L'autre information du Nord – Pas-de-Calais

Jean-Pierre Kucheida passe la main après 32 ans : quels sont les plus anciens maires en activité des grandes villes régionales ?

Petite histoire Par | 21 janvier 2013

Trente-deux ans : c’est le temps qu’aura duré le règne de Jean-Pierre Kucheida sur Liévin. Battu aux dernières législatives, prochainement présenté devant la justice, il a passé hier le relais à son adjoint, Laurent Duporge. Il était le recordman des maires en activité en terme de longévité dans les villes de plus de 30 000 habitants de la région.

L'hôtel de ville de Dunkerque abrite l'un des recordman de la région. Photo : DaffyDuke sur FlickR (*)

Le champion toutes catégories désormais ? Jacques Vernier, le maire de Douai. Elu… en 1983, il fête cette année ses trente ans de bail dans la mairie douaisienne et ne devrait pas rempiler. Deuxième sur le podium ? Gérard Caudron à Villeneuve-d’Ascq. Car même s’il n’était plus maire entre 2001 et 2008, il cumule entre 1977 et 2001, et depuis 2008,  29 ans de règne ! Troisième : l’inusable Michel Delebarre, qui a pris le beffroi de Dunkerque en 1989. On trouve ensuite quelques maires des principales villes régionales qui ont commencé à donner des ordres dans les années 90 : François-Xavier Villain, par exemple, à Cambrai depuis 1992, ou Guy Delcourt, à Lens, depuis 1998. Pour le reste, les carrières municipales à la fonction suprême ont souvent commencé dans les années 2 000, tandis que quelques vieux dinosaures ont déjà passé la main l’an dernier selon un principe que nous avions d’ailleurs dénoncé ici-même : Jean-Marie Vanlerenberghe, maire d’Arras de 1995 à 2012, ou encore René Vandierendonck, maire de 1994 à 2012 de Roubaix.

On vous a même fait gentiment le calcul de la moyenne de longévité des maires en poste à la tête des grandes villes régionales (plus de 30 000 habitants) : si on tient compte les différents changements qui ont eu lieu ces douze derniers mois (mairies d’Arras, Valenciennes, Roubaix, Boulogne-sur-Mer ont donc changé de main et ont des maires avec moins d’un an d’exercice), on arrive à 13,37 années de règne en moyenne ; si on ne tient pas compte des derniers changements (estimant que laisser sa place à un ou deux ans de la fin du mandat est juste une tactique électorale), on arrive là à 16,6 années. Soit plus de deux mandats.

Encore du boulot pour rattraper Carous

Parmi les grandes villes, nos maires actuels ont pourtant encore du boulot pour égaler quelques éléphants passés : ainsi, Jean-Jacques Barthe, le maire communiste de Calais, règnera pendant 29 ans en bord de mer (1971-2000). A tout seigneur, tout honneur, Pierre Mauroy prendra le relais d’Augustin Laurent en 1973, avant de passer le flambeau à Martine Aubry en 2001 : ce qui donne 28 ans. Mais le recordman du genre parmi les grandes villes régionales est sans aucun doute celui de Pierre Carous, qui précéda Jean-Louis-Borloo à Valenciennes :  élu de 1947… à 1988. Soit 41 ans à la tête des conseils municipaux !

Gageons néanmoins que de telles longévités se feront de plus en plus rares à l’avenir. Notamment avec les résolutions sur le cumul des mandats qui devraient inciter certains maires à bien choisir quel siège garder.

Dans les villes moyennes ou villages, on sait s’amuser aussi

Dans la catégories des villes de taille plus modestes, on trouve aussi des inusables : les Touquettois se souviennent forcément de leur cumulard dans le temps, Léonce Deprez. Maire de 1969 à 1995, il  n’en avait pas eu assez. Il avait donc récupéré sa mairie du Touquet de 2001 à 2008 (33 ans en tout). Mieux : Georges “Jojo” Donnez tiendra quelque 42 ans la mairie de Saint-Amand-les-Eaux dont les vertus conservatrices sont bien connues. Record imbattable ? Si, par le maire d’un petit village de moins d’un millier d’habitants, Mastaing.  Jean-Marie Huart est en poste depuis… 1971 ! Soit déjà 42 ans de mandat… alors que le renouvellement devant le suffrage universel n’est prévu que dans un an !

Mises à jour (avec vos commentaires)

Parmi les éléphants de la fonction locale, un lecteur nous signale aussi le cas de Jacques Villedary, maire de Noeux-les-Mines (12 000 habitants) depuis 1978… Soit 35 ans. Michel Pacaux à Frelinghien, en poste depuis 1971, est aussi un modèle de longévité, toujours en activité, tout comme Jean-Claude Quennesson, maire de Somain depuis 1977.

Il n’est plus maire mais a régné sur Armentières pendant quatre décennies : Gérard Haesebroeck. C’est son fils, Bernard, qui dirige aujourd’hui la ville. Non loin de là, à Lomme, Arthur Notebart est resté maire de 1947… à 1990, soit 43 ans. Encore mieux, à Ligny-lès-Aire, modeste commune de moins de 600 habitants, Valentin Pont, surnommé aussi Monsieur l’Sénateur, nous signale un internaute, vient de rendre son tablier cette année. Il était maire depuis 1965… soit 47 ans ! Sera-t-il rattrapé un jour par Gérard Vignoble, le maire de Wasquehal ? Sur Twitter, on nous fait part de notre oubli : celui qui mangeait parfois un peu trop au restaurant est élu sans discontinuer depuis 1977 (soit donc 36 ans)… et est d’ores et déjà candidat à sa propre succession en 2014.

Autre pro du mandat municipal, nous informe un lecteur : Raphaël Dufour, maire de 1942 à 1989 (47 ans…) de Vendin-le-Vieil (7 500 habitants) dans le Pas-de-Calais. A noter, et nous aurons l’occasion d’en reparler dans notre dossier dynastie la semaine prochaine, qu’il a transmis la mairie à son gendre, Didier Hiel, par ailleurs vice-président du Conseil Général du Pas-de-Calais, en 1989… lui-même toujours maire. Notre lecteur fait donc son calcul : plus de 70 ans d’une même mairie pour la même famille…

“Le bassin minier, ça conserve d’ailleurs”, nous écrit une lectrice. “Pas loin de Noeux-les-Mines: côté dynastie, la succession de Michel Vancaille (1983-2002) par François Lemaire le bien-nommé, son gendre (2002-2014) à Bully-les-Mines; en bonne voie pour la barre des trente ans, Bernard Urbaniak, maire de Mazingarbe depuis 1989, devrait remporter son prochain mandat sans problème vu l’absence d’opposition.”

(*) Crédit photo Texte et Une : DaffyDuke sur FlickR

A lire ou relire également : Mairies régionales, attention, passages de témoins !

Ce contenu est © DailyNord. Si cet article vous intéresse, vous pouvez reprendre un extrait sur votre site (n’excédant pas la moitié de l’article) en citant bien évidemment la source. Si vous désirez publier l’intégralité de l’article, merci de nous contacter »

9 Commentaires

  1. Noeux les Mines, toujours le même depuis 1978 aussi…

  2. le défunt Gérard Haesebroeck maire d’Armentieres pendant 40 ans de 59 à 99 !
    Et le fils Bernard a pris la relève en 2008…

  3. C’est moins le cumul que les mandats successifs sans discontinuer qui aboutissent à des situations ou une seule et même personne tient toutes les ficelles. A ce niveau, l’elu eternel perd tout sens de la realité.

    N’oublions que JPK reste president de la CALL… une de ces intercommunalités dont le fonctionnement est un scandale.

    Notebart a occupé la mairie de Lomme de 1947 à 1990.
    A noter aussi que les fils succèdent au père ou qu’ils prennent la mairie tandis que le père devient president de la communauté de communes ou d’agglo

  4. Merci pour vos commentaires et ajouts. N’hésitez pas à en rajouter, ce n’était qu’une première liste, essentiellement centrée sur les villes de plus de 30 000 habitants.
    Concernant les dynasties politiques, c’est justement l’objet d’un dossier qui va démarrer ces jours-ci sur DailyNord. A suivre.

  5. Bonjour DailyNord,

    Dans le Pas-de-Calais, à Ligny-lès-Aire, Valentin Pont – que tout le monde surnommait « Monsieur l’Sénateur » – a été maire de 1965 à septembre 2012 (et sa démission). 47 ans qui dit mieux ?

    Chr. Defrance, L’Écho du Pas-de-Calais

  6. On va avoir du mal à trouver mieux, en effet ! Lecteurs, n’hésitez pas à surenchérir !

  7. bonjour

    jean claude quennesson, maire de somain depuis 1977 soit 36 ans
    en esperant que ca se termine en 14

  8. Bonjour,

    Le bassin minier, ça conserve. Pas loin de Noeux-les-Mines: côté dynastie, la succession de Michel Vancaille (1983-2002) par François Lemaire le bien-nommé, son gendre (2002-2014) à Bully-les-Mines; en bonne voie pour la barre des trente ans, Bernard Urbaniak, maire de Mazingarbe depuis 1989, devrait remporter son prochain mandat sans problème vu l’absence d’opposition.

Réagir à cet article

La rédaction de DailyNord modère tous les commentaires, ce qui explique qu'ils n'apparaissent pas immédiatement (le délai peut être de quelques heures). Pour qu'un commentaire soit validé, nous vous rappelons qu'il doit être en corrélation avec le sujet, constructif et respectueux vis-à-vis des journalistes comme des précédents commentateurs. Tout commentaire qui ne respecterait pas ce cadre ne sera pas publié. Evidemment, DailyNord ne publiera aucun contenu illicite. N'hésitez pas à avertir la rédaction à info(at)dailynord.fr (remplacer le "at" par "@") si vous jugiez un propos ou contenu illicite, diffamatoire, injurieux, xénophobe, etc.

POLITIQUE

EN ROUTE VERS LES MUNICIPALES 2020

INFORMATIONS ESSENTIELLES, ANECDOTIQUES, DÉCRYPTAGES, ENQUÊTES, RÉVÉLATIONS, INDISCRÉTIONS, REBONDS DÉCALÉS... TOUS NOS ARTICLES S'INTÉRESSANT AUX MUNICIPALES 2020 SONT PAR ICI ! ACCÉDER AU DOSSIER

Abonnez-vous à notre newsletter

Bienvenue dans la ville la plus étrange des Hauts-de-France

Elle pourrait loger 5 000 personnes, mais cette ville n'aura jamais d'habitants. Découvrez pourquoi.

Les tops DailyNord

Les Livres avec Eulalie