L'autre information du Nord – Pas-de-Calais

Mickaël Landreau, Lille de beauté

Basses Chroniques des Hauts de France Par | 19 janvier 2013

Début décembre dernier, l’un des artisans du doublé de 2011 quittait le LOSC à la surprise générale. Il était intéressant pour les Basses Chroniques des Hauts de France de revenir sur le dossier Mickaël Landreau. Pas « bling-bling » pour un sou, toujours présent face aux médias quelles que soient les intempéries sportives, une régularité quasi métronomique, le club n’a pas perdu qu’un joueur brillant mais aussi une qualité humaine plutôt rare dans un milieu aussi surmédiatisé qu’aseptisé. Le personnage méritait ce petit détour.

Il y a des portes qui claquent avec fracas et d’autres ne laissant derrière elles que le bruit de la clenche. C’est un peu entre ces deux extrêmes que Mickaël Landreau a orchestré son divorce nordiste : calme mais résolu, il a pris son sac, s’en est parti non sans avoir dit ce qu’il avait à dire. En résumé qu’il se voyait pourtant finir sa carrière chez les Dogues sauf que le climat du club ne correspondait plus à sa météo des valeurs. Tout cela exprimé lors d’une conférence de presse qui coulait de source au vu de la stature du bonhomme, et sans laisser de traces de sang ou de fiel sur les murs. Il a -presque- tout dit et excepté Frédéric Paquet  (le Directeur Général adjoint administratif et sportif du LOSC), personne n’a pris cher dans son exposé des faits (pour vous forger votre opinion, revoir ce papier de l’Equipe.fr). L’atmosphère losciste lui pompait l’air, Landreau a décidé d’en changer. Pas plus difficile que cela. Trop simple semble-t-il pour son désormais ex-président Michel Seydoux, qualifiant la sortie de son joueur de « starisée » ajoutant « nous avions un accord qui prévoyait que chacun parte de son côté sans trop en dire, sans en faire trop » (à lire ici). Ben tiens ! Surtout quand on sait qu’il est de notoriété journalistique que la communication du LOSC est plus verrouillée qu’un RIB suisse. Et pour l’instant, on ne peut pas dire que la pléiade de départs depuis le titre (Hazard, Cabaye, Rami, Gervinho…) ait contrariée la culture d’entreprise plutôt feutrée du club. Landreau n’a pas dérogé en répondant par ailleurs à Seydoux «ne comptez pas sur moi pour “tailler” ou créer la sensation ». Avec des déclarations de ce calibre, le domaine de Luchin peut dormir tranquille. Un peu trop peut-être, vu les résultats actuels de l’équipe. La faute à Landreau ? Allez dire ça à Steeve Elana qui enchaîne les performances haut de gamme depuis son départ. Sans doute que l’ex-Nantais savait qu’il n’abandonnait pas l’équipe en laissant pour successeur le perdreau de l’année. Mais ces considérations sportives pourraient alimenter un débat de comptoir sans fin. C’est ce qui entretient encore la convivialité des bistrots.

Un DRH signe des deux mains

Quarante jours et des poussières plus tard, le champion de France 2011 a rebondi dans un club pour qui le maintien sera une victoire. Un joueur de cette valeur est-il fou d’avoir choisi l’asile corse ? Parce que sur le plan de la rémunération ou des structures, on peut avancer sans risque que Bastia n’était pas des mieux armé pour décrocher le pompon.

Mais pourquoi donc la Basse Chronique des Hauts de France s’épanche-t-elle sur ce Mickaël qui n’est même plus joueur lillois depuis plus d’un mois ? Un mois. Une éternité ! Vous avez le droit, lecteurs de vous poser cette question légitime. Eh bien tout simplement parce que ce départ tonitruant mais finalement lisse dans sa trame révèle l’aspect éminemment humain et assumé de ce personnage. Ou alors c’est un grand acteur. Décider de rompre un confortable contrat courant jusque 2014 et prendre congé avec trois mois de salaire (quand même!) pour toute transaction, n’importe quel DRH signe des deux mains. Surtout quand cela fait un gros salaire en moins pour un train de vie qui s’annonce moins royal (lire encore L’Equipe).

Mais plus que l’employé, c’est l’homme qui provoque le respect. Jusqu’aux vestiaires, Florent Balmont : « Ça nous a fait mal parce que c’est un joueur important qui est parti. Et ça fait plusieurs années que des joueurs avec une bonne mentalité s’en vont. Ce sont les aléas du football mais c’étaient vraiment des bons gars et je tenais à le dire » (L’Équipe). Balmont a-t-il reçu une amende pour ces propos que l’on peut qualifier de remise en question du bon fonctionnement de son entreprise, en tout cas c’est à s’y méprendre ? Partir la tête haute, conscience tranquille et avec le respect de (presque) tous ceux laissés derrière soi. Et sans histoires d’argent, ce qui de nos jours ne fait pas partie des mœurs du foot à moins d’être considéré comme une énigme. D’accord, son avenir financier, Mickaël Landreau en a certainement déjà assuré l’essentiel et il n’est absolument pas à plaindre sur ce plan là. Partir sans casseroles relève des gars réglos, abréviation populaire de régulier. Régulier dans ses performances, c’est aussi l’une des pierres fondatrices du personnage. Une carrière linéaire, sans parenthèses, sans blessure majeure ni suspensions répétées, c’est peut-être un peu de chance mais certainement pas du hasard. Il suffit de consulter son cv pour constater que la carrière du gardien international est un modèle d’excellence. Il devrait donc sans surprise effacer le vieux record du nombre de matches disputés en Ligue 1 détenu par Jean-Luc Ettori (602 contre 569 pour Landreau) à condition de figurer sur toutes les feuilles de matches de la saison prochaine. Ce sera peut-être avec Bastia, s’il prolonge son contrat de six mois, ou ailleurs. On entendra de toute façon parler de Mickaël Landreau pour ses performances voire, un jour, pour son inéluctable déclin mais certainement pas pour ses facéties ou états d’âmes.

Le LOSC perd plus qu’un joueur

Voià ce que le LOSC a perdu dans cette affaire, même s’il est acquis que dans l’histoire d’un club, les joueurs ne font que passer : un homme venu exercer au mieux sa passion mais soucieux d’évoluer dans un contexte en phase avec ses valeurs. Quand ce ne fut plus le cas et en dépit du privilège de jouer dans le stade le plus moderne de France, cet homme s’en est retourné s’épanouir ailleurs. Notre dernier papier sur l’état des lieux du LOSC avait fait réagir nos internautes. Le rappel du cas « Micka » démontre qu’une défaillance des résultats sportifs trouve souvent son origine dans les travers des relations humaines. Oui, le LOSC a perdu plus qu’un joueur. On ne trouve pas sous les crampons du premier footeux venu un talent doublé d’un référent dans le vestiaire et dans la vie. Droit dans ses bottes et même pas rancunier, Mickaël Landreau était de passage jeudi dans la métropole pour une opération commerciale et caritative (Le Parisien). Le professionnalisme combiné avec la sensibilité d’un citoyen investi dans une cause, la classe. Pouvait-on encore en douter ? Réjouissons nous, Landreau en Corse, c’est un peu de Lille de beauté qu’on exporte.

Retrouvez toutes les Basses Chroniques des Hauts de France

Ce contenu est © DailyNord. Si cet article vous intéresse, vous pouvez reprendre un extrait sur votre site (n’excédant pas la moitié de l’article) en citant bien évidemment la source. Si vous désirez publier l’intégralité de l’article, merci de nous contacter »

1 Commentaire

  1. Bravo Monsieur AVERLANT pour votre article

    Micka LANDREAU est un modèle pour tous les jeunes footeux, c’est un modèle sur le
    terrain et je ne doute pas qu’il batte le record d’ettori

Réagir à cet article

La rédaction de DailyNord modère tous les commentaires, ce qui explique qu'ils n'apparaissent pas immédiatement (le délai peut être de quelques heures). Pour qu'un commentaire soit validé, nous vous rappelons qu'il doit être en corrélation avec le sujet, constructif et respectueux vis-à-vis des journalistes comme des précédents commentateurs. Tout commentaire qui ne respecterait pas ce cadre ne sera pas publié. Evidemment, DailyNord ne publiera aucun contenu illicite. N'hésitez pas à avertir la rédaction à info(at)dailynord.fr (remplacer le "at" par "@") si vous jugiez un propos ou contenu illicite, diffamatoire, injurieux, xénophobe, etc.

POLITIQUE

EN ROUTE VERS LES DÉPARTEMENTALES ET RÉGIONALES

INFORMATIONS ESSENTIELLES, ANECDOTIQUES, DÉCRYPTAGES, ENQUÊTES, RÉVÉLATIONS, INDISCRÉTIONS, REBONDS DÉCALÉS... TOUS NOS ARTICLES S'INTÉRESSANT AUX FUTURES RÉGIONALES ET DÉPARTEMENTALES 2021 SONT PAR ICI ! ACCÉDER AU DOSSIER

NEWSLETTER DAILYNORD

Bienvenue dans la ville la plus étrange des Hauts-de-France

Elle pourrait loger 5 000 personnes, mais cette ville n'aura jamais d'habitants. Découvrez pourquoi.

Les + lus