L'autre information du Nord – Pas-de-Calais

(Projet quinquennat) : à Denain et Saint-Omer, les deux Rotary-clubs veulent aussi lutter contre leurs clichés

Un quinquennat à Denain et Saint-Omer Par | 27 février 2013

Un quinquennat à Denain et Saint-Omer, c’est aussi l’occasion de s’intéresser aux associations qui font la vie locale. Comme de nombreuses villes, les deux cités possèdent leurs propres Rotary, ces clubs services où de bons bourgeois désoeuvrés occupent leurs bonnes consciences aux destins de la ville, agapes indécentes à l’appui. Cliché, vous avez dit cliché ?

Jean-Raphaël Cayez, dans un quartier chic de Denain. Photo : Stéphane Dubromel.

Jean-Raphaël Cayez nous a donné rendez-vous directement à son domicile. C’est lundi, il ne bosse pas. Enfin presque : il n’est pas sur les routes. Toujours plein de préjugés, comme tous bons journalistes qui se respectent, nous imaginions le retrouver dans une demeure bourgeoise des beaux quartiers de Denain, encerclée de hautes grilles en fer forgé, passage au visiophone obligatoire. Pas de chance pour le cliché : notre rendez-vous vit dans le centre-ville de Denain, au milieu d’un ensemble de maisons de villes en briques quelconques. On pousse la porte et nous voici dans un intérieur soigné, mais rien de très tape-à-l’oeil. « ça vous étonne», semble nous dire notre hôte derrière son sourire…

Les présidents n’ont pas tous les cheveux blancs

Jean-Raphaël Cayez est le président du Rotary-Club de Denain. Enfin, plus pour longtemps. Dans ce club-service, présent partout dans le monde, on n’aime pas trop le cumul des mandats dans le temps. La présidence, c’est une année. Et pas plus. Une rotation symbolisée par l’emblème du club, la roue. En juin, il rendra donc son tablier. Sans pour autant quitter le Rotary qu’il a rejoint il y a une dizaine d’années. Un engagement assez naturel pour lui : « Mon père (l’opticien pour ceux qui connaissent Denain, Ndlr) faisait partie du Rotary. Mon beau-père aussi. Alors, j’y suis rentré il y a quelques années.» Responsable commercial dans l’optique, il s’estime aujourd’hui suffisamment installé pour se consacrer au club-service. Et surtout légitime. « Le critère d’admission, c’est la réussite sociale. C’était le moment. » Même si la recrue ne colle pas avec l’image d’Epinal du rotarien : Jean-Raphaël Cayez n’a que 42 ans ! Autant dire un jeunot dans la moyenne d’âge des membres du club-service… et une volonté toute denaisienne : « La moyenne d’âge de nos vingt-huit membres est de 54 ans, je croix que nous sommes parmi les plus jeunes de France. Il y a bien sûr des gens qui ont plus de soixante-dix ans, mais qui ont intégré le club à quarante. Notre défi est toujours de mixer les générations afin que la relève soit prête.

Mixer les générations, un défi pour le Rotary, club-service qui est confronté comme toutes les associations à la baisse des vocations. Trop de boulot, pas le temps de s’investir, difficile de trouver du temps à consacrer à l’autre. L’autre, Jean-Pierre Singer y consacre justement plusieurs heures par semaine. A Saint-Omer, il n’aime pas en parler, mais il est une petite célébrité. Il y a quelques années, il a défrayé la chronique en demandant à continuer à faire des remplacements de médecin, son métier. Il a gagné et, à 78 ans, – il en paraît moins – , il soigne toujours des malades de temps à autres. L’une de ses autres activités favorites, depuis qu’il est quadragénaire ? Le Rotary-Club de Saint-Omer, dont il est en quelque sorte le chargé de communication. Dans la sous-préfecture du Pas-de-Calais, le club compte 33 membres (28 pour Denain), dont cinq nouveaux en 2012. Moyenne d’âge ici ? Pas si élevée que ça : 58 ans. Mais encore une fois, faire vivre un Rotary, comme n’importe quelles association, est un travail de longue haleine. « Nous avons des ingénieurs, des professions libérales, des DRH, des architectes des pharmaciens, des directeurs de travaux, explique le bonhomme à la barbe blanche fournie, installé devant un café au bowling de Saint-Martin-en-Laert, lieu de rendez-vous des Rotariens audomarois. Mais la difficulté, c’est bien entendu de recruter. Surtout dans une agglomération comme la nôtre où il y a déjà de nombreuses associations. Pourtant, je vous le promets, une fois qu’on en fait partie, on est très heureux d’y participer ! »

Des actions pour la recherche, mais aussi pour les projets locaux

Au Bowling de Saint-Martin-en-Laert, l'un des vénérables Rotariens audomarois : Jean-Pierre Singer, 78 ans. Photo : Stéphane Dubromel.

Mais alors, quelles sont les actions au quotidien des Rotariens ? Récolter de l’argent via l’organisation de manifestations dans un premier temps. Nationalement, les clubs-services organisent chaque année (le 12 mars, en 2013) l’opération Espoir en tête, déclinée dans les cinémas régionaux. Les bénéfices vont à la recherche sur le cerveau. Localement, c’est à chacun de choisir ses priorités. A Denain, l’an dernier, les fonds récoltés tout au long de l’année via des expositions de voitures anciennes, des lotos, des concerts, ont ainsi servi à financer la construction d’un bâtiment pour les Servantes des Pauvres ; à Saint-Omer, on finance par exemple des actions locales pour les Restos du Coeur, le Secours Populaire, mais on a aussi aidé à la création d’une école de peinture à Bayenghem-les-Eperlecques. Tous les clubs ne sont donc pas calqués les uns sur les autres, chacun a sa propre liberté. Et ses propres exigences : à Denain, par exemple, “les prix d’accès aux manifestations sont bien entendu en adéquation avec les revenus des habitants“, ajoute Jean-Raphaël Cayez.

L’argent, toujours l’argent ? On se rassure, les euros ne régissent pas toutes les actions. « Le Rotary, c’est aussi l’occasion d’envoyer des jeunes gens faire leurs études à l’étranger», reprend Jean-Pierre Singer. L’étudiant sera accueilli dans une famille rotaryenne, charge aux Audomarois d’offrir le même accueil à un étranger en retour. A Denain, le club s’investit aussi dans l’éducation : après avoir fait passer des simulations d’entretiens d’embauche aux jeunes de la ville qui le désiraient «pour les aiguiller», les Rotariens viennent de mettre en place un fichier de professionnels du Rotary. « Ainsi, chaque jeune qui est intéressé peut nous appeler directement pour des conseils,” explicite Jean-Raphaël Cayez. Une manière comme une autre de prouver aussi à la jeunesse que l’on peut réussir à Denain, comprend-t-on entre les lignes.

Une image fausse… ou pas d’image ?

Forcément, lors des discussions avec les deux hommes, la conversation revient bien vite sur les clichés qui courrent sur le Rotary. « Les agapes avec les Bugatti, c’est fini, assure Jean-Pierre Singer, quelque peu agacé de cette image qui colle à la peau de son club. Quand on se réunit au bowling chaque semaine, c’est trois fois sur quatre un apéritif, la quatrième fois un plat et un café.”Un travail sur l’image serait donc nécessaire ? « En fait, notre problème ce n’est pas l’image fausse, juge Jean-Raphaël Cayez. C’est plutôt que nous avons très peu d’image… Il faut montrer ce que l’on fait, il faut communiquer. Et l’image devrait suivre : on fait des choses bien, il n’y a pas de raison que ça ne marche pas». On fait le bilan en 2017 ?

Accéder à la page d’accueil du projet  “Un quinquennat à Denain et Saint-Omer”.

Ce contenu est © DailyNord. Si cet article vous intéresse, vous pouvez reprendre un extrait sur votre site (n’excédant pas la moitié de l’article) en citant bien évidemment la source. Si vous désirez publier l’intégralité de l’article, merci de nous contacter »

Réagir à cet article

La rédaction de DailyNord modère tous les commentaires, ce qui explique qu'ils n'apparaissent pas immédiatement (le délai peut être de quelques heures). Pour qu'un commentaire soit validé, nous vous rappelons qu'il doit être en corrélation avec le sujet, constructif et respectueux vis-à-vis des journalistes comme des précédents commentateurs. Tout commentaire qui ne respecterait pas ce cadre ne sera pas publié. Evidemment, DailyNord ne publiera aucun contenu illicite. N'hésitez pas à avertir la rédaction à info(at)dailynord.fr (remplacer le "at" par "@") si vous jugiez un propos ou contenu illicite, diffamatoire, injurieux, xénophobe, etc.

POLITIQUE

EN ROUTE VERS LES DÉPARTEMENTALES ET RÉGIONALES

INFORMATIONS ESSENTIELLES, ANECDOTIQUES, DÉCRYPTAGES, ENQUÊTES, RÉVÉLATIONS, INDISCRÉTIONS, REBONDS DÉCALÉS... TOUS NOS ARTICLES S'INTÉRESSANT AUX FUTURES RÉGIONALES ET DÉPARTEMENTALES 2021 SONT PAR ICI ! ACCÉDER AU DOSSIER

NEWSLETTER DAILY NORD

Bienvenue dans la ville la plus étrange des Hauts-de-France

Elle pourrait loger 5 000 personnes, mais cette ville n'aura jamais d'habitants. Découvrez pourquoi.

Les tops DailyNord

Les Livres avec Eulalie

AR2L - Agence Régionale du Livre et de la Lecture