DailyUne Par | 09H22 | 17 novembre 2012

Roms : à Hellemmes, le village d’insertion passe au forceps

Roms. Suite mais pas fin. Il y a quelques semaines, nous revenions sur les derniers évènements ayant émaillé l’actualité sur la question des Roms dans la métropole. A Hellemmes, l’implantation d’un village d’insertion sur le parc Engrand cristallise les tensions entre pro et anti Roms. Pétitions, blocage des travaux, associatifs et riverains immédiats s’opposent tandis que dans la salle chauffée du conseil municipal, mardi, on demandait une considération plus globale du problème.

Article proposé par Vincent Fourniquet (*)


Frédéric Marchand, le maire socialiste de la commune d’Hellemmes, l’a martelé mardi soir au conseil communal qui s’est tenu dans la salle des Acacias, comble pour l’occasion. Le projet consiste à installer 5 caravanes dans le parc Engrand, pour y accueillir 5 familles Roms. Actuellement en situation d’extrême détresse dans la métropole, ces familles sont abritées sous des tentes près de l’église Notre-Dame-des-Victoires. Problème, l’opposition politique et un certain nombre de riverains hostiles au projet reprochent au maire une prise de décision unilatérale, sans concertation.

Suite à l’incursion houleuse d’opposants vindicatifs lors du précédent conseil (voir la vidéo de Nord Eclair), deux policiers avaient été placés à l’entrée de la salle des Acacias pour dissuader sans doute toute nouvelle prise à partie verbale ou physique à l’encontre de l’édile menacé. Pas de débordement, donc, mardi soir, mais des questions posées sur la gestion hasardeuse de la situation des Roms, et un discours qui globalement, évolue enfin vers des considérations plus globales sur la pauvreté et la mise à l’écart de la société.

A Hellemmes, qui s’oppose à quoi et pourquoi ?

La question Roms à Hellemmes est l’occasion d’une vraie bataille rangée. D’un côté, on retrouve le maire d’Hellemmes, Frédéric Marchand et les associations de soutiens aux Roms, tel  que le collectif hellemmois créé spécialement pour le projet, épaulé par  Roms Europe ou Solidarité Lille Roms. Ce collectif effectue un travail essentiel de suivi et de médiation sur le terrain, en tractant au devant des habitants et en jouant «le rôle d’air bag ou de tampon entre habitants et Roms», explique Romain, l’un de leurs représentants. Le collectif va même plus loin : dimanche, il a interpellé les principaux élus de la région (Aubry, Kanner, Percheron), comme il avait alerté le ministre de l’Intérieur, Manuel Valls, quelques jours auparavant, pour qu’il apporte son soutien au maire.

De l’autre côté, se trouvent des riverains et commerçants Hellemmois, Monsois et Villeneuvois, qui se sont eux aussi constitués en collectif pour l’occasion (le village sera situé au carrefour des trois communes). Exaspérés, ils fustigent essentiellement l’absence de concertation et de « dialogue républicain ». Ils ont porté sur le bureau de Frédéric Marchand leur pétition ayant reçu plus de 1000 signatures.

Reste que les associations qui soutiennent le projet ne donnent pas forcément leur blanc-seing à l’action de Frédéric Marchand. L’absence de communication de la mairie, selon eux, est loin de leur faciliter la tâche. Une attitude susceptible de « mettre le feu aux poudres », pour Bruno Mattei, représentant du collectif Solidarité Roms Lille.

Un village aux fondations fragiles ?

Si la décision passe en force, que se passera-t-il pour les Roms ? Dans les rues d’Hellemmes, samedi midi,  la plupart des personnes interrogées étaient contre le projet (écouter nos différents microtrottoirs ici ,et encore là ou voir ci dessous).  Un sentiment d’injustice de l’accès à la solidarité se fait clairement ressentir : « Pourquoi ne fait-on rien pour les jeunes Hellemmois en galère alors qu’on aide ainsi les Roms ? ».

Différents avis d’Hellemmois (sons) :

Jeudi, alors que les travaux d’installation du village d’insertion ont commencé dans le parc Engrand, les opposants se sont massés là pour empêcher l’avancée des travaux. Ils ont été délogés dans le calme relatif par les forces de l’ordre dans l’après-midi.

Vendredi matin, deux ouvriers préparaient le coulage d’une dalle en béton sur le futur emplacement des caravanes. Le projet de Frédéric Marchand semble finalement sur le point d’aboutir, mais un océan d’incertitudes le sépare encore de son hypothétique succès.

Comment se passera la cohabitation ? Le campement sera-t-il une véritable transition vers l’insertion suivi d’effets concret ?

Pourquoi toujours dans les communes populaires ?

Nabil El Haggar, conseiller communal, membre du collectif «Les gens d’Hellemmes» (et vice-président de Lille 1), s’il est favorable au projet, fustige la forme dans les grandes largeurs. Il dénonce la « manière et la légèreté des procédés politiques qui est inacceptable », montrant du doigt un dérèglement républicain qui consiste à nier la possibilité d’une véritable intégration pour ces populations. Et d’interroger : pourquoi n’y a-t-il pas une mise en place de moyens généraux dédiés au mal logement sans distinction ethnique ? Et pourquoi choisit-on toujours des quartiers populaires pour ce type de projets, en niant cette fois la possibilité de mixité sociale ? « Les populaires avec les populaires, la République, ce n’est pas ça», tente d’expliquer Nabil El Haggar, qui prônerait, lui, « une politique juste et équitable prenant en compte le suivi social aux SDF, aux Roms, sur l’ensemble des territoires de la LMCU et pas seulement dans les quartiers ouvriers ». Un point de vue relayé en partie par les élus EELV et communistes, ainsi que par le maire d’Hellemmes, exprimant leur regret que des communes telles que Bondues, Croix ou Mouvaux n’accueillent pas de village d’insertion ?

Hellemmes est donc toujours déchirée sur la question de ce village d’insertion. Mardi, lors de la réunion, Sylvain Petit, chargé de la culture, essayait de faire passer un message, plein de verve : « La commune s’est bâtie sur l’immigration : les flahutes, les ritals, les polaks, les arabes, les autres étrangers qui sont venus depuis les débuts de l’industrialisation… Etre hellemmois, c’est se rappeler que ceux là, que l’on présentait comme des barbares, impossibles à assimiler, se sont finalement intégrés, par la solidarité ouvrière, par les partis de gauche, les organisations chrétiennes, ces groupes jouent toujours ce même rôle, pour aider les plus humbles, qu’ils soient chômeurs ou étrangers, en n’écoutant pas, ce que chantait Brassens, ces imbéciles heureux qui sont nés quelque part».

Quelle cohabitation ?

L’hiver approchant, déjà annoncé par la chute des températures (2 ° jeudi matin à Hellemmes), la considération du mal-logement des sans-abris et des Roms, sera-t-elle élargie de fait par des discours forts, et suivie d’effets ? Laissera-t-on s’installer durablement un sentiment de hiérarchisation de la solidarité, créant des sentiments d’injustice ? A Hellemmes pour le moment, les cinq caravanes devraient être installées dans le courant de la semaine prochaine, un service de sécurité devrait certainement les accompagner. Autant dire que la cohabitation semble bien mal engagée.

(*) Article proposé par un journaliste extérieur à la rédaction de DailyNord. Avec un autre journaliste, Foulques Delbar, Vincent Fourniquet suit au long cours la question “roms” dans la métropole lilloise Ils devraient d’ailleurs créer un blog d’actualités consacré à la métropole lilloise d’ici peu (et nous aurons l’occasion de vous l’annoncer).

Retrouvez également leur premier article :

Roms à Lille : mais que se passe-t-il donc depuis le mois d’août ?

4 Commentaires

  1. Tout comme son prédécesseur M Marchand accepte d’être la courroie de transmission du dogme Aubrisien des villages d’insertions.
    Est ce les médias se trouvent ils en manque d’idées ? si le choix des verts et des PS est d’aider les roms pourquoi le faire de cette manière , pourquoi mépriser et ignorer les conséquences de leurs décisions d’implanter ces horreurs de bungalows , personne n’en veut à coté de chez luio ou au bout de son jardin … c’est une véritable agression !!! .
    Enfin n’y a t il pas des résidents français en plus forte détresse, des travailleurs pauvres, des femmes seules,expulsés .. marre de la Roumanie qui exporte sa misère, qui devient un véritable business avec tours opérators roumains qui aménent encore et encore plus de roms .
    A quand la lumière sur le financement des associations pro roms ? on comprendra alors tout leur intérêt à voir encore et encore plus de roms
    Jusqu’à quand cet angélisme ? un jour cela va exploser

  2. Un reportage vient d’être réalisé sur les familles qui vivent sous tente à côté de l’église Notre-Dame des Victoires : http://hellemmes-roms.org/blog/2012/11/ils-verront-des-etres-humains/

    Certaines de ces familles devraient pouvoir venir au village d’insertion d’Hellemmes.

  3. Je mets en copie le site du collectif des riverains Engrand. http://www.collectif-engrand.fr/
    Je ne suis qu’un simple citoyen qui s’est rapproché du collectif pour crier son mécontentement et son incompréhension.

    Cette situation est scandaleuse. Il s’agit ni plus ni moins d’une destitution des droits des français au profit d’une population étrangère.
    Je ne parle pas de racisme, ni de xénophobie ou encore de fascisme comme on a pu qualifier les anti-roms mais uniquement de citoyenneté.
    Est-ce la faute des français si cette population vit dans la misère ? Est-ce à nous d’accueillir toute la misère du monde ? Je pense que chacun trouvera la réponse en son âme et conscience. Pour ma part, je suis président d’une association à but non lucratif, orienté vers la musique et la culture. Je suis scandalisé par les propos de certains membres des associations de soutien au rom, notamment par le collectif “Soutien aux roms d’hellemmes”. Ce n’est pas digne d’association de stigmatiser des gens au profit d’autres !

    Au délà du fait que l’on écrit sans cesse “Roms” avec une majuscule et français avec une miniscule (détail de forme certes, car les nationalités ne prennent pas de majuscule) cela en dit long sur la réflexion de ces “bon samaritains” qui se trouvent une vocation et se donne bonne conscience, le temps de quelques mois et retournerons à leur vie bien paisible, loin de tout ce vacarme une fois leur BA accomplie.
    Il suffit de lire sur la page d’accueil: “Les anti-Roms ne sont pas représentatifs des habitants d’Hellemmes, et ils ont sali l’image de notre ville et de notre région. Nous souhaitons la bienvenue à ces familles !”

    N’est ce pas là, une preuve tangible de la culpabilisation du citoyen et de la victimisation de l’étranger ? Pourquoi faire passer les gens pour ce qu’ils ne sont pas ? A lire ces collectifs, nous semblons être une bande de dégénéré fasciste, prêt à scander des slogans haineux et utiliser la force pour se rendre justice.
    Certes, il y a eu débordement avec le Maire – qui connaissait bien ceux qui l’ont prit à parti – mais PERSONNE je dis bien personne du collectif du parc Engrand n’a fait part d’une telle animosité. Nous avons même décidé de rester devant le parc, lieu de la manisfestation. Et pourtant, on nous met tous dans la case fasciste. Je note au passage qu’aucun de mes commentaires sur les sites de soutiens aux roms ne sont publiés, ils ont pourtant la même teneur que celui que j’écris aujourd’hui. Alors, qui sont les fascistes?

    Restons factuel. Nous ne pouvons accueillir toute la misère du monde. La population rom, bien que misérable, posent beaucoup de problème de santé et d’ordre public. Cette population, vit dans des caravanes et des bidonvilles. La France, a pour peuple un peuple qui vit dans des maisons et des appartements. Donnons alors à ces gens des appartement et des maisons (sans traitement de faveur, à comparé aux 500 demandeurs de logements sociaux à Hellemmes qui se font passer devant, préférence étrangère oblige). Puisqu’il parait difficile de le faire, renvoyons les chez eux et poussons les gouvernements Roumains et Bulgares à intégrer leurs propres citoyens, plutôt que de leur faire croire que des mini-ghettos du type “village d’insertion” soient une solution.

    Alors je le dis simplement: prenons nos responsabilités et disons à ces gens que nous ne pouvons PAS les accueillir.
    Je le dis tout aussi clairement: la misère, c’est le fond de commerce de “Romeurope” “Soutien aux roms d’Hellemmes” “Atelier solidaire” etc…
    Les citoyens ne sont pas dupes.

    La vérité finira par éclater.

  4. Le Nord a suffisamment d’énormes problèmes comme cela. Les Roms, ce ne sont pas les élus privilégiés qui les subissent. Dans les transports, et à proximité des lieux de résidence. Combien cela va-t-il coûter encore en impôts supplémentaires, et pour quel profit ?? Combien de voyous en plus ? Ras-le-bol de l’idéologie des droits de l’homme, dans un pays qui chute, et notamment à cause de cela… Que les élus irresponsables, sous l’influence d’associations qui représentent 0.5% de l’opinion, arrêtent enfin avec la démagogie… !!!

Réagir à cet article

La rédaction de DailyNord modère tous les commentaires, ce qui explique qu'ils n'apparaissent pas immédiatement (le délai peut être de quelques heures). Pour qu'un commentaire soit validé, nous vous rappelons qu'il doit être en corrélation avec le sujet, constructif et respectueux vis-à-vis des journalistes comme des précédents commentateurs. Tout commentaire qui ne respecterait pas ce cadre ne sera pas publié. Evidemment, DailyNord ne publiera aucun contenu illicite. N'hésitez pas à avertir la rédaction à info(at)dailynord.fr (remplacer le "at" par "@") si vous jugiez un propos ou contenu illicite, diffamatoire, injurieux, xénophobe, etc.

Les articles de DailyNord les...

Bienvenue dans la ville la plus étrange des Hauts-de-France

Elle pourrait loger 5 000 personnes, mais cette ville n'aura jamais d'habitants. Découvrez pourquoi.

Les vraies raisons de la baisse de fréquentation du Louvre-Lens

Baisse de fréquentation, impacts économiques limités sur le Lensois, DailyNord a enquêté sur le Louvre-Lens. Une enquête en trois volets à consommer sans modération.

Comment le Conseil régional compte affaiblir les associations écologistes

Baisse de subventions ou coupures sans préavis, DailyNord révèle comment le Conseil régional des Hauts-de-France a l'intention d'affaiblir les associations qui gravitent autour de l'écologie et de l'environnement. Retrouvez notre enquête.

Pour ne plus jamais louper un excellent article de DailyNord

L’unique et le seul dictionnaire officiel du Nord – Pas-de-Calais

Retrouvez toutes les définitions du Petit dico décalé du Nord - Pas-de-Calais

Les livres avec Eulalie

Mais qu’est-ce que vous êtes en train de lire ?

>>> Découvrez le DailyProjet

Partenaire