prévost : Ma Bio & my Way

Contacter Marc Prévost

Pour toute remarque, question, vous pouvez contacter l'auteur du Petit Théâtre de Martine Aubry en laissant un message par là .

LES + LUS