L'autre information du Nord – Pas-de-Calais

La fiction de la Basse chronique des Hauts de France. Salengro-Salengro, confit de générations ou de Lille à Groland (suite et fin)

Basses Chroniques des Hauts de France Par | 03 novembre 2012

Le Lensois Christophe Salengro est mort mais plus pour longtemps… Pris en charge au paradis par l’illustre Roger Salengro, maire de Lille et ministre de l’Intérieur sous le Front populaire, Christophe lui décline son activité terrestre : acteur-danseur et président du Groland. La fonction décontenance le Roger, un peu déconnecté des affaires du XXIe siècle. Suite et fin de cette rencontre dont seul Dailynord a l’exclusivité (pour relire la précédente, c’est ici). Avec plein d’éléments véridiques dedans.

Crédit photo Christophe Salengro : Arnzud (alias Christophe Dequidt)

C’est Christophe qui reprend donc la parole.

-Le Groland, c’est un pays fictif qu’on a inventé avec une bande de potes. De la déconne quoi.

-Ah ouais, une fable en quelque sorte, c’est ça ?

-Oui et non, c’est une émission de télévision.

Roger Salengro lève les yeux au ciel (si l’on peut dire…)

-La télévision, les nouveaux venus de ces dernières décennies ne parlent que de ça ! Et faut voir la gueule qu’ils tirent quand on les avertit qu’ici il n’y en a pas. Elle existait déjà de mon temps, j’ai vu la création de la Compagnie générale de télévision, j’ai même aperçu les premières émissions en 32, « Paris télévision » ça s’appelait.

Du haut de ses presque deux mètres, Christophe Salengro souffle :

-C’est vrai que ça a un peu changé depuis…

-Finalement, tu n’es qu’un saltimbanque, un artisss !

-C’est ça, j’ai été danseur, j’ai effectué en tenue cosmique, et en alexandrins s’il vous plait, la présentation des équipes aux Jeux d’hiver d’Albertville ( et ). J’ai tourné pour le cinéma. Avec Yves Boisset d’ailleurs qui a réalisé un film sur votre affaire…

Les ailes du ministre de Léon Blum se mettent à battre anormalement vite. Il fouille de toute urgence dans son aube pour en sortir un Lexomil qu’il avale à sec.

-Je sais, celui qui jouait mon rôle (Bernard-Pierre Donnadieu) est arrivé ici il y a deux ans. Il m’en a touché un mot mais sans plus, je ne veux pas savoir. D’abord, tu trouves qu’il me ressemble ? Et puis pourquoi soulever encore cette merde ?

-Mais voyons, c’est en grande partie pour cela que des salles, des places, des rues portent votre nom.

-Ouais mais quand t’es mort, au niveau des royalties c’est comme garder ton pognon, tu l’emportes pas dans ton cercueil. Et puis j’ai rien demandé.

 Le gaz public plutôt que le gaz moutarde

Tentant de retrouver un semblant de calme il poursuit.

-Gringoire, L’Action Française, cet enfoiré d’Henri Becquart*… Ils voulaient ma peau ils l’ont eue. M’accuser de lâcheté devant l’ennemi, moi ! Ces félons auraient préféré me savoir gazé dans les tranchées. Je leur ai au moins offert le plaisir de me gazer moi même. Et pas avec le gaz moutarde des Schleus mais par celui du service public.

Christophe Salengro esquisse un sourire en coin.

-C’est bien, vous avez gardé le sens de l’humour…

-Pffff ! Depuis le temps, j’ai le dos large. Quand des crétins manipulés te crachent à la gueule, quand tu dois monter au créneau pour défendre les résolutions du Front Populaire, valoriser les accords de Matignon, et même ramener les mineurs à la raison, vaut mieux pas sortir de Médrano !

Son homonyme l’écoute tout en lissant ses ailes qui décidément lui plaisent beaucoup.

-Et sais-tu que, quand j’ai décidé de faire le grand saut, j’avais exactement le même âge que ma chère femme Léonie à sa disparition, 45 ans, cinq mois et dix-huit jours.

Et son interlocuteur de lâcher de sa voix nasillarde et flegmatique :

-Waouw !

-Ouais bon, parle moi un peu de ton Grogland.

-Groland ! C’est une présipauté situé quelque part à l’est, sa devise est « Joie, hospitalité, lâcheté » et j’en suis le président autoproclamé à vie.

Le vieux lion socialiste secoue la tête.

-N’importe quoi !

« J’aurais pu me présenter aux élections françaises de 2007 »

-Moi au moins, pendant vingt ans, j’avais la main sur tout et en premier lieu les médias. C’est pas eux qui m’auraient poussé au suicide.

-Devait être belle votre politique !!

-Mais c’est de la fiction bon dieu. Il s’arrête net, lève la tête. Oups ! Pardon. Et de reprendre : De la fic-tion ! On faisait n’im-por-te quoi, c’est ça qui était génial parce que souvent on ne parodiait plus mais on ne faisait que reproduire les vraies conneries des vrais politique.

Roger prend sa voix de stentor.

-La politique c’est sérieux jeune homme !

Christophe le toise de toute sa taille et lui assène malicieusement :

-Jeune homme ? D’abord je suis mort plus vieux que vous. La polique c’est sérieux ? Si vous saviez tous ces Français affichant le GRD de Groland à l’arrière de leurs voitures. Et puis en 2007, j’aurais pu me présenter aux élections présidentielles françaises, nous avions les signatures. Et toc !

La tête entre les mains, Roger est consterné.

-Quelle pantalonnade ! Est-ce cela l’héritage que nous avons laissé sur terre ?

Christophe sifflote en regardant ses ongles. Il ne préfère pas en rajouter. De peur que Roger ne se suicide une deuxième fois.

-J’ai pourtant l’esprit large. Dans ma jeunesse j’avais fondé un groupe d’étudiants utopistes à Lille. Mais au fait, toi tu es de Lens !

-Ouais, mon père y était pharmacien, j’ai fait mes études au lycée Saint-Paul. À l’époque, c’était la risée de l’Académie, maintenant c’est l’un des meilleurs établissements de France. Marrant non ? Mais bon, tout cela est loin, c’est pas les pèlerinages là bas qui ont usé mes semelles.

Roger tique, nostalgique.

-Ah Lille ! J’y suis né, j’y suis mort, j’ai dirigé la ville, ma ville… Et puis… On m’a dit qu’ils étaient plus d’un million à mes obsèques.

-Maintenant il n’y a plus que la braderie qui attire autant de monde à Lille…

Il est tout près de lui claquer une beigne le Roger qu’arrive Saint-Pierre, affolé et visiblement très penaud.

-Christophe Salengro ?

-Lui même.

-Vous retournez sur terre, on vous a confondu avec un homonyme, quincailler dans le Poitou, sa femme l’a sauvagement tué à coups de confiturier. Vous savez, l’administration, sur terre comme au ciel, c’est un joyeux foutoir.

-Youhou !

Et avant de s’éclipser, Christophe Salengro se retourne vers Roger, les bras écartés, criant et hop ! (les explications ici)

Roger n’a pas compris la feinte mais bon. Il commençait à lui être sympathique ce Lensois.

-Bah, de toute façon on se reverra un jour. Ça c’est incontestablement sûr !

Puis il regarde sa montre.

-Houla ! Mais je vais rater ma séance d’aqua-gym avec Blum moi !

 Fin

* Député du nord de 1936 à 1940, l’un des principaux artisans de la cabale contre Salengro.

Retrouvez le premier épisode :  La fiction de la Basse chronique des Hauts de France. Salengro-Salengro, confit de générations ou de Lille à Groland (1)

Pour en savoir plus sur Roger Salengro, c’est ici.

Pour en voir plus sur Christophe Salengro, c’est et puis là aussi.

 Retrouvez les précédentes Basses Chroniques des Hauts de France

Ce contenu est © DailyNord. Si cet article vous intéresse, vous pouvez reprendre un extrait sur votre site (n’excédant pas la moitié de l’article) en citant bien évidemment la source. Si vous désirez publier l’intégralité de l’article, merci de nous contacter »

1 Commentaire

  1. Tout bonnement excellent!!

Réagir à cet article

La rédaction de DailyNord modère tous les commentaires, ce qui explique qu'ils n'apparaissent pas immédiatement (le délai peut être de quelques heures). Pour qu'un commentaire soit validé, nous vous rappelons qu'il doit être en corrélation avec le sujet, constructif et respectueux vis-à-vis des journalistes comme des précédents commentateurs. Tout commentaire qui ne respecterait pas ce cadre ne sera pas publié. Evidemment, DailyNord ne publiera aucun contenu illicite. N'hésitez pas à avertir la rédaction à info(at)dailynord.fr (remplacer le "at" par "@") si vous jugiez un propos ou contenu illicite, diffamatoire, injurieux, xénophobe, etc.

POLITIQUE

EN ROUTE VERS LES DÉPARTEMENTALES ET RÉGIONALES

INFORMATIONS ESSENTIELLES, ANECDOTIQUES, DÉCRYPTAGES, ENQUÊTES, RÉVÉLATIONS, INDISCRÉTIONS, REBONDS DÉCALÉS... TOUS NOS ARTICLES S'INTÉRESSANT AUX FUTURES RÉGIONALES ET DÉPARTEMENTALES 2021 SONT PAR ICI ! ACCÉDER AU DOSSIER

NEWSLETTER DAILY NORD

Bienvenue dans la ville la plus étrange des Hauts-de-France

Elle pourrait loger 5 000 personnes, mais cette ville n'aura jamais d'habitants. Découvrez pourquoi.

Les tops DailyNord

Les Livres avec Eulalie

AR2L - Agence Régionale du Livre et de la Lecture