Réflexions Par | 09H10 | 13 mars 2013

Portrait-robot : quel âge a mon maire ?

CHIFFRES. Elle a tiré un trait fin février : Odette Duriez commence à fatiguer pour un mandat de sénateur à 64 ans et a donc laissé sa place. Tout en gardant celle de maire de Cambrin. On l’a appris la semaine dernière : à Blaringhem, le maire, âgé de 82 ans, passe également le flambeau à un an des élections municipales, pour raisons de santé. L’occasion idéale pour DailyNord de se demander quels âges ont nos maires ? Nous avons fait le calcul dans les 80 premières villes de la région, celles qui comptent plus de 10 000 habitants.

Entre 58 et 59 ans. C’est selon notre calcul l’âge aujourd’hui moyen des maires du Nord – Pas-de-Calais dans les villes de plus de dix mille habitants. Pour obtenir ce résultat, nous avons additionné l’âge qu’aura chaque maire cette année, en divisant le tout par le nombre de villes du panel (*). D’où notre déduction fabuleuse qui ne manquera pas d’intéresser ceux qui piaffent d’impatience en coulisses : pour avoir une chance d’être élu premier édile en 2014, le candidat idéal devra avoir entre 53 et 54 ans (soit l’âge moyen des maires régionaux en 2008). Une moyenne d’âge plus ou moins élevée qu’ailleurs ? Moins, si l’on en croit une étude du Ministère de l’Intérieur en 2008 : celle-ci estimait que les maires avaient  56 ans et 10 mois au moment de leur élection. Mais la comparaison est tronquée pour deux raisons : la moyenne d’âge est établie sur tous les maires de France et nous n’avons pas trouvé d’étude équivalente pour les villes de plus de 10 000 habitants ; au moment des élections de 2008, nos maires étaient certainement un peu plus âgés, moyenne qui a légèrement chuté car certains n’avaient pas encore  passé leur charge en cours de mandat à de plus jeunes (voir également ci-dessous).

Dans les villes de plus de 30 000 habitants, un écart considérable entre le Pas-de-Calais et le Nord

Les deux départements de la région sont relativement homogènes. Le Pas-de-Calais est légèrement plus jeune que le Nord (58 contre 59). Mais l’écart s’accentue considérablement si l’on s’intéresse uniquement aux villes de plus de 30 000 habitants : les maires des onze principales cités du Nord affichent 61 printemps quand ceux de Calais, Arras, Lens, Liévin et Boulogne-sur-Mer n’ont que 50 ans ! Etonnant ? Non, les dernières manoeuvres électorales que nous avions dénoncé (relire : mairies régionales, attention, passage de témoins), ont considérablement abaissé l’âge du 6-2 (un phénomène d’autant plus visible quand on calcule sur cinq villes). Si on réintègre Jean-Marie Vanlerenberghe (maire d’Arras jusque fin 2011, qui a 74 ans cette année) et Jean-Pierre Kucheida (démissionnaire il y a quelques semaines de Liévin, à 70 ans), la moyenne remonterait à 60,6. Au lieu de ça, elle va encore baisser dans quelques mois : Guy Delcourt (65 ans) va passer le relais a son adjoint, Sylvain Robert (41 ans). Au moment d’entamer l’été, la moyenne d’âge des cinq principaux maires du Pas-de-Calais sera donc de 45 ans… avec une doyenne, Natacha Bouchart, qui n’affichera que 50 ans ! Mais où sont les vieux ?

Il faut les chercher un peu plus bas dans le Pas-de-Calais. Quand on descend dans les villes de moins de 30 000 habitants, le département a un peu moins de 60 ans, moyenne singulièrement augmentée par une poignée de septuagénaires, notamment sur le littoral. Le Nord est à peu près au même niveau (59 ans environ).

Aux extrêmes, je demande le plus jeune… et le plus vieux

Si l’on quitte les moyennes et que l’on s’intéresse aux extrêmes, on remarque (**) que le maire le plus âgé pour les villes de 10 000 habitants est Jean-Marie Krajewski, le premier édile de Berck (78 ans), talonné par Cécile Gallez (Saint-Saulve, 77 ans), et René Cher à Raismes (76 ans). Dans la catégorie des plus de 70 ans, citons également Pierre Dubois (maire de Roubaix), Daniel Bois (Condé-sur-l’Escaut), Thérèse Guilbert (Outreau), Eugène Binaisse (Hénin-Beaumont), Jean-Claude Baheux (Etaples) et Jacques Villadary (Noeux-les-Mines).

Passons aux plus jeunes. Le Nord a eu la chance de compter parmi ses rangs quelques recordmen : alors qu’il va fêter ses 30 ans cette année, Benjamin-Saint-Huile, le maire de Jeumont était le maire le plus jeune d’une ville de plus de 10000 habitants en France et dans le Nord – Pas-de-Calais au moment de son élection (à 24 ans), titre honorifique qui lui avait même valu en 2008 un passage sur le plateau du Grand Journal de Canal Plus. Pour trouver d’autres jeunes, il faut ensuite passer dans la catégorie des quadragénaires : David Bailleul a Coudekerque-Branche fête ses quarante ans cette année, tandis que Sébastien Leprêtre va entrer dans sa quarante-deuxième année (il est d’ailleurs le plus jeune maire des villes de plus de 20 000 habitants au nord de Paris, soulignait-il sur Weo il y a quelques mois). La femme la plus jeune est quant à elle, Anne-Lise Dufour-Tonini (43 ans), maire de Denain, qui précède dans le classement son homologue de Boulogne-sur-Mer, Mireille Hingrez-Céréda (44 ans).

En 2014, les papys feront de la Résistance

Dernière chose et non des moindres. Avoir un âge avancé pour tenir une mairie n’empêche pas les envies d’en découdre de nouveau devant les électeurs. A 68 ans, Gérard Caudron a déjà annoncé son intention de rempiler à Villeneuve-d’Ascq  tout comme Pierre Dubois à Roubaix (71 ans) ou Jacques Villadery (74 ans) à Noeux-les-Mines. Les papys font de la Résistance. A leurs administrés de décider s’ils veulent, ou non, les mettre à la retraite.

(*) La région compte selon le site Toutes les villes (55 dans le Nord, 26 dans le Pas-de-Calais). S’il était facile de retrouver les dates de naissance pour les élus les plus en vue, pour les autres, il a fallu se replonger dans les articles de presse (essentiellement de 2008), les sites des mairies, etc. pour trouver leur âge. Six d’entre-eux (à Ronchin, Wattignies, Marquette-lez-Lille, Bondues, Montigny et Méricourt) sont pour le moment «sans âge» et n’ont donc pas été intégrés dans le calcul (nous leur avons pourtant demandé ces précisions, mais nos demandes sont restées sans réponses). (**) En excluant les maires des six villes pré-citées ci-dessus.

Les différentes étapes de notre portrait-robot du maire (à venir prochainement : les professions, le parti politique, etc.) :

Mieux vaut-il être une femme ou un homme pour être élu(e) ?

Quel prénom pour être élu en 2014 ?

Quel âge a mon maire ?

Si vous vous appelez Kader, n’espérez pas devenir maire !

4 Commentaires

  1. Les statistiques sur des petits nombres n’ont pas de sens.
    5 communes de + de 30000 habitants dans le Pas de Calais : échantillon trop petit
    pour en déduire des généralités. Il suffit que l’UN des maires soit jeune pour faire chuter la moyenne
    significativement.

  2. Vous avez raison. Nous y avons pensé, et nous aurions dû le préciser dans le texte. Néanmoins, ce qui nous a fait conserver cette moyenne (qui est une parmid’autres), c’est que quand vous regardez les cinq maires qui seront en place dès juin, aucun n’aura plus de 50 ans.Tandis que dans les grandes villes du Nord, seul le maire de Valenciennes a moins de 50 ans, et deux maires ont moins de 60 ans (Tourcoing et Wattrelos). Les huit autres ont 60 ans ou plus.Selon nous, à ce niveau, la comparaison se tient.

  3. Le mieux serait 1 seul mandat pour tous

  4. Quand on a l ‘occasion de rencontrer des elus ailleurs qu’en France, on constate que le renouvellement du personnel politique amène au pouvoir des elus plus jeunes. Soit parce que le cumul des mandats est interdit soit parce que le nombre de mandats successifs est limité ou rejeté par les electeurs. comme en Suède.

    Ces limitations assurent un debat bien plus vif dans les conseils municipaux des communes qui en general ont été regroupées pour en limiter le nombre. Sait on que le Royaume Uni a environ 966 villes et 66 ” cities” ( intercommunalités)… La Suède comporte 293 conseils municipaux ( 3000 en 1970)… A comparer avec les 33000 communes en Francen ce qui amène quelques elus à chanter la gloire de “l’ancrage territorial”, cher à M Rebsamen. Ajoutons le CG, le CR, les intercommunalités…. La France ressemble à un cimetière marin.

    Quand on explique à un Suedois qu’en France, on vote à deux tours pour les municipales, les cantonales, les legislatives, les presidentielles, la regionale + une fois pour les européennes, ( 11 déplacements au bureau de vote), il a du mal à le croire lui qui vote une fois tous les 4 ans pour les municipales et les legislatives en même temps avec moins de 20% d’abstention.

Réagir à cet article

La rédaction de DailyNord modère tous les commentaires, ce qui explique qu'ils n'apparaissent pas immédiatement (le délai peut être de quelques heures). Pour qu'un commentaire soit validé, nous vous rappelons qu'il doit être en corrélation avec le sujet, constructif et respectueux vis-à-vis des journalistes comme des précédents commentateurs. Tout commentaire qui ne respecterait pas ce cadre ne sera pas publié. Evidemment, DailyNord ne publiera aucun contenu illicite. N'hésitez pas à avertir la rédaction à info(at)dailynord.fr (remplacer le "at" par "@") si vous jugiez un propos ou contenu illicite, diffamatoire, injurieux, xénophobe, etc.

Abonnez-vous à notre newsletter

Bienvenue dans la ville la plus étrange des Hauts-de-France

Elle pourrait loger 5 000 personnes, mais cette ville n'aura jamais d'habitants. Découvrez pourquoi.

Les tops DailyNord

Les Livres avec Eulalie

Contacter la rédaction

Ça se passe par là