L'autre information du Nord – Pas-de-Calais

Jean-Louis Borloo avance ses pions

Réflexions Par | 02 octobre 2012

Flash-back. Borloo-le-défroqué avait lâché Bayrou, candidat centriste au trône, en 2002, en pleine campagne présidentielle, pour rejoindre un Chirac doutant. Nous étions au début de l’année et la gauche ne voyait pas arriver la grande débandade de son champion Jospin. Dix ans plus tard, Bayrou le réfractaire rejoindra-t-il la nouvelle confédération centriste tout juste portée sur les fonts baptismaux par l’archevêque du parti radical et Valenciennois d’adoption Jean-Louis Borloo ? Analyse et questions, notamment dans la conjoncture régionale.

En créant son union des démocrates et des indépendants, Borloo sait que l’aventure ne sera pas évidente. Un baptême entouré ne fait pas un enfant docile et vigoureux. La nature politique ayant horreur du vide, l’ancien ministre de Chirac et Sarkozy occupe le centre droit laissé vacant par les revers – cuisants- de François Bayrou à la présidentielle et aux législatives. A un démocrate-chrétien qui fut un vigilant et prudent  gardien du dogme de la laïcité (il n’a jamais oublié son bizutage  – réforme de la loi Falloux – quand il était ministre de l’éducation de Balladur et qui aurait pu lui être fatal) succède un radical de forte composition catho et qui n’a jamais renié ses inclinations. A la différence du Béarnais, qui a toujours entretenu une subtile ambiguïté quant au centre de gravité de son mouvement – surtout le MoDem, mais avant l’UDF reformatée par ses soins – il consigne clairement son enracinement dans l’opposition et délimite fermement son pré carré, mais sur sa gauche, car sur sa droite, toutes les bonnes volontés seront évidemment les bienvenues. Centre droit, me voilà ! autant dire la résurrection de l’UDF de Giscard ! Qui voulait rassembler deux Français sur trois. Alors, l’UDI, feu de paille, chaudière ronronnante ou grand foyer illuminant les campagnes ?

Plusieurs questions se posent :

Quel avenir pour le Nouveau Centre, longtemps héritière de l’ex-UDF, expression orléaniste de la droite à la mode giscardienne ? Car, puisque la politique reste avant tout une assiette au beurre où il y a toujours plus de prétendants que de places, on peut craindre que la formation d’Hervé Morin – qui n’a pas la même surface médiatique que Jean-Louis Borloo – subisse quelques tensions. A la différence de l’Alliance centriste – petite formation d’élus que l’on peut qualifier de témoignage – de Jean Arthuis, ou de la Gauche moderne de Jean-Marie Bockel, elles aussi “adhérentes” de l’UDI (les formations fondatrices sont au nombre de sept), le NC avait une véritable ambition de jouer un rôle et de porter un ou des candidats aux élections. Bref de prospérer. Morin avait même caressé une candidature présidentielle. Dans la région, le Nouveau Centre compte quelques noms, comme l’ancienne secrétaire d’Etat Valérie Letard, valenciennoise comme Borloo. On rappellera que le député-maire de Cambrai, François-Xavier Villain (Debout la République de Nicolas Dupont-Aignan), a rejoint le mouvement.

– Comment les fameuses alliances locales entre PS et MoDem, dans le droit fil de la gestion mauroyenne pour ne parler que de la région – vont-elles résister? Tensions en perspective. Ici, les MoDem Olivier Henno (Saint-André) et Nicolas Lebas (Fâches-Thumesnil) qui ont fait allégeance au sceptre de Martine Aubry à la communauté urbaine de Lille Métropole peuvent naturellement résoudre l’équation sans trop de heurt. A moins que, dans deux ans, J-L Borloo ne tente l’aventure lilloise ou régionale… Peu probable en l’état actuel du paysage politique. A Arras, où le MoDem est clairement ancré au centre-droit et joue le jeu de l’union avec l’UMP, un Frédéric Leturque, maire de la cité atrébate, se retrouve ainsi conforté, d’autant plus que son prédécesseur, le sénateur J-M Vanlerenberghe a lui aussi embrassé sans états d’âme la cause de l’UDI.

– Il n’est pas anodin que Borloo ait officialisé la naissance de l’UDI au moment où le PS se donne une nouvelle direction (dans tous les sens du terme) et où l’UMP se cherche un nouvel avenir. La chronologie renseigne sur la démarche : comme si l’UDi voulait couper l’herbe sous le pied de ses adversaires : l’un de gauche, et qui ne pourra faire l’économie du choc avec les réalités du pouvoir, l’autre à droite, orpheline de champion et à la recherche de son logiciel de reconquête. Et, sous prétexte de rééquilibrer cette dernière toujours sous la pression du FN, l’UDI saura jouer sur le registre des “valeurs”. Montrer une formation en ordre, peser au centre, offrir une alternative aux déçus du hollandisme régnant et préparer les nouveaux rapports de force à droite, tout en se gardant d’un Bayrou nécessairement actif et dont le sillon n’est pas encore effacé (le Béarnais a trois campagnes présidentielles au compteur), voilà le défi de Borloo.

– Quelle stratégie personnelle pour le député valenciennois Borloo ? Question maintes fois explorée. Une seule certitude. En 2017 – c’est demain – Borloo exploitera toutes les opportunités, y compris celle d’une nouvelle candidature élyséenne, voire parisienne si François Fillon fait défaut dans la capitale. Sans oublier ces fameuses élections de mi-mandat : municipales, cantonales et régionales/territoriales, et surtout européennes, qui agiront comme un compteur des forces en présence et un baromètre pour la suite. De quel poids pèsera l’UDI à ce moment, quelles alliances envisager et quelles moissons électorales espérer? Formulée à l’aune des ambitions personnelles : de qui, dans l’optique toute théorique de 2017, Jean-Louis Borloo pourrait-il être le premier ministre ? Fillon, Copé, Sarkozy ?

A lire ou relire :

Ces députés à suivre (7/10) : Jean-Louis Borloo ou la tentation de l’Aventin

Les valses de Borloo

 

 

Ce contenu est © DailyNord. Si cet article vous intéresse, vous pouvez reprendre un extrait sur votre site (n’excédant pas la moitié de l’article) en citant bien évidemment la source. Si vous désirez publier l’intégralité de l’article, merci de nous contacter »

Réagir à cet article

La rédaction de DailyNord modère tous les commentaires, ce qui explique qu'ils n'apparaissent pas immédiatement (le délai peut être de quelques heures). Pour qu'un commentaire soit validé, nous vous rappelons qu'il doit être en corrélation avec le sujet, constructif et respectueux vis-à-vis des journalistes comme des précédents commentateurs. Tout commentaire qui ne respecterait pas ce cadre ne sera pas publié. Evidemment, DailyNord ne publiera aucun contenu illicite. N'hésitez pas à avertir la rédaction à info(at)dailynord.fr (remplacer le "at" par "@") si vous jugiez un propos ou contenu illicite, diffamatoire, injurieux, xénophobe, etc.

POLITIQUE

EN ROUTE VERS LES DÉPARTEMENTALES ET RÉGIONALES

INFORMATIONS ESSENTIELLES, ANECDOTIQUES, DÉCRYPTAGES, ENQUÊTES, RÉVÉLATIONS, INDISCRÉTIONS, REBONDS DÉCALÉS... TOUS NOS ARTICLES S'INTÉRESSANT AUX FUTURES RÉGIONALES ET DÉPARTEMENTALES 2021 SONT PAR ICI ! ACCÉDER AU DOSSIER

NEWSLETTER DAILYNORD

Bienvenue dans la ville la plus étrange des Hauts-de-France

Elle pourrait loger 5 000 personnes, mais cette ville n'aura jamais d'habitants. Découvrez pourquoi.

Les + lus