Le Petit Dico décalé du Nord – Pas-de-Calais : Grand’Place

Voilà quelque chose que la planète entière nous envie : nos Grand’Places. Car oui, hors du Nord – Pas-de-Calais et de la Belgique, peu ou pas de salut : les Grand’Places ont d’autres noms.

Grand place de Lille. Autrement appelée Place du Général de Gaulle. Ou Place de la Déesse. Photo : Stéphane Dubromel.

Nom féminin désignant la place principale d’une ville, essentiellement dans le Nord – Pas-de-Calais et en Belgique voisine. C’est important de le préciser : si vous demandez la direction de la Grand’Place de Lyon, les locaux risquent de vous regarder avec de grands yeux ronds (elle s’appelle Bellecour pour ceux que ça intéresse). La Grand’Place est en effet un concept qui ne perdure que là où le ciel est bas et où le soleil brille peu.

Les auteurs de ce dictionnaire doivent bien l’avouer : ils ont eu du mal à trouver une origine bien précise de cette particularité nordiste. En fait, les Grand’Places étaient historiquement le centre névralgique des villes, dixit Wikipedia. Là, où on faisait le marché essentiellement. Bref, le lieu d’échanges par excellence, spacieux en opposition aux ruelles étroites du Moyen-Age. Pourquoi Grand-Place et pas Grande Place ? Là encore, on a d’abord séché et on s’est donc dirigé vers Wiktionary  qui nous dit : «Lexicalisation de place et grand qui en moyen français faisait, au masculin, grant (et se prononçait tel, prononciation qui nous est restée dans la liaison devant une voyelle → voir grand-oncle) et, au féminin, grand (et se prononçait comme le grande actuel, la graphie nous est restée dans des expressions figées comme grand-mère, grand-messe, etc.)». Si vous n’êtes pas trop bête, vous avez à peu près pigé la logique (et si vous voulez en savoir beaucoup plus, allez par ici). Sinon, passez votre chemin.

Tu dis Grand’Place ou Place du Général de Gaulle ?

Dans de nombreuses villes du Nord – Pas-de-Calais, on trouve des Grand’Places, lieux de rendez-vous par excellence pour aller boire un café, flâner aux alentours et dépenser l’argent de la semaine durement gagné. Souvent, les Grand’Places sont mêmes plutôt jolies, comme Lille ou Béthune (*) par exemple (mais la plus belle reste tout de même celle de Bruxelles, classée à l’UNESCO). Il est également intéressant de constater qu’elles ont toujours gardé ce nom contre vents et marées. En effet, après les guerres, un lobby eu la drôle d’idée de renommer quelques-unes des places centrales par le nom d’illustres inconnus, tels Foch, De Gaulle ou autres. Le Nordiste ayant la tête dure, la tradition a résisté : si vous pouvez écrire à La Voix du Nord, Place du Général de Gaulle à Lille, en indiquant Grand’Place, ça arrive aussi. Et sérieusement, quelqu’un de bien portant vous a-t-il déjà donné rendez-vous Place du Général de Gaulle dans la capitale des Flandres ?

A noter, signe évident de la décadence de notre époque (outre le fait que Weo ait baptisé l’une de ses émissions Grand’Place, mais ça, c’est une autre histoire) : un centre commercial de Grenoble s’appelle aussi Grand’Place avec deux places, dont une grande (évidemment). Si un pékin a du temps à perdre… à notre humble avis, il y a peut-être possibilité de les attaquer en justice pour contrefaçon.

(*) Grand’Place disposant d’une webcam… grâce à laquelle nous avions déjà espionné la ville, souvenez-vous…

Retrouvez toutes les définitions du Petit dico décalé du Nord – Pas-de-Calais.

2 Commentaires

  1. La Grand place a perdu son caractère populaire qu’elle avait dans les années 70.
    P Mauroy n’a eu de cesse de se rengorger et de transformer la grand place en lieu de prestige.

    Il ne faut pas oublier que plus aucun bus ni tramway ( trop popu) ne s’arrête Grand Place ni à la place du Théâtre. Et sous la grand place, ses delires “d’hypercentre” ( à ajouter au dico !) lui ont fait massacrer l’endroit pour y creuser le plus banal des equipements urbains )à savoir un parking . Ceci selon le slogan perimé depuis les années 30 de “no parking no business”.

    Consequence RIP pour tous les commerces popu de la Grand Place que nous avons connu, la Civette, des coiffeurs, les bistrots à 1 F le demi pression, le café de la Presse, le magasin la Cave ou on trouvait tout . Le seul qui survive, c’est la maroquinerie Elite avec un personnel 5 etoiles.

    Chez Zara, foufes en tous genres, c’etait le bar de l’Echo où nous pouvions au sortir du cinoche rue de Bethune nous retrouver au 1er etage egalement frequenté par les scribouillards de VDN tout proche.
    La serveuse Chef, Madeleine, nous autorisait à jouer du piano mais à minuit moins le quart, tout le monde dehors on ferme !

  2. Ni Grand’Place, ni Place du Général de Gaulle…
    Place de la Déesse !
    “On se donne rendez-vous à la Déesse”, c’est bien plus mignon, trouvez pas ?

Réagir à cet article

La rédaction de DailyNord modère tous les commentaires, ce qui explique qu'ils n'apparaissent pas immédiatement (le délai peut être de quelques heures). Pour qu'un commentaire soit validé, nous vous rappelons qu'il doit être en corrélation avec le sujet, constructif et respectueux vis-à-vis des journalistes comme des précédents commentateurs. Tout commentaire qui ne respecterait pas ce cadre ne sera pas publié. Evidemment, DailyNord ne publiera aucun contenu illicite. N'hésitez pas à avertir la rédaction à info(at)dailynord.fr (remplacer le "at" par "@") si vous jugiez un propos ou contenu illicite, diffamatoire, injurieux, xénophobe, etc.

Abonnez-vous à notre newsletter

Bienvenue dans la ville la plus étrange des Hauts-de-France

Elle pourrait loger 5 000 personnes, mais cette ville n'aura jamais d'habitants. Découvrez pourquoi.

Les tops DailyNord

Les Livres avec Eulalie

Contacter la rédaction

Ça se passe par là