L'autre information du Nord – Pas-de-Calais

Exclusif, David Beckham au LOSC !

Basses Chroniques des Hauts de France Par | 09 février 2013

Attention, ne pas confondre exclusif et officiel. Ici, seule la suggestion est exclusive (à notre connaissance). David Beckham chez les Dogues est pourtant tout sauf une idée saugrenue. Dommage qu’il ait fallu que le Spice boy signe au QSG (pardon au PSG) pour que l’idée nous frôle l’esprit. Car les Basses Chroniques des Hauts-de-France sont persuadées qu’il y avait là l’opportunité d’un fabuleux plan com’ pour la région. Avec un juteux retour sur investissement.

Beckham et nos contrées, c’est d’abord une vieille histoire qui ne lui rappellerait que des bonnes choses. À Lens, en 1998, il livre son tout premier match en Coupe du Monde, inscrivant dans la foulée son premier but dans la compétition (Angleterre-Colombie : 2-0, le 26 juin. Flashback vidéo à la fin du texte). C’est pas un souvenir qui vous marque un homme ça ? Toujours à Bollaert, c’est face au LOSC de « coach »Vahid Halilodzic, que le beau David se mesure -pour la première et dernière fois- à un club nordiste en Coupe d’Europe (0-0 le 31 octobre 2001) avant de marquer le but vainqueur au match retour (1-0, le 18 septembre 2001. Reflashback vidéo à la fin du texte). C’est pas non plus un détail ça ! Bon d’accord, à l’aune de son palmarès qui n’a d’égal que son compte en banque, on frôle l’anecdote, le point de détail d’une carrière galactique (facile).

Mais quel intérêt de faire venir à Lille plutôt qu’au Paris Saint-Germain un joueur de 37 ans « plus vieux que le kiné du club » (le Guignol de Philippe Lucas) ? L’aspect sportif est plutôt secondaire (voir l’analyse plutôt cohérente de l‘AFP). C’est donc bel et bien l’angle marketing de l’opération qui fait saliver. Pour cela il faut oser, tenter le coup de poker, ce qu’a déjà su faire le producteur Michel Seydoux par le passé.

Un Spice Boy après Cyrano

Car il y a plus de vingt ans, le grand sachem du LOSC investissait, via sa société de production Camera one, une somme colossale pour l’époque (60 millions de francs, à peine 10 millions d’euros soit moins que le salaire annuel d’Ibrahimovic…). Un pari un peu fou puisqu’il s’agissait d’avoir du nez (que dis-je, un cap, une péninsule) pour oser adapter à l’écran l’œuvre majeure d’Edmond Rostand. Cyrano de Bergerac demeure à ce jour le film le plus césarisé (dix, à égalité avec Le dernier métro) et sans doute la plus grande fierté du président losciste avec le doublé coupe-championnat de 2011. Alors, après le cadet de Gascogne, pourquoi ne pas récidiver avec le cadet de (Paul) Gascoigne ? Le seul président d’un club de foot Chevalier de l’Ordre des Arts et Lettres recrutant un Commandeur de l’ordre de l’Empire Britannique, l’attelage aurait de la gueule.

Mais voilà, le scénario d’un film réserve moins de surprises que celui d’une saison footballistique. Le club est, c’est vrai, en délicatesse financière actuellement. Au point que pour faire parler sous à Seydoux, c’est dur (confère la dernière grogne des supporters). Que les Qataris investissent à perte pour s’acheter une légitimité, c’est leur affaire, pas celle de l’actionnaire principal du club métropolitain. Mais qui veut gagner gros doit miser gros. Et en termes d’image, David Beckham au LOSC serait la garantie d’une jolie culbute sous bien des points.

Joue la com’ Beckham* Martine !

On vous laisse d’abord imaginer le chiffre d’affaire mirobolant généré par la vente de maillots floqués au nom du Spice boy. Pour le logement avec tranquillité fiscale en prime, il y a bien une masure susceptible d’héberger quelques mois la star planétaire Outre-Quiévrain (et si Depardieu lui sous-louait une piaule ? Non on plaisante). Parce qu’avec la proximité du centre d’entraînement de Luchin, il pourrait presque s’y rendre à pieds. C’est crédible et à la hauteur du tour de passe-passe (sic) bricolé par le PSG (voir ici). Pour le le minimum syndical dû à tout footballeur professionnel, soit 2200 euros, Michel Seydoux ne devrait pas barguigner pour mettre la main au portefeuille. Reste les 800 000 euros mensuels reversés à des associations caritatives et c’est là que Martine Aubry entre en scène. Avec son entregent qui n’a d’égal que son carnet d’adresses combiné à son amour atavique pour le LOSC, il y a bien moyen de trouver seize grosses entreprises privées et nationales susceptibles d’allonger 50 000 euros chacunes pendant quatre mois (le championnat se termine en mai). Ce serait tout bénef’ pour tout le monde : les associations qui tirent la langue en ces temps de crise ; les entreprises mécènes qui boostent leur notoriété et font à pas cher dans le caritatif, à charge à la maire lilloise et patronne de LMCU d’inviter à chaque rencontre des entrepreneurs britanniques, candidats potentiels à une installation chez nous. Avec le Georges Clooney du foot, l’écrin du Grand Stade disposerait enfin d’un bijou à la mesure de son standing et serait connu des téléspectateurs du monde entier. Et faites confiance aux tour-opérateurs pour nous importer du Royaume-Uni des cars entiers de groupies hystériques à l’idée de voir le beau « Daaaavid ». On le voit, l’économie de la région aurait aussi sa part de pudding et servirait notamment les projets calaisiens (voir l’actualité récente sur notre littoral). Pour utiliser un terme très tendance ces derniers mois dans le giron lillois, ce serait « Fantastic » isn’t it ?

D’accord, cette idée est abracadabrantesque quoique. En payant un bras (22 millions d’euros) le transfert de Yohan Gourcuff, l’Olympique Lyonnais (qui reçoit justement le LOSC ce dimanche) n’a pas réussi l’opération du siècle, la prestation globale du joueur ressemblant plus à celle d’une Fiat 500 qu’à celle d’une Ferrari. De toute façon, selon nos dernières informations, l’idée de jouer dans la capitale des Flandres n’a jamais chatouillé l’esprit de « Beck », étonnant non ? Allez, on s’est juste mis à rêver. De nos jours où tout est affaire de pognon, le rêve fait partie du peu qui reste à la portée de tout le monde.

* Titre honteusement emprunté au Canard Enchaîné de cette semaine.

En cadeau, les deux buts évoqués en début de texte

Ce contenu est © DailyNord. Si cet article vous intéresse, vous pouvez reprendre un extrait sur votre site (n’excédant pas la moitié de l’article) en citant bien évidemment la source. Si vous désirez publier l’intégralité de l’article, merci de nous contacter »

Réagir à cet article

La rédaction de DailyNord modère tous les commentaires, ce qui explique qu'ils n'apparaissent pas immédiatement (le délai peut être de quelques heures). Pour qu'un commentaire soit validé, nous vous rappelons qu'il doit être en corrélation avec le sujet, constructif et respectueux vis-à-vis des journalistes comme des précédents commentateurs. Tout commentaire qui ne respecterait pas ce cadre ne sera pas publié. Evidemment, DailyNord ne publiera aucun contenu illicite. N'hésitez pas à avertir la rédaction à info(at)dailynord.fr (remplacer le "at" par "@") si vous jugiez un propos ou contenu illicite, diffamatoire, injurieux, xénophobe, etc.

POLITIQUE

EN ROUTE VERS LES DÉPARTEMENTALES ET RÉGIONALES

INFORMATIONS ESSENTIELLES, ANECDOTIQUES, DÉCRYPTAGES, ENQUÊTES, RÉVÉLATIONS, INDISCRÉTIONS, REBONDS DÉCALÉS... TOUS NOS ARTICLES S'INTÉRESSANT AUX FUTURES RÉGIONALES ET DÉPARTEMENTALES 2021 SONT PAR ICI ! ACCÉDER AU DOSSIER

NEWSLETTER DAILYNORD

Bienvenue dans la ville la plus étrange des Hauts-de-France

Elle pourrait loger 5 000 personnes, mais cette ville n'aura jamais d'habitants. Découvrez pourquoi.

Les + lus