L'autre information du Nord – Pas-de-Calais

Bière et tabac : la région est-elle la cocue de l’augmentation?

Basses Chroniques des Hauts de France Par | 06 octobre 2012

Fumer en crapotant ou comme un pompier devient un luxe inouï, ce n’est pas d’hier. Mais le dernier acte de pyromanie sur le pouvoir d’achat des fumeurs (+ 40 centimes en moyenne depuis lundi) couplé au projet d’une augmentation au comptoir (+ 5 centimes) de notre sacro-saint demi de bière risque de porter un coup rude à l’économie régionale. Sans résoudre le problème de fond qui est avant tout d’améliorer sa situation sanitaire. Tentative d’éclairage dans notre Basse Chronique des Hauts de France.

Menin. Devanture de magasin.

Entrons tout de suite dans le dur : il y a quelques jours, l’Agence régionale de santé (ARS) tenait sa conférence de presse de rentrée. Son constat est édifiant : la région Nord/Pas-de-Calais est la région de France la plus impactée au niveau de la consommation de l’alcool et du tabac (voir ce reportage). Ce triste leadership provient en grande partie d’une population cotoyant une forte précarité que la situation économique du moment n’est pas près d’endiguer. Selon certains tabacologues, les inégalités économiques pèsent toujours lourdement sur les comportements de santé. Pour ces derniers, la clope est une béquille du quotidien, le dernier plaisir fugace de nombreux hors-jeux du système. Explication n’est pas absolution, cela va sans dire.

« Fume, c’est du Belge », un refrain très tendance

Mais rien ne vaut l’exemple de terrain. Illustration avec ce couple de -gros- fumeurs, sans travail, résidant dans un village situé à une soixantaine de kilomètres de la frontière belge. Avant la dernière augmentation, leur consommation en pots de tabac était de 220 euros chez le débitant du coin. En y ajoutant 15 euros de train aller-retour à Tourcoing, la note passe à 100 euros dès les premiers mètres de la frontière belge franchis. Y a pas photo. « Fume, c’est du Belge » ne fait plus rigoler les débitants de tabac de la région, parce que devenu un leitmotiv montant en puissance chez les consommateurs.

Pour les associations de lutte contre le tabagisme, l’augmentation (6%) appliquée par le gouvernement est insuffisante. Seul le seuil psychologique des 10% est susceptible d’entraîner une baisse pour obtenir une réduction de l’ordre de 3,5 à 4% de la consommation. Le marché parallèle transfrontalier (Belgique, Luxembourg, Andorre, Espagne…) représente 15% et ces achats non réalisés en France (et donc non taxés) ferait perdre environ 2,5 milliards d’euros de recettes fiscales par an à l’État, lui qui compte récupérer 500 millions pour combler le trou de la Sécu (source lefigaro.fr). Vive l’Europe ! Pire, la prévalence du tabagisme est en hausse de 2% depuis 2005. Conclusion, l’État engrange des sous sans influer sur la question sanitaire et -en écartant la nature discutable des produits vendus- contribue à l’extinction d’un des derniers commerces de proximité synonyme, qu’on le veuille ou non, de lien social.

Sale temps sur la bière à Lille

Hasard de l’actualité, cette semaine, le Syndicat des Brasseurs du Nord a fait connaître sa mésaventure à la presse (relayée par exemple par 20 Minutes Lille). Depuis 30 ans, le syndicat organise une manifestation pour la sortie de la Bière de Noël. Depuis plusieurs années, cette manifestation se tient à Lille. Enfin, pas en 2012. La Municipalité ne veut plus contribuer à promouvoir la mousse. Et a refusé la Halle aux sucres, deux mois avant la tenue de la manifestation des brasseurs. Qui en ont décidément ras la mousse ces jours-ci.

Bière : le denier pour la route

Bref, investir dans un café-tabac n’est pas la martingale du moment dans nos contrées. Surtout si on ajoute le projet d’appliquer une hausse de 5 centimes sur le prix de la bibine de comptoir, correspondant à (laissons la tirade à un pro du métier) « la mise en bière du café ! », dixit Michel Benezet, président des cafés, bars, brasseries du Synhorcat (dans 20 Minutes). Alarme ! la bière-pression est au bord de la dépression. Sur ce point, des élus – de l’opposition – sont montés bravement au créneau (Touche pas à ma bière… la droite nordiste se fait mousser). Interpeller Jacques Chirac en jouant sur sa faiblesse pour la Corona© ou rappeler que bière qui roule amasse beaucoup de mousse dans notre culture régionale peut se comprendre, et comment ! Dans la région Nord/Pas-de-Calais, la consommation de bière par habitant est de plus de 70 litres/an contre 30 litres au niveau national (pas en une seule soirée, précisons le…). Affirmer que la bière est un pan de notre culture régionale fera peut-être lever les boucliers des associations d’abstinents mais c’est une réalité. Faut-il en avoir honte, tant que cette culture s’applique avec convivialité et modération? À bien y regarder d’ailleurs, tout cela n’est que roupie de sansonnet comparé aux mœurs contemporaines appliquées par nos « djeunes » (confère cet article sans concessions de Nord-Éclair ). Ajoutez à ce lien celui-ci mentionnant que le prix du pack premier prix de six canettes de 25 cl acheté en grande surface augmenterait d’environ 30% (!) et vous comprendrez que nous ne sommes pas sortis -positif ou non- de l’auberge.

En résumé : le tabac et la bière sont bien moins chers chez nos amis d’Outre-Quiévrain ; les augmentations, appliquée pour l’une, préconisée pour l’autre, risquent de plomber gravement les activités des civettes, limonadiers et autres brasseurs régionaux ; l’État colmate une partie du déficit de la Sécurité sociale sans remédier aux combats de la Santé régionale… C’est le serpent qui se mord la queue ! Mince consolation, depuis quelques semaines, les automobilistes belges flashés sur nos routes doivent désormais s’acquitter de leurs contraventions. On a la revanche qu’on peut.

NB : Pour s’éviter tout retour de flamme éthique, nous rappelons que fumer nuit à la santé et que la consommation d’alcool ne peut se concevoir qu’avec modération…

Ce contenu est © DailyNord. Si cet article vous intéresse, vous pouvez reprendre un extrait sur votre site (n’excédant pas la moitié de l’article) en citant bien évidemment la source. Si vous désirez publier l’intégralité de l’article, merci de nous contacter »

4 Commentaires

  1. Bière et tabac : les vraies raisons de l’exil de Bernard Arnault ?

  2. Pour l’heure, Bernard Arnault se fait décorer en Angleterre sur proposition de la Reine herself.

    http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2012/10/06/97002-20121006FILWWW00333-gb-bernard-arnault-distingue-par-la-reine.php

    Raison pour laquelle vous ne l’avez pas croisé à Lille 3000….

Réagir à cet article

La rédaction de DailyNord modère tous les commentaires, ce qui explique qu'ils n'apparaissent pas immédiatement (le délai peut être de quelques heures). Pour qu'un commentaire soit validé, nous vous rappelons qu'il doit être en corrélation avec le sujet, constructif et respectueux vis-à-vis des journalistes comme des précédents commentateurs. Tout commentaire qui ne respecterait pas ce cadre ne sera pas publié. Evidemment, DailyNord ne publiera aucun contenu illicite. N'hésitez pas à avertir la rédaction à info(at)dailynord.fr (remplacer le "at" par "@") si vous jugiez un propos ou contenu illicite, diffamatoire, injurieux, xénophobe, etc.

POLITIQUE

EN ROUTE VERS LES DÉPARTEMENTALES ET RÉGIONALES

INFORMATIONS ESSENTIELLES, ANECDOTIQUES, DÉCRYPTAGES, ENQUÊTES, RÉVÉLATIONS, INDISCRÉTIONS, REBONDS DÉCALÉS... TOUS NOS ARTICLES S'INTÉRESSANT AUX FUTURES RÉGIONALES ET DÉPARTEMENTALES 2021 SONT PAR ICI ! ACCÉDER AU DOSSIER

NEWSLETTER DAILYNORD

Bienvenue dans la ville la plus étrange des Hauts-de-France

Elle pourrait loger 5 000 personnes, mais cette ville n'aura jamais d'habitants. Découvrez pourquoi.

Les + lus