L'autre information du Nord – Pas-de-Calais

Un quinquennat à Denain : Italo Piraina, l’épicier qui regardait vers l’avenir

Réalités | Un quinquennat à Denain et Saint-Omer Par | 04 septembre 2012

Un quinquennat à Denain, c’est parfois aussi simple qu’un commentaire déposé sur le site de DailyNord. Celui d’Italo Piraina, fustigeant les clichés et la sinistrose, a trouvé grâce à nos yeux. Alors, nous nous sommes rendus à sa rencontre dans son épicerie, Sapore d’Italia. Bien nous en a pris.

Ça a commencé par un commentaire à la suite de notre premier papier du quinquennat :

Très bien cette idée de s’intéresser à Denain, mais, par pitié ,pour une fois épargnez nous les clichés misérabilistes et réducteurs.

Vous verrez ( en cherchant bien, avec un peu de bonne volonté) il y a aussi de bonnes choses ici. Des personnes intéressantes, cultivées, qui pour la plupart on connu le Denain d’avant, celui de la bonne époque ou tout le monde travaillait et qui malgré tout , contre vents et marées croient encore au renouveau de leur ville.

Bon courage à vous et au plaisir de vous rencontrer .

Italo Piraina

épicerie Sapore d’Italia

46, rue Lazare Bernard

59220 DENAIN

 

Evidemment, DailyNord ne s’est pas fait prié pour recontacter le dénommé Italo Piraina. Mais entre ceux qui laissent des commentaires et qui jouent les morts ensuite et ceux qui veulent réellement nous rencontrer, il y a parfois un gouffre. Pas avec notre homme. A la deuxième prise de contact, il confirme qu’il est bien disposé à nous rencontrer. Quand on veut.

Une épicerie italienne en plein Denain : le coup de folie qui rayonne dans le secteur

On y est donc allé quand on voulait. Un samedi, vers 11h15, dans cette rue Lazare-Bernard qui part de l’artère principale de la ville. On pousse la porte de Sapore d’Italia, personne dans le magasin. Ah si, Italo qui sort de sa réserve. A priori, ravi de nous voir et de nous présenter ce qu’il fait ici : 200 sortes de pâtes, des spécialités calabraises, région d’origine de son père venu ici en 49 pour travailler dans les mines, et plein de produits d’Italie. A Denain ?! Il devance la question : « Vous savez ici, il y a des gens qui gagnent bien leur vie et peuvent se faire plaisir. En plus, comme le loyer n’est pas trop cher, je peux faire des prix plus accessibles ! »

D’ailleurs, la preuve en est la clientèle qui arrive petit à petit : une commerçante en activité, un ancien d’Usinor transformé en cafetier, aujourd’hui à la retraite, deux Valenciennois qui n’hésitent pas à faire la vingtaine de kilomètres pour quelques pastas de Sapore d’Italia. N’y aurait-il donc pas d’autre épicerie italienne dans le coin ? « Au moment où je me suis installé, non, confirme Italo. C’était en 2000. J’étais sans-emploi, j’avais 40 ans, je me suis dit qu’il y avait un marché. Même si mon ami, Gilberto d’Annunzio, natif d’ici (et bien connu sur la place du Vieux-Lille) m’a dit que j’étais fou. »

Un fou qui a réussi son pari : alors que la valse des enseignes touche Denain, l’épicier italien est toujours là, douze ans plus tard avec ses fromages typiques et ses granitas siciliennes. « Pas sûr que si je m’étais installé à Douai, ça marcherait aussi bien ». Une troisième vie pour celui qui fut musicien-bassiste dans le groupe Arkham (rock progressif. Il continue d’ailleurs de jouer, en ce moment dans le groupe DSP in Line), puis chef de rayon dans un magasin de bricolage. Mais reconnaît-il, il a dû aussi faire une concession : « j’étais parti sur une épicerie plus fine, j’ai dû recentrer sur le côté un peu plus familial. » Son top 3 du tiroir-caisse ? Le parmesan, la mortadelle, le jambon. Et puis quelques-uns de ses portes-bonheurs, disposés sur le comptoir, censés protéger du mauvais œil .

Faire venir des ménages extérieurs qui travaillent

Un client entre. La discussion s’engage. Rapidement, Usinor revient sur le tapis. Une fois qu’il est parti, Italo Piraina reprend la parole : « Vous voyez, c’est dommage que ça revienne toujours à Usinor. Que l’on ressasse le passé. J’aimerais qu’on regarde un peu plus vers le futur. » Sans pour autant négliger le passé, ses bons souvenirs, note d’ailleurs le natif d’Escaudain : « pour moi, Denain, c’était la ville. On venait y faire les courses, comme à Cambrai et Douai. Plus tard, on venait dans les dancings… Mais il faut regarder vers l’avenir. Depuis quelques années, après être descendue très très bas, la ville bouge : regardez, on fait un cinéma, des ouvertures de commerces sont prévues, comme avec Courtepaille ou Subway. Oui, ce sont des chaînes, mais ça peut attirer du monde. Il y aussi des lotissements en accession propriété qui sont programmés. Ce n’est pas une preuve de dynamisme, ça ? » Des projets en route, sur lesquels Italo mise pour voir remonter Denain dans le cœur des Nordistes et des Français. Car, selon lui, l’axe à prendre pour remonter la pente doit être le suivant : « faire venir à Denain des ménages extérieurs qui travaillent. Qu’ils s’installent ici et fassent vivre la ville. Il n’y a que comme ça que ça peut fonctionner. » Italo Piraina a parlé. Et nous, on lui a promis qu’on repasserait un de ces jours.

Retrouvez notre page spéciale Un quinquennat à Denain et Saint-Omer.

Ce contenu est © DailyNord. Si cet article vous intéresse, vous pouvez reprendre un extrait sur votre site (n’excédant pas la moitié de l’article) en citant bien évidemment la source. Si vous désirez publier l’intégralité de l’article, merci de nous contacter »

Réagir à cet article

La rédaction de DailyNord modère tous les commentaires, ce qui explique qu'ils n'apparaissent pas immédiatement (le délai peut être de quelques heures). Pour qu'un commentaire soit validé, nous vous rappelons qu'il doit être en corrélation avec le sujet, constructif et respectueux vis-à-vis des journalistes comme des précédents commentateurs. Tout commentaire qui ne respecterait pas ce cadre ne sera pas publié. Evidemment, DailyNord ne publiera aucun contenu illicite. N'hésitez pas à avertir la rédaction à info(at)dailynord.fr (remplacer le "at" par "@") si vous jugiez un propos ou contenu illicite, diffamatoire, injurieux, xénophobe, etc.

POLITIQUE

EN ROUTE VERS LES MUNICIPALES 2020

INFORMATIONS ESSENTIELLES, ANECDOTIQUES, DÉCRYPTAGES, ENQUÊTES, RÉVÉLATIONS, INDISCRÉTIONS, REBONDS DÉCALÉS... TOUS NOS ARTICLES S'INTÉRESSANT AUX MUNICIPALES 2020 SONT PAR ICI ! ACCÉDER AU DOSSIER

Abonnez-vous à notre newsletter

Bienvenue dans la ville la plus étrange des Hauts-de-France

Elle pourrait loger 5 000 personnes, mais cette ville n'aura jamais d'habitants. Découvrez pourquoi.

Les tops DailyNord

Les Livres avec Eulalie

AR2L - Agence Régionale du Livre et de la Lecture