L'autre information du Nord – Pas-de-Calais

Dans la région, le poids des photos, le choc des écriteaux !

Basses Chroniques des Hauts de France Par | 16 février 2013

Pour une fois, les Basses Chroniques des Hauts de France vous invitent à l’exercice de la sémantique de l’image (ça fait bien, sérieux, comme expression et ça doit rapporter autant de points qu’un y au scrabble). Appareil-photo en bandoulière, nous sommes allés dans un secteur où les termes sécurité et insécurité se confondent, au propre comme au figuré. Il en ressort deux photos que l’on pourra qualifier pour des raisons diamétralement opposées d”électriques”. Absolument pas volées puisqu’au vu et au su de tous, et pour cause. Ce qui suit est une tentative d’interprétation et rien d’autre si ce n’est l’ajout d’une bonne dose de mauvais esprit. À chacun d’en tirer sa propre conclusion.

Torride Marine

Ce premier cliché a été effectué dans un bastion communiste historique. Sur un vieux transformateur EDF qui en a connu des campagnes d’affichages. Au sens propre c’est un véritable mille-feuilles, au point qu’un ethnologue retrouverait sans doute des affiches de Le Pen père mélangées comme un jeu de cartes avec celles de Buffet, Hue voire Lajoinie… Ce transformateur est pour ainsi dire un mémorial des équipes dévouées de colleurs PC et FN. Autant dire que le secteur déborde d’électricité idéologique. Mais là n’est pas la question, la vedette du moment de cette voie très passante (avant d’être recouverte prochainement, on peut faire confiance) c’est Marine Le Pen. Et là, c’est la scénarisation de la photo qui interpelle. Comment dire, on hésite. La posture de la madone frontiste a quelque chose de christique, pieds nus, bras écartés et légère flexion d’un genou. On pourrait aussi facilement imaginer la joie d’un athlète franchissant victorieusement la ligne d’arrivée ou celle d’un footeux après avoir marqué d’un ciseau en pleine lucarne. On se perd en conjectures.

Bon, blague à part, Marine Le Pen ouvre ses bras à un électorat (selon elle) déçu, perdu, suffit de lire le slogan. Mais si on écarte la fameuse photo de son père baillonné (qui a inspiré une très pâle copie voir ici), même en balayant le grenier de nos souvenirs, on a de la peine à trouver une posture similaire chez un autre politique. Pourtant, imaginer Aubry, Vanneste, Percheron, Kucheida ou encore Borloo dans une semblable illustration digne de Marie-Claire ou de Paris-Match serait pour le moins amusant non ? Vous imaginez Michel Delebarre courant sur la plage, hilare, avec pour message « Usines Seveso, vous êtes ici chez vous ! » ? Mais la politique c’est sérieux, Monsieur. L’image de la com’ aussi, si ce n’est plus. Cette photo ne doit donc rien au hasard. En attendant, elle tranche avec la période météorologique du moment. Parce qu’avec des flots bleus et une mer d’huile, on aura du mal à croire qu’elle a été prise dimanche dernier lors du dernier Enduro du Touquet… Plutôt torride pour l’époque, on attend avec impatience et curiosité la colection printemps-été. Avec Marine en bikini ? Chiche…

Villa Mon Rêve ou Propriété piégée ?

Deux kilomètres plus loin, dans la banlieue d’un autre bastion coco, cet écriteau on ne peut plus explicite. Et bien sûr, ce n’est pas la faute d’accent (grave au lieu d’aigu) qui interpelle. À voir le symbole rouge placé à droite, il faut traduire par « qui s’y frotte s’y électrocute » merci de prévenir ! Cela n’en est pas moins -sauf législation contraire qui nous aurait échappé- parfaitement illégal. Au point que si un malintentionné s’avisait d’outrepasser l’avertissement et finisse cuit comme une merguez, le propriétaire serait traduit au pénal. Le plus croustillant est que des fonctionnaires de police se placent souvent à cet endroit pour y effectuer des contrôles de vitesse. Le panneau et sa teneur n’ont donc pu leur échapper. « Villa mon rêve », « Comm’ chez nous » ou encore « Sam’ suffit » sont devenus bien désuets. Désormais c’est « Propriété piégée », « Villa sous vidéosurveillance » quand ce n’est pas « Chien méchant ». La région Nord/Pas-de-Calais, terre d’accueil et de fraternité ? Affirmation à revoir lorsque l’on devient périmètre de prédilection frontiste et que l’on observe de tels îlots de repli sur soi.

Ce contenu est © DailyNord. Si cet article vous intéresse, vous pouvez reprendre un extrait sur votre site (n’excédant pas la moitié de l’article) en citant bien évidemment la source. Si vous désirez publier l’intégralité de l’article, merci de nous contacter »

Réagir à cet article

La rédaction de DailyNord modère tous les commentaires, ce qui explique qu'ils n'apparaissent pas immédiatement (le délai peut être de quelques heures). Pour qu'un commentaire soit validé, nous vous rappelons qu'il doit être en corrélation avec le sujet, constructif et respectueux vis-à-vis des journalistes comme des précédents commentateurs. Tout commentaire qui ne respecterait pas ce cadre ne sera pas publié. Evidemment, DailyNord ne publiera aucun contenu illicite. N'hésitez pas à avertir la rédaction à info(at)dailynord.fr (remplacer le "at" par "@") si vous jugiez un propos ou contenu illicite, diffamatoire, injurieux, xénophobe, etc.

POLITIQUE

EN ROUTE VERS LES DÉPARTEMENTALES ET RÉGIONALES

INFORMATIONS ESSENTIELLES, ANECDOTIQUES, DÉCRYPTAGES, ENQUÊTES, RÉVÉLATIONS, INDISCRÉTIONS, REBONDS DÉCALÉS... TOUS NOS ARTICLES S'INTÉRESSANT AUX FUTURES RÉGIONALES ET DÉPARTEMENTALES 2021 SONT PAR ICI ! ACCÉDER AU DOSSIER

NEWSLETTER DAILY NORD

Bienvenue dans la ville la plus étrange des Hauts-de-France

Elle pourrait loger 5 000 personnes, mais cette ville n'aura jamais d'habitants. Découvrez pourquoi.

Les tops DailyNord

Les Livres avec Eulalie

AR2L - Agence Régionale du Livre et de la Lecture