L'autre information du Nord – Pas-de-Calais

Imbroglio au centre historique minier de Lewarde : l’artiste ne peut pas récupérer ses toiles

Petite histoire Par | 17 décembre 2012

Drôle de blocage du côté du centre historique minier de Lewarde. Bruno Gérard, artiste belge, veut y récupérer des toiles géantes qu’il a réalisées pour l’établissement. Problème : le musée ne veut pas démonter l’escalier pour sortir ces créations imposantes. L’affaire ira-t-elle jusque devant les tribunaux ?

L'une des oeuvres en question.

Artistes, on vous conseille de faire attention quand vous produisez des toiles pour le Centre historique minier de Lewarde. C’est en tout cas le conseil de Bruno Gérard qui se retrouve depuis un an face à une situation qu’il juge «ubuesque». « En 2011, le Centre historique minier m’a demandé de réaliser de grandes toiles de 360 cm sur 360 cm. In situ. Ce que j’ai accepté, car c’était une belle opportunité pour moi». Bruno Gérard produit donc les toiles qui sont exposées dans le cadre d’Esprit Mine du 1er juillet au 31 décembre 2011. « Le vernissage a eu beaucoup de succès.» L’exposition ferme ensuite ses portes, comme prévu. Deux possibilités s’offrent alors aux deux parties : soit Bruno Gérard récupère les toiles réalisées (et dont le matériel a été payé par le musée), soit le musée s’en porte acquéreur pour les garder au sein de l’édifice. « J »ai proposé une toile donnée pour une achetée. Ça faisait 40 000 euros au lieu de 80 000 au final. Le musée a refusé de les acheter, ce qui est son droit.»

On ne peut pas démonter l’escalier

Mais c’est après que le bât blesse. Logiquement, Bruno Gérard souhaite récupérer sa production. Or, depuis un an, on assiste à un drôle de blocage : les toiles se trouvent au premier étage de la salle d’extraction. Vu leur taille, il n’y a que deux solutions : soit les démonter – « ce qui les abîmerait » -, soit démonter un escalier pour les descendre. Impossible selon le musée, qui nous répond par communiqué que l’ « escalier métallique riveté qui fait partie intégrante du bâtiment de la machine d’extraction de la fosse Delloye, le tout étant classé Monument historique.» Avant d’ajouter : « L’artiste aurait dû prévoir dès leur conception l’enlèvement de ses œuvres dont il est propriétaire, comme l’ont fait les autres artistes pour leurs œuvres présentées dans l’exposition Esprit Mine.». En bref, Bruno Gérard est le seul responsable de la situation…

Selon le centre minier, l'escalier est impossible à démonter.

Un choix cornélien pour Bruno Gérard : laisser ses toiles gratuitement au Musée… ou les détruire

Des arguments que réfute l’artiste : « cet escalier pourrait être démonté. ça ne demande qu’une journée de travail. Mais nous sommes dans une situation complètement bloquée : aujourd’hui, je n’ai que deux solutions : soit je détruis mes oeuvres, soit le musée les garde sans bourse délier.» Une troisième voie existe  : Bruno Gérard et son avocat réfléchissent à entamer une action en justice pour récupérer les toiles de la discorde. Esprit de Sainte-Barbe, où es-tu ?

Ce contenu est © DailyNord. Si cet article vous intéresse, vous pouvez reprendre un extrait sur votre site (n’excédant pas la moitié de l’article) en citant bien évidemment la source. Si vous désirez publier l’intégralité de l’article, merci de nous contacter »

Réagir à cet article

La rédaction de DailyNord modère tous les commentaires, ce qui explique qu'ils n'apparaissent pas immédiatement (le délai peut être de quelques heures). Pour qu'un commentaire soit validé, nous vous rappelons qu'il doit être en corrélation avec le sujet, constructif et respectueux vis-à-vis des journalistes comme des précédents commentateurs. Tout commentaire qui ne respecterait pas ce cadre ne sera pas publié. Evidemment, DailyNord ne publiera aucun contenu illicite. N'hésitez pas à avertir la rédaction à info(at)dailynord.fr (remplacer le "at" par "@") si vous jugiez un propos ou contenu illicite, diffamatoire, injurieux, xénophobe, etc.

POLITIQUE

EN ROUTE VERS LES LÉGISLATIVES

INFORMATIONS ESSENTIELLES, ANECDOTIQUES, DÉCRYPTAGES, ENQUÊTES, RÉVÉLATIONS, INDISCRÉTIONS, REBONDS DÉCALÉS... TOUS NOS ARTICLES S'INTÉRESSANT AUX FUTURES LÉGISLATIVES 2022 SONT PAR ICI ! ACCÉDER AU DOSSIER

NEWSLETTER DAILYNORD

Bienvenue dans la ville la plus étrange des Hauts-de-France

Elle pourrait loger 5 000 personnes, mais cette ville n'aura jamais d'habitants. Découvrez pourquoi.

Les + lus