L'autre information du Nord – Pas-de-Calais

Le petit dico décalé du Nord-Pas-de-Calais : une cayelle

Le Petit Dico décalé du Nord - Pas-de-Calais Par | 25 novembre 2012

Ah les jeunes générations l’ont certainement oublié mais le petit dico dominical de DailyNord est justement là pour nous le rappeler. Cette semaine, on plonge dans le patois régional. Avec une exploration du mot  cayelle, un objet que tout le monde connaît. 

Une Cayelle. Des Flandres en plus.

C’est très utile. Tellement utile qu’il y en dans toutes les maisons du Nord-Pas-de-Calais. J’ai nommé une « cayelle » (aussi écrit caïelle). Ché jeunes ne savent plus ce que ça signifie mais tous les ch’tis (voire même les Picards) qui parlent et/ou comprennent le patois, savent que c’est… une chaise.

D’où l’expression, « prends donc une cayelle », qui veut dire « assieds-toi, installes-toi et fais comme chez toi » quand on accueille un invité à la maison. Ou alors « ravise à pas te prendre une cayelle su’tête », qui implique que vous avez fait un truc que vous n’auriez pas dû faire. « Ameute de ne pas querre de ta cayelle », ou autrement dit, ne pas choir inopinément de son séant en cas d’abus de genièvre de houlle. Après, toutes les fantaisies sont permises : jeu de cayelles musicales, avoir le cul entre deux cayelles, en tomber de sa cayelle…

Mais où sont donc passés les “ch’rempailleux de cayelle” ?

Avant, les cayelles avaient aussi l’avantage de fournir beaucoup de boulot. C’était même un métier de rempailler toutes les chaises. Des « ch’rempailleux de cayelle » passaient dans les rues, service à domicile pour remettre de la paille sur les assises. Mais que voulez-vous, un Suédois est passé par là (Ikea pour ceux qui sont longs à la détente) et désormais, les « rempailleux de cayelles » sont au chômage. Même en matière de justice, on trouvait des cayelles, comme la « cayelle à batilloire », comme à l’entrée de l’église de Verquigneul dans le 6-2, littéralement la chaise de justice ou de bataille, puisque batiller, ça signifie se battre en patois. Et c’est sur cette « cayelle » qu’on annonçait qui avait gagné, pour du vrai comme pour du faux.

Cayelle aurait des origines espagnoles puisque nos lointains cousins (ou nos anciens envahisseurs) appellent aussi une chaise « caïella ». Mais bon, ça c’est une autre histoire.

Bon à savoir : on peut aussi faire des cayelles avec les bouchons de Trois Monts ou de Duvel (ben oui, le champagne ne coule pas forcément à flots dans notre région).

Retrouvez toutes les définitions du Petit dico décalé du Nord – Pas-de-Calais.

Ce contenu est © DailyNord. Si cet article vous intéresse, vous pouvez reprendre un extrait sur votre site (n’excédant pas la moitié de l’article) en citant bien évidemment la source. Si vous désirez publier l’intégralité de l’article, merci de nous contacter »

4 Commentaires

  1. Chère Gaetane,
    Faut vraiment faire votre éducation. On dit pas « prends donc une cayelle » mais prin eune cayele (tchiot, gros ou biloute selon l’humeur ou la situation du moment). De même que « Ameute de ne pas querre de ta cayelle ». Ameute? Jamais intindu parler. In dirait plutôt “abstienteu e’d pas querre ded’t cayelle”. Bon, facile de donner des leçons -surtout à une girondine- mais je voudrais profiter de l’occasion pour développer l’expression “querre”. Elles sont nombreuses. In peut querre de s’cayelle (en gros tomber de l’armoire) comme in peut comp querre ses étrennes (aller chercher sa récompense ou sa punition. Dans le pire des cas cela vaut les assises….) mais aussi “querre” dans le sens d’aimer: “mi j’ta querre”. Martine Aubry nous a sorti du “care”, vous en souveniez vous? Ben oui tout le monde l’a oublié. Utilisez el’ cayelle pour l’abattre sur e’m tiete…..

  2. Deux remarques sur le mot cayelle:
    on ne dit les “ch’rempailleux” mais simplement ch’rempailleux car le ch lillois ou picard est simplement l’article lui même. On dit ch’ pour le, la ou les. Les “ch’rempailleux ” est dont un beau pléonasme devenu courant, hélas, chez tous ceux qui redécouvrent le patois ou chez les Français quand ils se moquent de nous.
    Secondement, il n’y a jamais eu l’ombre d’un Espagnol dans la région puisque nous sommes devenus “espagnols” par Charles Quint né à Gand et parlant flamand. C’est une affaire de généalogie et pas du tout de conquête militaire. Une légende à laquelle il faut tordre le coup violemment. Cayelle vient comme le mot espagnol de la même racine commune latine cathédra, la chaise qui a donné cathédre en français et cathédrale car c’est là qu’était le siège où s’asseyait l’évêque.. En fait, notre seul envahisseur à avoir laissé des traces dans toute la France et l’Espagne d’ailleurs aussi, c’est Jules César et ses successeurs.

  3. Ma réponse va passer à la trappe mais tant pis il faut que je réagisse à l’article daté de…..novembre 2012!
    Ne devrait-on pas dire ” Mais où sont passés ché rampailleux d’cayelles” plutôt que “les ch’rampailleux”?
    Moi il semble bien que si.
    Voilà Voilà…..Mais j’aimerais bien avoir un avis….

  4. Vous avez certainement raison ! A relire les commentaires ci-dessous, je m’en vais de ce pas réviser mon ch’ti. Et l’histoire du Nord-Pas-de-Calais par la même occasion !

Réagir à cet article

La rédaction de DailyNord modère tous les commentaires, ce qui explique qu'ils n'apparaissent pas immédiatement (le délai peut être de quelques heures). Pour qu'un commentaire soit validé, nous vous rappelons qu'il doit être en corrélation avec le sujet, constructif et respectueux vis-à-vis des journalistes comme des précédents commentateurs. Tout commentaire qui ne respecterait pas ce cadre ne sera pas publié. Evidemment, DailyNord ne publiera aucun contenu illicite. N'hésitez pas à avertir la rédaction à info(at)dailynord.fr (remplacer le "at" par "@") si vous jugiez un propos ou contenu illicite, diffamatoire, injurieux, xénophobe, etc.

POLITIQUE

EN ROUTE VERS LES MUNICIPALES 2020

INFORMATIONS ESSENTIELLES, ANECDOTIQUES, DÉCRYPTAGES, ENQUÊTES, RÉVÉLATIONS, INDISCRÉTIONS, REBONDS DÉCALÉS... TOUS NOS ARTICLES S'INTÉRESSANT AUX MUNICIPALES 2020 SONT PAR ICI ! ACCÉDER AU DOSSIER

Abonnez-vous à notre newsletter

Bienvenue dans la ville la plus étrange des Hauts-de-France

Elle pourrait loger 5 000 personnes, mais cette ville n'aura jamais d'habitants. Découvrez pourquoi.

Les tops DailyNord

Les Livres avec Eulalie