L'autre information du Nord – Pas-de-Calais

Lille : comme un chêne ombrageux

Petit théâtre de Martine Aubry | Région Par | 04 janvier 2013

Depuis quelque temps, Martine Aubry entreprend des personnalités de renom pour leur proposer de l’accompagner dans son épopée municipale de 2014. Entendez : sa réélection à la mairie de Lille*. Après tout, c’est dans moins de 18 mois. Problème : on ne se bouscule pas au portillon de l’Hôtel de Ville. Et Titine de Fer ne cache pas son envie de renouveler les prétendants et heureux élus sur sa liste. Une liste toujours aussi délicate à dresser, mais c’est le lot d’une municipale: parité homme/femme, société civile, équilibres politiques avec des alliés parfois remuants (mais si Titine de Fer se succède à elle-même et ce dès le premier tour – en 2008, il s’en était fallu de peu – la question ne se posera plus…de là à imaginer qu’ EELV et le Front de gauche fassent monter les enchères d’ici le scrutin à coup de revendications idéologiques ou de désaccords tonitruants…à moins d’accepter une liste commune dès le départ).

Deuxième problème : trouver les talents susceptibles de l’aider dans cette noble tâche. C’est-à-dire, en langage aubryen, des personnalités aptes à s’épanouir dans le sillage de la maire de Lille dont la gouvernance peut heurter sinon décourager…Car à l’ombre d’un tel chêne, rien ne pousse vraiment…Pierre de Saintignon aiguillé vers le conseil régional avec tous les aléas que l’on sait, Audrey Linkenheld, élue à l’Assemblée nationale, Alain Cacheux en perte de vitesse depuis sa défaite législative, voient leur centre de gravité politique se déplacer vers d’autres univers et l’on sait que la “doctrine Titine” sur le décumul des mandats s’applique d’abord à eux.

Et c’est le troisième problème : parmi les quelques hypothèses au travail, Martine Aubry songe à une démission à mi-mandat (comme évoqué sur ce blog en mai dernier) après – triomphale, forcément triomphale – réélection en 2014**. Soit en 2017. Ainsi hyper-légitimée, elle désignera donc son ou sa successeur. Et qui donc pour recevoir le sceptre majoral ? Les trois adjoints précités auront sûrement d’autres fers au feu cette année-là. Pas simple de s’imposer aux côtés de Madame le Maire***. Mais en politique, il ne faut jamais dire jamais…

 

* Puisque la piste gouvernementale a formidablement “pschitté” l’année dernière et que l’hypothèse d’un bon job à la commission européenne semble s’être affadie. Mais l’intérêt d’une cuisson à feu doux, c’est un réchauffement rapide. De plus, l’éventualité d’une Aubry à Matignon à mi-quinquennat apparaît de plus en plus étouffée par l’ascension de nouveaux talents comme Manuel Valls.

** Ne faisons pas trop vite l’impasse sur la droite lilloise. Mais force est de reconnaître qu’elle ne part pas favorite ! Une candidature du sénateur et conseiller général Jean-René Lecerf reste la plus plausible en ce début d’année.

*** Pierre Mauroy, cet autre chêne, avait lui aussi fait semblant de préparer sa succession : pour un élu de cet acabit, c’est mourir un peu que d’introniser un dauphin du cru comme un patron présente un nouveau chef de bureau à ses collaborateurs. Il alla chercher hors du sérail local la pépite capable de lui succéder, c’est-à-dire d’ajouter son nom au sien. Question d’envergure. Un élu socialiste lillois m’avait dit un jour qu’il était très content de l’arrivée de la parisienne Martine Aubry à Lille dans le courant des années quatre-vingt dix, outre que l’ancienne ministre du travail apporta sa pierre à celle de Pierre en galvanisant le vote des électeurs modérés. Pour lui ancien Premier ministre et personnalité de rang mondial (il présida l’Internationale socialiste), il fallait la fille d’un homme tel que Jacques Delors, patron de la commission européenne, pour relever le gant de sa propre succession. Aux yeux de l’Histoire, naturellement.

Ce contenu est © DailyNord. Si cet article vous intéresse, vous pouvez reprendre un extrait sur votre site (n’excédant pas la moitié de l’article) en citant bien évidemment la source. Si vous désirez publier l’intégralité de l’article, merci de nous contacter »

2 Commentaires

  1. Bon dieu Marc! spéculons ! dans 18 mois tu quémanderas sur la grande place ! est tu sûr de tes propos ? ou alors des propos raportés ou des “on dit” ! heureusement que martine a le dos large et qu’elle passe ou passera outre ! on en parlera d’ici là !

  2. Confidence : ce n’est pas qui-vous-savez qui m’a dit tout çà. Quant à vous, je suis sûr que vous serez élu.

Réagir à cet article

La rédaction de DailyNord modère tous les commentaires, ce qui explique qu'ils n'apparaissent pas immédiatement (le délai peut être de quelques heures). Pour qu'un commentaire soit validé, nous vous rappelons qu'il doit être en corrélation avec le sujet, constructif et respectueux vis-à-vis des journalistes comme des précédents commentateurs. Tout commentaire qui ne respecterait pas ce cadre ne sera pas publié. Evidemment, DailyNord ne publiera aucun contenu illicite. N'hésitez pas à avertir la rédaction à info(at)dailynord.fr (remplacer le "at" par "@") si vous jugiez un propos ou contenu illicite, diffamatoire, injurieux, xénophobe, etc.

Casting

Bienvenue sur Le Petit Théâtre de Martine Aubry et Xavier Bertrand, associé au pure-player d’informations DailyNord. Tenu par le journaliste Marc Prévost, et dans le prolongement du livre le Petit Théâtre de Pierre Mauroy, il décrypte  et éclaire les coulisses de la vie politique locale et nationale et parfois aussi d’autres choses. C’est son choix !

A lire sur DailyNord

Me contacter

Pour toute remarque, question, vous pouvez me contacter en laissant un message par là .