L'autre information du Nord – Pas-de-Calais

Direct de gauche ou de droite ?

Petit théâtre de Martine Aubry | Région Par | 09 septembre 2012

Bernard Arnault belge. Après tout, il est né et a grandi non loin de la frontière, à Roubaix. La plus grande fortune de France demande la nationalité belge. Il possède déjà une résidence à Bruxelles, là où, dit-on, le fisc est moins confiscatoire. Certains disent qu’il pourrait, par ricochet, demander la nationalité monégasque ! Ou faire des affaires avec Albert Frère, le tycoon de Charleroi, véritable légende en Belgique. Lui oppose de farouches démentis. Il a déjà eu le même réflexe en 1981 quand, jeune polytechnicien héritier de l’entreprise familiale Férinel, il s’était “exilé” aux Etats-Unis – en Floride – pour s’adonner aux joies de la promotion immobilière. Sans trop de succès d’ailleurs. Bis repetita...Puis, il a repris aux Willot, autre famille textile du Nord, – par un de ces coups de dés qui deviendra sa marque de fabrique – l’empire Boussac en déshérence et sa pépite Dior Couture pour en faire le leader mondial du luxe LVMH (comme Louis Vuitton-Moët-Hennessy). Pour ce faire, il promet et ne tient pas. Il s’engage et oublie aussitôt. A coup d’OPA sauvages, de subventions publiques accaparées et de montages sophistiqués (l’un de ses conseils avisés, Pierre Godé, fut prof à la fac de droit de Lille, et n’oublions pas Antoine Bernheim, récemment disparu, le parrain banquier de chez Lazard), Bernard Arnault s’affirme comme le symbole triomphant du capitalisme débridé des eighties et d’après. Le dossier Boussac a été géré côté Etat par les socialistes des années 80, Pierre Bérégovoy et Laurent Fabius entre autres. Que Arnault a quelque peu roulé dans la farine. Pierre Mauroy, duc des Flandres ne voyait pas d’un mauvais oeil l’essor de ce jeune aventurier qui promettait tant, surtout dans le dossier Boussac, gros employeur régional.

La séquence est intéressante. La droite, du coup, monte au créneau et entonne le couplet de la fiscalité écrasante. Comme si le Français moyen ressemblait à Bernard Arnault. La gauche trouve un formidable punching-ball anti-riches, toujours payant électoralement et jamais suivi d’effet. Titine de Fer – qui était haut fonctionnaire au ministère du travail quand Arnault s’est emparé de Boussac – en a profité dans son discours à l’université d’été du PS hier pour cliver les idéologies. Tout le monde est content.

Question : pourrait-on assister à la même chose avec la famille Mulliez, cette autre grande fortune nordiste, dont plusieurs membres ont cédé aux sirènes d’Outre-Quiévrain ?

Ce contenu est © DailyNord. Si cet article vous intéresse, vous pouvez reprendre un extrait sur votre site (n’excédant pas la moitié de l’article) en citant bien évidemment la source. Si vous désirez publier l’intégralité de l’article, merci de nous contacter »

Réagir à cet article

La rédaction de DailyNord modère tous les commentaires, ce qui explique qu'ils n'apparaissent pas immédiatement (le délai peut être de quelques heures). Pour qu'un commentaire soit validé, nous vous rappelons qu'il doit être en corrélation avec le sujet, constructif et respectueux vis-à-vis des journalistes comme des précédents commentateurs. Tout commentaire qui ne respecterait pas ce cadre ne sera pas publié. Evidemment, DailyNord ne publiera aucun contenu illicite. N'hésitez pas à avertir la rédaction à info(at)dailynord.fr (remplacer le "at" par "@") si vous jugiez un propos ou contenu illicite, diffamatoire, injurieux, xénophobe, etc.

Casting

Bienvenue sur Le Petit Théâtre de Martine Aubry et Xavier Bertrand, associé au pure-player d’informations DailyNord. Tenu par le journaliste Marc Prévost, et dans le prolongement du livre le Petit Théâtre de Pierre Mauroy, il décrypte  et éclaire les coulisses de la vie politique locale et nationale et parfois aussi d’autres choses. C’est son choix !

A lire sur DailyNord

Me contacter

Pour toute remarque, question, vous pouvez me contacter en laissant un message par là .