L'autre information du Nord – Pas-de-Calais

Percheron : un poulain nommé Kanner

Réflexions Par | 25 février 2013

Daniel Percheron aime les coups de théâtre. Alors, il en frappe un sur Weo. Et un sacré. En proposant Patrick Kanner, président du conseil général du Nord pour lui succéder en 2015, il jette un Himalaya dans le jardin de Martine Aubry. Car Pierre de Saintignon, le premier vice-président du conseil régional, proche parmi les proches de la maire de Lille, qui piaffe depuis des lustres au pied du fauteuil présidentiel, se verrait purement et simplement écarté du Graal régional. Au-delà des inimitiés à l’oeuvre, les conséquences sont multiples (*).

– Dans un tel cas de figure, où atterrirait alors le bras droit de Martine Aubry ?  Il n’aurait plus comme solution de repli que la mairie de Lille pour étancher ses ambitions locales (on peut certes le désintéresser par un mandat européen, par exemple). Et entrerait alors en conflit direct avec une certaine Audrey Linkenheld, député socialiste  d’Hellemmes-Villeneuve d’Ascq, que l’on a longtemps dit en pole position pour assumer un intérim voire une succession de la maire en place si cette dernière retrouve une trajectoire nationale ou internationale. Un vrai coup de pied dans la fourmilière. Daniel Percheron veut sans doute bousculer l’édifice toujours fragile des personnalités en lice et forcer à engager un nouveau débat forcément âpre. Coup de poker, baroud d’honneur ou flèche de Parthe ?  Les semaines à venir s’annoncent turbulentes.

– Patrick Kanner est compatible à plus d’un titre. Il connaît le job et le pilotage d’une grande institution ne l’effraie pas. Elu de longue date, il a été élevé en politique sur l’aile gauche du PS, tendance CERES (au point de marquer parfois sa différence avec le courant dominant mauroyiste de l’époque), avant de se recentrer à mesure que les responsabilités politiques se présentaient à lui et que les vents des majorités se levaient. Un statut idéologique en phase avec l’ADN profond des fédérations socialistes du Nord et surtout du Pas de Calais, longtemps fabiusienne et de tradition guesdiste, noniste sur l’Europe, même si les différences entre ces deux univers sont réelles. Des traits historico-politiques parfaitement maîtrisés par Patrick Kanner, dont le profil militant coïncide et rassure.

– En continuant à jouer les marionnettistes de foire, son rôle favori, Daniel Percheron, 70 ans, qui restera sénateur quelques années encore après avoir rendu le sceptre régional, tient peut-être aussi à s’assurer une certaine perennité au sein de l’institution. On songe au délicat dossier des sureffectifs ou à l’épineux problème du népotisme et du favoritisme de famille, des reproches qui secouent l’hémicycle régional. “Si nous voulons que tout reste tel que c’est, il faut que tout change”. L’influence du prince de Lampedusa sur le cardinal de fer n’est plus à démontrer.

Un antagonisme Percheron/Aubry en toile de fond

– L’antagonisme entre Daniel Percheron et Martine Aubry devient incandescent. On ne reviendra pas sur les pommes de discorde, la mise sous tutelle de la “fédé” du Pas de Calais étant la plus connue. Un militant socialiste me disait il y a peu : “Tu imagines des affiches de campagne de Pierre de Saintignon dans le Pas de Calais, du côté de Liévin, ou Lens. Ou même Boulogne ? Elles ne seraient même pas collées…ou déchirées tout de suite…” Manière de démontrer que la candidature du bras droit de la maire de Lille ne ferait pas le plein des voix, ni au premier ni au second tour…Une configuration qui profiterait d’abord aux faux amis de gauche, Verts et Front de Gauche (le PC est encore très actif dans le Pas de Calais, et les communistes n’ont jamais apprécié l’équation personnelle de PdS, trop marqué à droite de la gauche, passé de cadre de direction oblige). Chiffon rouge. Et un engagement de Jean-Louis Borloo dans le combat régional est un vrai risque d’alternance. D’ailleurs, ne dit-t-on pas que Perch’ dissimulerait la carte JLB dans un repli de sa cape ? Pour faire la nique ultime à Titine et PdS…En agitant le chiffon bleu/vert de l’ancien ministre de l’écologie, Percheron tient un argument de poids. Et justifie son missile Kanner.

– Le président du conseil régional  a naturellement observé que Martine Aubry ne se mêlait plus des affaires du parti socialiste et que son exposition médiatique était réduite à sa plus simple expression. Sa frappe est donc tactique. Nul doute que le dossier de sa dévolution remonterait, le cas échéant, au sommet de la Rue-de-Solférino, un centre de décision crucial dont il connaît évidemment les us et coulisses.

– Patrick Kanner pourra-t-il séduire les électeurs de toute la région ? Certes il est du Nord. Evidemment, il est devenu aubryste (et s’entend bien avec la maire de Lille). Lillo-lillois qui plus est (il fut longtemps le patron de la grande section socialiste de Lille).  Et désormais autonome de par son fauteuil présidentiel. Mais gageons qu’un Daniel Percheron saura faire entendre raison à ses camarades du Pas de Calais toujours méfiants vis-à-vis de leur puissant voisin départemental. Rappelons que le scrutin régional est désormais depuis 2004 régionalisé (et à deux tours). La frontière entre les deux départements est donc en voie d’effacement politique. Mais les univers militants affichent leurs différences. Les deux “fédés” sont ainsi amenées à s’affronter une nouvelle fois.

– Quel troisième homme ? Un scénario prospère quand le noeud gordien d’une succession se resserre. On pense donc à Bernard Roman, qui a dû laisser sa place de premier vice-président du conseil régional au profit de PdS qui montait d’un cran dans la hiérarchie et devenait le prétendant putatif à la succession convoitée. Nul doute que ce dernier ne baissera pas les bras aussi facilement. Déjà il y a vingt-cinq ans, le nom de Guy Allouche avait surgi quand il s’agissait de débloquer la succession de Noël Josèphe briguée par Michel Delebarre. D’autres noms pourraient-il sortir du chapeau ?

Petite anecdote pour finir. Il est vraiment curieux que Monsieur Percheron évoque la figure de Benoît XVI pour éclairer son choix, lui le Ratzinger du parti socialiste, préfet de la congrégation pour la doctrine de la foi. La foi en lui-même.

(*) Evidemment, les réactions n’ont pas tardé suite à cette annonce. On notera celle de Patrick Kanner, le principal intéressé, qui estime que le candidat naturel est… Pierre de Saintignon.

Ce contenu est © DailyNord. Si cet article vous intéresse, vous pouvez reprendre un extrait sur votre site (n’excédant pas la moitié de l’article) en citant bien évidemment la source. Si vous désirez publier l’intégralité de l’article, merci de nous contacter »

7 Commentaires

  1. Le cardinal de fer, Ratzinger, Benoît XVI, les chanoines du chapitre 59/62 du PS, les mânes de Noel Josèphe ça sent le conclave.

  2. Fumée rose sûrement en tout cas…

  3. Et élire Kanner, c’est élire celui qui laisse pourrir les situations.

    Comment un agent d’encadrement du département du Nord se retrouve au minimum social, ayant été révoqué suite à un coup monté parfaitement visible au regard du contenu du dossier: sans preuves matérielles directes, sans respect des droits de la défense et pour de soi disant faits minimes (tracts satiriques).

    En comparaison, selon une jurisprudence administrative constante, des agents ayant dealé ont vu leur révocation annulée. Pourtant, le juge administratif de Lille ne trouve rien à dire.

    Après Kucheida and co, il y a encore quelquechose de pourri au royaume du Nord Pas de Calais.

    Le seul tort de l’agent a été de défendre son humanité face à des méthodes de management sectaires utilisées par le directeur juridique.

    Bien que l’affaire se soit déroulée sous le mandat Derosier, Patrick kanner a joué les Ponce Pilate.

    Beau profil pour un futur Président de Région.

    N’importe qui lui sera préférable.

  4. C’est beau la mafi-, euh, pardon, la démocratie !

  5. Attention aux mémoires de poisson rouge. Rappelez moi le pourcentage de gens du N/PdC connaissant le nom de leur président de région?

  6. Bonjour XM,

    Je suppose que vous êtes la personne mise en cause dans cette affaire au Conseil Général.

    Je n’aime pas les injustices. Si elle est avérée, je vais essayer de vous aider.

    Prenez contact avec moi, via le site DAILYNORD, ils ont mon adresse email.

    Eric DARQUES

    ANTICOR

Réagir à cet article

La rédaction de DailyNord modère tous les commentaires, ce qui explique qu'ils n'apparaissent pas immédiatement (le délai peut être de quelques heures). Pour qu'un commentaire soit validé, nous vous rappelons qu'il doit être en corrélation avec le sujet, constructif et respectueux vis-à-vis des journalistes comme des précédents commentateurs. Tout commentaire qui ne respecterait pas ce cadre ne sera pas publié. Evidemment, DailyNord ne publiera aucun contenu illicite. N'hésitez pas à avertir la rédaction à info(at)dailynord.fr (remplacer le "at" par "@") si vous jugiez un propos ou contenu illicite, diffamatoire, injurieux, xénophobe, etc.

POLITIQUE

EN ROUTE VERS LES DÉPARTEMENTALES ET RÉGIONALES

INFORMATIONS ESSENTIELLES, ANECDOTIQUES, DÉCRYPTAGES, ENQUÊTES, RÉVÉLATIONS, INDISCRÉTIONS, REBONDS DÉCALÉS... TOUS NOS ARTICLES S'INTÉRESSANT AUX FUTURES RÉGIONALES ET DÉPARTEMENTALES 2021 SONT PAR ICI ! ACCÉDER AU DOSSIER

NEWSLETTER DAILY NORD

Bienvenue dans la ville la plus étrange des Hauts-de-France

Elle pourrait loger 5 000 personnes, mais cette ville n'aura jamais d'habitants. Découvrez pourquoi.

Les tops DailyNord

Les Livres avec Eulalie

AR2L - Agence Régionale du Livre et de la Lecture